Écart de statisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En automatique, pour la régulation d'un système dynamique, l’écart de statisme est la manifestation naturelle d’une dérive entre la valeur du signal de sortie à régler et la valeur de consigne qui lui est attribuée. Plus précisément, le statisme est une grandeur sans dimension définie comme le rapport entre l’écart relatif de la grandeur réglée et l’écart relatif correspondant de la grandeur de réglage (c’est donc une notion qui s’apparente à l’élasticité).

Ce phénomène apparaît en particulier dans les régulateurs PID série ne faisant pas appel à la correction intégrale (I).

Exemple[modifier | modifier le code]

Pour la régulation d’une température, un système de réglage proportionnel détermine la puissance de chauffe en fixant sa valeur en proportion de l’écart entre la consigne et la température mesurée. Lorsqu’il y a déperdition de chaleur (un bâtiment en hiver), un état stationnaire du système implique que la puissance de chauffe soit égale à la puissance dissipée ; or, pour qu’il y ait injection de puissance, le régulateur doit nécessairement constater un écart entre la consigne et la mesure : l’écart est ainsi une condition nécessaire à l’injection de puissance.

Cet écart de statisme s’atténue considérablement en incorporant une composante intégrale au régulateur. En effet, l’intégration de l’écart persistant incrémente petit à petit une grandeur qui, en prenant de l’ampleur, contribue à augmenter l’injection de puissance.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Régulateur PID