Écaillon (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écaillon.
l'Écaillon
L'Écaillon à Monchaux-sur-Écaillon.
L'Écaillon à Monchaux-sur-Écaillon.
Caractéristiques
Longueur 33,2 km [1]
Bassin 173 km2 [2]
Bassin collecteur l'Escaut
Débit moyen 1,24 m3/s (Thiant) [2]
Nombre de Strahler 4
Régime pluvial océanique
Cours
Source à l'est de Locquignol
· Localisation Locquignol
· Altitude 166 m
· Coordonnées 50° 11′ 50″ N, 3° 44′ 19″ E
Confluence l'Escaut
· Localisation Prouvy
· Altitude 28 m
· Coordonnées 50° 18′ 44″ N, 3° 27′ 41″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ruisseau de Saint-Georges et ruisseau des Harpies
· Rive droite sans
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Nord
Arrondissements Avesnes-sur-Helpe, Cambrai,Valenciennes
Cantons Quesnoy-Est, Solesmes, Valenciennes-Sud
Régions traversées Hauts-de-France
Principales localités Thiant, Prouvy

Sources : SANDRE:E1760750, Géoportail, Banque Hydro

L’Écaillon est une rivière française du département du Nord et un affluent droit de l'Escaut.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle prend sa source à l'est de Locquignol, à 166 mètres d'altitude, dans la forêt domaniale de Mormal. Elle adopte une direction Sud-Est vers Nord-Ouest.

Elle se jette dans l'Escaut en aval de Thiant, sur la commune de Prouvy, à 28 mètres d'altitude, après un parcours de 33,2 kilomètres[1]. Sa pente moyenne est de 4,1 .

Attention : ne pas confondre cette rivière avec le ruisseau l'Escaillon[3], traversant la commune homonyme d'Écaillon et situé, en gros, à plus de vingt-huit kilomètres au nord-ouest de Vendegies-sur-Écaillon

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Nord, l'Écaillon traverse treize communes[1] et trois cantons :

Soit en termes de cantons, l'Écaillon prend sa source dans le canton du Quesnoy-Est, traverse le canton de Solesmes et conflue dans le canton de Valenciennes-Sud, le tout dans les trois arrondissements d'Avesnes-sur-Helpe, Cambrai et Valenciennes.

Toponymes[modifier | modifier le code]

L'Écaillon a donné son hydronyme à trois communes :

Affluents[modifier | modifier le code]

L’Écaillon a dix tronçons affluents[1],[4],[5] :

L'Écaillon à Ghissignies.
L'Écaillon à Ghissignies.

Le rang de Strahler est donc de quatre.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Écaillon à Thiant[modifier | modifier le code]

Une station hydrométrique sur l’Écaillon gérée par la DIREN - donc maintenant DREAL[8] - Nord-Pas-de-Calais existe à Thiant[2].

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Thiant de 1,24 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : E1727510 - L'Écaillon à Thiant pour un bassin versant de 173 km2 et à 29 m d'altitude[2]
(le 08-09-2014 - données calculées sur 53 ans de 1962 à 2014)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,50 m3/s, ce qui reste très confortable[note 1],[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Le QIX 2 est de 6,1 m3/s, et le QIX 5 est de 9,6 m3/s[2]

Le QIX 10 est de 12 m3/s, le QIX 20 est de 14 m3/s et le QIX 50 est de 17 m3/s[2].

Le débit journalier maximal a été observé le pour 15,0 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le même [note 2] avec 20,8 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 162 cm soit 1,62 m[2].

La vallée de l'Écaillon est surveillée au titre des zones inondables[9],[10]. La dernière inondation bien référencée est celle du [11] et la précédente du 21 juillet 1980 avait donné lieu à la création d'une association des sinistrés, désormais transformé en "association de préservation de la vallée"[12]. Une information sur des effondrements possibles sur la commune de Vendegies-sur-Écaillon a même été délivrée[13].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 227 millimètres annuellement, ce qui est en dessous de la moyenne en France. Le débit spécifique (Qsp) atteint 7,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Écaillon a probablement été utilisé par l'Homme dès la Préhistoire au Néolithique notamment puis dans la Gaule antique alors que l'ancienne forêt charbonnière commençait à s'éclaircir, sous l'occupation gallo-romaine et avant les grands défrichements qui ont dû en modifier le cours et la qualité.

Au VIIIe siècle l'abbaye de Denain est fondée trouve à sa proximité ainsi que celle de l'Escaut[14]

Il a autrefois été projeté[15] de construire une liaison canalisée entre Sambre et Escaut par l'Écaillon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot pourrait avoir la même origine que Escaut (il s'agirait alors d'un petit Escaut ; Escaillon).

Écologie[modifier | modifier le code]

L'Écaillon a deux stations qualité des eaux de surface sur son cours[1]:

  • à Beaudignies (code station = 01001283)
  • à Thiant (code station = 01028000)

Avant de traverser la chaussée Brunehaut (RD 932), entre Locquignol et Louvignies-Quesnoy, l'Écaillon traverse l'étang de l'Écaillon.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

À la suite du constat de la raréfaction de la truite Fario, dès 2007, grâce à des opérations de décolmatage par enlèvement des sédiments dans les frayères et de la gestion des embâcles (accumulation de débris de branchage), le nombre de frayères est passé de 40 à 70 de 2005 à 2008[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. entre un tiers et la moitié du module à 1,24 m3/s
  2. à 20:17

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - Écaillon (E1760750) » (consulté le 20 septembre 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L’Écaillon à Thiant (E1727510) » (consulté le 20 septembre 2014)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ecaillon ou Scarpe (E2320700) » (consulté le 20 septembre 2014)
  4. Escaut vivant, « L'Écaillon - réseau hydrographique » (consulté le 23 décembre 2008)
  5. a et b IGN - Géoportail, « Géoportail » (consulté le 12 novembre 2009)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau saint-Georges (E1760730) » (consulté le 20 septembre 2014)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau des harpies (E1760710) » (consulté le 20 septembre 2014)
  8. Legifrance.gouv.fr, Décret%20sur%20légifrance « Le décret 2009-235 du 27 février 2009 pour les DREAL » (consulté le 13 novembre 2009)
  9. direction régionale de l'environnement Nord-Pas-de-Calais Bassin Artois-Picardie, « zones inondables - Vallée de l'Écaillon » (consulté le 13 novembre 2009)
  10. www.prim.net, « la base Gaspar » (consulté le 13 novembre 2009)
  11. direction régionale de l'environnement Nord-Pas-de-Calais Bassin Artois-Picardie, « Phénomène d'inondations dans la vallée de l'Écaillon le 13 février 2002 - photothèque » (consulté le 13 novembre 2009)
  12. n° d'annonce 1621 paru le 29/03/2003 au journal officiel, « Association pour la préservation de la Vallée de l'Écaillon » (consulté le 13 novembre 2009)
  13. préfecture du Nord, « Consignes pratiques de permanence » (consulté le 13 novembre 2009)
  14. Dictionnaire geographique des Païs-Bas, du Cambresis et de Liege, 1695 -[1]
  15. Dictionnaire encyclopédique, Philippe Le Bas, tome 4, p. 83, Google Books
  16. page 11 - Le Nord - édition de novembre 2009