Ève Péclet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ève Péclet
Fonctions
Députée de La Pointe-de-l'Île à la Chambre des communes du Canada
Élection 2 mai 2011
Prédécesseur Francine Lalonde
Successeur Mario Beaulieu
Biographie
Date de naissance (32 ans)
Lieu de naissance Montréal
Nationalité Canadienne
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Profession avocate

Ève Péclet (née le ) est une avocate, activiste communautaire[1] et femme politique canadienne. Elle a représenté la circonscription de La Pointe-de-l'Île, située dans l'est de l'île de Montréal, à la Chambre des communes du Canada sous la bannière du Nouveau Parti démocratique de 2011 à 2015.

Formation et profession[modifier | modifier le code]

Ève Péclet est diplômée en Droit de l’Université de Montréal. Durant ses études, elle a été vice-présidente du comité des débats de la faculté de droit et finaliste à la coupe Gale, le concours canadien de plaidoiries en droit pénal. Son engagement communautaire a pris diverses formes. Elle a donné des cours bénévolement aux jeunes décrocheurs, a été militante dans le mouvement étudiant et a été présidente du comité Amnistie Internationale de la Faculté de droit. Elle a aussi été finaliste au prix d’excellence Desjardins/Chambre de commerce de Montréal (2006) pour son engagement social.

Elle a travaillé pour une compagnie d’assurances et plusieurs entreprises exerçant leurs activités dans différents secteurs.

Ève Péclet est aussi connue pour son passage à la téléréalité Un souper presque parfait diffusée à V Télé en [2].

Elle est élue députée de La Pointe-de-l'Île lors de l'élection fédérale canadienne de 2011 lors de la « vague orange ». Après sa défaite lors de l'élection de 2015, elle reprend ses études de droit. Elle passe le concours du Barreau du Québec en 2018 et est assermentée la même année[3]. Elle est alors engagée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse puis, en , en tant qu'avocate en litige au cabinet « Le Palier juridique », se spécialisant en droit civil, familial et criminel.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Mme Péclet a été élue députée de La Pointe-de-l'Île lors de l'élection fédérale canadienne de 2011, l'emportant par 7 555 voix sur sa plus proche rivale, Ginette Beaudry du Bloc québécois. Candidate à sa succession lors de l'élection fédérale canadienne de 2015, elle obtient 14 698 voix (26,68 %) et termine troisième, devancée par la candidate libérale (15 740 voix et 28,57 %) et Mario Beaulieu (18 535 voix et 33,64 %), président du Bloc québécois.

Après sa défaite, elle continue de s'impliquer au sein du NPD et est élue coprésidente de la section du NPD au Québec [4].

Le , Radio-Canada annonce qu'elle sera à nouveau candidate dans La-Pointe-de-l'Île pour le Nouveau Parti démocratique aux élections fédérales du 21 octobre[5], elle est cependant à nouveau battue par Mario Beaulieu et termine troisième, avec 11 % des suffrages[6].

Responsabilités[modifier | modifier le code]

Le , elle a été nommée porte-parole adjointe de l’opposition officielle en matière d’affaires étrangères[1]. Mme Péclet était auparavant membre du Sous-comité des droits internationaux de la personne et du Comité du commerce international de la Chambre des communes. Du 3 au , elle était en Europe dans le cadre d’une délégation du Comité du commerce international, en marge des discussions sur l’Accord économique et commercial global Canada-Union européenne[7]. La députée néo-démocrate a aussi participé à une mission internationale de surveillance des élections parlementaires du , en Ukraine[8]. Dans ses fonctions, elle a aussi été présente à une série de rencontres avec l’Organisation des États américains.

À la suite du remaniement du cabinet fantôme en , Mme Péclet reçoit un nouveau mandat et devient porte-parole adjointe à la Justice[1].

De à la fin de son mandat de députée, Ève Péclet a présidé le Caucus fédéral des jeunes néo-démocrates.

Projet de loi C-584[modifier | modifier le code]

Ève Péclet a présenté à la Chambre des communes, en , un projet de loi privé intitulé Loi sur la responsabilité sociale d’entreprise des sociétés extractives à l'étranger[9]. Elle y proposait la création d’un poste d’ombudsman qui veillerait au respect des droits des travailleurs, de l’environnement et des droits de la personne, par les entreprises canadiennes œuvrant à l’étranger dans le secteur de l’extraction des ressources naturelles[10]. Appuyé par les libéraux, ce projet de loi a été rejeté en deuxième lecture par la majorité conservatrice en .

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale canadienne de 2019
Nom Parti politique Voix % Majorité
Mario Beaulieu (sortant) Bloc québécois 26 010 46,84 % 9 112
Jonathan Plamondon Libéral 16 898 30,43 %
Ève Péclet NPD 6 057 10,91 %
Robert Coutu Conservateur 3 984 7,17 %
Franco Fiori Vert 1 910 3,44 %
Randy Manseau Parti populaire 388 0,7 %
Jacinthe Lafrenaye PIQ 199 0,36 %
Total des votes valides 55 534 97,99 %
Total des votes rejetés 1 141 2,01 %
Total des votes exprimés 56 675 66,22 %
Électeurs inscrits 85 589


Élection fédérale de 2015
Candidat Parti # de voix % des voix
     Guy Morrissette Conservateur +04 398, 7,98 %
     Mario Beaulieu Bloc québécois +18 535, 33,64 %
     Marie-Chantale Simard Libéral +15 740, 28,57 %
     (sortante) Ève Péclet NPD +14 698, 26,68 %
     David Cox Vert +01 124, 2,04 %
     Ben 97 Benoit Rhinocéros +00360, 0,65 %
     Geneviève Royer Marxiste-léniniste +00104, 0,19 %
     Jean-François Larose Forces et Démocratie +00134, 0,24 %
Total 55 093 100 %


Élection fédérale de 2011[11]
Candidat Parti # de voix % des voix
     Mathieu Drolet Conservateur +03 661, 7,69 %
     Ginette Beaudry Bloc québécois +15 466, 32,48 %
     Olivier L. Coulombe Libéral +04 373, 9,18 %
     Ève Péclet NPD +23 001, 48,31 %
     David J. Cox Vert +00898, 1,89 %
     Claude Brunelle Marxiste-léniniste +00215, 0,45 %
Total 47 614 100 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Fiche de Ève Péclet sur Parlinfo
  2. Richard Therrien, « Ève de USPP a gagné ses élections », Le Soleil, Québec,‎ (lire en ligne)
  3. Fiche d'Eve Péclet sur le site du barreau, Bottin des avocats, consulté le 28 août 2019.
  4. « Les militants québécois du NPD réunis à Trois-Rivières », Radio-Canada, 13 octobre 2018, consulté le 1er septembre 2019.
  5. « L’ancienne députée du NPD Ève Péclet revient dans l’arène », Radio-Canada, publié et consulté le 28 août 2019.
  6. « La renaissance du Bloc se fait sentir à la Pointe-de-l’île », Métro, 22 octobre 2019.
  7. (en) « Canada's NDP », sur Canada's NDP (consulté le 19 septembre 2020).
  8. Mission Canada, Élection ukrainienne de 2012, Rapport final
  9. LEGISinfo, projet de loi C-584
  10. Le NPD veut rendre socialement plus responsables les entreprises extractrices, communiqué du NPD, 2 avril 2014.
  11. Élections Canada.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]