Ève Curie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Curie.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ève (homonymie).
Ève Curie
Description de cette image, également commentée ci-après

Ève Curie en 1921.

Nom de naissance Denise-Ève Curie
Naissance
Paris
Décès (à 102 ans)
New York
Auteur
Langue d’écriture Français
Anglais
Genres

Œuvres principales

Madame Curie

Denise-Ève Curie, née le à Paris et morte le à New York (États-Unis), est une pianiste, femme de lettres, journaliste, conférencière et diplomate française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et débuts artistiques[modifier | modifier le code]

Fille de Pierre et Marie Curie, née Skłodowska, sœur cadette de Irène Joliot-Curie, elle étudie au collège Sévigné, où elle obtient son baccalauréat en 1925. Comme elle aime à le rappeler, elle est la seule de la famille à ne pas avoir choisi une carrière scientifique, contrairement à ses parents, sa sœur, ses neveux, son oncle et ses cousins. Encouragée par sa mère, elle préfère les études littéraires et artistiques. Formée par Ignacy Paderewski à la fin de la Première Guerre mondiale, elle commence sa carrière en tant que pianiste et se produit pour la première fois à Paris en 1925.

En mars ou , elle rencontre Henri Bernstein, directeur du théâtre du Gymnase, pour lequel elle écrit 145, Wall Street, adaptation de Spread Eagle de George S. Brooks et Walter B. Lister, créée le 25 octobre suivant.
De 1932 à 1940, elle entretient une liaison avec Henri Bernstein[1].

Après le décès de sa mère en 1934, elle écrit la biographie de celle-ci, Madame Curie, qui devient un succès de librairie mondial (1938), adapté au cinéma, également sous le titre de Madame Curie, par la MGM en 1943, avec Greer Garson dans le rôle-titre et Walter Pidgeon dans celui de son époux.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En , après la défaite française, elle embarque à Bordeaux à bord du cargo britannique Madura, parmi 1 300 réfugiés où l'on retrouve Henri Bernstein, Pierre Cot, Štefan Osuský, membre du Comité national tchécoslovaque, le ministre belge Marcel-Henri Jaspar ou Hugh Carleton Greene, correspondant du Daily Telegraph et frère de Graham Greene, et arrive à Falmouth le 21 juin[2],[3],[4].

En Angleterre, déterminée à continuer la lutte, elle s'engage dans la France libre et en faveur des Alliés, jusqu'à la fin de la guerre. Elle propose sa plume et sa voix dans la presse, à la radio, dans des conférences et intervient à deux reprises à Radio Londres[5]. En réaction, le gouvernement de Vichy lui retire par décret, au début de , la nationalité française en même temps qu'Henri Bernstein, René Cassin et Georges Thierry d'Argenlieu[6].

Elle rejoint les États-Unis pour y assurer la propagande de la France libre et est engagée en comme correspondante de guerre par l’Herald Tribune Syndicate de New York, ainsi que dans l’Allied Newspaper de Londres, elle se rend sur les fronts de Libye, de Russie, de Birmanie et de Chine. Le , elle s'entretient avec Gandhi[7]. Selon elle, Gandhi se dérobait (« slipped away ») constamment[8]. En 1943, elle publie Journey among warriors (Voyage parmi les guerriers, 1946), une chronique de ses voyages sur les fronts de la Seconde Guerre mondiale.

Revenue en Angleterre, elle s'engage dans le corps des volontaires féminines de la France combattante et devient ambulancière sur le front d'Italie. En 1943, le général Diego Brosset l'engage avec le grade de lieutenant à l'état-major de la 1re DFL. Débarquée avec les troupes françaises en Provence en , elle participe à la jonction de cette unité avec la 2e DB le 12 septembre. Le général de Gaulle lui rend hommage dans le discours qu'il prononce le à Alger et le 23 novembre suivant, lui écrit : « Je n'oublie pas combien votre attitude, dès le début, a été courageuse et je vous félicite de ce que vous continuez à faire en ce moment. »

Le , elle fonde avec Philippe Barrès le quotidien Paris-Presse, qu'elle codirige jusqu'en 1949[9].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En 1952, elle devient conseillère spéciale du secrétaire général de l'OTAN. Deux ans plus tard, en 1954, elle épouse Henry Labouisse, ambassadeur des États-Unis en Grèce, qui fut pendant quinze ans directeur exécutif de l'UNICEF. Dans le cadre de leurs fonctions, Ève et son époux voyageront dans plus d'une centaine de pays.

Ève Curie est administratrice de la Fondation Curie[10] de 1957 à 1967, au titre de représentant de Marie Curie, fondatrice de la fondation. Devenue citoyenne américaine en 1958, elle est promue le au rang d'officier de la Légion d'honneur, au cours d'une cérémonie dans les locaux de l'UNICEF, pour avoir énormément contribué à la cause humanitaire. Veuve depuis 1987, elle s'éteint le , à l'âge de 102 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essai[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 145, Wall Street, pièce en 3 actes et 5 tableaux, Spread Eagle de George S. Brooks et Walter B. Lister, Paris, l'Illustration, 1933, 40 pages.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernstein Gruber 1988, p. 293.
  2. Voir Bernstein Gruber 1988, p. 379 ; George de Lovinfosse, Au service de Leurs Majestés : histoire secrète des Belges à Londres, Byblos, , 278 p., p.49 ; (en) Geoffrey Cox, Countdown to war : a personal memoir of Europe 1938-40, London, W. Kimber, , 216 p. (ISBN 0718306740) ; (en) Alexander Werth,, The last days of Paris: a journalist's diary, H. Hamilton, , 274 p., p.205.
  3. Ève Curie, Journey among Warriors, 1943, p. 40.
  4. Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle : politique et gaullisme de guerre, Paris, Fayard, (ISBN 9782213629544), indique à tort, p. 25-26, le 17 juin et la présence de Philippe Barrès, qui indique lui-même dans son Charles de Gaulle, paru en 1941, avoir quitté la France après la signature des armistices franco-allemand et franco-italien, p. 162.
  5. « Appel au bon sens » () et « la deuxième réélection de Roosevelt » (6 novembre 1940), dans Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Les Voix de la liberté : Ici Londres, 1940-1944, tome 1, La Documentation française, 1975, p. 40 et 138.
  6. Georges Bernstein Gruber, Gilbert Maurin, op. cit., p. 393.
  7. (en) Ananda M. Pandiri, A comprehensive, annotated bibliography on Mahatma Gandhi : Biographies, works by Gandhi, and bibliographical sources, Westport, Conn, Greenwood Press, , 401 p., 30 (ISBN 0313253374).
  8. Ève Curie, Journey among warriors, New York, 1943, p. 454. Cité par G.B. Singh, Gandhi : Behind the Mask of Divinity, New York, 2004, p. 296 et p. 299, note 5.
  9. Claude Bellanger, Histoire générale de la presse française, universitaires de France, 1969, t. IV, p. 286.
  10. Historique de la Fondation Curie.
  11. a et b (en) Anne Commire, Thomson Gale et Donna Olendorf, Something about the author : facts and pictures about contemporary authors and illustrators of books for young people, vol. 1, Detroit MI, Gale Research Book Tower, , 317 p. (ISBN 0810300508), p. 73.
  12. Dictionnaire biographique français contemporain, Pharos, 1950, vol. 2, p. 196.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Bernstein Gruber et Gilbert Maurin, Bernstein, le magnifique : cinquante ans de théâtre, de passions et de vie parisienne, J.-C. Lattès, 1988, 485 p.
  • Claudine Monteil, Ève Curie, L'autre fille de Pierre et Marie Curie, Paris, Odile Jacob, 2016, 346 pages, ISBN 978-2-7381-3355-7 (première biographie sur Ève Curie)
  • Natacha Henry, Les Soeurs savantes, Marie Curie et Bronia Dluska, La Librairie Vuibert, Paris, 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]