Ève Bazaiba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ève Bazaiba
Illustration.
Ève Bazaiba en 2009
Fonctions
Députée
En fonction depuis le
Élection 2011
Sénatrice
Élection 2006
Biographie
Date de naissance
Nationalité Congolaise (Congo-Kinshasa)
Parti politique MLC
Conjoint Dr Masudi
Diplômée de Université cardinal Malula, Université protestante du Congo

Ève Bazaiba Masudi, née le [1] à Kisangani dans la province Orientale, est une femme politique du Congo-Kinshasa, élue Députée Nationale du territoire de Basoko (province Orientale) en novembre 2011. Depuis 2012, elle est présidente de la commission Socioculturelle de l'Assemblée Nationale. Elle a été membre influent dans l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Durant les élections de 2006, elle est une des porte-paroles de l’Union pour la Nation du candidat Jean-Pierre Bemba, et est actuellement secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) depuis décembre 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ève Bazaiba, fille d’un soldat et originaire de la province Orientale, est diplômée en latin et philosophie au lycée Bosangani de Kinshasa, graduée en sciences sociales, politiques et administratives de la faculté des Relations internationales de l’université cardinal Malula (UCM) et licenciée en droit de la faculté de droit public international de l'université Protestante du Congo (UPC)[2].

En 1988, Bazaiba devient militante de l’UDPS. Elle a été arrêtée plusieurs fois sous le régime de Mobutu Sese Seko, emprisonnée quatre jours sous le régime de Laurent-Désiré Kabila et poursuivie en justice par le gouvernement de Joseph Kabila pour avoir dénoncé le pillage minier.

En 2002, elle participe aux pourparlers de Sun City qui ont mis en place le gouvernement de transition qui a conduit aux élections de 2006 et à la troisième République[3],[4].

De 2004 à 2007, elle est nommée secrétaire générale pour l'Afrique au comité international pour l'observation et l'application de la charte africaine sur les droits des hommes et des peuples[5]. L'un de ses objectifs est de faire reconnaître les violences sexuelles sur les femmes lors de conflits armés comme des crimes contre l'humanité.

En 2007, elle est élue au sénat en tant que membre du MLC par l’assemblée provinciale de Kinshasa. Actuellement, elle est élue députée nationale et dirige l'une des commissions permanentes de cette institution[6]. Après son mandat, elle devient présidente de la commission socioculturelle à l’Assemblée nationale[7].

Elle est également présidente de la Ligue des Femmes Congolaises pour les Élections (LIFCE). Progressiste, elle milite pour plus de femmes dans le gouvernement congolais, et pour un équilibrage des droits entre les hommes et les femmes dans la société congolaise[5],[8]. En mars 2014, elle passe le premier projet de loi initié par une députée congolaise, loi qui vise à protéger la personne vivant avec handicap en RDC[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a comme époux le Dr. Masudi avec qui elle a fondé une famille[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]