Ça plane pour moi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la chanson de Plastic Bertrand. Pour l'émission québécoise, voir Ça plane pour moi!.
Ça plane pour moi

Single de Plastic Bertrand
extrait de l'album AN 1
Face A Pogo Pogo
Sortie 1er décembre 1977
Durée 3:11
Genre Punk Rock
Format 45 tours
Auteur Yvan Lacomblez
Compositeur Lou Deprijck
Producteur Lou Deprijck
Label Vogue, East West
Classement

no 25 au Hit Parade de 1977 no  18 au Hit Parade de 1978

no 1 à partir du 24 février 1987 durant deux semaines4

Singles de Plastic Bertrand

Ça plane pour moi est une chanson interprétée par le chanteur belge Plastic Bertrand sur l'album AN 1 paru en 1978.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1977, Plastic Bertrand commence sa carrière solo[n 1] avec le single Ça plane pour moi : l'artiste fait sa première télé le avec ce titre, lors de l'émission de Michel Drucker Les Rendez-vous du dimanche, et la France entière le découvre[1]. C'est un choix de la coproductrice de l'émission Françoise Coquet et de Michel Drucker, après avoir reçu le 45 tours sans jamais avoir vu le chanteur[1]. Sur le premier pressage du 45 tours, cette chanson figurait en face B, derrière un morceau intitulé Pogo Pogo[1]. Par la suite, les disquaires français voyant le succès de Ça plane pour moi, en feront inverser l'ordre[2]. Le single sort finalement le et connaît un succès planétaire[1]. En quelques semaines, 950 000 exemplaires du single sont écoulés[3]. Le titre se classe n°1 en France, en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Australie, au Japon et n° 8 en Angleterre[4]. Vendue à plus d'un million d'exemplaires en quelques mois[5], et plus de huit millions entre 1977 et 2015[2], elle se hisse également à la 47e position des meilleures ventes aux États-Unis[6]. Plastic Bertrand plane alors surtout sur la vague punk qui déferle du Royaume-Uni avec son look parodié[7],[n 2].

Origines[modifier | modifier le code]

Ce pastiche du punk est né à Bruxelles dans les studios de la société de production RKM[8]. La musique a été composée durant l'été 1977 sous la direction de Lou Deprijck puis jouée par le guitariste Mike Butcher. Lou Deprijck produit en même temps et dans les mêmes studios Jet Boy, Jet Girl, hymne punk gay du groupe britannique Elton Motello, avec la même musique[9],[2]. Bien que les deux chansons soient contemporaines, les paroles du texte anglais traitent de thèmes sexuellement explicites (l'amour homosexuel entre un adulte et un jeune de quinze ans[8]) et sont complètement différentes de la version francophone. Yvan Lacomblez réalise la version française qui n'a, alors, pas d’interprète[8]. La polémique de savoir qui a chanté lors de l'enregistrement va durer plusieurs années.

Controverse autour du véritable interprète[modifier | modifier le code]

Depuis la sortie du disque, de nombreuses rumeurs rapportent que le véritable interprète de la chanson serait le producteur Lou Deprijck, et non Plastic Bertrand[10]. En 2006, le conflit est traité par la justice belge. La cour d'appel de Bruxelles, dans une décision sans appel, fait de Plastic Bertrand le seul interprète légal de la chanson[11]. En 2010, suite à une procédure menée par la société AMC, propriétaire des bandes originales, un rapport judiciaire basé sur un réenregistrement de la chanson conclut que le véritable interprète serait Lou Deprijck, ce qui n'affecte pas le statut d'interprète légal qui reste attribué à Plastic Bertrand[11]. (Le producteur et interprète Lou Deprijck obtient une attestation des musiciens de la séance d’enregistrement du titre en 1977, dont celle du saxo Pietro Lacirignila, puis de l’ingénieur du son Phil Delire, qu’il est le vrai interprète de la chanson, alors qu’il est seulement crédité sur le disque comme compositeur et producteur.) [réf. nécessaire] La séquence fait polémique à l'époque, Plastic Bertrand reconnaissant au journal Le Soir ne pas être le véritable interprète[12], avant de revenir sur ses propos[13].

Reprises[modifier | modifier le code]

La chanson sera reprise par différents interprètes comme BlackRain, Red Hot Chili Peppers, André Verchuren, The Lost Fingers, The Damned, David Carretta, le groupe allemand The BossHoss et U2, en live, sur les marches du Palais des festivals de Cannes en 2007[14].

  • La chanteuse Leila K l'a utilisé pour sa face B de Check the Dan.
  • Le chanteur Christophe Willem s'en est servi pour sa prestation devant le jury de la Nouvelle Star, le 19 avril 2006.
  • Le groupe Vampire Weekend en a fait une reprise dans l'émission Taratata.
  • Le manchot Pigloo en a aussi fait une reprise, mais avec quelques paroles de changées et la chanson a été renommée Ça gaze pour moi (Le Twist).
  • Le groupe Sonic Youth en a fait une reprise noisy sur une compilation d'artistes divers Freedom of Choice: Yesterday's New Wave Hits as Performed by Today's Stars (1992).
  • Le groupe belge Telex en a plutôt fait une reprise lente électronique sur leur premier album Looking for Saint-Tropez.
  • Également par Zazie, en 1999, lors du medley « chanson populaire » au cours du concert des enfoirés 1999.
  • Le groupe anglais The Damned a repris Jet Boy, Jet Girl.
  • Le groupe français Nouvelle Vague l'a repris sur son album 3 (juin 2009)
  • La chanson est utilisée comme thème de l'émission québécoise Ça plane pour moi! (2009)
  • Le groupe québécois The Lost Fingers a également repris la chanson en 2009
  • Pour la compilation Il est cinq heures 02 Kingston s'éveille, le groupe de ragga dancehall français Saï Saï en a aussi fait une reprise planante (en 2009).
  • Le groupe Thee Headcoatees sur l'album Punk Girls en 1997
  • La chanson a été interprétée en concert par Kim Wilde
  • En 1978 le chanteur bruxellois Tichke en a fait une parodie bruxelloise sur le chômage avec Ça gaze pour moi (sous le nom de Plastichke), orchestrée par une partie des musiciens qui enregistrèrent la version originale.
  • Toujours en 1978, le chanteur allemand Benny en fait un succès sous le titre Bin wieder frei.
  • Le groupe américain Presidents of the United States of America en a fait une reprise pour son album Rarities.
  • Le groupe américain Red Hot Chili Peppers l'a chanté en live.
  • En 2007 lors de deux concerts de Police au Stade de France, Sting, chanteur du groupe, entonne le refrain de Ça plane pour moi à la fin de Next to you.
  • Le chanteur québécois Xavier Caféïne l'a aussi reprise avec un certain succès.
  • En 2019 par Alec Mansion et Philippe Lafontaine.
  • En 2017 et 2019, par Kirk Hammett et Roberto Trujillo de Metallica
  • En 2019 pour les 40 ans de la chanson, le chanteur Whities diffuse une version en single[15],[16] et sur son EP My name is Whities[17],[18].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Ça plane pour moi est aussi choisi pour la bande originale de nombreux films et campagnes publicitaires. En 1985, dans le film de la Warner Bonjour les vacances, Me, Myself and I[19] en 1999, le film de Danny Boyle 127 hours en 2011[20], et dans le film de 2012 Elle s'appelle Ruby. La chanson a aussi servi de générique au film de Jackass 3.5. en 2010, Une autre chanson de Plastic Bertrand, Stop ou Encore[21][source insuffisante] est employée dans le film Les Rois du désert avec George Clooney, en 1999.

Côté publicité, début 2006, Coca-Cola choisit Ça plane pour moi pour sa campagne de pub en Asie. Son titre devient d'un coup la chanson française la plus jouée en Asie[22]. Pepsi-Cola la choisit ensuite pour sa campagne américaine. Ça plane pour moi est également utilisé comme bande son pour un spot publicitaire pour Time Warner Cable aux États-Unis en avril 2011. La chanson apparaît dans plusieurs films comme : Eurotrip (2004), 127 heures de Danny Boyle (en 2010), Ruby Sparks (en 2012) et Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese (2013).

La chanson figure également dans la B.O de Barb Wire (1996), de Microbe et Gasoil (Michel Gondry) et dans le film français Rock'n Roll de Guillaume Canet où il l'interprète (2017).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avant, il est batteur, compositeur, chanteur du groupe punk belge Hubble Bubble et sort un album sous ce nom.
  2. Never Mind the Bollocks des Sex Pistols sort le 28 octobre de la même année. Les quelques groupes français qui obtiennent à cette époque un peu de reconnaissance, ne passent pas en radio.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Bordier 2017, p. 84.
  2. a b et c DE KERGARIOU, Caroline, No Future. Histoire du punk, Perrin, , p. Chapitre 13
  3. http://www.infodisc.fr/S_ToutTemps.php?debut=100
  4. Bordier 2017, p. 84 à 85.
  5. « « Ça plane pour moi », mauvaise histoire belge », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  6. (en) « Plastic Bertrand - Chart history | Billboard », sur www.billboard.com (consulté le 7 juin 2017)
  7. Bordier 2017, p. 85.
  8. a b et c Bordier 2017, p. 86.
  9. « La véritable histoire de Ça plane pour moi », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  10. « Plastic Bertrand: le point sur la polémique », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  11. a et b « "Plastic Bertrand est, juridiquement, le seul artiste-interprète" », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  12. « Plastic Bertrand n’a pas chanté "Ca plane pour moi" », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  13. « Plastic Bertrand revient sur ses propos », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  14. Olivier Monssens, Ça plane ! Délire et des larmes, Rocher,
  15. Steph Musicnation, « Whities reprend le tube de Plastic Bertrand ! », sur La Parisienne Life (consulté le 13 septembre 2019)
  16. « Whities : clip de ça plane pour moi », sur IdolesMag.com (consulté le 13 septembre 2019)
  17. « Whities : "Ça plane pour moi", 50 ans et toujours aussi dansant" », sur Weo (consulté le 7 octobre 2019)
  18. « Destination Whities : “J’ai une vraie volonté d’amener le sourire aux gens” », sur Garcon Magazine, (consulté le 16 octobre 2019)
  19. [1]
  20. [2]
  21. https://www.youtube.com/watch?v=01leloInieU
  22. [3]

Presse[modifier | modifier le code]

  • Julien Bordier, « Ça plane pour Plastic Bertrand », L'Express, no 3427,‎ , p. 84 à 86 (ISSN 0014-5270).