Ça a débuté comme ça

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-Ferdinand Céline en 1932

« Ça a débuté comme ça » est l'incipit du roman Voyage au bout de la nuit, première œuvre littéraire de l'écrivain français Louis-Ferdinand Céline, écrit et publié en 1932.

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette phrase est composée de cinq mots et de sept syllabes. Son auteur a préféré « ça », plus populaire que « cela », nettement plus académique. Céline a ensuite tout naturellement utilisé le terme « débuté » plutôt que son synonyme « commencé », qui sans être trop sentencieux est d’un registre quelque peu plus soutenu. La publication inédite du manuscrit du premier jet de cette œuvre de Céline qui était resté introuvable durant soixante ans et acquis par la Bibliothèque nationale de France en 2001, permet de comprendre les intentions premières de l'auteur qui l'a corrigé avant sa publication[1].

Selon Pascal Fouché, auteur du livre Ça a débuté comme ça qui évoque ce roman, la première phrase de Voyage au bout de la nuit apparaît en fait dans le manuscrit sous la forme « Ça a commencé comme ça » et c’est seulement sous la forme dactylographiée que Céline a rayé le mot « commencé » pour le remplacer par le mot « débuté »[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Le roman commence ainsi  :

«  Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais jamais rien dit. Rien. C’est Arthur Ganate qui m’a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C’était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l’écoute.  »

Le roman débute par une phrase courte, sortie du néant. Aucune description ni même d'analyse psychologique, il s'agit de la simple présentation de deux étudiants en médecine qui sont amis, le lecteur n'a pas d'autres informations sur les personnages. Les phrases sont brèves et directes[3].

L'utilisation du passé composé, immédiatement suivi du présent de l'indicatif souligne la spontanéité de ce début de narration, créée non par le narrateur, lui-même mais pas son interlocuteur qui est nommé dès le début du roman, la situation étant présentée comme un échange, voire une confrontation entre ces deux personnes[4], donnant l'impression qu'il ne sont pas forcément d'accord[5].

Postérité[modifier | modifier le code]

Bibliographie se référant à cette phrase[modifier | modifier le code]

  • Comédie française - Ça a débuté comme ça est un livre de l'acteur français Fabrice Luchini, édité chez Flammarion (), présenté comme un « autoportrait littéraire » par son auteur qui cite de nombreux écrivains dont Louis-Ferdinand Céline dont il s'est inspiré pour le titre de son ouvrage[6].

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Ça a débuté comme ça est une pièce de théâtre, basée sur une adaption du roman Voyage au bout de la nuit de Céline. La mise en scène est de Chloé Desfachelle ; la première représentation s'est déroulée à Toulouse, le [7].

Références[modifier | modifier le code]