Áron Szilágyi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Szilágyi Áron, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Áron Szilágyi, où le prénom précède le nom.
Áron Szilágyi
{{#if:
Aux championnats du monde 2013
Aux championnats du monde 2013
Contexte général
Sport pratiqué Escrime
Arme Sabre
Main droitier
Biographie
Nationalité Drapeau de la Hongrie Hongrie
Naissance (27 ans)
Lieu de naissance Budapest
Maître d'armes András Decsi, Béla Somlai, György Gerevich
Club Vasas SC
Taille 1,80 m
Poids 78 kg
Palmarès
Jeux olympiques 2 0 0
Championnats du monde 1 0 2
Championnats d'Europe 1 0 2
Coupe du monde 6 7 10
Dernière mise à jour le 26 février 2017

Áron Szilágyi, né le à Budapest, est un escrimeur hongrois pratiquant le sabre. En individuel, il est double champion olympique (Jeux Olympiques de Londres en 2012 et de Rio en 2016) et champion d'Europe (Montreux en 2015). Il est aussi champion du monde par équipe (Saint-Petersburg en 2007).

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Des débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Áron Szilágyi est un des élèves du maître d'armes hongrois György Gerevich, lui-même fils du grand escrimeur hongrois Aladar Gerevich, sept fois champion olympique. Il obtient ses premiers résultats probants très jeunes, dès la catégorie cadet : en 2006 il termine à la cinquième place aux championnats du monde de la catégorie.

En 2007, alors qu’il est encore cadet, il rejoint l’équipe nationale hongroise sénior pour les championnats du monde à Saint-Pétersbourg. La Hongrie remporte sa première médaille d’or au sabre masculin depuis 1998 en battant la France 45-43.

Les premières médailles en individuel et le titre olympique[modifier | modifier le code]

En 2008, il participe aux jeux olympiques de Pékin, terminant quinzième en individuel et septième par équipe. En 2009, il remporte le bronze aux championnats du monde à Antalya et en 2013 il termine troisième en individuel au championnat d’Europe à Sheffield.

En 2012, il est le seul Hongrois qualifié aux Jeux olympiques. En tableau de 16, il élimine le champion olympique en titre, le Chinois Zhong Man, puis l’Allemand Max Hartung et le Russe Nikolay Kovalev. En finale, il domine d’entrée de jeu l’Italien Diego Occhiuzzi, menant 7-0. Il remporte finalement le match 15-8, devenant le premier médaillé d’or hongrois des jeux de Londres.

Un titre de champion d'Europe et le doublé olympique[modifier | modifier le code]

En 2013, il est mis en avant pour la campagne de communication des championnats du monde qui se déroulent dans sa ville, Budapest. Il perd en demi-finale contre Nikolay Kovalev et prend la médaille de bronze. Dans la compétition par équipe, la Hongrie se contente de la septième place après une élimination par la Roumanie. Szilágyi termine la saison à la place de numéro 2 mondial, soit son meilleur classement.

Lors de la saison 2014-2015, il remporte son premier titre continental à Montreux, mais il perd en quart de finale aux championnats du monde. À l’issue de la compétition, Szilágyi annonce qu’il va se préparer pour les jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro avec le coach de l’équipe nationale de Singapour, András Decsi[1].

En 2016, il parvient pour la première fois depuis Jean-François Lamour en 1984 et 1988, à conserver son titre olympique en individuel. Lors du tournoi de sabre, il élimine en demi-finale le Coréen Kim Jung-hwan sur le score de 15-12, et bat en finale l’Américain Daryl Homer 15-8. Il n’a pas l’occasion de conquérir un titre par équipe à cause du roulement des épreuves par équipes.

Grâce à ce titre, il devient le cinquième sabreur de l'histoire à réussir le doublé olympique en individuel, et le troisième Hongrois après Jenő Fuchs (1908 et 1912) et Rudolf Kárpáti (1956 et 1960)[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

En 2012, il est fait citoyen d'honneur de Budapest et de Hévízgyörk en Hongrie. La même année, il reçoit aussi la croix d'officier de l'ordre du mérite hongrois[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fencing: Decsi to coach Olympic champ », (consulté le 30 août 2016).
  2. « Aron Szilagyi dans la légende, Inna Deriglazova brise l’hégémonie italienne! », sur olympic.org, (consulté le 2 septembre 2016)
  3. (en) « Aron Szilagyi », sur fie.org (consulté le 2 septembre 2016)
  4. (en) « OLYMPIC AND WORLD CHAMPION SABRE FENCER », sur biotechusa.com (consulté le 2 septembre 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :