Ága

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aga.
Ága
Titre original Ага (en bulgare)
Réalisation Milko Lazarov
Scénario Milko Lazarov
Simeon Ventsislavov
Acteurs principaux

Mikhail Aprosimov
Feodosia Ivanova

Sociétés de production Red Carpet
42Film GmbH
Arizona Productions
ZDF/Arte
Bulgarian National Film Center
Pays d’origine Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Durée 97 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ága est un film bulgaro-franco-allemand réalisé par le réalisateur bulgare Milko Lazarov et sorti en 2018. Il a obtenu de nombreuses récompenses dans les festivals internationaux.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nanouk et Sedna, couple de vieux éleveurs de rennes iakoutes nomades, désormais sans troupeau, vivent dans une yourte rustique dans la toundra gelée de Sibérie arctique depuis 50 ans. Tandis que le mari Nanouk passe son temps à creuser la glace pour pêcher quelques maigres poissons et à confectionner des pièges pour petits et grands animaux, accompagné de son unique chien de traîneau à travers les grands espaces blancs enneigés, sa femme Sedna s'occupe aux tâches ménagères, lui donne un coup de main de temps à autre et soigne secrètement sa vilaine blessure nécrosée au ventre. Nanouk observe parfois un avion de ligne venu d'un monde inaccessible dont le vacarme et le sillage blanc déchirent le ciel azur. Il se rend régulièrement au pied de somptueuses et imposantes montagnes voisines pour charger sur son traîneau quelques pierres qu'il vient poser au pied de l'unique arbre rabougri de sa plaine. La vie s'écoule selon les traditions ancestrales, de manière simple et austère, à peine ponctuée de la visite de Chena qui les approvisionne en scooter de neige. Les retrouvailles du soir entre les deux époux, souvent peu loquaces, nichés au creux de l'abri sommaire, sont parfois jalonnées d'un regard nostalgique sur une vieille photo jaunie de leur fille Ága, qui a « succombé aux sirènes de la modernité »[1], est partie travailler il y a longtemps dans une mine de diamants lointaine. Parfois ils échangent quelques phrases de sagesse ancestrale dans une intimité tout en retenue. Battue par un blizzard violent, la rudimentaire yourte de toile menace parfois de s'envoler et la bataille désespérée contre les éléments s'impose comme un question de survie.

Un soir, quand Nanouk rentre à la yourte, le cours des choses a changé. Mais il ne s'en émeut pas car la vie suit en cela son destin naturel. C'est alors qu'il entreprend un long voyage, chargé en stop par un chauffeur de grumier, pour aller retrouver sa fille Ága.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisateur : Milko Lazarov
  • Genre : drame
  • Nationalités : Drapeau de la Bulgarie Bulgarie, Drapeau de l'Allemagne Allemagne, Drapeau de la France France
  • Scénaristes : Simeon Ventsislavov, Milko Lazarov
  • Musique : Penka Kouneva
  • Producteurs : Guillaume de Seille (Arizona productions), Eike Goreczka, Veselka Kiryakova (Red Carpet), Christoph Kukula (42films), Sardana Savvina, Lyubov Borisova, BNT, ZDF/Arte
  • Image : Kaloyan Bozhilov
  • Son : Johannes Doberenz, Sebastian Schmidt, Florian Marquardt
  • Directeur de la photographie : Kaloyan Bozhilov
  • Chef monteur : Veselka Kiryakova
  • Assistant monteur : Tyliann Tondeur
  • Chef décorateur : Ariunsaichan Dawaachu
  • Costumes : Vanina Geleva, Daria Dmitrieva
  • Maquillage : Natalya Tomskaya, Raisa Kolodeznikova
  • Superviseur de la mise en couleur des personnages : Steffen Paul
  • Sociétés de production : Red Carpet, 42Film GmbH, Arizona Productions, ZDF/Arte, Bulgarian National Film Center
  • Distributeur en France : Arizona Distribution
  • Date de sortie :
  • Durée : h 37
  • Langue: iakoute[2] (langue altaïque de Sibérie). En France en salles, le film est en VO sous-titrée.
  • Lieu de tournage : Iacoutie (République de Sakha, Sibérie), notamment sur le fleuve gelé Léna[3]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Mikhail Aprosimov : Nanouk, le père
  • Feodosia Ivanova : Sedna, la mère
  • Galina Tikhonova : Ága, la fille
  • Sergey Egorov : Chena, le visiteur
  • Afanasiy Kylaev : le conducteur du camion

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le générique du film s'ouvre sur l'interprétation d'un morceau de musique traditionnelle iakoute à la guimbarde par une femme iakoute en costume d'apparat.
  • Le quatrième mouvement adagietto de la cinquième symphonie de Gustav Mahler est d'abord entendu dans une petite radio portable que tient Nanouk, qui en fait un commentaire dans son dialogue. Puis la symphonie occupe largement l'espace sonore et fait d'objet d'« une utilisation inattendue et bouleversante »[1] quand elle illustre la vision de l'immensité sibérienne glacée.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Selon le réalisateur Milko Lazarov, le personnage de Nanouk est un hommage au film Nanouk l'esquimau (1922) de Robert Flaherty[3].
  • Le tournage a été réalisé sur le fleuve gelé de la Lena, en un peu plus d’un mois, de mars à avril, avec du matériel d’expédition spécialisé, afin de pouvoir travailler dans les conditions de température allant jusqu’à -40°. Ága est le premier film étranger à avoir été réalisé en République de Sakha (Iakoutie), avec des acteurs locaux[4]. Sedna est interprétée par une éleveuse de vaches non professionnelle, et Nanouk est un acteur professionnel[3].
  • A propos de son film, Milko Lazarov explique: « Je suis depuis longtemps fasciné par l'effet des civilisations modernes sur les communautés éloignées du monde moins développé; par la manière dont des processus qui semblent à première vue n'avoir rien à voir avec elles peuvent avoir des effets fatals sur la vie de nations entières. Mon intention avec ce film était d'examiner comment les civilisations modernes défient les communautés du Nord dans leurs efforts pour maintenir leur existence. Je m'intéresse à la façon dont les mêmes personnes qui vivent dans des conditions insupportables pour l'homme moderne ont réussi à préserver la tendresse dans leurs relations interpersonnelles et comment elles abordent la vie avec un sourire et de la compassion ».

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Selon Samuel Douhaire de Télérama, « les scènes de complicité amoureuse du vieux couple dans la chaleur de sa yourte sont éclairées avec une grande douceur — l’influence de Vermeer est évidente »[1]. Concernant les images, il affirme : « Paysages grandioses, chant traditionnel, descriptif minutieux des rituels de pêche et de chasse : la première partie ressemble à un documentaire anthropologique »[1], et ajoute que « les extérieurs flirtent avec l’abstraction dans des plans fixes splendides où la terre semble constamment se confondre avec le ciel ». Selon lui encore en termes de symbolique, « la mise en scène poétique de Milko Lazarov utilise avec intelligence les symboles et les rimes visuelles : telle cette tache noire circulaire qui macule la neige [...] puis le ventre de Sedna [...] fait écho [...] à la vue aérienne saisissante de la gigantesque mine à ciel ouvert, comme un cancer détruisant la Terre »[1].

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

Le film Ága fait l'objet de 11 nominations et 21 récompenses en 2018[5] :

Festival du film de Cabourg 2018 (France)
Nomination Catégorie Prix de la Jeunesse
Catégorie Prix du Public
Récompense Swann d'Or Meilleur film
Festival international du film du Caire 2018 (Égypte)
Récompense International Film Critics' Week
Prix Shadi Abdel Salam[6]
Meilleur film
Festival international de cinéma Arctique de Tchoukotka 2018 (Russie)
Récompenses Prix Golden Raven Meilleur film
Prix spécial du Jury Meilleur film
Festival international eurasien du cinéma (en) 2018 (Kazakhstan)
Nomination Grand prix Catégorie Meilleur film
Récompense Prix du meilleur réalisateur Meilleur réalisateur
Festival du film de Fajr 2018 (Iran)
Récompense Grand prix Meilleur film
Festival du film Zone libre 2018 (Belgrade, Serbie)
Récompense Prix du meilleur film Meilleur film, sélection régionale
Festival du long métrage bulgare Golden Rose (en) 2018 (Varna, Bulgarie)
Récompenses Prix Golden Rose Meilleur film
Meilleur réalisateur
Meilleure photographie
Prix des journalistes accrédités Meilleur film
Prix de la Guilde des Critiques Meilleur long métrage
Festival international du film des frères Manaki 2018 (Macédoine du Nord)
Nomination Catégorie Caméra d'or
Festival International de Cinéma de Macau (pt) 2018 (Macao, Chine)
Nomination Catégorie Meilleur film
Festival international du film d'Inde 2018
Récompense Prix spécial du jury
Festival international du film de Jérusalem 2018
Nomination Prix Fondation Gabriel Sherover Catégorie Meilleur Film International
Festival international de Cinéma de Ljubljana (en) 2018 (Ljubljana, Slovénie)
Récompense Prix de l'audience Catégorie Meilleur long métrage
Festival international du film de Malatya 2018 (Malatya, Turquie)
Nomination Prix de l'Abricot de Cristal
Récompense Prix spécial du jury Catégorie Long métrage international
Prix de l'audience Catégorie Meilleur long métrage
Festival du film d'art de Schwerin (de) 2018 (Schwerin, Allemagne)
Nomination Catégorie Prix Bœuf volant
Récompense Prix du meilleur réalisateur
Festival du film de Sarajevo 2018 (Bosnie-Herzégovine)
Récompense Prix Cœur de Sarajevo Meilleur film
Festival du film de Sydney 2018 (Australie)
Nomination Prix de l'audience Catégorie Meilleur long métrage narratif
Prix du film de Sydney Catégorie Meilleur film
Festival international du film de São Paulo 2018 (Brésil)
Nomination Compétition des nouveaux réalisateurs Catégorie Meilleur film
Festival international du film de Valladolid 2018 (Espagne)
Récompenses Espiga de plata du long métrage
Prix Pilar Miró Catégorie Meilleur nouveau réalisateur
Espiga de Oro du long métrage Catégorie Meilleur film

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Samuel Douhaire, « La critique du film Ága », Télérama,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Présentation du film Ága », sur freezonebelgrade.org (Freezone Film Festival), (consulté le 17 janvier 2019)
  3. a b et c « Dossier de presse du film Ága », sur arizonafilms.fr (consulté le 19 janvier 2018)
  4. « Ága - dossier de presse », sur trigon-film.org (consulté le 17 février 2019)
  5. (en) « Ága awards », sur imdb.com (consulté le 14 janvier 2019)
  6. (en) « 40th Cairo International Film Festival », sur ciff.org.eg, 20-29 novembre 2018 (consulté le 14 janvier 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]