À la volette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

À la volette est une chanson enfantine traditionnelle du domaine public.

Paroles[modifier | modifier le code]

Mon petit oiseau
A pris sa volée
Mon petit oiseau
A pris sa volée
A pris sa, à la volette
A pris sa, à la volette
A pris sa volée

Est allé se mettre
Sur un oranger
Est allé se mettre
Sur un oranger
Sur un or, à la volette
Sur un or, à la volette
Sur un oranger

La branche était sèche
Elle s'est cassée
La branche était sèche
Elle s'est cassée
Elle s'est, à la volette
Elle s'est, à la volette
Elle s'est cassée

Mon petit oiseau
Où t'es-tu blessé ?
Mon petit oiseau
Où t'es-tu blessé ?
Où t'es-tu, à la volette
Où t'es-tu, à la volette
Où t'es-tu blessé ?

Me suis cassé l'aile
Et tordu le pied
Me suis cassé l'aile
Et tordu le pied
Et tordu, à la volette
Et tordu, à la volette
Et tordu le pied

Mon petit oiseau,
Veux-tu te soigner ?
Mon petit oiseau,
Veux-tu te soigner ?
Veux-tu te, à la volette
Veux-tu te, à la volette
Veux-tu te soigner ?

Je veux me soigner
Et me marier
Je veux me soigner
Et me marier
Et me ma, à la volette
Et me ma, à la volette
Et me marier

Me marier bien vite
Sur un oranger
Me marier bien vite
Sur un oranger
Sur un or, à la volette
Sur un or, à la volette
Sur un oranger

On a les couplets supplémentaires suivants[1] :

Et c'est (...) qui s'ra ma fiancée
Mon petit oiseau je vais te soigner
Et le petit oiseau reprit sa volée
C'est sur mon épaule qu'il vint se poser
Et dans mon oreille j'ai eu un baiser

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette chanson est une ritournelle d'Île-de-France qui remonte au XVIIe siècle[2].

Interprètes[modifier | modifier le code]

Elle fut interprétée, entre autres, par Lucienne Vernay, Henri Dès et Dorothée.

Elle a été notamment reprise par la série télévisée Kaamelott dans laquelle elle revient très souvent.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Kaamelott[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode A la volette (Livre I, ep. 26) de la série Kaamelott, le roi Arthur doit régulièrement, sur les conseils de son enchanteur Merlin, interrompre les séances de conseil stratégique pour, fredonner cette chanson, qui lui trotte en permanence dans la tête, au point de ne pouvoir suivre les échanges du conseil. En effet, son épouse Guenièvre a invité un barde au déjeuner, qui chanta cette chanson, aux dires du roi lui - même, la scène de chant par le barde n'apparaissant pas dans l'épisode. La scène finale montre le roi, excédé, dans le lit avec son épouse, la menaçant de tuer tout prochain barde qu'elle aurait l'intention d'inviter, pour, finalement, marmonner une dernière fois l'air de la chanson.

Dans l'épisode La quinte juste (Livre II, ep. 55) de la même série Kaamelott, le roi Arthur chante cette pavane dans un chœur polyphonique devant le Père Blaise, excédé par les écarts à l'accord pythagoricien. Lors du dernier écran noir marquant classiquement la fin d'un épisode de Kaamelott, on entend le roi exprimer « Par contre, elle est chiante cette chanson parce qu'elle reste. », ce qui renvoie le spectateur à l'épisode A la volette du livre I. On notera qu'Arthur chante une autre pavane en début d'épisode, "Belle qui tient ma vie".

Enfin, dans l'épisode Le dialogue de paix II (Livre III, ep. 23), le chef burgonde entonne cet air lors du repas qui clôt l'épisode.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « A la volette », sur La Compagnie de la Branche Rouge (consulté le 28 avril 2016)
  2. Livret d’accompagnement réalisé par Nicolas Saddier et Bruno Fontaine (compositeur), Chanson Prim 2, Raoul Breton (chants issus de la tradition arrangés par Bruno Fontaine) (lire en ligne [PDF]), p. 4-5

Liens externes[modifier | modifier le code]