À la pension

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

À la pension
Publication
Auteur Anton Tchekhov
Langue Russe
Parution Drapeau : Russie ,
dans Les Éclats no 21

À la pension est une nouvelle d’Anton Tchekhov.

Historique[modifier | modifier le code]

À la pension est initialement publié dans la revue russe Les Éclats, numéro 21, du 24 mai 1886, sous le pseudonyme A.Tchekhonte[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

À la pension « je vous aime », le professeur de mathématique Dyriavine est resté après les cours pour demander une augmentation à la directrice.

Il commence par se plaindre à elle qu’il n’y a plus de belles femmes en Russie, toutes des laiderons. La directrice n’est pas d’accord, et de prendre pour exemple une des élèves de première, Mlle Paltseva, une jeune fille d’une rare beauté. Elle la convoque sous prétexte de la réprimander pour que Dyriavine puisse mieux l’examiner.

Après la réprimande, Dyriavine avoue à la directrice qu’elle est encore plus belle que cette demoiselle. Il obtient son augmentation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Darnal-Lesné, Dictionnaire Tchekhov, Édition L'Harmattan, 2010, page 226 (ISBN 978 2 296 11343 5)

Édition française[modifier | modifier le code]

  • À la pension, traduit par Édouard Parayre, Les Éditeurs Français Réunis, 1958.