À cœur joie (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir À cœur joie.

À cœur joie est un film franco-britannique réalisé par Serge Bourguignon, sorti en 1967 avec Brigitte Bardot et Laurent Terzieff. On remarque la présence dans un petit rôle de Murray Head. Le guitariste et chanteur David Gilmour a aussi chanté les deux chansons de la bande originale.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une cover-girl mal mariée, Cécile (Brigitte Bardot) trompe son profond ennui dans les bras d'un charmant amant de passage, Vincent (Laurent Terzieff) pour qui elle éprouve bientôt une folle passion.


Lieu de tournage[modifier | modifier le code]

Les scènes du film ont été tournées sur place sur la plage de Gullane en East Lothian en Écosse en septembre 1966. Le casting principal est resté à l’Open Arms dans le village de Dirleton.


Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

  • Le film a été interdit aux moins de dix-huit ans à sa sortie[1].
  • Le film a été très mal reçu par la critique française qui l'a jugé peu original sur plusieurs points, le scénario du film étant proche de celui de Galia de Georges Lautner aussi scénarisé par Vahé Katcha, les motifs du photographes de mode et des cover-girls à Londres étant déjà au centre du film Blow up de Michelangelo Antonioni sorti deux semaines plus tôt, et enfin certains plans notamment celui du couple sur la plage rappelaient trop fortement ceux d'Un homme et une femme de Claude Lelouch[2].
  • Avant de se joindre à Pink Floyd et alors qu'il se trouvait à Paris avec son groupe de l'époque Joker's Wild, le guitariste et chanteur David Gilmour a chanté sur les deux chansons de la bande originale du film, Do You Want To Marry Me? et I Must Tell You Why sur une musique de Michel Magne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Garson, « A Cœur joie », L'Aurore,‎
  2. Henri Rabine, « A cœur joie », La Croix,‎ , p. 4 [Rubrique Arts Lettres Spectacles] :

    « S'il n'y avait pas eu un Homme et une femme (encore!), s'il n'y avait pas eu Galia, s'il n'y avait pas eu Blow-up, peut-être le film de Serge Bourguignon, A cœur joie, aurait-il quelques petites chances de passer pour original. »