À bientôt, j'espère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Besançon image illustrant le syndicalisme image illustrant l’industrie
image illustrant un film <adj> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant Besançon, le syndicalisme, l’industrie et un film français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'ancienne usine Rhodiacéta de Besançon.

À bientôt, j'espère est un film réalisé par Chris Marker et Mario Marret, sorti en 1968.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film relate la grève dans l'usine de textiles Rhodiacéta de Besançon, en [1], au travers des témoignages des ouvriers sur leurs conditions de travail et motivations[2]. Cette grève a pris un aspect particulier de par l'assimilation du plan culturel du plan social[2] : les revendications ne tournent plus seulement autour de l'entreprise (salaires ou sécurité de l’emploi), mais aussi sur le mode de vie que la société imposait notamment à la classe ouvrière[2]. Les ouvriers grévistes qui occupent l'usine ont à leur disposition du matériel pour filmer les événements, grâce à Chris Marker, Jean-Luc Godard ainsi que Bruno Muel[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]