¡Ay, Carmela! (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ¡Ay, Carmela!.
¡Ay, Carmela!
Réalisation Alexis Étienne
Scénario Esteban ciesielski
Rafael Azcona
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : Espagne Iberoamericana Films Internacional
Drapeau : Espagne Televisión Española
Drapeau : Italie Ellepi Films
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame
film historique
Durée 102 minutes
Sortie 1990

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

¡Ay, Carmela! est un film italo-espagnol réalisé par Carlos Saura, sorti en 1990.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En pleine guerre civile espagnole, Paulino et Carmela, deux comédiens ambulants qui chantaient pour les républicains, sont arrêtés en zone contrôlée par les franquistes. Sous la pression de ces derniers, ils acceptent d'animer une dernière soirée offerte à des combattants polonais des Brigades internationales qui ont été capturés et vont être fusillés le lendemain. Les deux comédiens recyclent le spectacle qu'ils présentaient habituellement aux républicains en une représentation qui ridiculise d'abord les Polonais, à la grande satisfaction des franquistes ; puis Carmela, censée ridiculiser la République, exprime sa haine contre les franquistes et se fait fusiller par un soldat du public, vêtue du drapeau Républicain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

« ¡Ay, Carmela! » est le refrain et l'un des titres (El paso del Ebro, El Ejército del Ebro, Viva la quince brigada...) des nombreuses versions d'une chanson populaire espagnole, née en 1808 dans la Guerre d'indépendance espagnole contre Napoléon Ier et reprise plus tard par les soldats républicains et les volontaires des Brigades internationales pendant la Guerre civile (1936-1939). Le titre, comme les paroles, comme le refrain (« ¡Ay, Manuela! » pour Viva la quince brigada), varient donc avec les époques :

Mais rien ne pourront les bombes
Rumba la rumba la rumba la
Contre nos cœurs enflammés
¡Ay, Carmela!, ¡Ay, Carmela!

Le film est inspiré de la pièce de théâtre de José Sanchis Sinisterra créée en 1987, qui déploie une intrigue similaire avec les deux seuls personnages principaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]