Économie du Portugal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Portugal
Indicateurs économiques
Image illustrative de l’article Économie du Portugal
Banco de Portugal, la banque du Portugal à Braga.

Monnaie euro
Organisations internationales UE, OMC et OCDE
Statistiques
Produit intérieur brut en PPA 237,52 milliards $ (2011)
Croissance du PIB en augmentation +2,1% (2019)
PIB par habitant en PPA 21 500 $ (2019)
PIB par secteur agriculture : 2,9 %
industrie : 24,4 %
services : 72,8 % (2009)
Inflation (IPC) 0,5 % (2019)
Pop. sous le seuil de pauvreté 21% (2019)
Indice de développement humain (IDH) 0,843[1] (2015) en augmentation
Population active 5,58 millions
Taux de chômage 6,7 %
(décembre 2018)
Commerce extérieur
Exportations 60 milliards $ (2019)
Importations 58,79 milliards $ (2009)
Finances publiques
Dette publique 124,8 % du PIB (2017)
Recettes publiques 91,89 milliards $ (2009)
Dépenses publiques 106,8 milliards $ (2009)
Déficit public 0,6 % du PIB (2018)

L'économie du Portugal est basée sur un système capitaliste. Membre fondateur de l'OCDE et de l'ALE en 1960, le pays est intégré dans la CEE en 1986, après avoir achevé sa phase de transition vers un régime démocratique, et il est l'un des États fondateurs de l'euro, qu'il adopte en 1999[2]. Son économie se distingue des autres économies d'Europe occidentale par son histoire particulière, en particulier par l'expérience de l’État Nouveau corporatiste (1933-1974), qui a profondément marqué ses différentes structures, puis par la réorganisation qui a suivi la Révolution des Œillets.

En 2005, le Rapport Global de Compétitivité publié par le Forum économique mondial place le Portugal en 22e position devant des pays et des territoires comme l'Espagne, l'Irlande, la France, Hong Kong et la Turquie. Dans le classement des technologies, le Portugal était à la 20e place, et dans le classement des institutions publiques, le Portugal est classé 15e meilleur.

Sommaire

Rappels historiques[modifier | modifier le code]

L'économie portugaise sous l’État Nouveau[modifier | modifier le code]

L'économie portugaise s'organise au XXe siècle sous l'autorité d'Antonio de Oliveira Salazar, qui a gouverné le pays pendant plus de quarante ans, de 1928 à 1969. Partisan d'une troisième voie entre capitalisme et communisme, l’État Nouveau salazariste impose un régime corporatiste au pays, tout en maintenant son système capitaliste et en conservant une économie de marché. L'inflation, endémique depuis des décennies, est maîtrisée dans les années 1930, au prix d'une fixation des prix (tabelas) et d'une forte contraction du marché intérieur. La liberté d'entreprise, réelle, mais soigneusement encadrée par l’État, s'inscrit dans une société organisée en corporations, qui rendent des comptes au pouvoir. La grande propriété foncière (latifundium) est favorisée dans le Nord et surtout l'Alentejo, qui est largement déboisé pour les besoins de l'agriculture, ce qui accroit l'existence d'un petit prolétariat rural misérable dans les deux régions, et accentue l'assèchement des sols problématique dans l'Alentejo. Attaché à la propriété privée, le régime est en revanche profondément anti-communiste et refuse toute idée de nationalisations de masse ou de planification d’État. Pendant cette période, la balance commerciale du pays, en équilibre, reste profondément dépendante du commerce et de l'extraction des matières premières dans ses possessions coloniales d'Afrique : pétrole (Angola), ivoire, bois de construction, huile et diamants.

La stabilisation du cours de la monnaie dans les années 1930 favorise le retour des investissements étrangers, ainsi que l'envoi des remessas des millions d'émigrés de la diaspora portugaise. Le Royaume-Uni, premier partenaire commercial du pays depuis le traité de Methuen (1703), conserve un rôle important dans le fonctionnement de l'économie portugaise (exploitation du pétrole et des diamants d'Angola, production du vin de Porto). La réorganisation de l'économie et la gestion rigoureuse du budget d’État permettent au Portugal d'échapper aux pires effets de la crise mondiale de 1929. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le pays, qui est resté neutre, a noué le Pacte Ibérique avec l'Espagne, et a continué à faire du commerce avec les deux camps, dispose de réserves considérables d'or. Son lien fort avec l'Angleterre permet au Portugal de contourner son isolement sur la scène internationale, et de participer en 1960 à la fondation de l'OCDE, ainsi qu'à la construction de l'AELE, qui prétendait concurrencer la CEE (réservée aux régimes démocratiques). Mais son investissement dans ses longues guerres coloniales (qui aspirent une part considérable de son budget), ainsi que le faible investissement dans les secteurs clé de l'éducation secondaire et universitaire, ont profondément pesé sur son économie. Avec la chute de l'État Nouveau le 25 avril 1974, et la perte de son empire colonial, le Portugal entre dans une phase de transition économique et de modernisation qui se poursuit jusqu'à nos jours.

Les événements militaires de 1974[modifier | modifier le code]

La période consécutive à la Révolution des Œillets est caractérisée par des troubles importants et une forte récession économique, provoqués par les nationalisations des industries et la séparation entre le Portugal et ses anciennes colonies. Privée de matières premières, l'industrie lourde s'arrête brusquement. Tous les secteurs économiques de la manufacture, de l'exploitation minière, de la chimie, de la défense, de la finance, de l'agriculture et de la pêche entrent en crise. En une nuit, le Portugal, qui était le pays à la plus forte croissance économique en Europe de l'Ouest, devient le pays à la plus faible croissance économique, et connaît plusieurs années de croissance négative. Ces bouleversements sont amplifiés par une émigration massive de travailleurs expérimentés et d'entrepreneurs liés à l'intimidation politique, et par les coûts de logement dus à l'arrivée au Portugal de milliers de réfugiés des anciennes provinces d'outremer d'Afrique - les retornados. Après les remous de la Révolution des Œillets de 1974, la base de l'économie portugaise entrent dans une phase de changements profonds.

En réalité, ces changements s'inscrivent dans un mouvement amorcé dans la décennie précédente. L'économie portugaise avait déjà évolué significativement en 1973 avant le coup d'État militaire, comparé à son état en 1961 - le PIB s'était développé de 120% en valeur réelle. La période pré-révolutionnaire était caractérisée par un fort taux de croissance du PIB (6,9 %), de la production industrielle (9 %), de la consommation des ménages (6,5 %), et de la formation de capital brut fixe (7,8 %). Le taux de croissance des exportations portugaises durant la période de 1959 à 1973 était important : 11 % par année. En 1960, l'importance des exportations était due à quelques produits : les conserves de poisson, le liège brut ou manufacturé, les textiles de coton et le vin. Par contraste, au début des années 1970 (avant le coup d'État de 1974), la liste des produits exportés par le Portugal reflétait une diversité significative de produits, comprenant à la fois des biens d'équipement et de consommation. Quelques branches de l'industrie portugaise s'orientèrent vers l'exportation, et en 1973, plus d'un cinquième des produits manufacturés portugais étaient exportés. Le dynamisme du pays était tel que l'ancien Premier ministre Marcelo Caetano affirmait, en parlant de cette époque : « Le Portugal était en passe de se transformer en une petite Suisse. »[3]

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Le « miracle économique portugais »[modifier | modifier le code]

Alors qu'il connaissait depuis les années 1990 une croissance supérieure à la moyenne des pays de l'Union européenne, le Portugal est l'un des pays européens les plus gravement affectés par la crise financière mondiale de 2007-2008, qui révèle un certain nombre de fragilités de son économie : vulnérabilité de son secteur bancaire, dette publique trop élevée, spéculation immobilière, etc. Pour empêcher un défaut de paiement et une déstabilisation de la zone euro, l'Union européenne et le Fonds monétaire international viennent en aide au Portugal, avec un prêt de 78 Milliards d'euros, exigeant en échange des réformes profondes de l'économie du pays[4]. Ces réformes sont supervisées par une Troïka, composée d'experts représentant la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international[5],[6] Dans ce contexte, sous le gouvernement conservateur de Pedro Passos Coelho (2011-2015), le Portugal s'engage dans une « politique d'austérité » drastique visant à réduire le déficit public et redynamiser le secteur privé : réduction du salaire minimum et des pensions de retraites, augmentation les impôts et réduction des aides publiques. Le déficit se maintient à 4,4 % du PIB, entrainant des menaces de sanctions de l'Union européenne, alors que la précarité et la pauvreté augmentent dans le pays[7].

Après les élections législatives de 2015, le nouveau gouvernement de gauche conduit par Antonio Costa (coalition réunissant le Parti socialiste, le Parti communiste et le Bloc de gauche) décide de rompre avec la politique d'austérité menée par le gouvernement précédent : « La politique d’austérité suivie ces dernières années a eu pour conséquence une augmentation sans précédent du chômage avec des effets sociaux dévastateurs sur les jeunes et les citoyens les moins qualifiés, ainsi que les familles et les milliers de Portugais au chômage. Elle a été aussi associée à une dévalorisation de la dignité du travail et des droits des travailleurs »[7]. Pour relancer l'économie et permettre une hausse du niveau de vie, le salaire minimum est augmenté en 2016 puis de nouveau en 2017, en échange de baisses de cotisations pour les employeurs, de 23 % à 22 %. Les retraites et les allocations familiales sont augmentées, le droit du travail renforcé, les impôts sur les bas salaires réduits. Le gouvernement décrète l'arrêt des privatisations de services et d'infrastructures publics. Il est aussi prévu de supprimer les coupes dans les revenus des fonctionnaires et de ramener leur temps de travail à 35 heures par semaine[7]. Pour pallier l’investissement public défaillant en raison d’un endettement de 130 % du PIB (hérité pour une bonne part des dettes bancaires), le Plan d'Investissement pour l'Europe dit « plan Juncker » s'est engagé à aider les PME portugaises à bénéficier d'un meilleur accès au financement[8]. Par ailleurs, les programmes européens pour la compétitivité et l'innovation devraient générer 900 millions d'euros d'investissements supplémentaires pour les entreprises du pays, même si ces aides peinent à arriver jusqu'aux PME dû à la complexité des procédures de demande et les conditions qui entourent leur attribution[9],[8]. Parallèlement, le gouvernement portugais a maintenu une rigueur budgétaire stricte, avec un déficit à 2,1% en 2016, et à 1,5% en 2017, conformes aux critères de Maastricht (déficit maintenu sous la barre des 3%)[10]. En juillet 2017 à Lisbonne, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a confirmé ces bons résultats, indiquant que "la réduction du déficit au Portugal est durable"[10].

Porté par ces mesures de relance et la bonne gestion de ses comptes publics, le Portugal opère un redressement économique spectaculaire depuis 2015, notamment grâce aux exportations et au tourisme. Pour se préserver des fluctuations du marché de la grande consommation, de nombreux entrepreneurs portugais ont choisi d'opérer une montée en gamme ce que l’industrie portugaise avait négligé de faire avant la crise, notamment dans les secteurs du textile, de la chaussure et de l'ameublement[10], avec des produits au design soigné et aux couleurs étudiées, qui permettent à des entreprises portugaises émergentes de percer sur les marchés chinois, français et américain[8],[10]. Dans le même temps, la hausse des revenus impulsée par l’État redonne confiance aux investisseurs et aux entreprises, avec une demande interne qui augmente et une progression de la consommation vers des produits de meilleure qualité[10]. Les projections actuelles des instituts tablent sur un chômage portugais à moins de 7 % en 2019 (à moins de 2 points du plein emploi), le plus bas depuis 2004, et la croissance du PIB était de 2,5 % pour 2017[7]. En , l'Institut national des statistiques (INE) a indiqué que la croissance économique a atteint 3 % du PIB en juillet , ce qui en fait le meilleur taux pour cet indicateur depuis le début du XXIe siècle[11]. D'après la dernière Étude économique du Portugal publiée par l'OCDE, la croissance du PIB portugais s’établira à 2.1 % en 2019 et 1.9 % en 2020, soit un niveau supérieur à la moyenne de la zone euro. À l'issue de cette étude, l'organisation considère que le Portugal peut mettre à profit sa reprise économique pour améliorer sa résilience, notamment en consolidant encore ses finances publiques et son secteur bancaire[12]. Ces mutations et ce redressement rapides amènent une grande partie de la presse internationale à parler de « miracle économique portugais »[8], voire de « modèle économique portugais »[10]. Pour de nombreux observateurs, et pour de nombreux partis de gauche, le Portugal démontre depuis 2015, « qu'une politique inverse aux politiques austéritaires préconisée par les autorités européennes, et donc basée sur une relance par la demande et l'amélioration des protections sociales, peut fonctionner. »[10]

Les secteurs en résilience[modifier | modifier le code]

Les données de la dernière Étude économique du Portugal publiée par l'OCDE[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant très supérieur à la moyenne mondiale, le Produit intérieur brut par habitant du Portugal reste le plus bas des pays d'Europe de l'Ouest. Le pays se positionne au-dessus de la moyenne des pays membres de l'OCDE dans les domaines du logement, de l’équilibre vie professionnelle/vie privée, de la sécurité et de la qualité de l’environnement. En revanche, il se classe en dessous de la moyenne dans les thèmes des revenus et du patrimoine, de la santé, des liens sociaux, de l’engagement civique, de l’éducation et des compétences, de la satisfaction à l’égard de la vie et de l’emploi et des revenus[13].

Précarisation de l'emploi et niveau élevé du travail informel[modifier | modifier le code]

Même si le gouvernement actuel a relevé le salaire minimum à 700 euros et même si les fonctionnaires connaissent leur première augmentation depuis 2009, les bons chiffres du chômage redescendus à 6,7% (aussi en raison de la démographie) cachent encore une grande précarité de l'emploi et un niveau de vie plutôt bas[8]. D'après l’association portugaise des travailleurs précaires, la moitié des embauches se ferait en contrat à durée déterminée, avec un taux très élevé de travail informel. La part de la population active travaillant comme prestataire de services, sans contrat de travail ni droits sociaux, est estimé structurellement à environ 1/5e de la population active: 1,2 million de travailleurs sur un total de 5,6 millions d'actifs. 600 000 à 900 000 travailleurs seraient de faux travailleurs indépendants, employés par des entreprises privées ou même des administrations, qui évitent ainsi de payer les cotisations patronales et peuvent s'en séparer à tout moment, sans préavis. Tout en saluant le succès de la politique de relance du Portugal, en juillet 2018 à Lisbonne, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a appelé le gouvernement portugais "à mieux intégrer les chômeurs de longue durée."[10]

Le nombre de travailleurs précaires est en augmentation et la moitié des heures supplémentaires effectuées par les salariés en 2018 n'ont pas été payées. Cette situation entraine quelques tensions au sein de la majorité parlementaire : le Bloc de gauche, partenaire critique du gouvernement, estime que « sur la législation du travail, nous avons très peu avancés, voire régressés. Avec l'aide de la droite et du patronat le gouvernement a validé la généralisation des contrats précaires de très courte durée. En somme, ce que la Geringonça [accord entre les partis de gauche afin de constituer une majorité] a permis de construire avec la revalorisation des salaires, le gouvernement l'a miné à travers la précarisation des salariés[14]. »

Le niveau élevé des dettes publique et privée[modifier | modifier le code]

La note de la dette publique à long terme du Portugal est BB, selon l'agence de notation S&P, et les entreprises privées sont généralement très endettées. Leurs dettes représentent en 2017 145 % du PIB[15]. En dépit du succès de la politique de relance, et du dynamisme du secteur privé, le niveau très élevé de la dette publique rend encore difficile pour le gouvernement portugais de faire des investissements à long terme : les universités, pourtant réputées de qualité, et les hôpitaux sont encore en 2019 au bord de la faillite. À quelque 120 % du PIB, la dette publique du Portugal recule, mais reste parmi les plus élevées de l’OCDE, ce qui limite encore la capacité du pays à réagir à des chocs externes[12].

L'effondrement démographique[modifier | modifier le code]

Frappé de plein fouet par la crise financière mondiale de 2007-2008, le Portugal est redevenu en 2008 un pays d'émigration massive, qui a perdu une partie importante de sa population active, en particulier de sa jeunesse qualifiée, phénomène qui pèse sur le développement d’entreprises. D'une façon générale, les entrepreneurs affirment n'avoir pas de difficultés à mobiliser les anciennes générations qui détiennent les savoir-faire traditionnels, en revanche ils peinent à recruter et former des jeunes, pour faire fonctionner l'industrie manufacturière, ou produire des pièces de rechange nécessaires au fonctionnement de machines très anciennes dans le secteur de la tradition haut de gamme[8] . Bien que les flux se soient amoindris, d'après les derniers recensements, le Portugal perdait encore 25 000 habitants par an sur 10 millions environ[8].

Gestion environnementale[modifier | modifier le code]

En juin 2017, des incendies provoquent la mort de soixante-six personnes, ce qui entraine de vives critiques contres les autorités, accusées de négligence. Conséquence de l'austérité et du faible niveau d'investissement public, le démantèlement des services forestiers, la privatisation des moyens aériens de lutte contre les incendies et l'amputation des budgets de la politique forestière ont été poursuivis durant des années, tant par des gouvernements conservateurs que sociaux-démocrates. Entre 2006 et 2016, les effectifs des gardes forestiers ont été réduits de près d'un tiers. Après la tragédie, le gouvernement entreprend de racheter au secteur privé pour sept millions d'euros le réseau Siresp (système de communication entre secours), jugé largement défaillant[14].

Les plantations d'eucalyptus, essence hautement inflammable, sont montrées du doigt. Cet arbre d’origine australienne constitue l’espèce la plus présente au Portugal, indique la Ligue pour la protection de la nature (LPN). Le pays compte la plus grande densité d’eucalyptus du monde. Ces plantations servent notamment de matière première à l’industrie papetière, en particulier The Navigator Company, l'une des plus puissantes entreprises du pays. D'après la présidente de l’Association des victimes de l’incendie de Pedrógão Grande : « En 2002-2004, le gouvernement de José Manuel Barroso a négocié avec l’entreprise afin d’intensifier son développement économique. Dès lors, les pouvoirs locaux ont délivré les autorisations de planter de l’eucalyptus aux micropropriétaires les yeux fermés. La politique forestière étant fondée sur le profit à court terme, l’arbre a très vite proliféré dans les zones rurales les plus défavorisées[14]. »

Faibles investissements publics.[modifier | modifier le code]

Afin de respecter l’orthodoxie budgétaire imposée par les traités européens, les dépenses publics ont atteint un niveau extrêmement faible (1,97 % du PIB en 2018). Le redressement économique a ainsi servi prioritairement à combler le déficit et la dette. Selon le député José Gusmão (Bloc de gauche) : « Une grande partie du PS veut maintenir une relation pacifiée avec le secteur bancaire et les institutions européennes, pour apparaître comme le bon élève de l’Europe. Son objectif à terme est le remboursement de la dette pour respecter le plafond fixé par Bruxelles : 60 % du PIB. Mais garder le rythme actuel de réduction de la dette — ce qui est utopique — impliquerait de nous priver d’investissements publics pendant deux décennies… » D'après le secrétaire d’État aux affaires parlementaires Duarte Cordeiro (Parti socialiste) : « La divergence principale avec nos partenaires de gauche reste le rythme de réduction de la dette. Ils ne souscrivent pas à nos objectifs budgétaires. Nous les assumons pleinement[14]. »

Cette politique de rigueur budgétaire est mise en œuvre par le ministre des Finances Mário Centeno, économiste formé à Harvard et de sensibilité libérale. Plutôt que d’investir dans le secteur public, le gouvernement décide de renflouer les banques privées avec de l'argent public (Novo Banco reçoit 1,9 milliard en 2019). Cette décision a de nouveau provoqué une contestation de la gauche radicale et des communistes, qui ont accusé le ministre de préférer « assainir » les banques privées plutôt que d’effectuer les investissements nécessaires au pays[14].

En 2019, les universités sont proches de la faillite et le système de santé pâtit du manque de moyens matériels et de personnel. Le gestionnaire public des infrastructures ferroviaires considère que 60 % des lignes de train sont dans un état « mauvais » ou « médiocre ». Le logement social ne représente que 2 % du parc immobilier[14].

Les dernières mesures annoncées[modifier | modifier le code]

Confronté depuis 2018 à des mouvements sociaux dans le secteur de la santé, le gouvernement d'Antonio Costa a annoncé en 2019 le déblocage de 4 milliards d'euros pour le financement de nouveaux centres médicaux et le recrutement de 1000 nouveaux fonctionnaires pour l'année en cours. Pour encourager les jeunes diplômes ayant émigré à rentrer au pays, il a également mis en place une mesure d'allègement fiscal. Les personnes ayant émigré entre 2011 et 2015 et  qui rentreront au Portugal entre 2019 et 2020 ne paieront que la moitié de l´impôt sur le revenu[8]. Ces mesures constituent un retournement historique de la part d'un État ayant toujours encouragé sa jeunesse désœuvrée à émigrer, afin qu'elle rapatrie des fonds depuis l'étranger (remessas).

Structure économique[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire: agriculture, pêche, mines[modifier | modifier le code]

Alors que le Portugal était considéré au moment de la Révolution des Œillets comme un pays essentiellement rural, la part de la pêche et de l'agriculture dans la richesse nationale s'est réduite en quelque décennies. Ces deux secteurs emploient encore 13 % de la population active mais ne génèrent plus que 4 % du PIB (contre environ 25 % en 1960). En revanche, le secteur minier reste un secteur important de l'économie, en particulier pour d'exploitation du tungstène et du lithium. Durant cette période, le secteur tertiaire s'est développé, représentant aujourd'hui 66 % du PIB et 52 % de la population active. Les 30 % restants du PIB sont essentiellement générés par les secteurs de la construction et de l'énergie.

Parmi ses nombreux atouts, le Portugal possède aujourd'hui une gigantesque zone économique exclusive, qui s'étend sur plus de 1 720 000 km2 (soit plus de 18 fois sa superficie terrestre). Rapporté au niveau mondial, le pays, qui occupe la 111e place en superficie terrestre, possède la 11e plus grande zone d'exclusivité maritime du monde, devant l'Inde et la Chine. Celle-ci est en voie d'être agrandie au-delà des 350 miles actuels, ce qui accroîtrait considérablement ses dimensions et créerait une ZEE continue entre le Portugal continental, les Açores et Madère[n 1].

Dans le cadre de l'Union européenne, le Portugal est le pays qui possède la plus grande juridiction maritime située dans l'UE (c'est-à-dire en excluant les lointains territoires britanniques d'outre-mer et les territoires français d'outre-mer, situés hors-Union européenne). Conséquence de cet état de fait, 53 % du commerce extérieur de l'Union européenne transite par les eaux portugaises, 60 % du commerce extérieur portugais se fait par voie maritime, et 70 % des importations nationales sont acheminées par la même voie (dont la totalité du pétrole et les 2/3 du gaz portugais). D'un point de vue économique, le pays continue à tirer une part importante de ses richesses de la mer, puisque 11 % de son PIB, 12 % de ses emplois, 17 % de ses recettes fiscales[16] et 90 % de ses recettes touristiques sont liés aux océans[17].

Carte de la zone économique exclusive portugaise.

Le secteur secondaire: les industries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie au Portugal.

Le Portugal possède une tradition industrielle ancienne. À l'heure actuelle, les principales industries du pays sont les raffineries de pétrole (détenues dans leur totalité par Galp), des usines pétrochimiques, de la production de ciment, de la construction automobile et navale, des industries électriques et électroniques, de l'industrie papetière, des industries de moulage par injection, des industries textiles, des industries de fabrication de chaussures, des tanneries, des fabriques de meubles, des ateliers de céramique, des industries agroalimentaires (boissons et nourriture), de la production de liège (premier producteur mondial). Un tiers des produits manufacturés sont exportés. Le Portugal est le cinquième producteur mondial de tungstène, le premier producteur européen de lithium et le huitième producteur de vin.

Parmi les fleurons de l'industrie portugaise, on trouve Galp, un groupe d'entreprises du secteur de l'énergie, propriétaire de Petrogal et Gás de Portugal, qui travaille dans le domaine du pétrole et du gaz, avec des activités qui s'étendent depuis l'exploitation et la production de pétrole et de gaz naturel, au raffinage et à la distribution des produits pétroliers et gaziers, qui contrôle près de 50% du commerce de combustibles du pays, et qui monopolise toute sa capacité de raffinage. Établie sur plusieurs continents, l'entreprise pétrolière et gazière portugaise a adopté récemment une politique d'expansion agressive sur le marché au détail espagnol, et elle poursuit ses activités d'exploitation d'hydrocarbonates au Brésil en association avec Pétrobras et Partex, et en Angola avec Sonangol.

La tertiarisation de l'économie[modifier | modifier le code]

Encore embryonnaire à la fin des années 1970, le secteur tertiaire s'est considérablement développé. Il produit actuellement 66 % du PIB et emploie 52 % de la population active. Les taux de croissance les plus significatifs sont trouvés dans les secteurs du tourisme et du commerce. Cela est dû à l'introduction des moyens modernes de distribution, transport et télécommunications. Les entreprises de services financiers ont bénéficié de la privatisation, gagnant également en efficacité.

Parmi les différentes branches en développement du secteur tertiaire, le tourisme est celle qui s'est développée de la manière la plus significative et génère à l'heure actuelle près de 5 % de la richesse du pays. Le Portugal figure régulièrement en tête des palmarès internationaux des meilleurs destinations touristiques. En 2017, le Portugal a par exemple été élu "Meilleure Destination du Monde" aux World Travel Awards. Lisbonne a été considérée comme "Meilleure Destination pour un City Break", et l'île de Madère comme la "Meilleure Destination Insulaire". Cette année, le Portugal a cumulé six prix de grand prestige international dans le secteur du tourisme. En 2016, l'Organisation Mondiale du Tourisme plaçait le Portugal dans les 20 plus grandes destinations touristiques du monde. En 2017, le pays a accueilli plus de 12 millions de touristes, soit plus que la population portugaise elle-même (11 millions d'habitants).

Depuis 2012, le tourisme est dopé par les investissements étrangers encouragés par une libéralisation des conditions d’immigration pour les non européens qui peuvent du « programme des visas dorés » et une série d’avantages fiscaux qui bénéficie aussi aux Européens via le statut de résidents non habituels (RNH) favorable aux entreprises comme aux particuliers retraités notamment[8]. La revitalisation du secteur s'explique également par des projets immobiliers haut de gamme, qui misent sur la qualité plutôt que sur les prix bas[10]. Lors de sa visite à Lisbonne en juillet 2017, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a tenu à souligner les résultats de cette politique, et "le boom du tourisme" au Portugal[10].

À la suite de la crise économique de 2008, le Portugal accepte certaines exigences du Fonds monétaire international, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne, telles que la dérégulation du marché immobilier et le développement de l'offre touristique en échange d'une aide économique. En 2012, le gouvernement conservateur de Pedro Passos Coelho modifie la loi sur les locations en faveur des propriétaires, facilitant l’augmentation du loyer à la fin d’un bail et l’expulsion des occupants en cas de rénovation des lieux. Des « visas en or » sont créés en 2012 en faveur des étrangers qui achèteraient des biens immobiliers pour plus de 500 000 euros et un statut de résident non habituel offre un régime fiscal avantageux pour les retraités européens qui viendraient s’installer dans le pays et y acquièrent un logement. Depuis fin 2018, Lisbonne est la ville européenne qui compte le plus de résidences Airbnb par habitant. Cette libéralisation du marché locatif a cependant conduit à une augmentation du nombre d'expulsions. Des bâtiments historiques, tels que le palais Santa Helena, ont été vendus à des groupes privés afin d’être transformés en appartements de luxe[14]. À Lisbonne, en 2019, les prix dépassent les 8.000 euros le mètre carré. D'après la Fédération Internationale de l’Immobilier.« le pays propose de plus en plus de programmes immobiliers de luxe. Il fonde tout sur le golf. Ce qui appelle une clientèle aisée »[18].

Les réserves d'or du Portugal[modifier | modifier le code]

Parmi les spécificités de l'économie portugaise, le Portugal est l’un des États disposant des plus grandes réserves d’or de la planète. D'après le World Gold Council (WGC), l’organisation international des entreprises du secteur de l’or et avec les données du FMI, le Portugal figure en 12ème position sur la liste de 100 pays disposant des plus grande réserves d'or au monde, avec des réserves d’or évaluées en 12 000 millions d’euros, soit 382,5 tonnes, c'est-à-dire des valeurs supérieures à celles du Royaume-Uni, de l'Espagne ou de l'Arabie saoudite[19]. Ramené à 36,4 gr / habitant, ce stock permet au pays de figurer sur la liste restreinte des quelques États européens possédant plus de 30 grammes d’or par habitants dans les coffres de sa Banque centrale, derrière l'Allemagne (41,8), l'Italie (41), la France (36,9) et les Pays-Bas (36,5)[20]. Ces réserves, héritées de l'époque coloniale (exploitation minière du Brésil et de l'Angola) et du commerce fait avec les deux camps Alliés et de l'Axe pendant la Seconde Guerre mondiale, permettaient à l’État portugais d'assurer la couverture or de l'Escudo pendant la période de l’État Nouveau, et durant une partie de la transition démocratique. Pendant les années qui ont suivi la Révolution des Œillets, le pays s'était séparé de la moitié de ses stocks d'or, passant de 801 tonnes de réserve en 1970 à 492,4 tonnes en 1990. Depuis, contrairement à la France, qui s'est séparée de 20 % de ses réserves d'or à bas cours en 2004, l’État portugais a choisi de maintenir son haut niveau de thésaurisation, avec un fonds stable[21]. La valeur des réserves d'or portugaises représente environ 60% de ce que le gouvernement a l’intention d'engager cette année dans les dépenses de personnel de l’administration publique (20,4 milliards d’euros)[19].

Le commerce extérieur portugais[modifier | modifier le code]

Le commerce extérieur du Portugal se concentre essentiellement dans l'Union européenne, avec 80 % des exportations à destination des pays de l'Union (au premier rang desquels figurent Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni), 5 % pour l'Amérique du Nord, les pays lusophones représentant 4 % des exportations. De la même façon, les exportations vont aussi vers les pays membres de l'Union européenne et l'Angola. Les exportations de biens industriels et manufacturés comme les voitures, le textile, les vêtements, les chaussures, le liège (premier rang mondial), les machines-outils, les équipements de transports, des composants informatiques et électroniques et des matériaux de construction, les matériaux de construction, la pâte à papier, les dérivés du papier et les produits chimiques représentent plus de 70 % des exportations totales.

La vigueur des secteurs traditionnels du liège, agro-alimentaire et minier[modifier | modifier le code]

En dépit de ses dimensions modestes, le Portugal est un leader européen et mondial dans quelques secteurs industriels, miniers et agro-alimentaires. Le pays est notamment le premier producteur mondial de liège, avec 64% de la production mondiale[22], pour un chiffre d'affaires de 846 millions d'euros en 2014, et il s'efforce depuis les années 2000 de diversifier ses activités autour de cette matière, en s'appuyant sur l'investissement et la recherche, avec l'intégration d'industries de transformation du liège, et le lancement de produits innovants dans les domaines de l'industrie spatiale (boucliers thermiques)[23], de la maroquinerie (chaussures, sacs à main), du mobilier, de l'isolation thermique et phonique, de l'artisanat et même de la création artistique. Pour assurer sa production, le Portugal entretient 730 000 hectares de plantations de chêne liège, soit 200 000 hectares de plus que l'Espagne, le second producteur mondial (30% du marché mondial). Actuellement, les chêneraires des districts de Santarém, d’Évora, Setúbal, Portalegre et Beja fournissent environ 90 % de la production du liège portugais.

Parmi les produits de renom international exportés par le pays, on trouve les vins (8e producteur mondial), et particulièrement le vin de Porto, vin muté décliné en différents types (Rouges, Ruby, Tawny, etc.), et produit suivant des normes très spécifiques, dont la production est soigneusement régulée par les Institutions régulatrices, notamment l'Association des Entreprises de Vin de Porto, et surtout l'Institut des Vins du Douro et Porto (IVDP), qui impose aux producteurs des quotas de production annuels. Cette industrie viticole ancienne, qui structure une part importante de l'activité économique du nord du pays, est répartie entre trois grandes catégories d"acteurs : les grandes compagnies de négociants, une quarantaine environ, qui possèdent plus de 200 marques et représentent 90 % du marché ; les producteurs embouteilleurs, au nombre d'une quarantaine également, qui produisent eux-mêmes leur porto, seulement à partir des raisins de leur propre domaine, et qui représentent 5 % des ventes ; et les caves coopératives que l'on trouve dans chaque village de la région du Douro, qui produisent du porto à partir des raisins apportés par les habitants du village qui possèdent quelques pieds de vigne ou de petites propriétés sans contrat avec des compagnies (il y a 33 000 propriétaires de vignes pour 30 000 hectares de vignes dans le Douro).

Connu pour la richesse de son sous-sol depuis l'Antiquité, le Portugal est également une puissance minière d'envergure mondiale. Parmi les minerais et métaux exportés par le pays, le Portugal est le cinquième producteur mondial de tungstène (680 MT), un métal extrait chimiquement de la wolframite, utilisé principalement dans des applications électriques (filaments de lampe à incandescence), mais aussi (sous forme d'alliage) dans la réalisation d'outils nécessitant une grande dureté (forets, poudres abrasives, etc.)[24]. Développées dès le début du XXe siècle, les exploitations portugaises de Panasqueira et Borralha figurent parmi les plus anciennes du monde[25],[24]. D'autres sites d'extraction existent à Régua, Tarouca (mine d'étain et de tungsten) et Portalegre[26]. Le Portugal est également le premier producteur européen de lithium, avec une part de marché en Europe de 11%. À l'heure actuelle, la plus grande mine de lithium du continent située dans la région de Guarda est exploitée par l'industriel Grupo Mota et sa filiale Felmica, avec des réserves estimées à 30 ans[27], et une production entièrement consacrée à la céramique et à la verrerie. Dans le courant des années 2010, d'autres sites ont été identifiés dans les environs de Vila Real et Montalegre. Ces sites, qui abritent des gisements colossaux, font actuellement l'objet de prospections actives, avec un début d'exploitation prévu par les autorités portugaises en 2020[28].

Le Portugal est également le principal exportateur européen de sardines en conserve[29]. Le pays a la particularité d'avoir développé une industrie de luxe singulière de la sardine en boîte, vendue dans les épiceries fines du pays et à l'exportation, qui a remarquablement résisté à la crise financière mondiale de 2007-2008[30]. En plus d'être leader dans ce domaine, Portugal est le marché le plus important pour la sardine en Europe (en termes de consommation par habitant) tant pour la sardine fraîche que pour la sardine en conserve[29]. Le Portugal s'est en outre doté du plus grand verger de yuzu d'Europe, créé à Amareleja à l'initiative de jeunes agriculteurs locaux, afin de fournir la restauration de luxe européenne. Le climat local, qui limite la présence de la mouche méditerranéenne, permet de produire des yuzus d'excellente qualité avec un mois d'avance sur le Japon.

Le renouveau des industries orientées à l'export[modifier | modifier le code]

En 2017, le ministre portugais de l'économie Caldeira Cabral expliquait la reprise économique spectaculaire du Portugal par un renouveau d'industries orientées à l'export telles que l'automobile, les chaussures ou encore le textile qui avaient quasiment disparu du paysage[10].

L'industrie automobile portugaise[modifier | modifier le code]

Le Chaimite V200 pendant l'exercice Iberian Resolve, en 2002.

Jusqu'au début du XXIe siècle, le Portugal a disposé d'une industrie automobile propre, avec plusieurs constructeurs nationaux de véhicules tout public : UMM (União Metalo-Mecânica), un fabricant de véhicules tout-terrain, en activité de 1977 à 2006 ; Portaro (Portugal e ARO), autre fabricant de véhicules tout-terrain, établi à Abrantes, en activité de 1975 à 1990 (7000 véhicules vendus au Portugal, des milliers à l'export) ; ALBA (pt), fabricant de voitures de sport, établi à Albergaria-a-Velha, en activité de 1952 à 1954 ; DM, constructeur de voitures de sport, en activité dans les années 1950 ; Edfor, autre constructeur de voitures de sport, en activité dans les années 1970, connu pour avoir fourni des véhicules au cinéaste Manoel de Oliveira ; Sado, constructeur de citadines dans les années 1980, considérées comme des modèles précurseurs du “Smart ForTwo" ; AGP-IBA, autre constructeur de citadines révolutionnaires, en activité à la fin des années 1950, disparu après un conflit brutal avec le pouvoir politique qui avait opté pour l'importation de véhicules en CKD (completly knocked down) de marques étrangères[31].

Parmi les grands succès de l'industrie automobile portugaise, figure le véhicule de transport de troupes Chaimite (en), une puissante traction blindée développée à partir de la fin des années 1960 par la société Bravia (en) pour les Forces armées portugaises[32], fabriquée en série au Portugal jusqu'au début des années 2010 (8 modèles différents se sont succédé, en 4x4 et 6x6) et exportée vers l'Arabie saoudite, le Brésil, la Birmanie, l'Afrique du Sud, la Palestine, le Pérou, les Philippines, la Libye et le Liban. De l'avis des spécialistes du secteur automobile, la principale cause des faillites de l'industrie automobile portugaise a été le manque de soutien de la part de l’État[31].

Bien qu'ayant cessé de produire des véhicules tout public de marque nationale dans les années 2000 (fermeture de la marque UMM en 2006), le Portugal continue à consacrer une part importante de son activité industrielle à la production d'automobiles pour des constructeurs étrangers. Depuis 1962, l'usine PSA de Mangualde produit des véhicules (site certifié ISO 9001 depuis 2000). En 2010, 47 369 véhicules y ont été produits et elle a la particularité d'être encore en production majoritairement manuelle[33]. Renault-Nissan y ont débuté au second trimestre de 2011 la construction de véhicules électriques[34],[35] Depuis 2015, les investissements dans ce secteur sont en hausse[10]. Et les industriels installés depuis des années dans les pays de l'Est pour la main d’œuvre très bon marché opèrent un retour vers le Portugal, à la recherche d'une meilleure qualité professionnelle tout en conservant des coûts salariaux avantageux[10].

Depuis le milieu des années 2000, plusieurs constructeurs portugais sont réapparus sur le marché automobile, avec différents projets de Concept Cars en cours. En 2007, la start-up portugaise Vinci (pt) lance les premiers tests sur son prototype de voiture de sport thermique, le coupé de luxe Vinci GT, un véhicule construit dans le Centro para a Excelência e Inovação na Indústria Automóvel (CEIIA), à Maia, à partir de plans fournis par l'Auto Museu da Maia. Un premier prototype abouti a été présenté au public en 2007 sur le circuit de Boavista, mais le prix du véhicule, entre 200 et 300 mil euros, a été jugé prohibitif.[36] Depuis 2012 le constructeur portugais Circleroad, fondé par Ricardo Quintas e Nuno Faria, travaille à la conception de voitures de sport électrique haut-de-gamme, avec un premier prototype appelé Adamastor, dévoilé au public en 2018[36]. Parallèlement à ces projets, depuis le début des années 2010, l'entreprise McMob s'est spécialisée dans la conversion de véhicules de marque Smart à combustion classique en véhicules électriques, avec son pour un prix de 7000€ à 10000€[37].

Le Portugal possède également deux prestigieux circuits de Formule 1, le circuit de Boavista (Circuito da Boavista), situé à Porto, et le circuit d'Estoril (Autodromo do Estoril), situé dans la région de Lisbonne. De 1950 à 1996, le pays organisait le Grand Prix automobile du Portugal, une épreuve du championnat du monde de Formule 1.

L'industrie portugaise de la chaussure[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d'une tradition manufacturière ancienne, le Portugal a su s'imposer dans les années 2000 comme un acteur de premier plan dans l'industrie européenne de la chaussure, aux côtés de ses principaux concurrents italiens et espagnols[10]. Pour y parvenir, l'industrie portugaise de la chaussure, qui a traversé une période d'ajustement dans les années 1990, a misé sur une diversification de ses marques, la recherche, les nouvelles technologies, la qualification de sa main-d’œuvre et la promotion de ses produits lors de grandes foires internationales[38]. Malgré la crise de 2007-2008, cette branche de l'industrie portugaise affiche des taux de croissance record grâce à des produits novateurs qui se sont imposés à l'international, alors que le pays mise sur les exportations pour relancer son économie. Alors même que le pays venait juste de sortir de la crise, en 2010, le secteur enregistrait une croissance de 17%, selon les chiffres de l'Association portugaise des industries de la chaussure (APICCAPS). Et sur les neuf premiers mois de 2011, il générait un chiffre d'affaires de 1,23 milliard d'euros, "soit presque autant que sur l'ensemble de 2010"[38]. La croissance de ce secteur repose avant tout sur les ventes réalisées à l'étranger. Les fabricants portugais exportent près de 95% de leur production vers plus de 13O pays, avec une forte présence dans le nord de l'Europe. Ces dix dernières années, les exportations ont progressé de 24%.

Très implantée dans la région du Minho, au nord du Portugal, cette industrie traditionnelle, surtout composée de PME, a su faire face ces dernières années aux défis posés par les délocalisations des multinationales et la concurrence des pays asiatiques[38]. Conscients de la domination culturelle américaine dans ce secteur, les fabricants portugais choisissent par exemple souvent des noms de marques à consonance anglo-saxonne telles que Dkode, Nobrand, Camport, Eject, Mack James, Softwaves, Fly London pour s'imposer dans ce marché très concurrentiel[38]. Le secteur, qui compte actuellement plus de 1.300 entreprises et emploie quelque 40.000 salariés, produit près de 70 millions de paires par an[38]. Invitée à commenter la résistance de l'industrie portugaise de la chaussure en période de crise, l'Agence portugaise pour le commerce extérieur (AICEP) affirmait en 2012 que "le secteur de la chaussure est l'un de ceux qui contribue le plus à l'internationalisation de l'économie portugaise et au dynamisme de son commerce extérieur"[38]. Attirés par ce dynamisme, de nombreux industriels étrangers choisissent de délocaliser leur production au Portugal. Pour justifier ce choix, le fabricant français de chaussures Vegan Minuit sur terre dit eplique été séduit par « un savoir-faire d'exception, notamment dans la région de Porto, très connue pour son expertise en matière de fabrication de chaussures » ; « une grande ouverture d’esprit des fabricants portugais, ouverts à l’utilisation d’autres matériaux que le cuir » ; et « la présence de petits ateliers à taille humaine, où les ouvriers sont bien payés et où les horaires de travail sont corrects. »[39]

Ports industriels[modifier | modifier le code]

Les ports industriels représentent un enjeu majeur pour l’économie. Cependant, leur compétitivité repose sur l’exploitation d’une main-d’œuvre flexible et sur l’amputation du salaire des travailleurs. D'après le Syndicat des dockers et de l’activité logistique : « Au tournant de l’année 2013, le pouvoir a fait voter une loi sur la libéralisation de l’activité portuaire qui visait à fragiliser nos conditions de travail. Cela a provoqué un recours énorme à la sous-traitance. En août 2018, les syndicats lancent un mouvement de grève en solidarité avec les travailleurs du port de Setúbal, à une cinquantaine de kilomètres de Lisbonne, où 90 % des dockers et des logisticiens sont alors recrutés en contrat journalier. Selon eux : « Ces travailleurs précaires n’ont ni congés ni droit à la protection sociale en cas de maladie ou d’accident du travail. Certains peuvent être contractualisés et licenciés deux fois dans une même journée afin d’enchaîner seize heures de travail »[14].

Une politique économique innovante[modifier | modifier le code]

Profondément marqué par les conséquences de la crise financière mondiale de 2007-2008, le Portugal a pris une série de mesures fortes dans les années 2000 et 2010 pour accélérer la reconversion et la modernisation de son économie.

Un leader européen dans le domaine des énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Le barrage d'Alqueva, qui a créé un des plus grands lacs artificiels d'Europe (250 km2).

Pour atténuer sa dépendance en matière d'énergie, en particulier pour les combustibles fossiles[40], le Portugal a établi dans les années 2000 des prévisions rigoureuses sur ses besoins énergétiques sur plusieurs décennies, traduite par un modèle MARKAL commun avec l'Espagne[41], et a mis en place une politique énergique en faveur des énergies renouvelables. Avec un taux de consommation d'énergies renouvelables situé autour de 28% au début des années 2010[42], le Portugal est parvenu à doubles sa production nationale et se situe actuellement parmi les cinq pays européens les plus avancés dans ce domaine, juste derrière les pays scandinaves et l'Estonie[43]. L'hydroélectricité est la principale source d'énergie renouvelables du pays, qui estime qu'il n'exploite à l'heure actuelle que 46 % de son potentiel hydroélectrique. [2]

Pour atteindre ses objectifs, le Portugal s'est doté depuis de superstructures inédites dans le domaine des énergies renouvelables. Mis en service en 2004, le barrage d'Alqueva, dans l'Alentejo (servant à l'irrigation des champs et à produire de l'énergie hydroélectrique) a créé le plus grand lac artificiel d'Europe de l'Ouest et a représenté un des plus grands investissements du pays. En 2007 fut inaugurée une des plus grandes centrales solaires photovoltaïques du monde[44], située à Brinches, municipalité de Serpa. En mars 2008, elle a été supplantée par la centrale solaire photovoltaïque d’Amareleja, qui compte plus de 262 000 panneaux photovoltaïques installés sur 250 hectares[45]. À pleine puissance (46,41 MWc), cette centrale peut produire jusqu'à 93 GWh/an, de quoi approvisionner 30 000 foyers[46].

En matière d'énergie éolienne, le Portugal affichait fin 2013 une puissance installée de 4 724 MW[47], soit l'une des plus importantes puissances éoliennes par habitant installée au monde. Le pays compte de nombreux parcs éoliens, dont le plus grand d'Europe depuis 2008[48] Parallèlement, la première exploration commerciale du monde des énergies des vagues de la mer est entrée en fonctionnement en , à cinq kilomètres au bord d'Aguçadoura, commune de Póvoa de Varzim[49].

Conséquence de cette politique, en 2019, les énergies renouvelables fournissent 56 % de l'électricité du Portugal, pourcentage parmi les plus élevés en Europe ; cette part varie fortement d'une année à l'autre en fonction du climat (pluies, vents) ; un indicateur approchant publié par Eurostat, le ratio production d'électricité provenant de sources renouvelables[n 2] / consommation nationale brute d'électricité[n 3], était au Portugal de 54,1 % en 2016, alors que la moyenne de l'Union européenne était de 29,6 % ; le Portugal était au 5e rang derrière la Norvège (104,7 %), l'Islande (95,3 %), l'Autriche (72,6 %) et la Suède (64,9 %)[50]. Autre conséquence, la consommation d'énergie primaire par habitant au Portugal ne dépasse que de 16 % la moyenne mondiale et est inférieure de 32 % à celle de l'Union européenne. Et les émissions de CO2 liées à l'énergie par habitant au Portugal sont inférieures de 5,5 % à la moyenne mondiale et de 26 % à celles de l'Union européenne.

Le programme Indústria 4.0 : l'émergence à Lisbonne d'une Silicon Valley européenne[modifier | modifier le code]

Web Summit 2018 à Lisbonne.

Ayant annoncé son intention de devenir un pôle de développement des nouvelles technologies en Europe, le Portugal mène depuis quelques années une politique énergique en faveur des star-up nationales et étrangères, avec son programme Indústria 4.0 : octroi de facilités administratives (création d'entreprise en 48h), création d'un fond de 200 millions d'euros d'aide aux start-up, auxquels s'ajoutent des avantages fiscaux considérables (le taux d'imposition des entreprises, à 23%, est l'un des plus faibles d'Europe), la création d'un label spécifique SUP, un "visa start-up". une main d’œuvre qualifiée et bon marché, et des loyers peu chers[51]. La métropole de Lisbonne, avec son « programme Lisboète », offre en outre un micro crédit de 20.000 euros aux start up en création avec un taux d'intérêt ultra réduit. En août 2017, la ville disposait de plus 80 accélérateurs et incubateurs d'entreprises, comme Startup Lisboa, Beta-i et Village Underground Lisboa, etc.[52] En plus des aides directes aux entreprises, le pays multiplie les incitations fiscales pour les citoyens européens choisissant le statut de Résident Non Habituel (RNH) afin d'attirer les cadres qualifiés des autres pays. Ces mesures ont amené de nombreuses entreprises installées en Irlande et autres pays à fiscalité attractive à opter pour la capitale portugaise[52].

Les résultats spectaculaires de cette politique amènent régulièrement la presse internationale à qualifier Lisbonne de « Silicon Valley européenne ». Séduit par cet environnement favorable, Microsoft a installé un centre support abritant 600 collaborateurs (en majorité portugais) à proximité de l’Oceanarium de Lisbonne, pour un investissement annuel de 33 millions d'euros en 2017, et des services fournis en matière d’ingénierie à plus de 60 pays. En termes d'affaires sur le Cloud, Microsoft Portugal affiche une perspective de croissance annuelle de 50%[53]. En 2018, Google décide d'installer un support technique au Portugal de portée mondiale, pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique)[54]. Parmi les entreprises étrangères ayant répondu à l'appel des autorités portugaises, figurent 400 start-up françaises[55].

En septembre 2015, Paddy Cosgrave, co-fondateur de Web Summit, a annoncé que le Web Sommet n'aurait plus lieu à Dublin mais à Lisbonne à partir de 2016[56]. En octobre 2018, le gouvernement portugais a annoncé une prolongation de contrat de dix ans avec le Web Summit. La part de femmes parmi les intervenants au Web Summit 2016 à Lisbonne était de 47% selon une estimation indépendante[57]. Le magazine Forbes estime que le Web Summit est la meilleure conférence sur les technologies de la planète[58].

Le succès de la start-up Aptoide dans le domaine des applications mobiles[modifier | modifier le code]

Parmi les start-up portugaises ayant prospéré dans cet environnement, l'entreprise Aptoide fait figure de leader européen dans le domaine des applications mobiles pour smartphones et tablettes. Née en 2009-2010 des recherches menées par son fondateur Paulo Trezentos (alors doctorant) sur les installateurs Linux dans le projet européen Mancoosi [6], en partenariat avec Portugal Telecom, cette entreprise revendique 200 millions d’utilisateurs de sa boutique d’applications, 6 milliards de téléchargements d’applications et 1 million d’applications disponibles[59]. Sa plateforme (open source) est disponible dans plus de 40 langues et a atteint plus de 200 millions d'utilisateurs en 2017 et 6 milliards de téléchargements cumulés.

Dans le cadre du développement de ses activités, Aptoide a déposé en 2014 une plainte antitrust auprès de l'Union européenne contre Google, affirmant que l'entreprise américaine créait des obstacles pour les utilisateurs qui souhaitaient installer des magasins d'applications tiers[60]. En mai 2015, l'entreprise portugaise a annoncé l'ouverture d'un bureau à Singapour afin d'étendre ses activités en Asie. En 2017, elle a initié un partenariat avec AppCoin et a annoncé son intention à terme, « d'entrer dans le marché des devises numériques avec les AppCoins[61], dont le nom est bien clair. Lancée en conjonction avec l'édition Web Summit 2017, l'offre initiale de pièces de monnaie (ICO) de 18 millions de dollars doit permettre aux utilisateurs d'Aptoide d'utiliser AppCoins pour se payer des achats réciproques ou pour des achats intégrés, tels que des mises à niveau de jeux.

En mai 2019, Aptoide annonce être en négociations pour un partenariat avec le géant chinois Huawei, qui a été privé de licende Androïd et d'accès aux services Google Play par Google, afin de lui fournir une alternative au Play Store. S'il se concrétisait, ce partenariat permettrait à Aptoide de peser un peu plus sur l’écosystème Android, tandis qu'Huawei aurait une alternative au Play Store avec 1 million d’apps disponibles[59].

Création de statuts fiscaux d'exception pour attirer les capitaux étrangers[modifier | modifier le code]

L'acteur américain Harrison Ford, établi au Portugal dans le cadre du programme des visas dorés.

Pour attirer des capitaux étrangers et mettre un terme au manque de liquidités qui grève son économie depuis la fin du XIXe siècle, le Portugal décide en 2009 d'instituer un régime fiscal spécifique à l'attention des citoyens des pays riches d'Europe occidentale, auxquels il octroie le statut (quinquennal) de « Résident Non Habituel » (RNH), et d'en faire la promotion au niveau international dans de grandes campagnes d'information. Cette mesure est rendue possible par l'absence d'harmonisation fiscale dans l'Union européenne. Pour pouvoir bénéficier du dispositif (modifié en 2013), les postulants doivent faire une demande d'autorisation pour s'établir dans le pays 180 jours par an (en deux fois 90 jours). Au-delà de cette période, la demande débouche sur l'attribution d'un permis de séjour. Cette autorisation permet d'obtenir un certificat d'enregistrement pour 5 ans renouvelables, avec pour condition de rester dan le pays au minimum 6 mois par ans. Après 10 ans, le statut de RNH est caduc et une demande de résidence permanente est requise. En 2012, le Portugal double le statut de « Non Résident Habituel » d'un « programme des visas dorés », avec une libéralisation des conditions d’immigration pour les non-Européens, visant à attirer les riches investisseurs étrangers[8]. Les catégories ciblées par cette politique sont les hommes d'affaires et grands patrons, les cadres qualifiés, les célébrités et surtout les retraités.

Parmi les célébrités ayant opté pour l'expatriation fiscale au Portugal, figurent en 2019 Madonna, Christian Louboutin, Harrison Ford, Monica Belluci, Philippe Starck, Florent Pagny, David Halliday, Diego Maradonna, Eric Cantonna, etc.[62],[63] Dans Le Parisien du 25 sptembre 2017, le chanteur Florent Pagny explique ainsi les raisons de son expatriation fiscale : « Pas d’impôts sur l’héritage et sur la succession. Pas d’impôts sur la fortune, Et pendant dix ans, pas d’impôts sur les royalties. »[64] Outre ces célébrités fortunées, le pays a également connu un afflux massif de retraités, venus notamment de France. Avec une note de 65,3, le Portugal est considéré depuis 2009 comme la meilleure destination au monde pour passer sa retraite, devant le Maroc et la Thaïlande[65]. Parmi les atouts du pays mis en avant par les expatriés fiscaux, figurent l'accessibilité (Le Portugal est à 2h d'avion de Paris) et sécurité (Lisbonne est considérée comme l'une des villes les plus sûres du monde), le climat agréable (300 jours d'ensoleillement par an), un coût de la vie inférieur à 25 % comparé à celui de la France, un prix de l'immobilier plus accessible (en moyenne 2000€ le mètre carré[66]), la présence à Lisbonne d'un lycée français réputé, la qualité de l'accueil humain et le fait qu'aucun visa ne soit nécessaire[67],[65].

Le gouvernement offre depuis juillet 2019 une réduction de 50 % de l'impot sur le revenu pendant cinq ans aux expatriés qui se réinstalleraient dans le pays

Émission du premier « panda bond » européen sur le marché obligataire chinois[modifier | modifier le code]

En mai 2019, après deux ans de préparation, le Portugal lève 2 milliards de yuans - soit 290 millions d'euros - sur le marché obligataire intérieur chinois. devenant le premier État de la zone euro à émettre un « panda bond ». Cet emprunt stratégique inédit a pour but de permettre au pays « de faire connaître son crédit auprès d'investisseurs qui ne se sont encore jamais penchés sur les émetteurs souverains de la zone euro » Les investisseurs ayant répondu à l'appel, la demande a atteint 3,2 fois le montant proposé, ce qui a permis de réduire le rendement proposé à trois reprises, le ramenant à 4,09 % contre une première indication à 4,35 %. Une quinzaine d'investisseurs institutionnels chinois ont acheté les titres portugais, principalement des banques et gestionnaires d'actifs chinois n'ayant jamais investi sur des obligations souveraines en euro[68].

Exploitation des plus grands gisements de lithium d'Europe[modifier | modifier le code]

Premier producteur de lithium d'Europe, avec une part de marché de 11%, le Portugal est entré dans les années 2010 dans une phase de prospection intensive pour accroître l'exploitation de ce métal rare indispensable à la fabrication de batteries lithium-ion, considéré comme "l'or blanc du XXIe siècle", et dont l'Europe importe actuellement 86 % de ses besoins[69],[70]. Actuellement la plus grande mine de lithium d'Europe est déjà en production au Portugal. Elle est exploitée par l'industriel Grupo Mota et sa filiale Felmica, dans la région de Guarda, avec des réserves estimées à 30 ans[27]. Mais sa production sert entièrement à la céramique et à la verrerie. L'objectif des autorités portugaises, soutenues par le vice-président de la Commission européenne chargé de l'Energie Maros Sefcovic, est de "fournir à court terme une filière capable de construire au sein de l'UE une nouvelle génération de batteries électriques "vertes", recyclables et réutilisables, et de réduire la dépendance européenne à l'égard du Chili et de l'Australie"[28]. L'analyste américain Howard Klein, du cabinet de conseil en investissement new-yorkais RK Equity explique ainsi l'engouement européen autour des mines portugaises : "Pour l'Europe et son secteur automobile, l'idée d'une chaîne d'approvisionnement allant du minerai à la voiture électrique est très attrayante"[28].

D'après les dernières études, le Portugal possède deux grandes mines, considérées comme "le plus important gisement de lithium en Europe", dont l’exploitation pourra débuter en 2020. Parmi les grands acteurs du secteur, la société minière britannique Savannah Resources, estime être en mesure d'ouvrir "la première mine importante de lithium" du continent, sur les hauteurs de Boticas, dans la région de Vila Real, avec des réserves estimées à 20,1 millions de tonnes de minerai d'une teneur en lithium de 1,04%. La société portugaise Lusorecursos, établie dans la commune voisine de Montalegre, estime quant à elle les réserves de sa concession à 30 millions de tonnes de minerai d'une teneur de 1,09%. Ces réserves offrent au Portugal des perspectives de bénéfices considérables, avec un marché européen des batteries estimé à 250 milliards d'euros par an pour 2025[71]. D'ici la fin de l'année 2019, le gouvernement portugais a prévu de lancer un appel d'offres international pour attribuer les droits de prospection d'une dizaine d'autres gisements potentiels afin de répondre au "grand appétit des investisseurs" qui ont formulé une quarantaine de demandes depuis 2016[72]. Mais il a également affiché sa volonté de ne pas se limiter à recevoir les royalties de l'activité d'extraction, et de saisir l'occasion de développer des secteurs industriels liés à la transformation du minerai, à la fabrication de batteries, au secteur automobile ou aux énergies renouvelables"[28]. Le projet d'extraction de la société Lusorecursos à Montalegre va dans ce sens puisqu'elle entend construire une usine capable de transformer ce minerai avant de le vendre à la filière de la batterie[73].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Portugal », sur www.populationdata.net (consulté le 2 septembre 2017).
  2. « Le Portugal et l'OCDE », sur oecd.org (consulté le 1er juin 2019)
  3. Serrão, Joaquim Veríssimo. Marcello Caetano: Confidências no exílio. Lisboa, Editorial Verbo, 1985, p. 208
  4. [1].
  5. Puissante et incontrôlée : la troïka, documentaire de Arpad Bondy et Harald Schumann, Arte, 2015
  6. Qu'est-ce que la troïka ?, site touteleurope.eu, 18/02/2015
  7. a b c et d « Portugal : un redressement économique et social qui prend Bruxelles à contre-pied », TV5MONDE,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2017)
  8. a b c d e f g h i et j « Portugal : miracle ou mirage économique ? », sur franceculture.fr, (consulté le 3 juin 2019)
  9. Le phénomène de la captation des financements européens par les grands groupes au plus haut niveau de l’État portugais très centralisé est aussi dénoncé par Transparency international.
  10. a b c d e f g h i j k l m et n « Portugal : un redressement économique et social qui prend Bruxelles à contre-pied », tv5monde.com, (consulté le 4 juin 2019)
  11. (es) « El Gobierno de izquierdas portugués consigue su mejor dato de crecimiento del siglo », sur publico.es, (consulté le 3 mars 2018)
  12. a et b « Le Portugal peut mettre à profit sa reprise économique pour améliorer sa résilience », sur oecd.org, OCDE (consulté le 1er juin 2019)
  13. « Portugal », sur oecdbetterlifeindex.org, OCDE (consulté le 1er juin 2019)
  14. a b c d e f g et h Mickaël Correia, « La face cachée du miracle portugais », sur Le Monde diplomatique,
  15. « Le Portugal au sommet de l'Europe », Alternatives Economiques,‎ (lire en ligne)
  16. Universidade Catolica Portuguesa, 2004.
  17. Insituto Nacional de Estatisticas, 2004.
  18. « Acheter au Portugal: attention à l'envolée des prix de l'immobilier », sur BFM BUSINESS (consulté le 9 octobre 2019)
  19. a et b « Le Portugal est l’un des pays avec la plus grande réserve d’or », (consulté le 3 juin 2019)
  20. « Les réserves d’or en Europe par habitant… », sur medias-presse.info, (consulté le 3 juin 2019)
  21. « Total des réserves (comprend l’or, $ US courants) », sur donnees.banquemondiale.or (consulté le 3 juin 2019)
  22. « Production de liège : Situation, évolution en France et dans le monde » (consulté le 6 octobre 2014)
  23. (en) Jennifer Harbaugh, « Foam and Cork Insulation Protects Deep Space Rocket from Fire and Ice », NASA,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018)
  24. a et b (en) « 9 Top Countries for Tungsten Production », sur investingnews.com, (consulté le 2 juin 2019)
  25. M. Clairin, « Le tungstène produit conjoncturel [article]: Étude succincte du marché mondial », Economie et Statistique,‎ année 1954, p. 820-839 (lire en ligne)
  26. (en) « Tungsten in Spain & Portugal », sur wresources.co.uk, (consulté le 2 juin 2019)
  27. a et b Fondée en 1967, Felmica est une entreprise d'extraction et de traitement de matières premières destinées à l'industrie céramique, secteur gros utilisateur de ce métal alcalin.
  28. a b c et d « Le Portugal se prépare à une ruée sur le lithium, le nouvel "or blanc" », sur romandie.com, (consulté le 1er juin 2019)
  29. a et b ÉTUDE DE CAS - AU PORTUGAL LA SARDINE EN CONSERVE, EUMOFA - Observatoire européen des marchés des produits de la pêche et de l'aquaculture, (lire en ligne)
  30. « Au Portugal, la sardine de luxe résiste à la crise », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 1er juin 2019)
  31. a et b (pt) « Estas 11 marcas de automóveis são portuguesas. Conheces todas? », (consulté le 2 juin 2019)
  32. Modèle:Citar livro
  33. PSA-Portugal : Site de Mangualde, consulté le .
  34. Renault-Nissan va fabriquer une voiture électrique au Portugal, consulté le .
  35. Le Portugal va lancer la production du véhicule électrique Mobicar, consulté le .
  36. a et b (pt) « Adamastor: um desportivo made in Portugal », sur volantesic.pt, (consulté le 1er juin 2019)
  37. (pt) « Kit conversão carro eléctrico McMob », sur http://www.veiculoselectricospt.com, (consulté le 2 juin 2010)
  38. a b c d e et f « Les chaussures "made in Portugal" ne connaissent pas la crise », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 4 juin 2019)
  39. « Pourquoi fabriquer au Portugal », sur minuitsurterre.com (consulté le 4 juin 2019)
  40. Balance énergétique du Portugal, 2006, consulté le .
  41. {en}Global Energy Systems and Common Analyses.
  42. En 2017, le Portugal a consommé 28,1% d'énergie issue de sources renouvelables contre 28,4% en 2016, selon des données d'Eurostat publiées en février 2019, soit à 2,9 points de l'objectif national de 31%.
  43. (pt) José Carlos Lourinho, « Portugal afasta-se do objetivo nacional de energia de fontes renováveis, revela Eurostat », sur O Jornal Económico, (consulté le 3 mars 2019)
  44. Ancienne plus grande centrale solaire au monde, consulté le .
  45. La plus grande centrale solaire au monde en activité au Portugal - Batiactu, 18 mars 2008
  46. La plus grande centrale solaire du Monde, consulté le .
  47. http://www.thewindpower.net/country_fr_12_portugal.php.
  48. EDF-EN ouvre le plus grand parc éolien européen au Portugal, consultée le .
  49. (pt) Production électrique grâce aux vagues de la mer, consulté le .
  50. Statistiques de l'énergie - indicateurs principaux - Électricité provenant de sources d´énergies renouvelables, Eurostat, 26 juin 2018.
  51. « Technologie. Le Portugal, une mini-Silicon Valley », sur courrierinternational.com, Courrier International, (consulté le 31 mai 2019)
  52. a et b « Lisbonne, Boston... 10 villes à l'étranger qui aiment votre start-up », sur capital.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  53. (langue non reconnue : potugais) « "Microsoft vai continuar a investir em Portugal" », sur tsf.pt, (consulté le 31 mai 2019)
  54. « Google installe un support technique au Portugal de portée européenne », sur silicon.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  55. « Lisbonne, nouvel eldorado pour les Français et leur start-up », sur lci.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  56. (en) James Temperton, « Web Summit 2016 will ditch Dublin for Lisbon », Wired UK,‎ (lire en ligne)
  57. (en) « Gender in Research and Innovation », GenderGapGrader,‎ (lire en ligne)
  58. (en) « Websummit 2018 - was "the best tech conference on the planet" (Forbes) », sur linkedin, (consulté le 17 novembre 2018)
  59. a et b « Privé du Play Store, Huawei négocierait avec l’Européen Aptoide », sur presse-citron.net,
  60. (en) « Third Party Android App Store Files EU Antitrust Complaint », sur techcrunch.com, (consulté le 1er juin 2019)
  61. Jetons compatibles ERC-20 qui fonctionnent sur le réseau Ethereum.
  62. « Florent Pagny s'installe au Portugal pour de «vraies raisons fiscales» », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 1er juin 2019)
  63. « De Madonna à Florent Pagny, pourquoi le Portugal est devenu le nouvel Eldorado des stars », sur 20minutes.fr, 20 Minutes, (consulté le 1er juin 2019)
  64. « Florent Pagny s'installe au Portugal pour de «vraies raisons fiscales» », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 1er juin 2019)
  65. a et b « Le Portugal, indétrônable eldorado pour les retraités français », sur mieuxvivre-votreargent.fr, (consulté le 1er juin 2019)
  66. « Florent Pagny, David Hallyday, Madonna : pourquoi les stars s’installent au Portugal. Des raisons fiscales… mais pas que », sur gala.fr, Gala, (consulté le 1er juin 2019)
  67. « Tout savoir sur la Retraite au Portugal ! », sur retraitesansfrontieres.fr (consulté le 1er juin 2019)
  68. « Le Portugal émet le premier « panda bond » de la zone euro », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 31 mai 2019)
  69. « VIDÉO - "Le plus important gisement de lithium en Europe" : ruée vers l'or blanc au Portugal », sur lci.fr, (consulté le 1er juin 2019)
  70. « Le Portugal, bientôt premier fournisseur de lithium en Europe ? », sur consoglobe.com, (consulté le 1er juin 2019)
  71. De l'avis du vice-président de la Commission européenne chargé de l'Energie, Maros Sefcovic.
  72. Déclaration à l'AFP du secrétaire d'État à l'Énergie, Jorge Seguro Sanches.
  73. « Le sous-sol portugais regorge de lithium, métal vital pour la production de batteries », sur bfmtv.com, (consulté le 1er juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « n », mais aucune balise <references group="n"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien il manque une balise fermante </ref>