« Inoculation psychologique » : différence entre les versions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Première version de la page "Inoculation psychologique")
(Aucune différence)

Version du 2 janvier 2021 à 14:32

La théorie de l’inoculation psychologique[1], développée pour protéger les attitudes et les croyances existantes, montre comment renforcer la résistance à de futurs contrarguments inacceptables ou à des attaques persuasives. L’inoculation consiste à expliquer les contrarguments d’une opinion (la croyance) d’une personne et lui montrer en quoi le contrargument est faux (le démenti). Par exemple, après avoir démontré à un groupe que la Terre est ronde (la croyance), on commente le mythe de la Terre plate (contrargument) et on indique comment la science a montré la quasi-sphéricité de la Terre (le démenti). Les démentis présentés dans un message doivent soutenir correctement les attitudes et les croyances actuelles, mais être suffisamment intelligibles pour que le récepteur puisse les comprendre[2],[3].

Depuis plusieurs décennies, les milieux académiques étudient la théorie de l’inoculation psychologique, la testent expérimentalement. On utilise les techniques d’inoculation psychologique développées par les chercheurs en formation ou pour influencer l’opinion publique, par exemple. Plusieurs articles scientifiques passent en revue son application en politique[4], dans les campagnes en santé publique (en)[5],[6], en marketing[7], en éducation[8] et dans les communications scientifiques (en) sur les changements climatiques[9] entre autres. John A. Banas et Stephen ont publié une méta-analyse[10], et Josh Compton un aperçu[2] de la théorie. Le nom de la théorie « Inoculation psychologique » fut choisi par analogie avec l’inoculation en médecine.

Historique

Lavage de cerveau en Corée du Nord

C’est la guerre de Corée qui joua le rôle de catalyseur pour la formation de la théorie de McGuire. En effet, des soldats américains emprisonnés par la Corée du Nord[11] renient leur pays et les valeurs associées : « capitalisme », « démocratie », etc. Ces croyances culturelles qui semblaient aller de soi, n’avaient jamais été opposées à des contrarguments et, sans justifier pourquoi il fallait les préserver.

Le lavage de cerveau et la manipulation mentale des soldats furent perçus comme un échec des institutions à soutenir les valeurs américaines. Pour contrer cet échec, on décida de renforcer davantage ces croyances. McGuire proposa au contraire non pas de renforcer les croyances, mais de rendre les individus conscients de la vulnérabilité de leurs croyances et de les aider à se défendre en leur enseignant les contrarguments et leurs réfutations. L’ajout de ces deux étapes à la formation correspondant aux deux mécanismes de l’inoculation : l’exposition à la menace par contrargument et la réfutation[12].

Dans la continuité de ces travaux, McGuire réalisa une série d’expériences basées sur la comparaison entre une procédure de soutien, qui explique en quoi une croyance est bonne ou légitime, et une procédure d’inoculation. On testa avec succès[3] l’hypothèse selon laquelle l’inoculation immunise davantage les individus qu'un soutien des croyances culturelles, des mèmes largement acceptés, mais jamais remis en cause.

Premiers pas

À l’origine du concept d’inoculation se trouve les travaux en 1953 de Carl Iver Hovland, Arthur A Lumsdaine et Fred D Sheffield[13] qui comparent la portée persuasive des « messages de soutien » qui défendent un seul point de vue sur un sujet, et les messages montrant le pour et le contre, une forme d’inoculation. Ils concluent à la supériorité de l’inoculation à produire de la résistance à la persuasion, comparée aux messages de soutien.

C’est William J. McGuire[14] qui formula le premier la théorie de l’inoculation psychologique qu’il nomma ainsi par rapprochement avec le monde médical. Selon lui, elle permet d’« immuniser » l’individu contre de futures attaques persuasives au même titre qu’un vaccin biologique le protège d’un virus.

Par souci d’éthique, lorsque McGuire crée cette théorie, il l’applique sur les clichés sociaux, rarement remis en question ou attaqués. Par exemple, les premières expériences portent sur l’importance de se brosser les dents[15]. Peu de gens réfutent que se brosser les dents soit une bonne habitude. Par conséquent, des contrarguments au brossage des dents ne risquent pas de nuire aux sujets, au mieux si l’expérience fonctionne bien, elle renforcera le soutien au brossage.

Généralisation

Par la suite, l’application de la théorie de l’inoculation s’est développée et répandue dans les domaines de la santé, de la politique, de l’éducation et de la commercialisation. Par exemple, on fit des expériences sur la prévention de la toxicomanie chez les jeunes[16]. Ultérieurement, les chercheurs ont étudié[17] les situations dans lesquelles les gens ont des attitudes préexistantes, comme le vote des partisans politiques ou contre la vaccination[18]. La théorie se répand aussi dans le monde francophone[19].

L’utilisation de la théorie de l’inoculation couvre non seulement les problèmes sociaux contemporains simples, mais aussi très controversés[20]. En parallèle, la variété et le nombre d’études portant sur la théorie de l’inoculation aident à renforcer l’efficacité et l’utilité de la théorie. Il devient alors généralement accepté, que l’inoculation psychologique puisse être utilisée pour prédire ou renforcer les attitudes[1].

Description de l’inoculation psychologique

Composants

Une stratégie d’immunisation, dans le cas d’un virus, consiste à inoculer une version réduite d’un virus pour stimuler les défenses immunitaires et les rendre plus à même de contrer par la suite une forme virale plus forte. Sur le plan psychologique, les individus évitent, en général, les informations contradictoires pour éviter la dissonance. Cette attitude ne les conduit pas à développer de résistance, ils vivent dans un monde « aseptisé », dénué d’idées extérieures remettant en question les leurs. Ainsi, baignant dans un environnement idéologique généralement homogène, l’individu sous-évalue la fragilité de ses croyances ainsi que la probabilité qu’elles se fassent réfuter[14].

Pour McGuire, l’inoculation psychologique doit passer par l’exposition à des arguments en conflit avec son attitude pour stimuler ses « défenses psychologiques » et le motiver à répondre à une attaque persuasive[1].

L’inoculation psychologique se compose de deux procédures[21] : une de soutien des idées et une d’inoculation psychologique[14] qui utilise des contrarguments montrant les menaces et expliquant leurs réfutations.

Du point de vue médical, une « procédure de soutien » consiste à prévenir une attaque virale en renforçant l’organisme par différents moyens (c.-à-d. vitamines, régime alimentaire équilibré, etc.). En psychologie, le soutien se traduit par l’apport d’arguments en accord avec l’attitude de l’individu, dans le but de le protéger d’une attaque persuasive.

L’opérationnalisation de l’inoculation psychologique

L’opérationnalisation de l’inoculation psychologique, la prévention par réfutation, comporte trois phases.

  • La procédure commence par une formation ou une séance d’information qui « … permet d’homogénéiser les connaissances des sujets et de les activer[21] ».
  • En second, l’inoculation proprement dite expose les sujets à des arguments en désaccord avec les connaissances étudiées dans la phase antérieure, les contrarguments.
  • En troisième, la phase de réfutation, le sujet réfute lui-même les arguments négatifs présentés précédemment, on l’appelle la réfutation active. Le sujet peut aussi utiliser des contrarguments qu’on lui propose, c’est la réfutation passive. En 1961, McGuire et Papageorgis[14] démontrent qu’une inoculation passive, consistant à lire les différents arguments, offre une meilleure résistance à la persuasion qu’une inoculation active, où les participants doivent écrire eux-mêmes les arguments et leurs réfutations. En revanche, lors d’une attaque avec nouveaux arguments, une inoculation active incite davantage les sujets à s’opposer[22].

Souvent, pour vérifier l’efficacité de l’inoculation, le sujet répond à un questionnaire, afin de mesurer le niveau de sa résistance à la persuasion.

Résultats expérimentaux

Études comparatives

Plusieurs tests en laboratoires et en société montrent l’efficacité de l’inoculation.

Dans une étude de D. A. Muller[23] en 2007, 364 étudiants de première année de physique ont suivi au hasard l’une de ces quatre types de formations sur les lois de Newton :

  1. Exposition : une brève présentation ;
  2. Soutien : une formation complète ;
  3. Inoculation psychologique : formation complète et présentation d’idées fausses avec leur réfutation ;
  4. Inoculation psychologique active : formation précédente avec ajout d’une discussion.

Les chercheurs montrèrent que l’inoculation psychologue, active ou non, apporte les gains d’apprentissage les plus importants et significatifs. Les participants ayant de faibles connaissances antérieures en ont profité le plus.

Par exemple, lors des élections américaines de 1988, Pfau et Josh Compton montrent que l’inoculation contre les attaques politiques était supérieure à une réfutation publiée après une attaque[24],[25].

Compton, Jackson et Dimmock[6] ont passé en revue plusieurs études où l’inoculation psychologique est appliquée en santé. Il existe de nombreuses études sur l’inoculation des enfants et des adolescents pour prévenir la consommation de tabac, de drogues ou d’alcool[26]. Une grande partie des études montrent que les enfants inoculés avant l’âge de 12 ans résistent mieux à la pression des pairs lorsqu’ils deviennent adolescents ou jeunes adultes.

Effets de l’attitude initiale

Grover a étudié l’efficacité d’une campagne antitabac sur les fumeurs et les non-fumeurs. Les données recueillies montrent que l’inoculation fonctionne différemment si le comportement existe (fumeur) ou pas (non-fumeur). L’attitude initiale joue un rôle majeur dans la capacité d’inoculer un individu[27].

Persistance de l’inoculation

Une étude de Pfau et de ses collaborateurs examina le rôle et la persistance de l’inoculation pour dissuader les jeunes de fumer. Un groupe d’élèves du primaire dans le Dakota du Sud regarda une vidéo les prévenant des futures pressions pour inciter à commencer à fumer la cigarette. Au cours de la première année, on observa une augmentation de la résistance chez les personnes ayant une faible estime de soi[28]. À la fin de la deuxième année, tous les écoliers ont montré plus de résistance comportementale au tabagisme qu’auparavant[5].

Autre approche : l’inoculation active guidée avec débat

C’est dans leur article sur la prévention de la violence juvénile publié en 2002 que Goutas, Girandola et Minary[29] proposèrent la notion « d’inoculation active guidée avec débat » qui ajoute un débat lors de la phase de réfutation. Dans le but de diminuer les comportements agressifs des préadolescents et de les immuniser contre les croyances dans la légitimité de la violence, ils utilisèrent la procédure d’inoculation active. Ainsi, la phase de réfutation active prit la forme d’un débat de 10 minutes sur la violence, où l’on conduisit les participants à donner des arguments en faveur (phase d’inoculation) et ensuite à les réfuter par eux-mêmes (phase de réfutation). Enfin, lors de la phase d’attaque, l’expérimentateur présentait des arguments favorables à l’utilisation de la violence.

Remarquons que les auteurs ne peuvent pas évaluer l’efficacité de la méthode d’inoculation active guidée parce qu’ils n’ont pas utilisé de groupe témoin. Néanmoins, cette nouvelle approche reste pertinente dans la mesure où elle permet d’interagir avec les jeunes participants durant la procédure, de la rendre plus interactive notamment lors de l’entrainement, et de fournir l’occasion aux élèves de demander des indications sur les contrarguments ou le vocabulaire qu’ils ne comprennent pas[1].

Message normatif ou informatif et inoculation en deux séances

Linda C. Godbold et Pfau ont utilisé l’inoculation psychologique sur des élèves de sixième année de deux écoles différentes pour les protéger contre la pression des pairs sur la consommation de l’alcool. Ils ont émis l’hypothèse qu’un message normatif, adapté aux normes sociales, serait plus efficace qu’un message informatif qui explique seulement pourquoi il ne faut pas consommer de l’alcool. Cette étude montre que le message normatif crée une résistance plus élevée[30].

Dans la même étude, on compare aussi les niveaux de résistance des sujets qui reçoivent la formation sur les menaces deux semaines après la formation normative à ceux qui reçoivent la formation en une seule fois. On ne mesure pas de différences significatives[10].

Méta-analyse

John A. Banas et Stephen ont publié une méta-analyse sur le sujet et dans le résumé de l’article il écrit :

« Une méta-analyse de 54 études… montre qu’un message utilisant l’inoculation psychologique confère une meilleure résistance aux influences contradictoires qu’un simple message de soutien (informatif) ou sans message [pour le groupe témoin][10]. »

De plus, la méta-analyse montre que l’efficacité est similaire même si les messages de résistances ne sont pas les mêmes que ceux rencontrés par les gens après la séance d’inoculation.

Application de l’inoculation psychologique

On utilise l’inoculation psychologique principalement dans le façonnement ou la manipulation de l’opinion publique. Ainsi, plusieurs articles scientifiques passent en revue son exploitation en politique[4], dans les campagnes en santé publique (en)[5],[6], en marketing[7], en éducation[8] et dans les communications scientifiques (en) sur les changements climatiques[9] entre autres.


Selon John Cook, chercheur dans l’enseignement des sciences :

« Cette approche [inoculation psychologique] se traduit par des gains d’apprentissage nettement plus élevés que les cours habituels qui enseignent simplement la science[31],[23] ».

Consommation

Dans le secteur de la consommation, Compton et Pfau[32] menèrent une étude afin de prévenir les dépenses excessives et le surendettement des étudiants. L’inoculation visait à les rendre plus résistants au marketing publicitaire sur l’adoption des cartes de crédit.

Commercialisation et mise en marché

La recherche sur la publicité et la commercialisation est principalement axée sur la promotion de modes de vie saine à l’aide d’un produit ou pour un objectif spécifique de l’entreprise. Peu de temps après que McGuire a publié sur la théorie de l’inoculation, Szybillo et Heslin ont appliqué les concepts utilisés par McGuire dans l’industrie de la santé à des campagnes de publicité et de commercialisation[33]. Ils ont cherché à apporter des réponses aux annonceurs commercialisant un produit ou un sujet controversé : si un annonceur savait que le produit ou la campagne provoquerait une attaque, quelle serait la meilleure stratégie publicitaire ? Voudraient-ils réfuter les arguments ou réaffirmer leurs affirmations ?

Dénialisme

Le déni de la science s’est accru considérablement ces dernières années. Un facteur majeur est la propagation rapide de la désinformation et des fausses nouvelles par les médias sociaux (comme Facebook), ainsi que la mise en évidence de cette désinformation dans les recherches Google[9]. Cependant, John Cook et ses collègues[34],[35],[36] ont montré que la théorie de l’inoculation peut contrer le déni.

Le déni du changement climatique est un problème particulier dans la mesure où sa nature planétaire et sa longue durée sont particulièrement difficiles à percevoir pour l’individu, car le cerveau humain a évolué pour faire face aux dangers immédiats et à court terme. Cela implique un processus en deux étapes. Premièrement, répertorier et analyser la cinquantaine de mythes les plus courants sur le changement climatique, en identifiant les erreurs de raisonnement et les erreurs logiques de chacun[37]. Deuxièmement, montrer la faille du contrargument en utilisant la même logique, souvent poussée à l’extrême ou à l’absurde. L’humour, quand il est approprié, peut être particulièrement efficace.

Politique

L’inoculation a fait ses preuves lors des élections américaines en 2000, par Pfau, Park, Holbert, et Cho[4], en augmentant l’intérêt de certains groupes participants pour la campagne électorale, leurs connaissances vis-à-vis des candidats ainsi que leur intention d’aller voter, comparativement au groupe contrôle.

Santé

Une grande partie des travaux menés dans le domaine de la santé tente de créer des campagnes qui encouragent les gens à arrêter les comportements malsains, par exemple, arrêter de fumer ou prévenir l’alcoolisme. Compton, Jackson et Dimmock[6] ont passé en revue les études où la théorie de l’inoculation était appliquée aux messages liés à la santé.

En santé, Olley, Abbas, et Gidron[20] travaillèrent sur la promotion du préservatif par les femmes nigériennes atteintes du SIDA. Bien qu’ils n’aient pas réussi à augmenter l’utilisation réelle du contraceptif, la procédure d’inoculation a néanmoins induit une hausse du sentiment d’efficacité à se servir d’un préservatif et une baisse des barrières sociales et cognitives à son emploi telles la motivation, la satisfaction sexuelle, etc.

Ivanov et coll.[38] ont constaté que les messages d’inoculation équipent efficacement les enfants pour quand ils deviennent adolescents. Ils résistent mieux aux pressions pour avoir des rapports sexuels non protégés ou pour participer à des beuveries.

En 2019, les chercheurs ont commencé à tester l’inoculation en tant que psychothérapie pour ceux possédant une mauvaise attitude ou croyance[39]. Josh Compton a publié un aperçu[2] sur l’ampleur de son utilisation.

Sécurité des systèmes d’information

Treglia et Delia ont appliqué la théorie de l’inoculation à la sécurité informatique : les utilisateurs et les personnes travaillant dans ce domaine sont sujettes aux escroqueries électroniques ou à de fausses représentions. Tout cela peut amener les gens à s’écarter des procédures et des principes de sécurité et rendre vulnérables l’organisation et ses systèmes informatiques à des logiciels malveillants, au vol de données ou à une perturbation des systèmes et des services[40].

Recherches récentes ou courantes

Dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie chez les enfants, on propose de faire des recherches sur l’utilisation de l’inoculation pour :

  • Lutter contre la tendance des parents à éviter les conversations sur la toxicomanie avec leurs enfants[41] ;
  • Favoriser les conversations avec les enfants dans les familles[42].

Les recherches plus récentes ont examiné les effets de l’inoculation sur les sujets eux-mêmes en plus des attitudes qu’ils ont, y compris l’efficacité des méthodes utilisées[6].

Compton et Ivanov[17] proposent un survol des recherches sur l’utilisation de l’inoculation dans les campagnes électorales américaines et brossent un portrait nuancé du fonctionnement de l’inoculation dans ces campagnes.

La réactance psychologique

Des études récentes ont abordé l’inoculation en incorporant la théorie de la réactance psychologique[43],[44],[45] comme un moyen d’améliorer les résultats de la résistance des jeunes adultes en se basant sur les deux éléments clés de la théorie de l’inoculation : les menaces que posent les contrarguments et leurs réfutations.

Par exemple, Miller[46] et ses collaborateurs ont axé leur étude sur la réactance aux messages persuasifs des adolescents et des jeunes adultes. La recherche a démontré que les personnes vivant une phase de transition dans leur vie défendent avec plus de vigueur leurs libertés comportementales si elle estime que d’autres tentent de contrôler son comportement[47],[48]. En général, ces personnes s’appuient sur la crédibilité de la source pour accepter un message. Mais si le message menace leurs libertés, ils rejettent le message même s’ils jugent la source fiable.

Alors que la plupart des études sur l’inoculation évitent la réactance, ou, à tout le moins, minimisent son impact, Miller et ses collaborateurs[46] ont choisi d’incorporer la réactance dans la conception des messages afin d’augmenter la résistance. L’objectif principal de leur étude est de déterminer comment améliorer l’efficacité du processus d’inoculation en évaluant, et en générant, une réactance à une liberté menacée.

Les résultats de leur expérimentation ont permis de comprendre que l’inoculation couplée à des messages améliorés par la réactance conduit à des « effets de résistance plus forts » (p. 148). Conformément à l’analogie médicale de la théorie de l’inoculation, Miller[46] et ses collaborateurs comparent les messages renforcés par la réactance à un « rappel de vaccin », augmentant ainsi le succès de l’inoculation.

Critiques de la théorie

L’importance qu’accorde McGuire[14] à l’exposition sélective parait surestimée à la lumière des résultats de Zuwerink Jacks & Cameron[49]. En effet, les stratégies rapportées les plus utilisées pour rehausser la résistance des sujets sont : le renforcement de l’attitude, la confiance dans les arguments et la compréhension de l’argumentation de réfutation. En revanche, l’exposition sélective (utilisation d’aspects négatifs et décrédibilisation de la source ou du messager) est moins utilisée, car moins bien perçue socialement et considérée comme « impolie »[49].

Réplication des études

Certaines études comparatives, comme celles de Romain Veillé[1] ne mesurent pas de valeur ajoutée « [dans notre étude]. On ne peut donc pas affirmer ici qu’une stratégie d’inoculation est plus efficace qu’une stratégie de soutien en matière de résistance à la persuasion… il nous semble étrange qu’il n’y ait pas eu réplication de la supériorité de l’inoculation face au soutien »[50].

Articles connexes

Références

  1. a b c d et e Romain Veillé, « Résistance et clairvoyance argumentative : le rôle de la validité des arguments au sein de l’inoculation psychologique » [archive du ] [PDF], sur https://cortecs.org/, 2014-2015 (consulté le )
  2. a b et c (en) J Compton, « Inoculation Theory », dans James Price Dillard (Editeur), Lijiang Shen (Editeur), The SAGE Handbook of Persuasion: Developments in Theory and Practice, SAGE Publications, Inc., , 456 p. (ISBN 978-1-4129-8313-6, lire en ligne), p. 220–237
  3. a et b (en) McGuire, W. J., « Inducing resistance to persuasion », dans Leonard Berkowitz, Advances in Experimental Social Psychology Volume 1, Academic Press., , 319 p. (ISBN 9780080567150), p. 191-229
  4. a b et c MICHAEL PFAU, DAVID PARK, R. LANCE HOLBERT et JAEHO CHO, « The Effects of Party- and PAC-Sponsored Issue Advertising and the Potential of Inoculation to Combat its Impact on the Democratic Process », American Behavioral Scientist, vol. 44, no 12,‎ , p. 2379–2397 (ISSN 0002-7642 et 1552-3381, DOI 10.1177/00027640121958384, lire en ligne, consulté le )
  5. a b et c (en) Michael Pfau et Steve Van Bockern, « The Persistence of Inoculation in Conferring Resistance to Smoking Initiation Among Adolescents: The Second Year », Human Communication Research, vol. 20, no 3,‎ , p. 413–430 (DOI 10.1111/j.1468-2958.1994.tb00329.x, lire en ligne, consulté le )
  6. a b c d et e Josh Compton, Ben Jackson et James A. Dimmock, « Persuading Others to Avoid Persuasion: Inoculation Theory and Resistant Health Attitudes », Frontiers in Psychology, vol. 7,‎ (ISSN 1664-1078, PMID 26903925, PMCID PMC4746429, DOI 10.3389/fpsyg.2016.00122, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b (en) Joshua A. Compton et Michael Pfau, « Inoculation Theory of Resistance to Influence at Maturity: Recent Progress In Theory Development and Application and Suggestions for Future Research », Annals of the International Communication Association, vol. 29, no 1,‎ , p. 97–146 (ISSN 2380-8985 et 2380-8977, DOI 10.1080/23808985.2005.11679045, lire en ligne, consulté le )
  8. a et b Josh Compton, « Frustration Vaccination? », dans Teaching, Learning and the Net Generation, IGI Global, (ISBN 978-1-61350-347-8, lire en ligne), p. 61–73
  9. a b et c (en) Sander van der Linden, Anthony Leiserowitz, Seth Rosenthal et Edward Maibach, « Inoculating the Public against Misinformation about Climate Change », Global Challenges, vol. 1, no 2,‎ , p. 1600008 (PMID 31565263, PMCID PMC6607159, DOI 10.1002/gch2.201600008, lire en ligne, consulté le )
  10. a b et c (en) John A. Banas et Stephen A. Rains, « A Meta-Analysis of Research on Inoculation Theory », Communication Monographs, vol. 77, no 3,‎ , p. 281–311 (ISSN 0363-7751 et 1479-5787, DOI 10.1080/03637751003758193, lire en ligne, consulté le )
  11. « Lavage de cerveau », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  12. Pfau, M., Tusing, K. J., Lee, W., Godbold, L. C., Koerner, A., Penaloza, L. J., Yang, V. S.‐h. et al., « Nuances in inoculation: The role of inoculation approach, ego‐involvement, and message processing disposition in resistance », Communication Quarterly,‎ , p. 461-481
  13. (en) Carl Iver Hovland,, Fred D. Sheffield et Arthur A Lumsdaine, Experiments on mass communication. Vol. 3, Princeton, Princeton University Press, (ISBN 1-4008-8680-5 et 978-1-4008-8680-7, OCLC 907649082, lire en ligne)
  14. a b c d et e W. J. McGuire et D. Papageorgis, « The relative efficacy of various types of prior belief-defense in producing immunity against persuasion. », The Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 62, no 2,‎ , p. 327–337 (ISSN 0096-851X, DOI 10.1037/h0042026, lire en ligne, consulté le )
  15. (en) John A. Banas et Stephen A. Rains, « A Meta-Analysis of Research on Inoculation Theory », Communication Monographs, vol. 77, no 3,‎ , p. 281–311 (ISSN 0363-7751 et 1479-5787, DOI 10.1080/03637751003758193, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  16. (en) « The Social Psychology of Adolescent Substance Abuse », (consulté le )
  17. a et b (en) Josh Compton et Bobi Ivanov, « Vaccinating Voters: Surveying Political Campaign Inoculation Scholarship », Annals of the International Communication Association, vol. 37, no 1,‎ , p. 251–283 (ISSN 2380-8985 et 2380-8977, DOI 10.1080/23808985.2013.11679152, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  18. (en) Center for Countering Digital Hate[le lien externe a été retiré], The Anti-Vaxx Playbook, London, Center for Countering Digital Hate Ltd, , 54 p. (lire en ligne), p. 44
  19. Claude Chabrol, Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet-Courbet, « Psychologie sociale, traitements et effets des médias », Questions de communication, no 5,‎ , p. 5–18 (ISSN 1633-5961, DOI 10.4000/questionsdecommunication.7227, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  20. a et b Benjamin Olley, Moyosola Abbas et Yori Gidron, « The effects of psychological inoculation on cognitive barriers against condom use in women with HIV: A controlled pilot study », SAHARA-J: Journal of Social Aspects of HIV/AIDS, vol. 8, no 1,‎ , p. 27–32 (ISSN 1729-0376 et 1813-4424, DOI 10.1080/17290376.2011.9724981, lire en ligne, consulté le )
  21. a et b Castel, Philippe., Sales-Wuillemin, Edith. et Lacassagne, Marie-Françoise., Psychologie sociale, communication et langage : de la conception aux applications, Paris, De Boeck, , 480 p. (ISBN 978-2-8041-6252-8 et 2-8041-6252-4, OCLC 773032276, lire en ligne), « Le rôle de la mise en scène discursive du message menaçant dans le processus d'inoculation psychologique. », p. 197-215
  22. W. J. McGuire, « Resistance to persuasion conferred by active and passive prior refutation of the same and alternative counterarguments. », The Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 63, no 2,‎ , p. 326–332 (ISSN 0096-851X, DOI 10.1037/h0048344, lire en ligne, consulté le )
  23. a et b D.A. Muller, J. Bewes, M.D. Sharma et P. Reimann, « Saying the wrong thing: improving learning with multimedia by including misconceptions », Journal of Computer Assisted Learning, vol. 24, no 2,‎ , p. 144–155 (ISSN 0266-4909 et 1365-2729, DOI 10.1111/j.1365-2729.2007.00248.x, lire en ligne, consulté le )
  24. (en) Josh Compton et Bobi Ivanov, « Untangling Threat during Inoculation-Conferred Resistance to Influence », Communication Reports, vol. 25, no 1,‎ , p. 1–13 (ISSN 0893-4215 et 1745-1043, DOI 10.1080/08934215.2012.661018, lire en ligne, consulté le )
  25. Michael Pfau, Henry C. Kenski, Michael Nitz et John Sorenson, « Efficacy of inoculation strategies in promoting resistance to political attack messages: Application to direct mail », Communication Monographs, vol. 57, no 1,‎ , p. 25–43 (ISSN 0363-7751 et 1479-5787, DOI 10.1080/03637759009376183, lire en ligne, consulté le )
  26. Girandola, Fabien., Psychologie de la persuasion et de l'engagement, Presses universitaires de Franche-Comté, (ISBN 2-84867-033-9 et 978-2-84867-033-1, OCLC 300236439, lire en ligne)
  27. Grover, Aditi, « "TRUTH" LIES IN THE EYES OF THE BEHOLDER: EVALUATING SMOKERS AND NONSMOKERS RECEPTIVITY OF THE TRUTH CAMPAIGN. », Academy of Health Care Management Journal, 2e série, vol. 7,‎ , p. 89-102 (lire en ligne)
  28. (en) Michael Pfau, Steve Van Bockern et Jong Geun Kang, « Use of inoculation to promote resistance to smoking initiation among adolescents », Communication Monographs, vol. 59, no 3,‎ , p. 213–230 (ISSN 0363-7751 et 1479-5787, DOI 10.1080/03637759209376266, lire en ligne, consulté le )
  29. Goutas, N, Girandola, F. et Minary, J.-P., « Prévention de la violence juvénile : effets de l'inoculation persuasive », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, vol. 56,‎ 2002, octobre-novembre-décembre, p. 8-20
  30. (en) Linda C. Godbold et Michael Pfau, « Conferring Resistance to Peer Pressure Among Adolescents: Using Inoculation Theory to Discourage Alcohol Use », Communication Research, vol. 27, no 4,‎ , p. 411–437 (ISSN 0093-6502 et 1552-3810, DOI 10.1177/009365000027004001, lire en ligne, consulté le )
  31. (en) John Cook, « Inoculating against science denial » [archive du ], sur The Conversation (consulté le ) : « This approach results in significantly higher learning gains than customary lectures that simply teach the science »
  32. Joshua Compton et Michael Pfau, « Use of inoculation to foster resistance to credit card marketing targeting college students », Journal of Applied Communication Research, vol. 32, no 4,‎ , p. 343–364 (ISSN 0090-9882 et 1479-5752, DOI 10.1080/0090988042000276014, lire en ligne, consulté le )
  33. (en) George J. Szybillo et Richard Heslin, « Resistance to Persuasion: Inoculation Theory in a Marketing Context », Journal of Marketing Research, vol. 10, no 4,‎ , p. 396–403 (ISSN 0022-2437 et 1547-7193, DOI 10.1177/002224377301000407, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  34. (en) John Cook, Stephan Lewandowsky et Ullrich K. H. Ecker, « Neutralizing misinformation through inoculation: Exposing misleading argumentation techniques reduces their influence », PLOS ONE, vol. 12, no 5,‎ , e0175799 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0175799, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  35. Andrew Zucker, « Commentary: Using Critical Thinking Skills to Counter Misinformation », Science Scope, vol. 042, no 08,‎ (ISSN 0887-2376, DOI 10.2505/4/ss19_042_08_6, lire en ligne, consulté le )
  36. (en-US) Marc Kreidler, « Using Humor and Games to Counter Science Misinformation | Skeptical Inquirer » [archive du ], (consulté le )
  37. (en) John Cook, Peter Ellerton et David Kinkead, « Deconstructing climate misinformation to identify reasoning errors », Environmental Research Letters, vol. 13, no 2,‎ , p. 024018 (ISSN 1748-9326, DOI 10.1088/1748-9326/aaa49f, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  38. (en) Bobi Ivanov, Claude H. Miller, Josh Compton et Joshua M. Averbeck, « Effects of Postinoculation Talk on Resistance to Influence », Journal of Communication, vol. 62, no 4,‎ , p. 701–718 (DOI 10.1111/j.1460-2466.2012.01658.x, lire en ligne, consulté le )
  39. Josh Compton, « Prophylactic Versus Therapeutic Inoculation Treatments for Resistance to Influence », Communication Theory,‎ (ISSN 1050-3293 et 1468-2885, DOI 10.1093/ct/qtz004, lire en ligne, consulté le )
  40. (en) Joseph Treglia, « Cyber Security E‐noculation » [archive du ], (consulté le )
  41. (en) Josh Compton et Elizabeth A. Craig, « Family Communication Patterns, Inoculation Theory, and Adolescent Substance-Abuse Prevention: Harnessing Post-Inoculation Talk and Family Communication Environments to Spread Positive Influence », Journal of Family Theory & Review, vol. 11, no 2,‎ , p. 277–288 (ISSN 1756-2589, DOI 10.1111/jftr.12328, lire en ligne, consulté le )
  42. (en) Josh Compton et Elizabeth A. Craig, « Family Communication Patterns, Inoculation Theory, and Adolescent Substance-Abuse Prevention: Harnessing Post-Inoculation Talk and Family Communication Environments to Spread Positive Influence », Journal of Family Theory & Review, vol. 11, no 2,‎ , p. 277–288 (ISSN 1756-2589, DOI 10.1111/jftr.12328, lire en ligne, consulté le )
  43. Sharon S. Brehm et Jack W. Brehm, « Reactance Theory and Control », dans Psychological Reactance, Elsevier, (ISBN 978-0-12-129840-1, lire en ligne), p. 357–384
  44. (en) J. W. Brehm, Responses to loss of freedom: A theory of psychological reactance, Morristown, NJ:, General Learning Press,
  45. (en) J. W. Brehm, A theory of psychological reactance, New York, Academic Press,
  46. a b et c (en) Claude H. Miller, Bobi Ivanov, Jeanetta Sims et Josh Compton, « Boosting the Potency of Resistance: Combining the Motivational Forces of Inoculation and Psychological Reactance », Human Communication Research, vol. 39, no 1,‎ , p. 127–155 (DOI 10.1111/j.1468-2958.2012.01438.x, lire en ligne, consulté le )
  47. (en) Claude H. Miller, Michael Burgoon, Joseph R. Grandpre et Eusebio M. Alvaro, « Identifying Principal Risk Factors for the Initiation of Adolescent Smoking Behaviors: The Significance of Psychological Reactance », Health Communication, vol. 19, no 3,‎ , p. 241–252 (ISSN 1041-0236 et 1532-7027, DOI 10.1207/s15327027hc1903_6, lire en ligne, consulté le )
  48. (en) Joseph Grandpre, Eusebio M. Alvaro, Michael Burgoon et Claude H. Miller, « Adolescent Reactance and Anti-Smoking Campaigns: A Theoretical Approach », Health Communication, vol. 15, no 3,‎ , p. 349–366 (ISSN 1041-0236 et 1532-7027, DOI 10.1207/S15327027HC1503_6, lire en ligne, consulté le )
  49. a et b Julia Zuwerink Jacks et Kimberly A. Cameron, « Strategies for Resisting Persuasion », Basic and Applied Social Psychology, vol. 25, no 2,‎ , p. 145–161 (ISSN 0197-3533 et 1532-4834, DOI 10.1207/s15324834basp2502_5, lire en ligne, consulté le )
  50. Romain Veillé, « Résistance et clairvoyance argumentative : le rôle de la validité des arguments au sein de l’inoculation psychologique » [archive du ] [PDF], sur https://cortecs.org/, 2014-2015 (consulté le ), p. 54