Aller au contenu

Béthune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béthune
Béthune
La Grand-Place : l'hôtel de ville, le beffroi, l'église Saint-Vaast et façades.
Blason de Béthune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
(sous-préfecture)
Arrondissement Béthune
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
(siège)
Maire
Mandat
Olivier Gacquerre (UDI)
2020-2026
Code postal 62400
Code commune 62119
Démographie
Gentilé Béthunois
Population
municipale
24 992 hab. (2021 en diminution de 0,01 % par rapport à 2015)
Densité 2 650 hab./km2
Population
agglomération
355 671 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 51″ nord, 2° 38′ 22″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 42 m
Superficie 9,43 km2
Type Centre urbain intermédiaire
Unité urbaine Béthune
(ville-centre)
Aire d'attraction Béthune
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Béthune
(bureau centralisateur)
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Béthune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Béthune
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Béthune
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Béthune
Liens
Site web http://www.bethune.fr

Béthune est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Sous-préfecture du département, Béthune est une ville relativement importante (24 992 habitants en 2021, soit la 7e du département et 25e de la région en population) mais elle est surtout au centre d'une forte agglomération de 355 671 habitants en 2021 et de 94 communes, soit la 3e unité urbaine de la région et la 19e de France. À cheval entre les collines de l'Artois et la plaine de la Lys, le Béthunois bénéficie de terres agricoles fertiles, qui ont permis une présence constante de l'agriculture. Avec Lille et les villes de l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, elle participe aussi à un ensemble métropolitain de près de 3.8 millions d'habitants, appelé « aire métropolitaine de Lille ».

De nombreux services et commerces se sont développés dans cette ville historiquement bourgeoise et batelière qui a connu différentes orientations de ses activités : le textile au Moyen Âge, la mécanique et la chimie (usine de pneumatiques) dans le troisième tiers du XXe siècle. Bien que située en limite du bassin minier, Béthune n'a pas eu de mine sur son territoire. Elle connaît une vague de licenciements dans les années 2000, notamment dans les secteurs de l'horlogerie et de l'emballage.

La ville, à moitié détruite à l'issue de la Première Guerre mondiale puis reconstruite, occupée et endommagée durant la Seconde Guerre mondiale, se renouvelle aujourd'hui à nouveau, avec la création d'écoquartiers et un grand projet de rénovation urbaine.

Ville relativement jeune, riche par son patrimoine architectural et son histoire, surnommée « la cité de Buridan », Béthune est capitale régionale de la culture en 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Béthune est édifiée sur le promontoire s'élevant à 42 mètres d'altitude d'une butte gréseuse. Au nord de la ville, avec le « Bas-Pays de Béthune », commence à s'étendre la plaine de la Lys, partie méridionale de la vaste plaine de Flandre. Au sud, l'extrémité de la Gohelle sépare Béthune des premières collines de l'Artois.

Béthune est une ville des Flandres artésiennes, située à 17 km de Lens, à 28 km d'Arras, préfecture du département, et à 31 km de Lille, à vol d'oiseau. La ville est située à 186 km de Paris[1].

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes. Les communes limitrophes sont Annezin, Beuvry, Essars, Fouquereuil, Fouquières-lès-Béthune, Verquigneul et Verquin.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 9,43 km2 et son altitude communale, faible, varie de 18 à 42 mètres[2]. La commune se situe dans le « plat pays », au sud de la plaine de Flandres, en limite de la plaine de la Lys, avant les premières pentes de l'Artois et sur un sous-sol crayeux. Une butte de sable tertiaire repose sur la craie entre Béthune et Beuvry[3].

Béthune est en limite du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, au nord-ouest des sites d'exploitation du charbon. Des quartzites ont également été autrefois exploités dans toute la région, de Béthune à Valenciennes[4]. Des bancs de grès, dans la région de Douai puis près de Béthune, ont servi à la fabrication de pavés pour la région[5]. On trouve également de l'argile des Flandres.

Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en mai 2011)[6], comme dans la majorité du Pas-de-Calais.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la Lawe à Vieille-Chapelle en aval de Béthune
La Lawe à Vieille-Chapelle, en aval de Béthune.

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie[7].

Béthune est arrosée par la Lawe, affluent de la Lys et sous-affluent de l'Escaut. En aval de Béthune, à partir du lieu-dit « Argent-Perdu », la Lawe est canalisée jusqu'à la Lys qu'elle rejoint à La Gorgue. La rivière est restée à un état archaïque de canalisation et présente donc un grand intérêt pour l'étude de l'évolution des canaux[8],[9].

Le territoire de la commune est bordé, au nord-est, par le canal d'Aire-sur-la-Lys à La Bassée, qui est un maillon de la liaison fluviale à grand gabarit Dunkerque-Escaut[10].

Par ailleurs, quatre cours d'eau irriguent la commune :

  • le Courant de la Goutte, d'une longueur de 11 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans la Lawe au niveau de la commune de Locon[11] ;
  • le Fossé d'Avesnes, d'une longueur de 9,41 km, qui prend sa source dans la commune d'Haillicourt et se jette dans la Blanche au niveau de la commune[12] ;
  • la Blanche, d'une longueur de 4,48 km, qui prend sa source dans la commune de Gosnay et se jette dans la Lawe au niveau de la commune[13] ;
  • le Fossé Turbeauté, d'une longueur de 3,04 km, qui prend sa source dans la commune de Fouquereuil, se jette dans la Lawe au niveau de la commune[14].

Béthune était autrefois entourée de zones humides qui ont été peu à peu drainées pour le maraîchage et l'agriculture.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[15]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[16].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 724 mm, avec 12 jours de précipitations en janvier et 8,4 jours en juillet[15]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lillers à 12 km à vol d'oiseau[17], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 731,5 mm[18],[19]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Béthune est catégorisée centre urbain intermédiaire, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune[Note 1], une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes, dont elle est ville-centre[Note 2],[22],[23]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béthune, dont elle est la commune-centre[Note 3],[23]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (90,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (62,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (27,9 %), terres arables (6,1 %), prairies (2,3 %), forêts (1,4 %)[26]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Tissu urbain[modifier | modifier le code]

Photographie de la place Lamartine
La place Lamartine.

Les premières occupations humaines ont lieu dans le quartier de Catorive, au nord de Béthune, à l'époque mérovingienne. Mais le centre historique s'implante plus au sud ; au Moyen Âge, il s'organise au sein des remparts, autour de la grand-place et du beffroi. Puis les remparts sont supprimés[27], et la ville se développe au-delà : faubourgs de Catorive, du Rivage, de Lille, d'Arras et de Saint-Pry.

Plusieurs places voient le jour au fil du temps. Elles se nomment aujourd'hui place Lamartine (au nord), place du Général-de-Gaulle (au nord-est), place du Maréchal-Joffre (à l'est), place Sévigné (au sud-ouest).

Le quartier des cheminots (cité-jardin au sud du centre) et la cité du 8ter sont aménagés après la Première Guerre mondiale. Des logements sont construits pour les immigrés, notamment polonais, employés pour faire face au manque de main-d’œuvre française[28].

L'abandon de l'exploitation du charbon conduit à une reconversion industrielle. La ville aménage alors un nouveau quartier, le Mont Liébaut, défini comme zone à urbaniser en priorité (ZUP), dans les années 1960 et 1970[28]. En 1996, un décret national le classe en zone urbaine sensible (ZUS) et également en zone de redynamisation urbaine (ZRU)[29].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, on dénombre à Béthune 13 178 logements dont 11 629 résidences principales soit 88,2 % de l'ensemble des logements. Les résidences secondaires et logements occasionnels sont au nombre de 71. Le nombre de logements vacants s'élève à 1 478 soit 11,2 %. Sur l'ensemble de ces logements, on dénombre 6 945 logements individuels soit 52,7 % et 6 120 logements dans un immeuble collectif soit 46,4 %[30].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Le quartier du Mont Liébaut fait l'objet d'une opération de rénovation urbaine depuis 2007 avec l'agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)[31]. Quelques actions dans le quartier de la rue de Lille et le pôle de la gare complètent ce dispositif de près de 80 millions d'euros.

Trois écoquartiers sont en projet dans le PLU : celui du Rabat au nord, celui de la rue de Lille à l'est et celui de l'Horlogerie au sud près de la gare[32]. Ce dernier, situé sur 8,5 ha à l'emplacement de la friche Testut, comptera 650 logements, dont 450 dans la première tranche[33].

De 2010 à 2013, un projet de construction de 49 logements passifs (respectivement 15 et 34 logements dans deux bâtiments), nommé « Béthune 49 », est mené par le bailleur social Habitat 62/59/Picardie[34]. Il s'agit d'un des premiers projets d'habitat collectif passif du département, un autre projet de 10 logements devant voir le jour en 2013 à Boulogne-sur-Mer.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Vue de la sortie 6 de l'A26 permettant la desserte de Béthune.

Béthune est desservie par l'A26 Troyes - Calais via Reims et Arras, dite l'« autoroute des Anglais ». Béthune est à environ h 30 min de Paris, 30 min d'Arras et 40 min de Lille. Un projet de deuxième autoroute passant à Béthune, l'autoroute A24[35], a été abandonné en août 2010[36] à la suite du Grenelle de l'Environnement.

Béthune se trouve en outre au croisement des routes nationale 41 reliant Saint-Pol-sur-Ternoise à Lille, nationale 43 allant de Sainte-Ruffine (Metz) à Calais et nationale 37 de Château-Thierry à Saint-Venant. Ces trois voies ont été déclassées en routes départementales, les deux premières en 2006 (renommées en D 941 et D 943) et la troisième en 1972, renommée alors D 937.

Voies navigables[modifier | modifier le code]

Pour le transport du fret, Béthune est desservie par le canal à grand gabarit Dunkerque-Escaut.

Voies aériennes[modifier | modifier le code]

Pour le transport de passagers, l'aéroport le plus proche est celui de Lille-Lesquin, tandis que pour le fret le plus proche est celui de Merville

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la gare SNCF
La gare.

Béthune est située à l'intersection de deux voies ferrées. Sur la voie ferrée Arras - Dunkerque, six allers-retours TGV sur le trajet Paris-Dunkerque mettent la gare de Béthune à environ h 20 min de la capitale. Il est également possible de prendre le TGV à Arras (seconde gare de la région se trouvant à seulement 50 min de Paris). La voie ferrée reliant Saint-Pol-sur-Ternoise à Lille permet à Béthune d'être reliée à Lille via le TER ainsi que Boulogne-sur-Mer par l'intermédiaire de Saint-Pol-sur-Ternoise. Une deuxième gare a existé à Béthune, nommée Béthune-Rivage et située sur la liaison Béthune-Lille[37], elle se trouvait sur la ligne de Beuvry à Béthune-Rivage.

Un projet de train est à l'étude sur une ligne ferroviaire reliant Béthune à Bruay-la-Buissière où une gare serait construite.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Béthune est desservie par le réseau de bus Tadao, qui couvre un territoire de 750 km2 peuplé de plus de 610 000 habitants, incluant les agglomérations de Lens et Béthune et s'étendant de Leforest à l'est jusque Cauchy-à-la-Tour à l'ouest. Le réseau, exploité par la société Keolis, transporte plus de 15 millions de voyageurs chaque année[38].

La ville est également desservie par deux lignes de bus à haut niveau de service : la ligne Bulle 2 (Houdain ou BarlinBeuvry) et la ligne Bulle 4 (Annezin − Hôpital de Beuvry). Une partie de ces lignes sont en site propre, notamment dans le quartier du Mont-Liébaut et aux abords de la gare.

Dans la commune fonctionnait, de 1899 à 1932, la ligne de tramway de Béthune à Estaires, une ancienne ligne de tramway qui circulait de Béthune (Pas-de-Calais) jusqu’à Estaires (Nord).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Bitunia dès le VIIIe siècle; Betuna en 1121. Sur les anciens titres et cartes, on trouve aussi les appellations Bei-thun, Béthuen, Béthon et Béthun.

Il serait issu du nom d'homme germanique Bettun d'après Albert Dauzat et Charles Rostaing qui proposent un *Bettuna (villa), villa au sens de « domaine rural » étant sous-entendu. La graphie actuelle est peut-être liée à l'attraction des noms de lieux en -thun, fréquent dans le Pas-de-Calais, basés sur le vieux saxon tūn (cf. l'anglais -ton et town)[39], à moins qu'il ne s'agisse d'un type *Bi-tun formé des éléments bi « autour » et tūn[40].

Se nomme Betun en flamand[41].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'homme de Néandertal occupe la région, à proximité d'Arras[Note 4], il y a 200 000 ans[42]. Des pointes barbelées en os et bois de cervidé (datées autour de 10 000 av. J.-C.) ont été retrouvées à Béthune et Beuvry, ainsi que des outils plus récents dans le marais de Beuvry (-7000 à -5000 ans, au Mésolithique). Au Néolithique (-4000 à -1600 ans), l'activité s'oriente vers l'agriculture et l'élevage ; une occupation à l'âge du bronze (-1600 à -800) est également attestée sur le territoire de Beuvry[43]. À l'époque gallo-romaine, une villa occupe le lieu-dit le Château Brunehaut[44].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitation remontent au VIe siècle-VIIe siècle.

Vers 502, saint Vaast, évêque d'Arras et évangélisateur de l'Artois, fait construire l'église dédiée à la Vierge au bord de la confluence de la Lawe et de la Blanche, au lieu-dit Catorive (peut-être « Castel de la rive »), devenu pauvre faubourg batelier de Béthune depuis l'extension de la partie navigable de la Lawe jusqu'au centre-ville en 1510. Cette église se trouvait à l'emplacement de l'actuelle école Pasteur. Elle fut consacrée à saint Vaast au début du Xe siècle puis détruite au XVIe siècle par Charles-Quint lors des travaux de fortification de Catorive : l'empereur fit construire une nouvelle église Saint-Vaast au centre de Béthune, la bâtisse la plus caractéristique de la cité aujourd'hui avec le beffroi.

Sous Charlemagne, vers 800, le Béthunois compte 4 000 à 5 000 habitants. Cette population est multipliée par 10 dans les 500 années qui suivent[45].

La seigneurie de Béthune : les avoués[modifier | modifier le code]

Les premières traces écrites mentionnant la seigneurie de Béthune remontent à 940. Cette seigneurie formait le nord-ouest de l'ancienne cité des Atrébates ; elle fut probablement soumise à l'autorité des comtes de Flandre depuis le règne d'Arnoul le Grand et y demeura attachée jusqu'au XIVe siècle[46].

Les seigneurs de Béthune étaient, à titre héréditaire, avoués de Saint-Vaast d'Arras ; c'est ce qui leur valut la qualification d'avoués de Béthune[46]. En 970, on trouve la première mention du château.

En 1093, une première épidémie de peste touche la ville. D'autres suivront en 1188 (voir ci-dessous), 1429 et 1522.

À partir du XIe siècle, les seigneurs de Béthune ont dans la châtellenie de Béthune le même rôle que les autres châtelains flamands. Ils semblent avoir possédé de bonne heure les seigneuries de Warneton et de Cassel[46].

Le premier avoué de Béthune que l'on retrouve cité est Robert Faissieux (fasciculus), à la fin du Xe siècle et au commencement du XIe siècle. Il possédait la moitié de la seigneurie de Richebourg (au nord-est de Béthune)[47].

Ses successeurs sont : au XIe siècle, Robert II, Robert III ; au XIIe siècle, Robert IV, Guillaume Ier, qui ajoute à son domaine l'autre moitié de Richebourg, Robert V (mort en 1191) et Robert VI (mort en 1193-1194)[48].

En 1096, Adam de Béthune participe à la première croisade. Son nom figure dans la cinquième salle des croisades du château de Versailles.

Au XIIe siècle, la ville de Béthune, convoitée, est défendue par ses bourgeois contre l'armée flamande. Le bourg fortifié sur 25 hectares s'ouvrait par cinq portes. Les fortifications de la ville sont améliorées et renforcées au fil des siècles.

En 1137, un premier incendie détruit un grand nombre de maisons, alors encore construites en bois[49].

Photographie montrant le parc du Quinty, lieu de la rencontre entre Germon et Gauthier
Le parc du Quinty, lieu de la rencontre entre Germon et Gauthier.

En 1188, la ville est de nouveau affectée par une épidémie de peste, favorisée par un sol marécageux et le manque d'hygiène. Les morts ne sont alors pas enterrés et les malades non soignés. La légende raconte que saint Éloi apparaît alors en songe à deux maréchaux-ferrants, Germon de Beuvry et Gauthier de Béthune. Il leur demande de se réunir pour fonder une charité. Les deux hommes, réunis au Quinty, créent la Confrérie des Charitables de Saint-Éloi, chargée d'assurer les enterrements de tous. La confrérie existe encore de nos jours[50].

Robert IV, par la paix d'Arras (1191), devient vassal immédiat du roi de France pour Béthune, Richebourg, mais demeure vassal du comte de Flandre pour Warneton[48]. Son frère Guillaume II, qui lui succède, épouse Mathilde, fille de Gauthier II, héritière de Termonde, Lokeren, Meulebeke et de l'avouerie de Saint-Bavon de Gand. Il meurt en 1213[48]. Viennent ensuite ses deux fils : Daniel qui meurt en 1226 sans postérité, et Robert VII, qui remet en apanage à son frère Guillaume Lokeren et Meulebeke[48]. En 1222, le château est reconstruit et entouré de murailles sur trois côtés.

En 1245 Gui de Dampierre épouse Mathilde (Mahaut), fille de Robert VII. Elle lui apporte en dot les espérances qui se réalisèrent à la mort de son père, en 1248, et qui firent passer au comte de Flandre les seigneuries de Béthune, de Termonde, de Richebourg, de Warneton et l'avouerie d'Arras. En effet, elle n'avait qu'une sœur, Élisabeth, qui obtint une autre part de l'héritage. Robert (dit de Béthune), fils de Gui et de Mahaut, fut investi de l'héritage de la maison de Béthune dès 1265[51].

Fin du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La richesse agronomique des sols entraîne une certaine prospérité du Béthunois vers 1300, accompagnée d'une forte croissance démographique (population estimée à 40 000 à 50 000 personnes)[45].

En 1297, Gui de Dampierre, comte de Flandre défie le roi de France, Philippe le Bel. Le roi s'empare des plus fortes places de la Flandre. Les bourgeois de Béthune en profitent pour se révolter contre l'autorité du comte de Flandre et se soumettre au roi de France.

À l'avènement de Robert de Béthune, en 1305, il cède à son frère Guillaume Termonde et Richebourg. La châtellenie de Béthune est remise par le traité d'Athis aux mains de Philippe le Bel, qui n'attend pas, pour en disposer, que le traité de Pontoise (1312) rende définitive l'aliénation de la Flandre gallicane. Comme son second fils, Philippe de Poitiers, avait épousé la fille de la comtesse Mahaut d'Artois et que la dot de cette princesse assise en Franche-Comté dépassait le chiffre de la rente convenue, le roi, à titre de dédommagement, lui délivra en 1311 la châtellenie de Béthune, qui devait plus tard, avec la masse de la succession de Mahaut d'Artois, revenir à la Flandre[52].

Photographie montrant les ruines des Récollets
Ruines des Récollets.

Durant la guerre de Cent Ans (XIVe siècle - XVe siècle), les Béthunois défendent avec ténacité la ville des attaques des armées flamandes. En récompense, les bourgeois de Béthune leur permettent la construction d'un beffroi avec droit de cloche et de prison. Le premier beffroi en bois est détruit dans un incendie. Il est reconstruit en grès en 1388. En 1447, un second incendie détruit à nouveau une partie des habitations[49]. En 1500, Béthune est sous la domination espagnole. Charles Quint renforce les fortifications et fait déplacer l'église Saint-Vaast dans l'enceinte fortifiée. Il aménage le canal de la Lawe. Béthune connaît alors une expansion importante avec le développement de l'industrie drapière et le commerce du grain. Cela favorise l'installation de nombreux corps de métiers, tels que la teinturerie et la tannerie.

Époque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Domination espagnole[modifier | modifier le code]

À partir de l'accession de Charles Quint au trône d'Espagne (1515) Béthune se trouve sous domination des Habsbourg espagnols. À cette époque les autorités renforcent les fortifications de la ville. Le roi catholique ordonne aussi de déplacer l'église de Saint Vaast dans l'enceinte fortifiée et planifie le canal de la Lawe.

Béthune connaît à l'époque une expansion importante et un développement de l'industrie textile et du commerce de grain. Cela entraîne l’installation de nombreuses corporations d'étoffe, etc.

Des guerres à la Révolution[modifier | modifier le code]

En 1645, la ville est assiégée par les troupes françaises et doit capituler. Louis XIV met fin aux prétentions espagnoles par le traité des Pyrénées (1659) et les remparts de la ville sont renforcés sous la direction de Vauban. L'armée des Alliés, commandée par les Néerlandais, assiège la ville en 1710 et Béthune est néerlandaise pendant près de trois ans.

En 1788, le dernier drapier cesse son activité[53]. À la fin du XVIIIe siècle, l'économie est donc fortement tournée vers l'agriculture et le commerce ; plus de la moitié des terres appartiennent à des privilégiés ou des citadins. Comme tout le royaume de France, Béthune connaît l'agitation de la Révolution française : expulsion des congrégations religieuses, exil des familles aristocratiques.

Industrialisation[modifier | modifier le code]

Plan montrant les puits et les concessions du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, à l'exception du Boulonnais
Les puits et les concessions du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, à l'exception du Boulonnais.
La première gare de Béthune, ici photographiée dans les années 1930.

Au début du XIXe siècle, la ville subit deux ouragans en 1800 et 1807, et sa population (surtout les pauvres) une suette (maladie infectieuse) en 1802[54]. L'économie se redresse ensuite, malgré certaines années difficiles (hiver de 1828-1829 ; 5 épidémies de choléra de 1832 à 1866, inondations en 1841, troubles en 1847[55], etc.) La culture de tabac et d'oléagineux se développe ; la betterave à sucre est cultivée et transformée dans des raffineries locales.

À partir de 1851 (date de la première extraction à Courrières[56]), l'exploitation du charbon est au cœur de l'économie et de la vie locale. Béthune se situe en limite, au nord-ouest des sites miniers. La réalisation de la ligne ferroviaire Arras-Dunkerque relie Béthune à ces villes (en 1861) ainsi qu'à Paris, Lens, Lillers et Hazebrouck. Le canal d'Aire à La Bassée est par ailleurs construit en 1826[57], et amélioré dans la deuxième partie du siècle. Les remparts sont arasés de 1870 à 1879[27], l'urbanisation s'étend vers l'est.

L'horlogerie Outrebon s'implante à Béthune à la fin du XIXe siècle[58].

Le début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Carte de la zone rouge zoomée sur l'Artois
La zone rouge au niveau de l'Artois.

En 1906, une usine de pesage, Aequitas, s'installe en face de l'actuelle « friche Testut » près de la gare et vient conforter le secteur de l'horlogerie[58]. La ville se modernise en se dotant d'un nouvel hôpital (1907), d'une poste (1910) et d'un théâtre (1912) et en développant les réseaux d'assainissement, d'électricité et d'eau courante. En 1909, Béthune est le lieu de la quadruple exécution des membres de la Bande Pollet[59].

La Première Guerre mondiale entraîne la destruction de près de la moitié de la ville. L'armée allemande n'occupe pas la commune durant le conflit. Le président du conseil Georges Clemenceau visite Béthune et autres communes non tenues par les Allemands le 25 février 1918[60]. Le 12 avril 1918, les forces ennemies se rapprochant de Béthune, le sous-préfet Adrien Bonnefoy-Sibour ordonne l'évacuation de la ville, le conseil municipal s'exile à Berck-sur-mer[61]. L'armée allemande bombarde le centre-ville le , le détruisant quasi intégralement à l'exception du beffroi pendant quatre jours[62]. Le déblaiement des ruines par les prisonniers allemands va durer jusqu'à la fin de 1919; en attendant les 12 000 béthunois vivent où ils peuvent, notamment dans les caves et récupèrent les gravats pour reconstruire. Après la guerre, la commune reçoit en décembre 1919 la Légion d'honneur par le président de la République Raymond Poincaré[62]. La reconstruction des infrastructures publiques s'étend jusqu'en 1927, la ville a reçu 21 millions de francs à cette fin[62]. On profite de l'opération pour assainir la ville : élargissement des rues, percement d'avenues, destruction des cours insalubres du centre ville[62]. Dans les arrondissements d'Arras et Béthune, 150 000 ha de terres sont stérilisés[63].

Au début des années 1930, la ville a retrouvé la prospérité que la crise économique des années 1933-1934 (Grande Dépression en France) va venir affecter : chômage dans les Houillères, faillites d'entreprises, de commerces, de banques. En 1939, la situation s'est améliorée mais arrive la Seconde Guerre mondiale[62].

En 1931, un tramway relie Béthune à Estaires[64].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la population de Béthune participe au premier des actes de résistance collective à l'occupation nazie en France, et le plus massif en nombre, la grève patriotique des cent mille mineurs du Nord-Pas-de-Calais de mai-juin 1941, qui prive les Allemands de 93,000 tonnes de charbon[65] pendant près de 2 semaines, déclenchant 400 arrestations, des exécutions et la déportation de 270 personnes[66].

Évolution de la ville après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la ville connaît successivement l'exode des Belges et des frontaliers (à la mi-mai 1940), des bombardements les 10 et 22 mai, l'arrivée de l'occupant allemand le 24 puis celle des prisonniers des environs. La population subit des rafles, des prises d'otages, des restrictions et surveillances. La résistance locale s'organise à partir de la fin 1940. Le 17 décembre 1940, les juifs de Boulogne-sur-Mer, juifs de familles de vieille souche française, et de Béthune sont internés dans un camp à Troyes[67]. De nouveaux bombardements, anglais, ont lieu à partir du 27 avril 1944 et jusqu'au début du mois de juin. Les Allemands quittent Béthune à partir du 1er septembre 1944[68] ; la libération s'effectue le 4 par la 7e division blindée Britannique.

En 1956, la fermeture des mines s'organise à l'ouest du bassin minier, du côté de Béthune et Bruay[69]. En 1964, le fabricant de pneus Firestone s'implante à Béthune et emploie plus de 1 500 personnes. La plasturgie emploie également 4 000 personnes dans le secteur de Béthune - Bruay[70].

Les établissements Testut, spécialisés dans la commercialisation d'appareils de pesage, créés en 1820, s'implantent à Béthune en 1971. En 1983, ils emploient encore 400 personnes. Puis le site ferme et devient une friche, aménagée dans les années 2010 en écoquartier[33].

En 1987, la ville de Bruay-en-Artois, située dans l'arrondissement de Béthune, fusionne avec sa voisine Labuissière pour devenir Bruay-la-Buissière. Cette fusion permet à la nouvelle commune de concurrencer Béthune au niveau démographique[71]. De son côté, Béthune fusionne aussi avec des communes limitrophes. La fusion avec Verquigneul est réalisée le 10 décembre 1990, ce qui augmente la population béthunoise de 1 600 habitants[71],[72]. Le , une nouvelle fusion est actée, cette fois avec Beuvry, ce qui amène 9 000 résidents de plus à Béthune. La fusion avec Beuvry est annulée par le préfet le 20 novembre 1997[72], à la suite de deux pétitions et d'un vote[73]. Verquigneul se sépare de Béthune le après avoir suivi un processus similaire[71],[72],[74].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Photographie du tribunal de Béthune
Le tribunal de Béthune.

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune est le chef-lieu de l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais.

Elle était de 1793 à 1973 le chef-lieu du canton de Béthune, qui est alors scindé et la ville répartie entre les cantons de Béthune-Nord et de Béthune-Sud. Un nouveau découpage intervient en 1991, et la ville est alors le chef-lieu des cantons de Béthune-Est, de Béthune-Nord et de Béthune-Sud[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

La ville est située dans le ressort de la cour d'appel de Douai et est dotée d'un tribunal de grande instance[75].

Un projet (dans le cadre du programme immobilier pénitentiaire national) annonce en 2011 la fermeture de la maison d'arrêt de Béthune au profit d'un nouvel établissement pénitentiaire, à Saint-Venant (672 places)[76].

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est le bureau centralisateur depuis 2014 du canton de Béthune

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la neuvième circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Béthune était le siège de la communauté d'agglomération de l'Artois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2013 sous le nom de communauté d'agglomération de Béthune Bruay Noeux et Environs.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[77], celle-ci fusionne avec les petites communauté de communes Artois-Lys et communauté de communes Artois-Flandres, formant, le , la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane, dont Béthune est désormais le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'hôtel de ville de Béthune
L'hôtel de ville.
Sous-préfecture.

Béthune a été gérée par des majorités socialistes depuis 1977. Cependant aux élections municipales de 2008 le maire sortant, Jacques Mellick (PS), a été battu au second tour avec 49,34 % des voix par Stéphane Saint-André, divers gauche (50,66 %), avec un taux de participation de 66,97 %[78].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 57,17 % des suffrages sont allés à François Hollande et 42,83 % à Nicolas Sarkozy, contre respectivement 51,64 % et 48,36 % au niveau national, avec un taux de participation de 73,28 %. Au premier tour Marine Le Pen obtenait à Béthune un résultat meilleur que dans le reste de la France (20,93 % contre 17,90 %), Jean-Luc Mélenchon réalisait 10,93 % dans la ville et 11,10 % au niveau national. François Bayrou, avec 7,27 % des voix, était le seul autre candidat à dépasser 5 % dans la commune[79],[80].

Aux élections régionales françaises de 2010 la liste conduite par Daniel Percheron (Union de la Gauche) arrivait en tête au second tour avec 55,73 % des suffrages, contre 25,17 % à la liste de la majorité présidentielle conduite par Valérie Létard, et 19,10 % à Marine Le Pen (Front National)[81].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu du nombre d'habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 35[82].

Élections municipales 2020[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Olivier Gacquerre (UDI)
  • 35 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 24 895 habitants)
  • 12 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane)
Résultats des municipales de 2020 à Béthune[83]
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Olivier Gaquerre[Note 5] UDI 4 122 62,46 30 11
Stéphane Saint-André DVG 927 14,04 2 1
Nathalie Delbart DVG 637 9,65 1 0
Alexandre Maeseele[réf. nécessaire] RN 463 7,01 1 0
Brigitte Helle[84] EELV 450 6,81 1 0
Votes valides 6 599 98,86
Votes blancs 39 0,22
Votes nuls 159 0,92
Total 6 797 100 35 12
Abstention 10 577 60,88
Inscrits / participation 17 374 39,12

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis la Libération, huit maires ont été élus ou réélus à la tête de la commune.

Liste des maires depuis 1944
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1944 août 1951 Anselme Beuvry   Libraire-imprimeur, ancien résistant
Décédé en fonction
août 1951 mars 1971 Henri Pad Rad.soc. Notaire, maire honoraire
mars 1971 mars 1977 Paul Breynaert DVD Médecin généraliste
mars 1977 avril 1993[Note 6] Jacques Mellick[85] PS Cadre de société
Ministre délégué, secrétaire d'État (1988 → 1993)
Député du Pas-de-Calais (1978 → 1988)
Conseiller général de Béthune-Sud (1979 → 1985)
Conseiller général de Béthune-Nord (1985 → 1994)
Vice-président du conseil général (1979 → 1994)
Démissionnaire
avril 1993 décembre 1993 Bernard Seux PS Agent technique supérieur de la Sécurité sociale
Conseiller général de Béthune-Sud (1985 → 1998)
décembre 1993 mars 1996[Note 7] Jacques Mellick PS Cadre de société
Ancien secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense
Député du Pas-de-Calais (9e circ.) (1993 → 1996)
Conseiller général de Béthune-Nord (1985 → 1994)
1er vice-président du conseil général (1988 → 1994)
Démissionnaire
mars 1996 décembre 1997 Claude Lagache[86] PS Retraité SNCF
décembre 1997 septembre 2002 Bernard Seux PS puis
MDC
Agent technique supérieur de la Sécurité sociale
Député du Pas-de-Calais (9e circ.) (1996 → 2002)
Conseiller général de Béthune-Sud (1985 → 1998)
Élu à la suite d'une élection municipale partielle
septembre 2002 mars 2008 Jacques Mellick PS Cadre de société
Élu à la suite d'une élection municipale partielle
mars 2008 avril 2014[87] Stéphane Saint-André PS puis
PRG
Ancien directeur de cabinet, maire honoraire
Député du Pas-de-Calais (9e circ.) (2012 → 2017)
Vice-président de la CA de Béthune (2008 → 2014)
avril 2014[88],[89] En cours
(au 13 octobre 2023)
Olivier Gacquerre UDI[90]
FED
Directeur d'agences bancaires
Président de la CC de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane (2020 → )[91]
Président du SIVOM Communauté du Béthunois (2014 → 2020)[92]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Béthune est jumelée avec[93] :

Par ailleurs, en dehors du cadre de la coopération décentralisée, un contrat de coopération (ici appelé « jumelage ») a été signé en 1969 par la municipalité avec celle de Sully-sur-Loire en France[94].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Fontaine du Jardin public de Béthune.
Fontaine du Jardin public.
Aire-sur-la-Lys, panneau du bassin d'Aire à 22 km de Béthune, photographié en 2009.

Plusieurs espaces verts participent à la trame verte et bleue en cœur de ville : au sud de la Grand'Place le jardin du Théâtre, le parc Beuvry, le jardin public, le parc J.-J.-Rousseau, le parc du Perroy et au nord le parc du Quai-de-Halage, le parc de la Loisne. Au sud de la gare se trouve le parc des Terrasses de la Rotonde, au sud-ouest de la commune le marais de la Lawe et à l'est le bois de Croquet[32].

La gare d’eau est le plus grand espace vert de la ville. Elle se situe dans le quartier de Beaumarais[95] (au nord de la ville). La Gare d’eau comporte deux îles sans nom, l’une d’elle est reliée par un pont. L’hydrographie de la Gare d’eau comporte environ la moitié de sa superficie. Le canal d'Aire est creusé en 1824 et entre en service l’année suivante[96]. Reliant Béthune à Aire-sur-la-Lys, il faisait partie d'une série de voies d'eau allant de Bouchain à la mer du Nord[97]. Sur ce canal, il existait deux grands rivages publics qui appartenaient à Béthune, proches de la Gare de Béthune-Rivage. Le trafic de la Gare d’eau était populaire : chaque jour, des péniches traversaient le canal. Cependant, en 1950, le trafic commença à diminuer à cause des camions qui remplacèrent les péniches. En 1970, le canal est comblé pour former l’actuelle Gare d’eau, puis le site a été ouvert au grand public[96].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photo du bâtiment du lycée Louis-Blaringhem
Le lycée Louis-Blaringhem de Béthune.
Le collège Saint-Vaast.

Béthune est située dans l'académie de Lille.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre six écoles maternelles et huit écoles élémentaires communales[98].

Le département gère deux[99] collèges (le collège Paul-Verlaine et le collège George-Sand[100]) et la région trois[101] lycées : le lycée André-Malraux, lycée général et technologique[102] et lycée professionnel[103], le lycée général et technologique Louis-Blaringhem[104] et le lycée professionnel Salvador-Allende[105].

Les Béthunois disposent également d'établissements privés : les quatre établissements de l'enseignement catholique en Béthunois (école Notre-Dame-de-Lourdes, école et collège Saint-Vaast, lycée Saint-Dominique)[106], l'école Saint-Christophe[107] ainsi que l'école[108] et le collège[109] de l'institution La Sainte Famille.

Vie universitaire[modifier | modifier le code]

Au sein de l'université d'Artois, le pôle universitaire de Béthune héberge deux établissements qui permettent de se former aux sciences appliquées ainsi qu'un I.U.T.

Santé[modifier | modifier le code]

Photographie montrant le centre hospitalier de Béthune situé sur le territoire de la commune de Beuvry
Le centre hospitalier de Béthune situé sur le territoire de la commune de Beuvry.

Le centre hospitalier de Béthune est le principal établissement du secteur médical (le « secteur sanitaire IV »[110], qui recense 270 000 habitants, principalement autour de Béthune, Bruay-la-Buissière et Nœux-les-Mines. En 2011, l'établissement compte 480 lits et 50 places[111].

Une réduction des services de ce centre hospitalier est envisagée fin 2011, à la suite de la mise en place de la nouvelle carte hospitalière : les urgences chirurgicales seraient transférées au centre hospitalier de Lens le week-end, la nuit et les jours fériés[112].

L'agence régionale de santé étudie en 2011 la création d’une maison médicale de garde située à l'intérieur du centre hospitalier de Béthune. Cette maison assurerait la permanence des soins, offrirait aux patients un parcours de soins clair et efficient et régulerait l’afflux de patients se présentant au service des urgences du centre hospitalier[113].

Par ailleurs, le groupe hospitalier privé d'Artois gère la clinique Anne d'Artois proposant 167 lits en médecine-chirurgie-obstétrique[114].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Béthunois[115].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[116],[Note 8].

En 2021, la commune comptait 24 992 habitants[Note 9], en diminution de 0,01 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 9326 0466 3796 3196 8896 8057 4487 7277 692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 7208 2648 1788 4109 31510 37410 91711 09811 627
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12 40413 60715 30916 79520 14119 95620 07322 08122 376
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
23 44527 15426 98225 50824 55627 80826 47225 43025 186
2021 - - - - - - - -
24 992--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[117].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, on ne dénombrait que 708 immigrés, soit 2,8 %[118] ; ce pourcentage est faible en regard du pourcentage de 8,4 au niveau national[119].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 12 129 hommes pour 13 064 femmes, soit un taux de 51,86 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[120]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
4,8 
75-89 ans
9,0 
13,8 
60-74 ans
16,7 
18,3 
45-59 ans
18,5 
18,9 
30-44 ans
17,9 
25,2 
15-29 ans
20,0 
18,6 
0-14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[121]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Béthune 2011, capitale régionale de la culture[modifier | modifier le code]

En 2011 est lancée l'opération « Béthune 2011, capitale régionale de la culture », initiative du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais en partenariat avec la ville de Béthune et la communauté d’agglomération de l'Artois. Cette opération culturelle, qui vise à rendre la culture populaire, a renforcé l’identité culturelle du territoire par un programme d’investissements d'un montant de cinq millions d’euros, une programmation de manifestations artistiques de dimension nationale voire internationale et un programme d’actions culturelles innovantes s’appuyant sur les potentialités du territoire pour un budget de huit millions d’euros[122].

Événements annuels[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la grande roue de Noël et la patinoire de nuit
La grande roue de Noël et la patinoire.

Le théâtre Le Poche réalise chaque année une programmation bisannuelle intitulée « Zik en Poche ».

La troupe du théâtre de l'Unité pendant "La rue extraordinaire " en 2009.

Au printemps se déroulent le carnaval, le parcours du Cœur (en mars), la braderie (en avril), le festival européen des arts de la rue « Z'Arts Up! » (mi-mai)[123].

La fête de la musique marque le passage en été, comme partout en France. Celui-ci est ponctué par des ducasses dans différents quartiers de la ville, un festival musical permanent, les festivités du 14 juillet, les Estivales, un festival de Rock 'n' Roll « Béthune Rétro » et la grande braderie de la ville (fin août - début septembre).

La ville accueille en décembre un tournoi international d’échecs.

Différents marchés spécialisés (aux fleurs, des terroirs et de l'artisanat, de Noël, etc.) ont également lieu au cours de l'année, ainsi qu'une foire de printemps et une foire d'hiver[124].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le stade municipal.

Les Béthunois peuvent pratiquer de très nombreux sports regroupés au sein de 67[125] clubs dont le club de football (le Stade béthunois FC a été champion de France amateur en 1949 et évolue en 2011 en division d'honneur régionale) et le club de futsal (le Futsal Club béthunois évolue en championnat de France Futsal).

Les installations sportives de la ville sont administrées par le service des sports de la mairie, composé en 2011 de 47 employés municipaux[126].

En 2022, la ville, aidée par une entreprise locale, a battu le record mondial de chute séquentielle de palettes (« dominos palettes »), faisant ainsi son entrée dans le Livre Guinness des records[127],[128].

Depuis 2023, la ville est le lieu de départ et d'arrivée du Tour des 100 Communes, une course cycliste de 175 kilomètres présente au calendrier de l'UCI Europe Tour.

Cultes[modifier | modifier le code]

Photographie montrant le clocher de l'église Saint-Vaast
Le clocher de l'église Saint-Vaast.

Les Béthunois disposent de lieux de culte catholique, protestant et musulman.

À Béthune et dans les communes avoisinantes, le service des enterrements est assuré par la Confrérie des Charitables de Saint-Éloi, mouvement fondé en 1188, laïque depuis 1853 et considéré comme le plus ancien mouvement associatif civil de France.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Les lieux de culte catholique sont les quatre clochers (église Saint-Vaast, église Notre-Dame du Perroy, église Saint-Christophe) de la paroisse Notre-Dame en Béthunois du doyenné de Béthune-Bruay, au sein du diocèse d'Arras[129],[130].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Une église protestante baptiste, membre de la fédération des Églises évangéliques baptistes de France dispose d'un lieu de culte à Béthune[131], de même qu'une église évangélique tzigane, membre de la mission évangélique des Tziganes de France « Vie et Lumière »[132]. Le centre évangélique de Béthune situé à la périphérie sur la commune de Verquin membre de l'Union Nationale des Assemblées de Dieu de France et du Conseil National des Evangéliques de France.

Culte musulman[modifier | modifier le code]

L'« Association musulmane de l'agglomération de Béthune », qui ne dispose en 2011 que d'une petite salle de prière, a lancé en juin 2011 la construction d'une mosquée[133],[134].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour Béthune-Bruay. L'hebdomadaire local (zone d'Arras - Lens - Liévin - Béthune) est l'Avenir de l'Artois.

La ville est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais et les chaînes nationales de la TNT. Elle reçoit également la chaîne régionale Wéo.

La radio locale (Lens - Béthune - Arras) se nomme Horizon.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 762 , ce qui plaçait Béthune au 27 225e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[135].

Emploi[modifier | modifier le code]

Emploi à Béthune[modifier | modifier le code]

En 2008, la population active totale de la commune s'élève à 18 571 personnes[136].

La répartition en fonction du secteur d'activité est assez voisine de la répartition au niveau national.

Répartition des emplois par secteur d'activité économique
  Agriculture Industrie Construction Commerces, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Béthune 0,3 % 17,0 % 4,6 % 39,0 % 39,1 %
Moyenne nationale 3,0 % 14,2 % 6,9 % 45,2 % 30,7 %
Sources des données : Insee[137],[138]

Quant à la répartition par domaine d'activité, elle est également assez voisine de la répartition nationale.

Répartition des emplois par domaine d'activité
  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Béthune 0,2 % 3,5 % 13,4 % 24,3 % 33,4 % 25,2 %
Moyenne nationale 2,0 % 6,1 % 15,9 % 24,9 % 28,6 % 22,5 %
Sources des données : Insee[139],[140]

Emploi des Béthunois[modifier | modifier le code]

En 2008, la population active parmi les Béthunois s'élève à 10 914 personnes[141] dont 2 020 chômeurs, soit un taux de chômage de 18,5 %, largement supérieur au taux national de 11,6 %[142]. La ville a en effet connu des vagues de licenciements dans les années 2000. Le site de l'usine Testut est liquidé en 2003[58], Mondi Packaging (anciennement Assidoman Charfa Artois, qui comptait 300 employés localement en 2000) ferme fin 2007[143].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Ville historique et bourgeoise, où se tenaient les marchés agricoles, Béthune ne se transforme pas lors de l'essor des houillères au XIXe siècle en ville minière. Elle reçoit certes le siège d'une compagnie de charbonnage, la Compagnie des mines de Béthune, mais aucun puits n'est installé sur son territoire. En revanche de nombreux villages ruraux alentour connaissent la métamorphose minière, contribuant à former une véritable agglomération autour de Béthune qui renforce ainsi son rôle de centre de commerces et de services.

Principaux employeurs[modifier | modifier le code]

La ville accueille en 1960, dans le cadre de la reconversion industrielle du bassin minier, plusieurs grandes usines mécaniques ou chimiques. Béthune devient notamment, après Clermont-Ferrand, le deuxième site français pour la fabrication de pneumatiques (de la marque Firestone rachetée par Bridgestone en 1988). L'inauguration de l'usine a lieu le 21 septembre 1961 par le président Harvey Firestone lui-même[144]. L’implantation de Firestone à Béthune est économiquement importante car elle génère de nombreux emplois dans une zone déclarée critique compte tenu de la récession de l’industrie minière. Au début, l'usine compte 640 employés qui produisent 4 000 pneus par jour. La production monte ensuite à 12 500 pneus par jour en 1973, 22 000 pneus en 1991 et 25 000 pneus par jour avec 1 300 employés dans les années 2000. Le site en 2011 est l'employeur le plus important de Béthune et le troisième employeur industriel du département du Pas-de-Calais[145]. Dix ans plus tard, l'usine cesse son activité[146].

L'industrie agro-alimentaire est représentée par une unité importante de transformation de pommes de terre (frites surgelées, purées déshydratées, etc.) du groupe canadien McCain Foods, qui traite 120 000 tonnes par an[147] de tubercules provenant des exploitations agricoles de la région.

Parmi les autres employeurs importants à Béthune, on compte également l'entreprise « Tolmega » du groupe Hager (420 employés en 2000[148]), la société « Cheminées Philippe », qui y a son siège social, et l'hypermarché Auchan[149].

Zones d'activité[modifier | modifier le code]

La zone d'activité Futura compte 25 entreprises en 2009. Englobant le campus, le Technoparc se veut une vitrine des nouvelles technologies[150].

Établissements publics[modifier | modifier le code]

Béthune est également de longue date un port de batellerie. Elle accueille le siège de l'établissement public Voies navigables de France.

Léonce Michel Deprez, qui présidait la chambre de commerce et d'industrie de Béthune a été élu le 22 décembre 2009 président de la CCIT Artois issue de la réorganisation du réseau consulaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photographie montrant les monuments historiques de la Grand-Place : beffroi, hôtel de ville et façades
Les monuments historiques de la Grand-Place : beffroi, hôtel de ville et façades.

Monuments et lieux à l'inventaire général du patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Photographie montrant Le Beffroi de Béthune et l'église Saint-Vaast
Le beffroi de Béthune et l'église Saint-Vaast.
Photographie montrant une verrière art déco de l'hôtel de ville
Verrière art déco de l'hôtel de ville.

L'inventaire général du patrimoine culturel référence 24 lieux et monuments à Béthune, dont quinze monuments historiques[151], comme les façades et toitures de la Grand-Place et de la rue Grosse-Tête, l'hôtel de ville, l'ancienne tour Saint-Ignace et le beffroi.

La Grand-Place est historiquement la place principale de la commune. Elle accueillait au Moyen Âge une halle échevinale, qui jouait le même rôle et était située au même emplacement que l’actuel hôtel de ville. La place, détruite durant la Première Guerre mondiale à l'exception du beffroi, a été reconstruite entre 1920 et 1927 par un groupe d’architectes dirigé par Louis Marie Cordonnier, dans le goût de l’après-guerre ; l’architecture éclectique se mêle au néo-régionalisme et à l’Art déco.

En partie détruit à la suite des bombardements de la Première Guerre mondiale, l'hôtel de ville a été reconstruit en 1926 sur les plans de l'architecte Jacques Alleman. Il est situé à l'emplacement de l'hôtel de ville détruit et adopte les mêmes dispositifs architecturaux que les maisons qui l’entourent, mais à une échelle monumentale.

L'ancienne tour Saint-Ignace est une tour d'artillerie datant des XIVe et XVe siècles. Elle faisait partie des fortifications qui protégeaient la ville. Ancien magasin à poudre, sa construction daterait de 1416. Des fortifications en partie détruites à la suite des invasions espagnoles et autrichiennes, il ne reste que cette tour et le bastion de Saint-Pry.

Le beffroi a été construit en 1388 près de la halle échevinale. La tour, d'une hauteur de 33 mètres, est surmontée d'un campanile de 17 mètres lui-même surmonté d'un dragon. Il a été classé dès 1862 à l'inventaire des monuments historiques. Il fait partie des 23 beffrois qui ont été classés au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) en 2005 au sein de la liste des « beffrois de Belgique et de France ».

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts
Le monument aux morts.

Outre les monuments précédents plusieurs bâtiments sont intéressants, en particulier l'église Saint-Vaast, les boves, la gare ou l'ancienne Banque de France.

L'église Saint-Vaast, qui avait été, à l'origine, construite en 1547 par ordonnance de Charles Quint, fut détruite en 1918. Elle fut intégralement reconstruite d'après les plans de l'architecte Louis Marie Cordonnier entre 1924 et 1927.

Les caves, appelées « boves » servirent d'abris aux Béthunois lors de la Première Guerre mondiale.

Le monument aux morts et les autres lieux de mémoire[152].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Lieux culturels[modifier | modifier le code]

Photographie montrant le bâtiment de la Banque de France, aujourd'hui Lab-Labanque
Le bâtiment de la Banque de France, aujourd'hui Labanque.

L'ancienne Banque de France, 44 place Clemenceau, est aujourd'hui lieu de production et de diffusion des arts visuels. Rebaptisé « Labanque » et ouvert en octobre 2007, il propose des expositions temporaires ouvertes au public dans les domaines de la photographie, de la vidéo, de la sculpture, de la peinture et du design d’objets[153].

Le musée régional d'ethnologie présente 30 000 objets des arts et traditions populaires de la région Nord Pas-de-Calais et entretient un centre de recherche et de documentation.

Le théâtre Le Poche, réalisé en 1991 dans les caves d'une maison de charité datant du XVIIIe siècle, est une salle de concerts d’une capacité allant de 100 places assises à 200 places debout[154].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le « Fort de Béthune » est un fromage fait à partir de restants de fromages malaxés avec un peu d'épices, de vin blanc ou d'alcool puis mis en pot. C'est un fromage avancé de type maroilles qui servait de casse-croûte aux mineurs au XIXe siècle et au début du XXe siècle[155],[156]. Il a été rendu célèbre lorsque Nikita Khrouchtchev, en visite à Lille en 1960, y a fait largement honneur[157].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Béthune

Les armes de Béthune blasonnent ainsi : D’argent à la fasce de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Constant Béghin, Histoire de la ville de Béthune, vol. 25, Béthune, Dutilleux, , 250 p. (lire en ligne)
  • Ed. Cornet, Histoire de Béthune,
  • A. de Loisne, Le Cartulaire de Saint-Barthélémy de Béthune, Société des Antiquaires de la Morinie,
  • Eugène Constant Béghin, Les rues de Béthune, Imprimerie et Librairie A. David, Béthune, , 144 p.
  • El. Guilbert, Histoire de l'Antique Confrérie des Charitables de Saint-Eloi de Béthune,
  • Marcel Demont, L'organisation municipale à Béthune sous l'Ancien Régime, Émile Raoust, , 231 p.
  • Ernest Boyaval, Béthune : premier arrondissement de France, Imprimerie centrale de l'Artois, , 201 p.
  • Alain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Dunkerque, Westhoek Éditions, éditions des beffrois, , 334 p. (ISBN 2-903077-58-4). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Philippe Decroix, Les Couvents et Refuges de Béthune, Plein Nord,
  • Véronique Deloffre, Yves Roumegoux, Bernard Caron, Frédéric Lemaire et Christine Crouzet, Béthune : chronique d'une ville fortifiée, Astragale, , 110 p. (ISBN 978-2-9506425-2-3)
  • Roland Bernard, Le Prieuré Saint-Pry de Béthune en Artois, vol. 4, Les Cahiers Béthunois, , 37 p. (ISSN 1164-4257)
  • Eugène Constant Béghin, Les rues de Béthune, Peronnas, réédition par Les Editions de la Tour Gile, , 144 p. (ISBN 2-87802-205-X)
  • Eugène Constant Béghin, Béthune sous la période révolutionnaire - 1789-1803, Paris, réédition par Office d'édition & de diffusion du livre d'histoire, , 291 p. (ISBN 2-84126-066-6, ISSN 0993-7129)
  • C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Paris, Librairie Arthème Fayard, , 349 p. (ISBN 2-213-60733-8). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Gérard Leclercq, Béthune, Saint-Cyr-sur-Loire, éditions A. Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 2-84910-278-4, ISSN 1355-5723)
  • Gérard Leclercq, Le Béthunois, Saint-Cyr-sur-Loire, éditions A. Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 2-84910-482-5, ISSN 1355-5723)
  • Georges Fruchart, Albert Bourgeois et Pascal Fruchart, L'Hôpital de Béthune du XIIIe siècle à l'an 2000, LD Béthune, 268 p.

Ouvrages consultables aux archives départementales du Pas-de-Calais[161] :

  • E. Béghin, Histoire de la ville de Béthune, Douai, Robaut, Dutilleux, successeur, 1873.
  • R. Bel et A. Brassart, De 1900 à nos jours. Souvenir de Béthune, Béthune, Office de tourisme-Syndicat d'initiative du Béthunois, 1995.
  • E. Boyaval, Béthune premier arrondissement de France, Arras, 1947.
  • A. Derville (dir.), Histoire de Béthune et de Beuvry, Dunkerque, Les éditions des Beffrois, 1985.
  • A. Duwez, Bombardements de Béthune, guerre de 1914 à 1918, 2016.
  • R. Larivière, Archives communales antérieures à 1790 et fonds E. Beghin, Béthune, Médiathèque municipale de Béthune, 2002.
  • L. Merlin, Reconstruction architecturale de Béthune après la Première Guerre mondiale. Classement et présentation institutionnelle. Répertoire de la sous-série 10 R 9. Tome I, Arras, 2002-2003.
  • E. Picavet, La reconstruction de Béthune après la Première Guerre mondiale, Arras, 1997-1998.
  • P. Wintrebert, Album archéologique de l'arrondissement de Béthune dressé par F. Lequien et dessiné par L.J. Leclercq (1843-1850), Dainville, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1994.
  • La reconstruction de Béthune. Architecture du XXe siècle, Béthune, Service du patrimoine de Béthune, 2000.
  • Béthune-Bruay. Régionalisme et Art déco, Lille, Région Nord-Pas-de-Calais / Lieux dits éditions, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Infrastructures

Sports

Politique et administration

Personnalités

Patrimoine

Monuments civils

Monuments religieux

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite ville-centre lorsque sa population représente plus de 50 % de la population de l’agglomération ou de la population de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Béthune comprend deux villes-centres (Béthune et Bruay-la-Buissière) et 92 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. En 1976, un fragment de crâne d'une femme de Néandertal est retrouvé sur un chantier à Biache-Saint-Vaast, entre Arras et Douai
  5. Liste du maire sortant ou de la maire sortante
  6. Mandat interrompu pour cause de démission à la suite de son soutien controversé à Bernard Tapie lors du scandale de l'affaire OM-VA
  7. Mandat interrompu pour cause de démission à la suite d'une condamnation pénale
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  10. "Remonter le temps" est un outil de comparaison de l’évolution de l’occupation des sols dans le temps sous forme de cartes ou photos aériennes : carte de Cassini (XVIIIe siècle), carte d'état-major (1820-1866) et période actuelle (1950 à aujourd'hui). Pour comparer deux autres cartes, sélectionner les cartes en haut de la page.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Béthune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Derville 1985, p. 13 et 16.
  4. Jean Ricour, Découverte géologique du Nord de la France, Orléans, Éditions du BRGM, , 66 p. (ISBN 2-7159-0194-1), p. 14.
  5. Ricour 1987, p. 56.
  6. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011. », sur La voix du Nord (consulté le ).
  7. « Données de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  8. « Rivière Lawe », sur le site du projet Babel, Histoire & Patrimoine des Rivières & Canaux (consulté le ).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Lawe (E3660600 ) » (consulté le )
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal d'Aire à la Bassée (E35-0282 ) » (consulté le )
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Courant de la Goutte (E3660740 ) » (consulté le )
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé d'Avesnes (E3660642) » (consulté le )
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Blanche (E3660630) » (consulté le )
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé Turbeauté (E3660730) » (consulté le )
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  16. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Béthune et Lillers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  21. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  23. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Béthune ».
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Béthune », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  27. a et b Derville 1985, p. 187.
  28. a et b « Les paysages des quartiers de Béthune », sur ville de Béthune (consulté le ).
  29. « Atlas des zones urbaines sensibles », sur secrétariat général du comité interministériel des villes (consulté le ).
  30. « LOG2 - Logements par type, catégorie et nombre de pièces », sur Insee (consulté le ).
  31. « Le projet de rénovation urbaine du mont Liébaut », sur ville de Béthune (consulté le ).
  32. a et b « Synthèse de la déclinaison de la trame verte et bleue à l'échelle du SCOT de l'Artois », sur agence d'urbanisme de l'arrondissement de Béthune (consulté le ), p. 8.
  33. a et b T.M., « Écoquartier Testut : c'est parti! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), L'Avenir de l'Artois, (consulté le ).
  34. « Le projet Béthune 49 », sur SAS BASF France (consulté le ).
  35. « Infrastructures Autoroute A24l’année du tracé », La Voix du Nord (consulté le ).
  36. Philippe Fluckiger, « Somme : l'A 24 définitivement enterrée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  37. Ch. L., « Une friche de l'époque où Béthune avait deux gares parmi les terrains que l'État veut céder à prix d'ami », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord, .
  38. « les transports en commun », sur ville de Béthune (consulté le ).
  39. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 79a.
  40. Armand Boileau, Toponymie dialectale germano-romane du nord-est de la province de Liège, p. 11, [lire en ligne].
  41. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  42. C'artouche 2000.
  43. Derville 1985, p. 19.
  44. Derville 1985, p. 21.
  45. a et b Derville 1985, p. 26.
  46. a b et c Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, Bruxelles, H. Lamertin, (réimpr. 1981) (lire en ligne), p. 251.
  47. Vanderkindere 1981, p. 251-252.
  48. a b c et d Vanderkindere 1981, p. 252.
  49. a et b Eugène Constant Béghin, Les rues de Béthune, p. iii
  50. « La confrérie des charitables », sur ville de Béthune (consulté le ).
  51. Vanderkindere 1981, p. 231 et 252.
  52. Vanderkindere 1981, p. 252-253.
  53. Derville 1985, p. 165-166.
  54. Derville 1985, p. 164-165.
  55. Derville 1985, p. 173-174 et 313.
  56. Derville 1985, p. 179.
  57. Derville 1985, p. 14.
  58. a b et c D.C., « Dans les pas de Gaston Dumur, redécouvrir l'usine Testut », L'Avenir de l'Artois, (consulté le ).
  59. François CARON, Il y a cent ans : la fin de la "bande à Pollet" à Béthune, in Généalogie 62, no 101, 1er trimestre 2009, Hénin-Beaumont, p. 31-37. (1800 ex.).
  60. Cent ans de vie dans la région, Tome II : 1914-1939, La Voix du Nord éditions, n° hors série du 17 février 1999, p. 41.
  61. Béthune à l'heure anglaise, document des chemins de mémoire du Nord Pas-de-Calais, p. 5.
  62. a b c d et e Christian Vincent, « Reconstruire la ville sous un tas de gravats », Cent ans de vie dans la région - Tome 2 - 1914-1939 : Martyre et résurrection, La Voix du Nord,‎ , p. 24-25.
  63. C'artouche 2000, p. 37.
  64. Annuaire statistique du département du Nord, année 1931, p. 42-43.
  65. Etienne Dejonghe, « Chronique de la grève des mineurs du Nord/Pas-de-Calais (27 mai - 6 juin 1941) », Revue du Nord, t. 69, no 273,‎ , p. 323-345 (ISSN 0035-2624, e-ISSN 2271-7005, DOI 10.3406/rnord.1987.4298).
  66. « Grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais », Chemins de Mémoire (consulté le ).
  67. Danielle Lemaire, « Nuit et brouillard pour les juifs de Lens », dans Cent ans de vie dans la région, Tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, Hors série du 17 juin 1999, p. 16.
  68. Derville 1985, p. 242-247.
  69. C'artouche 2000, p. 54.
  70. C'artouche 2000, p. 57.
  71. a b et c Éric Charmes, La sécession d'une commune, revue « études foncières », no 135, septembre-octobre 2008, [lire en ligne].
  72. a b et c « Fiche de la commune de Béthune », sur Insee (consulté le ).
  73. Marc Pivois, « Dimanche, dans le Pas-de-Calais, premier tour de l'élection municipale. À Béthune, le système Mellick soumis au vote. Privé de ses mandats par la justice, l'ancien maire reste le patron. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Libération, .
  74. Stéphanie Maurice, « Mellick menacé d'une nouvelle élection. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Libération, .
  75. « La réforme de la carte judiciaire », sur ministère de la Justice, (consulté le ).
  76. « Un nouvel établissement pénitentiaire à Béthune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ministère de la Justice (consulté le ).
  77. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  78. « Résultats des élections municipales de 2008 », Le Figaro (consulté le ).
  79. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 à Béthune », sur ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  80. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  81. « Résultats des élections régionales 2010 », sur ministère de l’Intérieur (consulté le ).
  82. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  83. « Elections municipales 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  84. « - À Béthune, Alternative éco-citoyenne met «l’écologie» en tête de liste », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  85. « Jacques Mellick : Un notable socialiste proche de M. Fabius », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  86. « Béthune : Claude Lagache, maire de 1996 à 1997, est décédé : Claude Lagache avait officié en tant que maire de Béthune entre Jacques Mellick et Bernard Seux. », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne).
  87. Marc Vasseur, « "Le maire Olivier Gacquerre est sous la tutelle de Jacques Mellick" : Stéphane Saint-André n'est plus maire de Béthune. Il reste cependant le député de la neuvième circonscription. Mais, un mois et demi après sa défaite aux municipales, le radical de Gauche assène ses premiers reproches à la nouvelle équipe en place, avec dans le viseur celui qui lui a succédé : Olivier Gacquerre. », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  88. E. L. L, « Béthune : Olivier Gacquerre sera épaulé par dix adjoints pour que Béthune "se développe et rayonne" », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  89. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  90. « Les membres fondateurs », sur parti-udi.fr (consulté le ).
  91. « Olivier Gacquerre est le nouveau président de l’agglomération Béthune-Bruay », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  92. Christian Larivière, « Olivier Gacquerre prend le SIVOM au terme d’une bataille en coulisse : On s'attendait à un duel serré. Seul candidat au fauteuil de président du SIVOM Communauté du Béthunois, Olivier Gacquerre a remporté hier soir haut la main (82 voix sur 114 votants) une élection qui s’était jouée en coulisse. Sans effacer le revers d’Artois Comm., cette victoire permet au maire de Béthune d’étendre son apanage au-delà des murs de sa ville à l’intérieur desquels la citadelle rose d’Artois Comm. s’efforce de le circonscrire. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur ministère des Afaires étrangères (consulté le ).
  94. « Les jumelages », sur ville de Béthune (consulté le ).
  95. « La Gare d’eau », sur Béthune.fr.
  96. a et b « La gare d'eau de Béthune, devenue espace de nature et de promenade »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Week-end en Hauts de France, (consulté le ).
  97. Anatole Marga, Géographie militaire, t. 1, Berger-Levrault, Nancy, 1885, p. 81 [1]
  98. « Liste des écoles maternelles et élémentaires », sur académie de Lille (consulté le ).
  99. « Liste des collèges », sur académie de Lille (consulté le ).
  100. « Page d'accueil », sur collège George-Sand (consulté le ).
  101. « Liste des lycées », sur académie de Lille (consulté le ).
  102. « Page d'accueil », sur lycée général et technologique André-Malraux (consulté le ).
  103. « Page d'accueil », sur lycée professionnel André-Malraux (consulté le ).
  104. « Page d'accueil », sur lycée Louis-Blaringhem (consulté le ).
  105. « Page d'accueil », sur lycée professionnel Salvador-Allende (consulté le ).
  106. « Page d'accueil », sur enseignement catholique en Béthunois (consulté le ).
  107. « École Saint-Christophe », sur ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  108. « École Sainte-Famille », sur ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  109. « Collège Sainte-Famille »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  110. « Quelques chiffres »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur centre hospitalier de Béthune (consulté le ).
  111. « Présentation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur centre hospitalier de Béthune (consulté le ).
  112. « Les médecins urgentistes de Béthune garderont-ils la chirurgie du week-end ? », Nord éclair, (consulté le ).
  113. « Projet de maison médicale de garde de Béthune », sur le site communautaire de l'ARS du Nord - Pas-de-Calais, (consulté le ).
  114. « Présentation », sur clinique Anne d'Artois de Béthune (consulté le ).
  115. « Nom des habitants des communes françaises, Béthune », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  116. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  117. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  118. « IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration », sur Insee (consulté le ).
  119. « IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration », sur Insee (consulté le ).
  120. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Béthune (62119) », (consulté le ).
  121. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  122. « Béthune 2011, capitale régionale de la culture », sur ville de Béthune (consulté le ).
  123. « Z’Arts Up ! De la ville au ciel »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Culture Commune - Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais (consulté le ).
  124. « La ville de Béthune - Les grands évènements », sur ville de Béthune (consulté le ).
  125. « Annuaire des clubs », sur ville de Béthune (consulté le ).
  126. « Le service des sports », sur ville de Béthune (consulté le ).
  127. « Pas-de-Calais : le record du monde de dominos palettes a été battu à Béthune », sur Franceinfo (consulté le ).
  128. « Most pallets toppled in domino fashion », sur Guinness World Records (consulté le ).
  129. « paroisse Notre-Dame en Béthunois », sur diocèse d'Arras (consulté le ).
  130. Isabelle Mastin, « Béthune: le culte est fini à l’église du Sacré-Cœur, elle est désacralisée à partir de ce week-end », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  131. « Page d'accueil »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur église protestante baptiste de Béthune (consulté le ).
  132. « Page d'accueil », sur église protestante baptiste de Béthune (consulté le ).
  133. « Pose de la première pierre de la mosquée : un nouveau « lieu de vie » », La Voix du Nord (consulté le ).
  134. « Une mosquée digne de ce nom pour les fidèles musulmans », La Voix du Nord, (consulté le ).
  135. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur Insee (consulté le ).
  136. « Béthune - EMP1 - Emplois au lieu de travail par sexe, âge, statut et temps de travail », sur Insee (consulté le ).
  137. « Béthune - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur Insee (consulté le ).
  138. « France - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur Insee (consulté le ).
  139. « Béthune - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur Insee (consulté le ).
  140. « France - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur Insee (consulté le ).
  141. « Béthune - ACT1 - Population active de 15 ans ou plus par sexe, âge et type d'activité », sur Insee (consulté le ).
  142. « France - ACT1 - Population active de 15 ans ou plus par sexe, âge et type d'activité », sur Insee (consulté le ).
  143. « Soixante-seize licenciements chez Mondi Packaging, entreprise quinquagénaire », La voix éco, (consulté le ).
  144. « Firestone, un grand groupe industriel installé à Béthune, partenaire du rallye automobile », sur le site d'Arnaud Willay citant le quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  145. « Bridgestone célèbre le 50e anniversaire de l'usine de Béthune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Bridgestone France, (consulté le ).
  146. « Clap de fin pour l'usine Bridgestone de Béthune », sur tv5monde.com, (consulté le ).
  147. « Page 'accueil », sur Beaumarais (groupe McCain) (consulté le ).
  148. C'artouche 2000, p. 253.
  149. « Béthune », sur le site personnel du professeur Roger Brunet, « France, le trésor des régions » (consulté le ).
  150. Danièle Plouvier, « Béthune : sept entreprises forment un club pour la promotion du parc Futura », La Voix du Nord, (consulté le ).
  151. « Base Mérimée », sur ministère de la Culture (consulté le ).
  152. « Le monument aux morts », sur monuments-aux-morts.fr (consulté le ).
  153. « Page d'accueil », sur Lab-Labanque (consulté le ).
  154. « Théâtre Le Poche à Béthune », sur ville de Béthune (consulté le ).
  155. « Fort de Béthune », sur maître-fromager Androuet (consulté le ).
  156. Jean Froc, Balade au pays des fromages: Les traditions fromagères en France, [lire en ligne].
  157. « A la découverte des fromages du Nord », sur fromag.com (consulté le ).
  158. « Les archives », sur ville de Béthune (consulté le ).
  159. Étienne Maire, « À Béthune, on a rendu un hommage à Simone Veil sur une place qui porte désormais son nom », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  160. « Mme Marguerite Deprez-Audebert - Pas-de-Calais (9e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  161. « La commune de Béthune », sur archives départementales du Pas-de-Calais (consulté le ).