Discectomie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La discectomie est l'ablation chirurgicale, totale ou plus souvent partielle, d'un disque intervertébral[1]. Lorsqu'un disque intervertébral est lésé, la substance qu'il contient fait une hernie qui exerce une pression sur le nerf vertébral voisin ou sur la moelle spinale déclenchant une douleur brûlante dans les jambes ou le dos[2]. La discectomie est le traitement chirurgical classique, elle consiste à enlever la partie du disque qui appuie sur les nerfs. Il existe trois méthodes principales. La première est la microdiscectomie standard effectuée sous un microscope. La deuxième est la discectomie dite à ciel ouvert si le chirurgien n'utilise pas un microscope. Pour ces deux premières méthodes les étapes de l'opération sont similaires. La troisième méthode est la discectomie mini-invasive (DMI), où l'incision est plus petite et les dommages environnants moins importants sans que les résultats en termes de douleurs résiduelles soient significativement meilleurs[2],[3]. Néanmoins, en 2020 il semble acquis que les résultats du traitement chirurgical des hernies discales au niveau lombaire soit meilleur par la prise en charge chirurgicale que médicale[4].

Cette intervention est moins communément appelée décompression chirurgicale et entre dans le cadre des décompressions neurovertébrales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Discectomie », sur Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine, (consulté le ).
  2. a et b (en) M.R. Rasouli et al., « Minimally invasive discectomy versus microdiscectomy/open discectomy for symptomatic lumbar disc herniation », Cochrane Database of Systematic Reviews, no 9,‎ , Art. No.: CD010328. (DOI 10.1002/14651858.CD010328.pub2.).
  3. A. Blamoutier, « Discectomie chirurgicale pour hernie discale lombaire : techniques chirurgicales », sur EM consulte, (DOI 10.1016/B978-2-294-71535-8.00018-4, consulté le ).
  4. Philippe Orcel, « Sciatique chronique d’origine discale. Traitement conservateur ou discectomie chirurgicale ? », sur Le Quotidien du médecin, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]