Jean-Marie Tarascon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Marie Tarascon
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Marie Tarascon en 2014
Naissance
Marmande (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines Chimie du solide
Diplôme Doctorat en physique
Renommé pour Batterie au lithium
Distinctions Médaille de l’innovation du CNRS en 2017
Site

www.college-de-france.fr/site/jean-marie-tarascon

www.solid-state-chemistry-energy-lab.org

Jean-Marie Tarascon, né en à Marmande dans le Lot-et-Garonne, est un scientifique français spécialiste de chimie du solide et d'électrochimie[1]. Il est professeur au Collège de France à la chaire « Chimie du solide et énergie »[2],[3] ».

Études et carrière scientifique[modifier | modifier le code]

En 1977, Jean-Marie Tarascon obtient un maîtrise en génie chimique à l'université Bordeaux-I. En 1980, il soutient une thèse de doctorat ès sciences, toujours à l'université Bordeaux-I, sous la direction de Jean Étourneau et de Paul Hagenmuller[4].

Sa carrière de scientifique débute en 1981, aux États-Unis, par un contrat post-doctoral à l’université Cornell dans le domaine des matériaux supraconducteurs à haute température critique[5].

Entre 1982 et 1994, il est recruté comme chercheur aux laboratoires Bell puis il rejoint Bellcore (en), la filiale dédiée aux télécommunications, travaillant d'abord sur les supraconducteurs puis se réorientant dans le domaine du stockage de l’énergie[6].

Entre 1994 et 2013, il est professeur à l'université de Picardie Jules-Verne à Amiens où, jusqu'à 2007, il dirige le Laboratoire de réactivité et de chimie des solides (LRCS)[3],[7]. Durant cette période, Jean-Marie Tarascon publie un article de revue important sur les batteries dans le célèbre magazine scientifique Nature[8] avec la contribution de Michel Armand du département de Chimie de l'Université de Montréal.

Il fonde en 2011 le Réseau de stockage électrochimique de l'énergie (RS2E), un réseau de recherche et de transfert technologique sur les batteries, qu'il codirige avec le Pr Patrice Simon de l'université Paul Sabatier[9]. En 2014, il est nommé professeur titulaire de la chaire de « Chimie des solides et de l’énergie » au Collège de France.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Production scientifique[modifier | modifier le code]

  • (en) J-M. Tarascon et M. Armand, « Issues and challenges facing rechargeable lithium batteries », Nature, vol. 414, no 6861,‎ , p. 359-367 (lire en ligne).
  • (en) M. Armand et J-M. Tarascon, « Building better batteries », Nature, vol. 451, no 7179,‎ , p. 652-657 (lire en ligne).
  • (en) A. S. Aric, P. Bruce, B. Scrosati, J-M. Tarascon et W. Van Schalkwijk, « Nanostructured materials for advanced energy conversion and storage devices », Nature materials, vol. 4, no 5,‎ , p. 366-377 (lire en ligne).
  • (en) P. Poizot, S. Laruelle, S. Grugeon, L. Dupont et J-M. Tarascon, « Nano-sized transition-metal oxides as negative-electrode materials for lithium-ion batteries », Nature, vol. 407, no 6803,‎ , p. 496-499 (lire en ligne).
  • (en) P.G. Bruce, B. Scrosati et J-M. Tarascon, « Nanomaterials for rechargeable lithium batteries », Angewandte Chemie International Edition, vol. 47, no 16,‎ , p. 2930-2946 (lire en ligne).
  • (en) P. G. Bruce, S. A Freunberger, L. J. Hardwick et J-M. Tarascon, « Li-O2 and Li-S batteries with high energy storage », Nature materials, vol. 11, no 1,‎ , p. 19-29 (lire en ligne).
  • (en) B. Dunn, H. Kamath et J-M. Tarascon, « Electrical energy storage for the grid: a battery of choices », Science, vol. 334, no 6058,‎ , p. 928-935 (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Sandrine Sgherri, « Jean-Marie Tarascon, le dompteur d'énergie », sur lepoint.fr, le Point,
  2. « Biographie », sur college-de-france.fr (consulté le ).
  3. a et b G. Roussange, « Jean-Marie Tarascon entre au Collège de France », Les Échos, .
  4. (en) « Société Chimique de France 2011 Prize Winners », Angew. Chem. Int. Ed., vol. 50, no 50,‎ , p. 11838 (lire en ligne).
  5. (en) J. M. Tarascon, D. C. Johnson et M. J. Sienko, « Ambivalent behavior of ytterbium in the ytterbium molybdenum sulfide YbMo6S8-ytterbium molybdenum selenide YbMo6Se8 pseudobinary system », Inorganic Chemistry, vol. 21, no 4,‎ , p. 1505 (DOI 10.1021/ic00134a047).
  6. « Jean-Marie Tarascon, de l’énergie au service du durable », sur lejournal.cnrs.fr (consulté le ).
  7. « Anciens du laboratoire », sur lrcs.u-picardie.fr (consulté le ).
  8. J.-M. Tarascon et M. Armand, « Issues and challenges facing rechargeable lithium batteries », Nature, vol. 414, no 6861,‎ , p. 359–367 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/35104644, lire en ligne, consulté le ).
  9. « Hub de Tarascon : bientôt une “Picardie Valley” à Amiens », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Hauts de France, (consulté le ).
  10. « Les membres », sur iufrance.fr (consulté le ).
  11. « Jean-Marie Tarascon », sur academie-sciences.fr (consulté le ).
  12. (it) « Eni Award Edizione 2011 », sur eni.com (consulté le ).
  13. (en) « Centenary Prize 2015 Winner », sur rsc.org (consulté le ).
  14. (en) « Mini symposium doctoratus honoris causa Prof. dr. Jean-Marie Tarascon », sur www.uhasselt.be (consulté le )
  15. « Raphaèle Herbin, Jean-Pierre Nozières, Jean-Marie Tarascon et Jamal Tazi lauréats de la médaille de l'innovation 2017 du CNRS », sur cnrs.fr, (consulté le ).
  16. (en-US) « Fuel Choices and Smart Mobiity Summit > Award », sur fuelchoicessummit.com (consulté le ).
  17. « Jean-Marie Tarascon », sur www.balzan.org (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]