Omar Bradley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bradley.
Omar Bradley
Image illustrative de l'article Omar Bradley

Naissance
Clark, Missouri
Décès (à 88 ans)
Fort Bliss, Texas
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme United States Department of the Army Seal.svg US Army
Grade US-O11 insignia.svg General of the Army
Années de service 19151953
Conflits Seconde Guerre mondiale
Commandement 82e division aéroportée
IIe corps
1re armée
12e groupe d'armées
Chairman of the Joint Chiefs of Staff
Chief of Staff of the United States Army
Faits d'armes Opération Torch
Opération Overlord
Opération Cobra
bataille des Ardennes
Distinctions Army Distinguished Service Medal

Navy Distinguished Service Medal
Silver Star
Legion of Merit
Bronze Star
Chevalier commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique
Ordre Polonia Restituta
Médaille présidentielle de la liberté
Ordre de Souvorov
Ordre de Koutouzov

Omar Nelson Bradley ( à Clark (Missouri) - ) était un militaire américain. Il fut l'un des principaux chefs de l'armée américaine sur les théâtres nord-africain et européen durant la Seconde Guerre mondiale. Il fut élevé au grade de General of the Army (cinq étoiles) et le premier chef d'état-major inter-armes des États-Unis du 16 août 1949 au 15 août 1953.

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Omar Bradley
étudiant à West Point

Il sort de l'Académie militaire de West Point en 1915, une promotion qui donnera de nombreux généraux et que les historiens appelleront « The class the stars fell on » (la promotion sur laquelle les étoiles tombèrent) et rejoint le 14e régiment d'infanterie qui garde la frontière avec le Mexique puis obtient le grade de capitaine cette même année. Il doit s'embarquer pour l'Europe avec la 19e division d'infanterie mais la pandémie de grippe espagnole puis l'armistice l'en empêchent.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Entre les deux guerres, il enseigne les mathématiques à West Point et est promu major en 1924. Après un bref séjour à Hawaii il étudie à l'école de commandement général à Fort Leavenworth de 1928 à 1929. À partir de cette année, il retourne enseigner à West Point. Élevé au grade de lieutenant-colonel en 1936, il travaille au département de la guerre à partir de 1938. En février 1941 il est promu brigadier-général et obtient le commandement de Fort Benning en Georgie. En février 1942 il prend le commandement de la 82e division d'infanterie (avant sa conversion en division parachutiste) avant de passer en juin à la 28e.

En raison de l'empathie qu'il suscitait auprès des soldats, il a parfois été surnommé GI General[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il ne reçoit pas d'affectation au front avant 1943. Lors de l'opération Torch, il sert sous les ordres de Dwight D. Eisenhower. Il est nommé chef du IIe corps en avril et le commande lors des batailles finales d'avril et mai 1943. Il conduit ensuite son corps en Sicile en juillet 1943. Pendant la préparation de la bataille de Normandie, il est choisi pour commander l'important premier groupe d'armées. Lors de l'opération Overlord (Débarquement de Normandie), il dirige trois corps sur les missions Utah Beach et Omaha beach. En juillet 1944, il planifie l'Opération Cobra qui est le début de la percée à partir des plages (percée d'Avranches). En août 1944, le tout nouveau 12e Groupe d'armées des États-Unis est renforcé pour atteindre 900 000 hommes.

Normandie[modifier | modifier le code]

Bradley utilise cette force sans précédent pour réaliser un plan ambitieux d'encerclement des forces allemandes en Normandie, les piégeant dans la poche de Chambois (ou poche de Falaise). Les armées allemandes subissent un affaiblissement considérable. Bien que l’opération soit partiellement réussie, les alliés atteignent la ligne Siegfried à la fin septembre 1944 et s'arrêtent.

Ardennes[modifier | modifier le code]

Les troupes sous le commandement de Bradley et de son subordonné, George Patton, subissent l'essentiel du choc initial lors de la bataille des Ardennes, puis font refluer la contre-attaque allemande.

Bradley utilise la faiblesse de l'adversaire après la reprise des combats pour enfoncer les défenses allemandes et traverser le Rhin et prendre le cœur industriel de la Ruhr. La prise chanceuse du pont de Remagen est rapidement exploitée amenant un énorme mouvement en tenailles qui permet la capture de 300 000 prisonniers.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Lorsque son groupe rencontre l'Armée rouge près de l'Elbe, à la mi-avril 1945, il est composé de quatre armées (1re, 3e, 9e et 15e) pour un total dépassant 1,3 million d'hommes.

Mauthausen[modifier | modifier le code]

Omar Bradley et ses troupes ont libéré le camp d'extermination de Mauthausen le 5 mai 1945.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Bradley est à la tête de l'administration des vétérans pendant deux ans après la guerre. Il est fait chef d'état-major en 1949 et premier coordinateur des forces armées.

Le 21 septembre 1950, il est nommé général à cinq étoiles, le cinquième homme à atteindre ce rang. À ce grade, il gère le début de la guerre froide et de la guerre de Corée.

Il prend sa retraite militaire en août 1953. Il devient ensuite membre de divers conseils d'administration de sociétés importantes[réf. souhaitée].

Il publie ses mémoires en 1951 sous le titre Une histoire de soldat, où il se montre critique vis-à-vis du commandant britannique Bernard Montgomery.

Comme un général cinq étoiles est toujours membre de l'armée des États-Unis d'Amérique, il passe ses dernières années dans le centre médical William Beaumont à Fort Bliss, Texas.

Il repose au cimetière d'Arlington.

Dans le film Paris brûle-t-il ?, son rôle est interprété par Glenn Ford.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le véhicule de combat d'infanterie M2 Bradley a été nommé en son honneur.

Œuvres (choisies)[modifier | modifier le code]

  • A General's Life: An Autobiography ; Omar Nelson Bradley ; Clay Blair ; New York : Simon and Schuster, 1983. (OCLC 8974678)
  • A Soldier's Story ; Omar Nelson Bradley ; New York, Holt 1951. (OCLC 364419)
  • A Soldier's Story of the Allied Campaigns from Tunis to the Elbe ; Nelson Bradley ; London, Eyre & Spottiswoode 1951. (OCLC 11655957)
    • Histoire d'un soldat (A Soldier's History) ; Omar Nelson Bradley ; Paris : Gallimard, 1952. (OCLC 11039452)
  • Effect of Air Power on Military Operations, Western Europe ; Omar Nelson Bradley; Wiesbaden : s.n., 1945. (OCLC 3829481)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omar Nelson Bradley, 1893-1981: A Bibliography ; Dan A Nettling ; Carlisle Barracks, PA : US Army Military History Institute, 1993. (OCLC 27656466)
  • Omar Nelson Bradley: The Soldiers' General ; Red Reeder ; Herman B. Vestal ; Champaign, Ill., Garrard Pub. Co. 1969. (OCLC 45333)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ronald Reagan: Proclamation 4832—Death of General Bradley

Liens externes[modifier | modifier le code]