Château Latour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La célèbre tour de Latour.
Une bouteille de vin Château Latour 1988.

Le Château Latour est un domaine viticole de 65 ha situé dans le Médoc sur la commune de Pauillac bénéficiant de l'Appellation d'origine contrôlée du même nom. C'est un « premier grand cru » du vignoble de Pauillac selon la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855. Il partage cette rare distinction avec le Château Margaux, le Château Lafite Rothschild, le Château Mouton Rothschild et le Château Haut-Brion.

Histoire du domaine[modifier | modifier le code]

Le château Latour est devenu en 1993 la propriété d'Artémis, la société holding de François Pinault[1].

Vignoble[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui le vignoble compte 65 hectares en production dont 47 hectares autour du château, dénommés « l’Enclos », sont réservés à la production du Grand Vin. Ils occupent une situation très caractéristique en Médoc, englobant l’ensemble d’une croupe limitée au nord et au sud par deux petits ruisseaux et à l’est par les « palus » du bord de la Gironde. Il est donc de ces vignobles qui voient la « Rivière », les seuls capables de produire des grands vins d’après un vieux proverbe médocain.

Les sols sont des graves d’origine gunzienne (début du quaternaire) que l’on retrouve dans plusieurs zones de production des grands vins bordelais : en premier lieu dans les Grands Crus médocains, mais aussi à Haut-Brion dans les Graves, à Château Cheval Blanc et Figeac à Saint-Émilion, à Pomerol et Yquem et à Sauternes. Elles sont caractérisées par une grande abondance de cailloux (au moins 40 à 50 %), par leur pauvreté et leur perméabilité, facteurs de grande qualité pour les vins.

Cependant, le sous-sol de Latour présente des zones argileuses dont le drainage naturel est insuffisant et c’est pourquoi il a été mis en place un réseau de drains en poteries, entièrement posé au XIXe siècle et qui est aujourd’hui l’objet de soins vigilants pour le maintenir en parfait état de fonctionnement.

Encépagement[modifier | modifier le code]

L’encépagement du domaine est celui que l’on retrouve dans les grands domaines du Médoc, avec une forte prédominance du cabernet sauvignon (80 %). Le merlot occupe 15 % de la surface. Quant au cabernet franc et petit verdot, ils ne représentent que 5 % de l’encépagement. Ce vignoble a une densité de plantation élevée (10 000 pieds par hectare) car c’est un facteur de qualité supplémentaire, chaque pied produisant un petit nombre de raisins.

Vins[modifier | modifier le code]

La production de ce château est de 200 000 à 220 000 bouteilles par an. Outre le Château Latour, le domaine produit un second vin nommé Les Forts de Latour ainsi qu'un Pauillac.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans un épisode de la série des Simpson (saison 15, épisode 15), Moe, le gérant du bar, vend pour quatre dollars le verre un château Latour de 1886 à Marge et Homer Simpson. Il se rend compte un peu tard de la valeur qu'avait la bouteille. Dans la série Star Trek : Voyager (saison 4, épisode 18) le capitaine Kathryn Janeway, lors d'une simulation holographique se déroulant en France pendant la Seconde Guerre mondiale, propose de servir une bouteille de château Latour 1936 au lieu d'un millésime 1929.

Dans le film Ratatouille (2007), le chef Skinner propose à Linguini un verre de château Latour 1961.

Données financières[modifier | modifier le code]

Château Latour a réalisé une marge de 80 % en 2009 (24,8 millions d'euros de profits pour 31,5 millions de chiffre d'affaires[2]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Enjalbert et Bernard Enjalbert, L'histoire de la vigne et du vin : Avec une nouvelle hiérarchie des terroirs du Bordelais et une sélection de 100 grands crus, Paris, Éd. Bordas-Bardi, 1987 (ISBN 2-04-012932-4).
  • Christophe Meynard (préf. Michel Figeac), Les châteaux du Bordelais, Saint-Avertin, éditions Sutton, 2014, 128 p. (ISBN 978-2-8138-0788-5).
  • Philippe Roudié, Vignobles et vignerons du Bordelais : 1850-1980, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, « Grappes et millésimes », 1988 (1994), 436 p.  (ISBN 2-86781-152-X).

Liens de référence[modifier | modifier le code]

  1. Château Latour sur le site du groupe Artémis
  2. Bordeaux: derrière les grands crus, la crise sur le site cyberpresse.ca le 21 juillet 2011.

Lien externe[modifier | modifier le code]