Golf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Golf (homonymie).

Golf

Description de l'image  golf pictogram.svg.
Fédération internationale Royal and Ancient Golf Club of St Andrews
United States Golf Association
European Golf Association
Sport olympique depuis 1900 à 1904 et à partir de 2016
Joueurs pratiquants 82 millions (2010)[1]
Description de cette image, également commentée ci-après

Tiger Woods au départ d'un trou.

Le golf est un sport de précision se jouant en plein air, qui consiste à envoyer une balle dans un trou à l'aide de clubs. Le but du jeu consiste à effectuer, sur un parcours défini, le moins de coups possible. Précision, endurance, technicité, concentration sont des qualités indispensables pour cette activité.

Codifié en Écosse en 1754 par le Royal & Ancient Golf Club de Saint Andrews, ce sport a des origines diverses dont le jeu de mail. Il fut ainsi importé des Pays-Bas où il était pratiqué sous le nom de « colf » dès le XIIIe siècle.

Le golf ne prend son essor qu'en deuxième partie du XIXe siècle avec l'arrivée du professionnalisme et des clubs privés en Écosse puis en Angleterre, où est mis en place en 1860 le premier Open britannique disputé par des professionnels ; puis au début du XXe siècle. Ce développement se poursuit lors de la Première Guerre mondiale qui voit se redéfinir la hiérarchie mondiale, les Américains parvenant à mettre fin à l'hégémonie des Britanniques. Après la Seconde Guerre mondiale, le golf voit l'arrivée d'autres nations telles que l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Espagne, la Corée du Sud, le Japon ou l'Australie et se mondialise à la fin du XXe siècle. On compterait en 2010 environ 82 millions de pratiquants[1] plus ou moins réguliers.

Ce sport est moins pratiqué par les femmes et, contrairement au tennis, le golf féminin souffre d'un traitement médiatique et financier inégal. De même au sein de l'administration de la fédération : Ainsi, en 2005, au chapitre égalité des sexes dans le sport, l'IGF (International Golf Federation) précisait à la Commission du programme olympique du Comité international olympique que son comité exécutif (ou son équivalent) comprenait « 14 hommes et 4 femmes »[2]. Le 9 octobre 2009, le golf est néanmoins redevenu un sport olympique qui figurera au programme des Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016[3].

Étymologie et usage[modifier | modifier le code]

L’origine du mot est assez confuse, il semble provenir des Pays-Bas où le jeu était appelé colf (dérivé du mot allemand kolbe qui signifie bâton), en raison des nombreux échanges entre les Pays-Bas et l’Écosse, les Hollandais exportèrent ce jeu. Au XVIe siècle, il existe de nombreuses mentions dans les textes officiels en référence à ce sport avec les mots gouff ou golf[4]. Finalement, lors de la mise en place des club-houses, le terme golf fut retenu. L’existence de flux commerciaux qui prospèrent entre les rivages de la mer du Nord au cours du Moyen Âge et de la période post-moderne a induit beaucoup d’interactions linguistiques entre l’écossais, le néerlandais, et d’autres langues.

Une étymologie populaire du terme, mais qui a été officiellement rejetée, était « Gentlemen Only, Ladies Forbidden[5] ».

« Golf » est le mot redondant associé à la lettre G dans l'alphabet radio normalisé par l’Organisation de l'aviation civile internationale[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du jeu[modifier | modifier le code]

L'Empereur Xuande jouant à un jeu proche du golf appelé chuiwan.

Il y a eu des jeux de balles et de bâtons dès l'Antiquité. Sous l'Empire romain, un jeu consistait à envoyer une balle de cuir vers un but déterminé appelé panagica, mais rien ne permet d'affirmer qu'il ait été utilisé un bâton pour y parvenir. Plus tard en Angleterre, le jeu cambuca consistait à frapper une balle en bois à l'aide d'une canne et faisait référence au jeu romain. Au Moyen Âge, de nombreux jeux à travers l'Europe coexistent où l'on tapait une balle vers des poteaux ou des anneaux de fer avec d'un côté le jeu de mail (ou palemail, pall mall…), jeu d'origine française[7] repris en Italie et en Angleterre, d'un autre un jeu où l'on tapait une balle avec une canne, pratiqué aux Pays-Bas, en France et en Angleterre sous divers noms (colve, colven, kolven…). Enfin un jeu quelque peu similaire au golf a été pour la première fois mentionné dans le Recueil de Dongxuan (en chinois, 東軒錄), un ouvrage chinois du XIe siècle, sous le nom de chuiwan en Chine[8].

La véritable origine du golf moderne provient de Hollande[9]. En 1297, à Loenen aan de Vecht, lors d'une commémoration, un jeu est pratiqué appelé colf où l'on devait taper une balle et l'envoyer vers un but précis[10]. Quelques années plus tard, dès 1360 les autorités de Bruxelles dressent des amendes aux personnes pratiquant ce jeu (étant donné qu'il n'existe pas encore de parcours, les gens y jouent quel que soit l'endroit) avant d'édicter une loi autorisant le jeu en dehors des limites de la Cité[11]. La première mention du parcours (et du fairway) intervient en 1483 à Haarlem (Pays-Bas) avec la tonte d'herbe dans des prés. Jusqu'au XVIIe siècle, le jeu connaît un succès croissant en Hollande avant de disparaître brutalement en raison du développement des jeux d'intérieur et de société, mais aussi parce que la mode vestimentaire devenue plus sophistiquée rendait difficile la pratique de ce jeu[12],[13].

C'est finalement en Écosse que le golf que l'on connaît actuellement apparaît. En raison des flux commerciaux qui prospèrent en mer du Nord au cours du Moyen Âge et de la période post moderne, le golf est importé par des marins hollandais en Écosse avec le matériel nécessaire (balles, clubs fabriqués en Hollande). Cependant, le golf ne s'établit que sur la côte Est de l'Écosse (premier parcours à l'Ouest en 1848), et est longtemps confiné sur ce côté dès le XVIIe siècle où de nombreux documents attestent de son existence (Traité de Glasgow en 1501)[4]. Peu à peu, le golf, essentiellement pratiqué à son origine par les francs-maçons[4], commence son expansion avec le premier fabricant de clubs à Saint Andrews en 1627 et divers parcours (Bruntsfield, considéré comme le premier vrai parcours de golf en Écosse[14], Musselburgh et Perth). À noter que le premier parcours de Saint Andrews compte 22 trous avant d'être amputé de sa longueur pour la construction de maisons pour n'avoir que 18 trous au total. En 1744, l'Honourable Company of Edinburgh Golfers rédige une dizaine de règles de jeu[15] mais c'est dix années plus tard que le premier règlement officiel est mis au point par le Royal and Ancient Golf Club of St Andrews qui édicte au total treize règles (qui n'ont pas varié depuis, à part pour la précision et l'incorporation d'autres règles)[4].

Mise en place des règles, amélioration du matériel et expansion[modifier | modifier le code]

Saint-Andrews en 1891
John Henry Taylor vainqueur à cinq reprises du British Open de golf entre 1893 et 1914

Malgré la mise en place de règles, la pratique du golf était bien différente d'aujourd'hui. Tout d'abord, la formule match play était la plus répandue. Les golfeurs jouaient donc leur partie contre un adversaire, trou par trou, avec gain du trou pour celui qui avait tapé le moins de coups possible, le vainqueur d'une partie étant celui qui avait remporté le plus de trous[16]. Le 2 avril 1744 est organisé le premier tournoi de golf sur le parcours de Leith avec une récompense pour le vainqueur. En raison de la participation de golfeurs venus d'autres clubs de la région, l’Honourable Company of Edinburgh Golfers rédige un ensemble de treize règles juste avant le tournoi pour éviter toute confusion[17]. Dix ans plus tard, le 14 mai 1754, les dirigeants voisins du club de Saint Andrews reprennent quasiment le même règlement et en raison de sa stabilité (à l'inverse d'Edinburg : déménagements fréquents et guerres internes) le monde du golf fait référence à ses règles comme pierre fondatrice de ce sport, c'est à ce moment qu'est retenu le nombre de trous[18] (dix-huit, en fait il s'agissait de neuf trous que l'on effectuait aller-retour, les premiers greens ne font leur apparition qu'un siècle plus tard). Cependant, la pratique du golf se limite à l'Écosse et semble avoir du mal à prendre son expansion.

C'est avec le progrès et l'amélioration du matériel, notamment de la balle, que le golf commence son expansion, à partir de 1848. Cette dernière, constituée d'une coque de peau ou de cuir remplie de plumes puis cousue, va laisser sa place à une balle faite à base de caoutchouc (la gutta-percha) qui, contrairement à la première, résistait plus longtemps. Des alvéoles sont ensuite appliquées sur la balle pour un meilleur aérodynamisme. À partir des années 1870, ces balles permettent la première expansion du golf. Cela est dû à la facilité de fabrication, au prix et la standardisation du matériel, le tout accompagné par l'amélioration de la vie et des transports à travers l'Europe[19]. Les clubs, à l'époque tous en bois (hêtres, pommiers ou épineux), sont ensuite améliorés. Les premières recherches concernent la mise en place d'un grip puis l'amélioration du point d'impact avec l'introduction d'une plaque plus résistante (soit un bois de meilleure résistance soit du métal). La tête des clubs est aussi redéfinie puis, enfin, l'apparition de manches en métal au début du XXe siècle et des fers complètent cette révolution du matériel (améliorée depuis par le déplacement du point central de l'arrière du club au pourtour de la tête dans les années 1960). Des améliorations sont également notées autour des tees, des sacs, des gants, des chaussures, de l'uniforme[20].

Le golf connut son expansion également en raison de la présence d'officiers écossais à l'étranger, comme ceux pratiquant du golf en Virginie (États-Unis) dès 1779. Cependant, les premiers golfs construits hors des Îles Britanniques seront à Calcutta en Inde en 1829, puis Bombay en 1842, en Australie en 1851. Enfin le premier golf hors des territoires ou possessions de l'Empire britannique se trouve à Pau[21] en 1856. S'il est le seul parcours de golf en France pendant trente ans[22], cela s'explique par la présence de l'armée de Wellington dans la ville après la bataille d'Orthez du 27 février 1814. À partir de la Restauration, les Britanniques, séduits par la beauté du site et par la douceur du climat, viennent sans cesse plus nombreux passer l'hiver à Pau.

En Angleterre, le pays se dote de son premier link[23] en 1864 puis construit un nouveau parcours en 1865 appelé inland (c'est-à-dire à l'intérieur des terres) à Wimbledon puis à Liverpool. Peu à peu de nombreux golfs sont construits : 1871 en Nouvelle-Zélande, 1873 au Canada, 1881 en Irlande, 1885 en Afrique du Sud, 1888 aux États-Unis près de New York (après deux tentatives infructueuses auparavant), 1889 à Hong Kongetc.[24].

Mise en place des tournois et mondialisation du golf[modifier | modifier le code]

Bobby Jones à 14 ans

Le terme de Grand Chelem est utilisé pour la première fois lors de la prestation de Bobby Jones en 1930 qui remporte les quatre tournois les plus prestigieux de l'époque : l'Open Britannique, L'Open Américain, le Championnat International amateur des États-Unis et le Championnat International amateur de Grande-Bretagne. Le journaliste et biographe ami de Jones, Oscar Bane (travaillant pour l'Atlanta Journal), emprunte cette expression au bridge où elle désigne une partie dans laquelle une équipe réalise toutes les levées. Sur ces quatre tournois se réunissaient alors les meilleurs golfeurs de la planète qui étaient amateurs (les professionnels n'ayant pas le droit de disputer les tournois amateurs c'est-à-dire les deux derniers, au contraire des amateurs pouvant s'aligner sur les Opens)[25].

Il existe une fédération mondiale (IGF, pour International Golf Federation (en)) présidée par Peter Dawson et fondée en 1958 pour développer le golf à échelle mondiale[26]. l'IGF est reconnue par le Comité international olympique, et qui rassemble 127 fédérations de 122 pays[26]. Mais, ce sport est aussi organisé sous le contrôle de deux grandes fédérations : celle de Grande-Bretagne le Royal et Ancient, et celle des États-Unis l'United States Golf Association (USGA), leurs Opens sont donc considérés comme les plus importants tournois au monde et exerce chacun son influence et son pouvoir sur une partie du monde, au Royal et Ancient les pays du Commonwealth, Canada, Afrique du Sud, Inde, Europe, et au USGA les États-Unis, l'Amérique du Sud, l'Asie. Par conséquent, à ces deux Opens s'ajoutent les championnats internationaux amateurs. Ainsi, aux débuts des années 1930, les associations de professionnels (dont par exemple la Professional Golfers' Association of America créée depuis 1916[27]) organisent à leur tour de nombreux tournois réservés aux pros (les P.G.A. championships) ainsi que le tournoi Championnat de la PGA réservé aux pros et qui se déroulait en même temps que l'Open britannique. Finalement à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, la forme actuelle du grand chelem est trouvée avec le remplacement des deux tournois amateurs par le championnat de la PGA et l'incorporation du Masters[28] construit à Augusta par Bobby Jones (qui est le seul tournoi sur invitation). Depuis, ces quatre tournois (dont trois se déroulent aux États-Unis) dominent le monde du golf chez les hommes.

La popularité grandissante du golf trouve aussi son origine dans les grands joueurs et leurs duels. Longtemps dominé par les Écossais et les Anglais, les Américains, à partir de l'exploit et du grand chelem réalisés par Bobby Jones en 1930 (qui prend la même année sa retraite sportive), fournissent un grand nombre de champions avec dans un premier temps Ben Hogan, Byron Nelson ou Sam Snead puis sont suivis d'Arnold Palmer et Jack Nicklaus dont le duel est arbitré par un Sud-Africain Gary Player (mettant en évidence l'émergence des pays du Commonwealth) entre les années 1950 et les années 1970. Le golf connaît également à cette période l'arrivée de la télévision et la retransmission des tournois qui lui permet d'accroître sa médiatisation dans les années 1950[29]. À partir des années 1970, de nouvelles nations émergent en Europe de l’Ouest, en Scandinavie ou au Japon où les premiers rôles sont tenus par Nick Faldo, Severiano Ballesteros et Bernhard Langer dans les années 1980. Les années 1990 et 2000 voient l'apogée de nouveaux champions issus d'une seconde vague de pays émergents tels Nick Price (Zimbabwe), Vijay Singh (les Îles Fidji) ou la Corée du Sud (notamment chez les femmes). Dans les années 2000, le golf se découvre un champion précoce en la personne de l'Américain Tiger Woods qui domine le monde du golf masculin avec comme plus sérieux rival Phil Mickelson.

Le golf féminin est resté dans l'ombre des hommes pendant de nombreuses années, après avoir connu un premier essor après la Seconde Guerre mondiale puis un second dans les années 1970 mais qui ne se limitait qu'aux États-Unis voire au Japon (décennies symbolisées par Mildred Babe Zaharias, Patty Berg, Louise Suggs, Mickey Wright ou Kathy Whitworth), ce n'est véritablement qu'à partir des années 1990 et 2000 avec l'éclosion de championnes non-américaines que le plateau fut relevé et plus attrayant avec les dominations successives d'Annika Sörenstam, de Karrie Webb et de Lorena Ochoa, par conséquence l'avenir du golf féminin semble assuré avec l'intérêt porté par de nombreux nouveaux sponsors.

En 2005, le nombre de parcours de golf dans le monde est de 32 000 dont la moitié se situe aux États-Unis[30]. Le classement des pays selon le ratio parcours/population est le suivant : Écosse, Nouvelle-Zélande, Australie, Irlande, Irlande du Nord, Canada, Pays de Galles, États-Unis, Suède et Angleterre (classement ne comprenant que les pays de plus de 500 000 habitants).

À l'exception de la Suède, tous ces pays sont anglophones, mais à l'avenir ce classement risque d'être modifié en raison de la croissance rapide du golf, notamment sur le continent asiatique (par exemple, alors que le premier parcours en Chine est inauguré dans les années 1980, en 2005 plus de 200 parcours y sont recensés). Avec le nombre de parcours, c'est le nombre de pratiquants qui augmente par la même occasion, s'établissant à plus de 61 millions de pratiquants dans le monde en 2003 (répartition du nombre de pratiquants par zone géographique : 6,9 millions en Europe, 13,6 millions en Asie, 1,7 million en Australasie, 1 million en Amérique du Sud, 500 000 en Afrique du Sud et enfin 37,1 millions aux États-Unis)[1].

Certains pays comme la Thaïlande, ont fait du golf un article de promotion touristique: Environ 400 000 touristes viennent pour jouer au golf en Thaïlande chaque année, et ils ont le choix entre plus de 280 parcours[31].

En 2009, Le Comité international olympique réintègre le golf parmi la liste des sports présent aux Jeux olympiques d'été, il en avait été retiré après les jeux de 1904[32].

Principes[modifier | modifier le code]

Les règles de golf[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Règles de golf.

« Règle n°1 : Le Golf consiste à jouer une balle avec un club depuis l'aire de départ jusqu'au trou en la frappant de un ou de plusieurs coups successifs conformément aux Règles »

— USGA & le R&A Rules Limited, (fr) Les Règles de Golf et du Statut d'Amateur 2008-2011 (traduit par la FFGolf), décembre 2007, USGA & le R&A Rules Limited, P.49, règle n°1.

Les règles de golf sont des procédures standardisées selon lesquelles le jeu du golf doit être joué. La dernière mise à jour de ces règles date du 1er janvier 2012 et s'applique dans le monde entier. Elles sont mises en place par l'USGA et le R&A Rules Limited (qui depuis 2004 a pris les responsabilités auparavant détenues par le Royal & Ancient Golf Club of St Andrews), après consultation d'autres autorités régissant le golf à travers le monde. Aux règles sont accolés l'étiquette (comportement d'un joueur sur un parcours), les définitions (vocabulaire du golf), les appendices (concernant les règles locales, et les normes techniques relative à la conception des clubs et les balles) et les décisions sur les règles de golf, en quelque sorte la jurisprudence du golf.

Il existe au total 34 règles disposées en onze sections :

Les sections des règles de golf
1- Le jeu (3 règles) 2- Les clubs et la balle (2 règles) 3- Les responsabilités du golfeur (4 règles)
4- L'ordre du jeu (1 règle) 5- L'aire de départ (1 règle) 6- Jouer la balle (4 règles)
7- Le green (2 règles) 8- La balle déplacée, déviée ou arrêtée (2 règles) 9- Les situations de dégagement et procédures (9 règles)
10- Les autres formes de jeu (4 règles) 11- L'administration (2 règles)

Terrain ou parcours[modifier | modifier le code]

Green du 18e trou de Saint Andrews
Golfeur dans un bunker
Article détaillé : Terrain de golf.

Le golf se pratique sur un terrain (ou parcours) de golf. Généralement, un parcours compte 18 trous mais il peut aussi n'en comporter que 9, voire moins. Sur un parcours de 9 trous, il s'agit parfois de réaliser 9 trous dans un sens (aller) puis de refaire les mêmes 9 trous (retour), soit un total de 18 trous. L'Association européenne de golf autorise les compétitions sur 9 trous mais laisse le soin aux fédérations nationales d'en fixer les modalités[33]. D'autre part, il existe des mini-parcours initiatiques appelés « compact » (ou Pitch and Putt). La différence majeure réside dans la longueur des trous, nettement inférieure à celle d'un parcours de 18 trous standard.

Selon son implantation et l'architecte qui l'a conçu, un parcours peut présenter des parties arborées, des buissons ou arbustes, mais aussi des plans d'eau, rivières ou ruisseaux, que l'on nomme obstacles d'eau, délimités par des piquets jaunes (si l'obstacle traverse le trou) ou des piquets rouges (si l'obstacle d'eau longe latéralement le trou). Placées à des endroits stratégiques afin de rendre le terrain attractif, des pièces de sable, appelées bunkers permettent de pimenter le jeu. Le parcours fait l'objet tout au long de l'année, et plus particulièrement durant la saison golfique, de soins très attentifs.

Chaque trou comporte quatre zones : le fairway ou allée (où l'herbe est tondue courte), le green ou vert autour du trou (où l'herbe est très courte, de quelques millimètres), le pré-rough (où l'herbe est plus haute que sur l'allée) et le rough (où l'herbe est plus haute que sur le pré-rough). Des zones en réparation, délimitées par des piquets de couleur bleue, peuvent aussi se rencontrer sur le parcours et n'en font pas partie. D'autre part, les chemins d'approche et les zones autour des bâtiments de service et les bâtiments eux-mêmes ne font pas partie du parcours. Une balle arrivant sur ces zones est considérée comme perdue. L'imagerie qui consiste à représenter des joueurs reprenant leur coup sur le toit du club house est évidemment une plaisanterie.

Un fairway peut avoir différentes formes pour rendre la vie du joueur un peu plus difficile. La plus évidente est une forme étroite et allongée, jusqu'à 10 mètres environ. La difficulté consistant bien sûr pour le joueur à tirer droit et donc à ne pas voir sa balle arriver dans le rough ou être déclarée perdue. Une autre forme est le trou coudé (dog-legg), à droite ou à gauche, terrain formant un coude avec un angle plus ou moins prononcé. Les architectes de parcours s'ingénient à utiliser de nombreux artifices pour tromper le joueur et l'induire en erreur ou lui rendre la vie plus difficile : fausses perspectives, fausses pentes, buttes masquantes, arbres mal placés…

Compétition formules de jeu, index et handicap de jeu[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Article détaillé : Compétition de Golf.
  • Sur chaque parcours, il y a un « par », soit le nombre de coups standard fixé pour le terminer.

Habituellement, sur un parcours de 18 trous, le par est de 72. Cette moyenne est calculée en fonction des par de chaque trou : sur les 18 trous, on compte en moyenne dix « par quatre », quatre « par trois » et quatre « par cinq ». Ainsi on a : 10x4 + 4x3 + 4x5 = 72. Ce calcul n'est cependant qu'une moyenne, le par global peut être très différent d'un parcours à un autre. Par exemple, un parcours de montagne très court avec beaucoup de "par trois" et peu de "par cinq" peut avoir un par global de 69, comme il existe des parcours très long avec un par global de 73.

  • Le par désigne également le nombre de coup que l'on doit effectuer sur chaque trou.

Il n'existe que trois « par » par trou déterminé par la longueur du trou : « par trois » (entre 91 et 224 mètres, 100–250 yards), « par quatre » (entre 225 et 434 mètres, 251–475 yards) et le « par cinq » (entre 435 et 630 mètres, 476–690 yards). Pour être dans le « par », un golfeur doit effectuer le même nombre de coup que le par du trou. Par exemple sur un « par quatre », le joueur est dans le par, c'est qu'il a joué quatre coups, du départ jusqu'au trou. Si un golfeur effectue un « par trois » en deux coups, il effectue alors un birdie (oiselet), soit un coup sous le par. Les différentes expressions sont les suivantes :

Tableau des scores[34].
Sur le tableau
des scores
Terme spécifique Définition
-5 Faucon (ou quadruple-eagle) Cinq coups sous le par
-4 Condor (ou triple-eagle) Quatre coups sous le par
-3 Albatros (ou double-eagle) Trois coups sous le par
-2 Eagle Deux coups sous le par
-1 Birdie Un coup sous le par
0 Par Nombre de coups égal au par
+1 Bogey Un coup au-dessus du par
+2 Double bogey Deux coups au-dessus du par
+3 Triple bogey Trois coups au-dessus du par

Formules de jeu[modifier | modifier le code]

Il existe deux formules de jeu au golf utilisées en compétition, le stroke-play a remplacé dans les tournois petit à petit le match play :

  • Le stroke-play (ou medal play) : Tous les coups du golfeur sont comptabilisés sur le parcours, le classement est déterminé en fonction du nombre de coups donnés, par conséquent c'est le golfeur ayant effectué le moins de coups qui remporte le tournoi[35]. Il s'agit de la formule la plus répandue dans les tournois.
  • Le match play : Deux joueurs s'affrontent, un joueur gagne un point s'il effectue un trou en moins de coups que son adversaire, un match est gagné par le golfeur qui mène par un nombre de points supérieur au nombre de trous restant à jouer[35]. Cette formule, certes moins répandue que la précédente, est utilisée principalement dans des compétitions par équipe, Ryder Cup et Presidents Cup chez les hommes, ou Solheim Cup chez les femmes. Dans les compétitions individuelles, le Championnat du monde de match-play est l'un des tournois les plus importants de la saison.

Il existe également des formules plus marginales : la compétition Contre Par et le stableford, qui toutes les deux des formules dérivées du stroke-play, mais avec des règles de décompte différentes[35].

Le matériel, l'équipement et accessoires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Matériel de golf.

L'évolution technologique du matériel (notamment de la balle et des clubs), aléatoire à ses débuts, permit au golf de connaître son expansion de la fin du XIXe siècle. De même, avec de meilleurs entretiens des parcours, l'équipement du sportif a évolué et ce dernier s'est doté de différents accessoires complémentaires par la suite (tees, sacs ou golfette).

La balle[modifier | modifier le code]

Balle de golf
Article détaillé : Balle de golf.

La première évolution concerne la balle de golf. D'abord en pierre ou en bois jusqu'en 1750, elle est remplacée par la balle feathery, la balle est fabriquée à la main, entourée d'une coque de peau ou de cuir, elle était remplie de plumes tassées et de poussière, le tout cousu. Le prix de cette balle équivalait à celle d'un club, de plus celle-ci s'accommodait mal du temps écossais où en raison de l'humidité et d'un sol mouillé, elle devenait lourde, fragile et rapidement inutilisable. En 1848, avec l'importation du caoutchouc (gutta-percha) de Malaisie et d'Inde, une nouvelle balle apparaît : la balle gutta-percha, celle-ci révolutionne le jeu grâce à une meilleure résistance, rapidement elle remplace la balle précédente, puis des alvéoles apparaissent sur la balle et permettent une meilleure pénétration dans l'air, ces balles étaient donc en caoutchouc plein. En 1898, la balle est de nouveau améliorée par l'installation d'un noyau dur au centre que l'on enveloppait de caoutchouc tressé puis d'une coque moderne : la balle Haskell. Depuis il y a eu peu d'améliorations, seulement quelques perfectionnements comme les premières balles compressées permettant de taper plus loin ou le diamètre et le poids de la balle, en 1920 le Royal et Ancient de Saint-Andrews exige que la balle pèse au maximum 1,62oz (soit 45,93 g) et ait un diamètre non inférieur à 1,62 inches (petite balle ou balle anglaise) tandis qu'en 1929 les États-Unis exigent une balle d'un poids maximum de 1,55oz et d'un diamètre qui ne doit pas être inférieur à 1,68 inch (grosse balle ou balle américaine, soit 42,67 mm) puis cette dernière rectifie un an plus tard pour 1,62oz sans toucher au diamètre, finalement celle-ci devient la balle universelle[19].

Les clubs[modifier | modifier le code]

Bois, fer et fer droit (putter)
Article détaillé : Club (golf).

Le matériel est composé de fers, de bois et d'un fer droit (putter). Au départ d'un parcours, un golfeur doit au maximum emporter 14 clubs, le choix est donc déterminant. L'évolution des clubs a suivi celle des balles : apparition du grip, introduction d'une plaque de bois résistant ou de métal au point d'impact pour améliorer la frappe, manche en métal (en 1894), clubs en fibre de verre (dans les années 1950)… Tous ces clubs portaient au début du XXe siècle des noms avant l'adoption des numéros, le bois a été remplacé peu à peu par les fers durant le siècle[36].

  • Les Fers

Les séries de fer existent du fer 1 au lob-wedge. Les fers 1, 2, 3, 4 et 5 sont conçus pour effectuer de longues distances, principalement sur le fairway, alors que les fers 6, 7, 8 et 9 sont utilisés pour des distances intermédiaires. Chaque numéro correspond à une ouverture (le loft) et donc, à une distance précise. Les wedges sont des fers très ouverts possédant un loft compris entre 50° et 60°. Un sandwedge, servant à sortir des bunkers, possède un loft de 56° tandis qu'un lob-wedge possède un loft de 60°. Ces fers permettent de lever la balle haut afin qu'elle n'ait pas beaucoup de roulement après l'impact. On les utilise par exemple dans le cas où un obstacle, tel un bunker, se trouve entre la balle et le green.

  • Les Bois

Les bois existent dans les tailles 1, 3, 5, 7 et 9, mais peuvent aller jusqu'à 13. Ils sont également appelés "bois de parcours" (à l'exception du bois 1, appelé aussi driver, qui permet d'envoyer la balle loin avec une trajectoire tendue grâce à une ouverture très faible comprise entre 8° et 12° qui sert généralement sur les tertres de départ) du fait que les joueurs les utilisent principalement sur le fairway afin de parcourir une distance maximale.

  • Les Hybrides

Il existe également une autre catégorie de clubs appelés hybrides du fait de leurs caractéristiques. En effet, ceux-ci reprennent la forme des bois tout en conservant la facilité de jeu des fers. Ils permettent de parcourir une distance relativement longue en remplaçant les fers longs (fer 1, 2 et 3) plus difficiles à manier.

  • Le Putter

Un des clubs le plus important du sac est le putter. Celui-ci est classé à part à cause de son utilité mais aussi de sa forme particulière. Le putter possède une face verticale, entièrement perpendiculaire avec le sol, ce qui lui permet de ne pas lever la balle à l'impact et donc de garantir un bon roulement de la balle. C'est le club qui permet de faire rouler la balle, principalement sur le green, pour mettre la balle dans le trou.

Noms et numéros
Bois 1 : Driver Fer 2 : Mid Iron Fer 6 : Spade Mashie
Bois 2 : Brassie Fer 3 : Mid Mashie Fer 7 : Mashie Niblick
Bois 3 : Spoon Fer 4 : Mashie Iron Fer 8/9 : Niblick
Fer 1 : Driving Iron Fer 5 : Mashie Sand wedge : Exploder

Équipement[modifier | modifier le code]

Des tees.
Golfeur et son équipement
Chaussures de golf

Les premiers sacs de golf font leur apparition dans les années 1890, jusqu'alors les caddies portaient dans leurs bras les différents clubs. Ces sacs appelés golf-bag sont rapidement suivis par l'apparition des chariots puis après la Première Guerre mondiale ces sacs sont agrémentés de poches[37].

Les tees sous leur forme actuelle sont apparus dans les années 1920[38] mais ne furent véritablement utilisés qu'à partir des années 1940. Auparavant, les golfeurs surélevaient la balle sur un monticule de sable mis à disposition des golfeurs à chaque départ de trou jusqu'à la création des premiers tees en caoutchouc pour reproduire l'amas de sable. Pour éviter de perdre ce tee après la frappe, on l'attachait à un clou relié par une ficelle de quelques centimètres et c'est finalement ce clou qui devint ce que l'on nomme aujourd'hui le tee[39].

Le gant est apparu avant la Seconde Guerre mondiale. Il est aujourd'hui fait de cuir souple et léger[40].Il existe aussi de plus en plus de matière synthétique, ces dernières sont souvent moins prisées par les golfeurs en recherche de perfection, mais le coût est bien divisé par 2.

Les chaussures de golf naissent à la fin du XIXe siècle avec l'apparition des semelles à clous. Il existait également des "sur-chaussures" qu'on fixait à la bottine pour permettre la stabilité du golfeur, mais ces deux modèles endommageaient les greens[41]. Les premières véritables chaussures de golf sont inventées en 1910 aux États-Unis avec des lacets permettant l'extension du pied pendant la marche, une taille basse au niveau de la cheville pour ne pas bloquer le pivot des jambes et enfin une semelle intérieure installée dans le sens longitudinal (pour la marche) et latéral (pour le transfert de poids et le swing)[40].

Un effort sur l'uniforme est opéré dans les années 1950. Auparavant, les golfeurs étaient vêtus de costumes de ville ou de campagne, c'est-à-dire une chemise (avec cravate et veste), parfois un gilet, et pour le bas on avait un pantalon ou un pantalon court comme pour d'autres activités de plein air. Cependant, afin d'éviter l'herbe humide, le pantalon de golf où l'on rentrait le bas de son pantalon dans ses chaussettes fut popularisé. Avec l'entretien des parcours et des fairways bien tondus, on abandonna cette pratique pour adopter finalement un uniforme plus sportif. Avec l'arrivée de la télévision, les uniformes prirent des couleurs vives pour mieux reconnaître un joueur (et son commanditaire). Ainsi, on vit apparaître des pantalons à carreaux, des pulls-overs aux couleurs vives (rouge, bleu, blanc…) et on abandonna les couleurs ternes propres aux Britanniques (marron, vert sombre…)[42]. Les femmes, quant à elles, durent longtemps jouer en robe (quand elles étaient autorisées à disputer un parcours) avant de laisser place à la jupe ou au short.

Le cadet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Caddie (golf).

En tournoi, de nombreux golfeurs sont accompagnés d'un cadet. Ce dernier n'est pas qu'un porteur de sac, son rôle va bien au-delà. Tout d'abord, un cadet est présent pour aider le joueur et lui permettre de se concentrer uniquement sur son jeu, pour cela le cadet lui évite toutes les "corvées" : porter son sac, faire de l'ombre, ratisser le bunker après le passage de son golfeur, nettoyer les clubs et les balles ou tenir le drapeau et le retirer. Au-delà de ce rôle, un cadet est également présent pour partager son expérience avec le joueur dans le choix de ses clubs, le conseiller, l'aider à étudier le parcours et le soutenir moralement. Dans une compétition officielle, il est d'ailleurs le seul autorisé à conseiller son joueur. Par conséquent, la confiance est une condition nécessaire entre le golfeur et son caddie. Il faut bien entendu une bonne entente entre le joueur et le cadet.

Voiturette[modifier | modifier le code]

Une voiturette de golf
Article détaillé : Voiturette de golf.

Les premières voiturettes de golf sont apparues dans les années 1960[43]. La plupart sont électriques avec des batteries situées sous les sièges. La plupart sont conçues pour transporter deux personnes et leurs sacs de golf. La voiturette fait partie de l'équipement du joueur[44]. De nos jours, les voiturettes de golf sont utilisés par les personnes âgées ou les personnes ayant un certificat médical.

Le vocabulaire du golf[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vocabulaire du golf.
« swing »

Le vocabulaire utilisé dans le golf tient sa source principalement dans la langue anglaise à cause de ses origines. C'est pourquoi il n'est pas rare d'entendre des mots tels que par (normale - nombre de coups maximal à faire sur un trou pour ne pas perdre de points), birdie (oiselet - faire un coup en dessous du par), eagle (aigle - faire deux coups sous le par), albatros (faire trois coups sous le par), fairway (allée), green (vert), rough (herbe plus épaisse qui borde le fairway de chaque côté ainsi que le green).

Certains mots anglais restent employés tel que (birdie, par, bogey, club), d'autres sont déformés ou employés avec un sens différent (green pour putting green[45], putting green pour practice putting green, practice pour driving range), dans d'autres cas, les termes anglais ont totalement disparu et apparaissent comme ringardisés, comme cadet en lieu et place de caddie.

Dans les règles de golf Fédération française de golf utilise les termes anglais (dans leur sens original ou déformé) lorsque ceux-ci sont majoritairement utilisés par les golfeurs et les termes français dans le cas contraire.

Au Québec les commentateurs des tournois internationaux de golf utilisent régulièrement les termes oiselet et aigle[46]. Ces termes sont acceptés par les francophones nord-américains et dans la plupart des pays francophones autres qu'européens.

Les techniques du golf[modifier | modifier le code]

Position de la balle dans le stance[modifier | modifier le code]

Loft et lie d'un club de golf

La balle ne se place pas de la même façon avec tous les clubs du sac. En effet, certains clubs devront prendre la balle dans un mouvement ascendant (ou montant) d'autres devront d'abord contacter la balle avant le sol.

Avec les bois, le contact doit se faire obligatoirement dans un mouvement ascendant afin de pouvoir lever la balle, du fait du loft très peu élevé de ces clubs. Il faudra alors placer la balle très largement sur le pied avant (elle pourra être située en moyenne entre la pointe du pied gauche et le talon de ce même pied, pour un joueur droitier). Tandis qu'avec les fers, la balle se situe un peu plus au milieu des pieds à l'adresse[47]. Pour les fers longs (fer 1,2,3,4 et 5) on placera la balle légèrement à l'avant (puisqu'eux aussi possèdent un loft peu élevé) alors qu'avec les fers moyens (fer 6, 7, 8 et 9) la balle se situera au milieu des pieds.

Pour ce qui est des wedges, la balle peut se placer suivant l'effet désiré par le joueur. Plus il la mettra sur son pied avant, plus elle montera, parcourant de ce fait moins de distance. S'il l'a placée en arrière du stance, le loft de son club va diminuer. Par conséquent, la balle partira moins haut mais roulera plus après impact. C'est ce qui fera la différence entre une approche roulée et une approche levée.

Les trajectoires de balle[modifier | modifier le code]

L'obsession chez le golfeur débutant est de reproduire une trajectoire de balle droite; or, on ne dénombre pas moins de neuf trajectoires différentes[48].

En effet, le swing de golf est un effet mécanique. Les trajectoires que va prendre la balle dépendent de deux choses en particulier: le « chemin du club » et l'« alignement de la face de club ». On ne prend pas en compte, ici, l'alignement général du golfeur, qui dans tous les cas est une source d'erreur pour les trajectoires.

Différents chemins de club. De gauche à droite: Square, Intérieur-extérieur, Extérieur-intérieur

Le « chemin du club » désigne le sens et l'alignement de la tête de club par rapport à l'axe du corps du golfeur. Lorsque le club reste parallèle à l'axe de jeu, on dit que le club est « square » à l'impact donc qu'il est aligné avec l'objectif. Au contraire, quand on a un chemin de club « intérieur-extérieur » ou « extérieur-intérieur », cela signifie que le joueur est bien aligné sur l'objectif qu'il vise mais que son club ne revient pas dans un plan parallèle à lui.

L'autre paramètre rentrant en compte pour l'obtention des différentes trajectoires est l'alignement de la tête de club. Il s'agit de la direction où pointe (ou vise) la face du club.

La trajectoire « idéale[49] », par définition, est la trajectoire droite dite « square ». Cela s'explique par un chemin de club "square" et une face de club perpendiculaire à l'axe du joueur.

Les deux trajectoires de balles les plus répandues et qui sont malheureusement néfastes pour les joueurs sont le « push » et le « pull ». Le push est une trajectoire de balle qui part à droite de l'axe de jeu, elle est due à un chemin de club intérieur-extérieur et face de club square. Le pull quant à lui est une trajectoire nettement à gauche de l'axe et elle est due à un chemin extérieur-intérieur et une face de club square. Deux autres trajectoires contraignantes pour le jeu sont le « slice » et le « hook ». Le slice est une balle qui part de l'axe de jeu mais qui tourne sur la droite dans les derniers mètres de sa course. Il est engendré par un chemin de club intérieur-square-intérieur et une face orientée à droite. À l'inverse, le hook est une balle partant dans l'axe et tournant à gauche. Les symptômes sont parfaitement opposés au slice, un chemin intérieur-square-intérieur mais une face orientée à gauche.

Enfin, la balle peut combiner pull, push, hook et slice pour donner le pull hook et le push slice. Le premier est une trajectoire partant à gauche de l'axe et tournant à gauche en fin de course et le deuxième est son inverse (à droite).

Ces deux trajectoires sont dites néfastes puisqu'elles contribuent à éloigner plus ou moins avec importance la balle de l'axe de jeu.

Il reste alors deux trajectoires qui, elles, sont bénéfiques au joueur sachant les utiliser. En effet, le « fade » est une trajectoire partant à gauche de l'axe de jeu mais qui revient sur l'objectif. Le golfeur l'obtient avec un chemin de club extérieur-intérieur et une face orientée sur l'objectif. Le « draw » est son opposé. La balle part sur la droite et revient sur l'objectif.

Les effets[modifier | modifier le code]

Si beaucoup confondent trajectoires et effets, deux trajectoires peuvent s'apparenter avec des effets: le fade et le draw. Ces trajectoires sont obtenues grâce au mouvement de rotation (« spin ») de la balle.
Dans les effets à proprement parler, on peut trouver le topspin, le backspin et le sidespin.

Le topspin est l'effet le plus courant, surtout chez les débutants. Il implique une rotation d'arrière vers l'avant de la balle et est obtenu en prenant la balle dans un mouvement ascendant. La caractéristique principale du topspin est une balle qui roule beaucoup après son impact avec le sol.

Le golf de Santander (Cantabrie, Espagne) situé dans le cadre du Cabo Menor est un exemple d'infrastructure sportive qui a remplacé un milieu au potentiel écologique et paysager exceptionnel, tout en ayant peut-être protégé cette presqu'île de l'urbanisation

À l'opposé du topspin, le backspin[50] est un effet impliquant une rotation de l'avant vers l'arrière de la balle (on peut le comparer à la balle coupée en tennis) qui permet à celle-ci d'être très fortement ralentie à l'impact. Souvent utilisé pendant les approches du green, une balle avec du backspin retombera sur le green, effectuera en général deux ou trois rebonds puis repartira en arrière d'une distance variable.
Il s'agit d'un effet difficile à gérer sur le green car le joueur ne peut pas déterminer avec précision la longueur sur laquelle la balle va rouler en arrière.
Le basckspin est obtenu grâce à un club très ouvert, un lie de la balle propre (une balle dans le rough aura moins de backspin qu'une balle reposant sur le fairway, dû à la grande quantité d'herbe qui s'intercalera entre la face du club et la balle), des stries sur la face du club très prononcées et propres, ainsi qu'un mouvement de club descendant, assez vertical, afin de compresser fortement la balle. Le choix de la balle est également prépondérant, une balle au revêtement plus souple ayant tendance à prendre davantage d'effet. Le Sidespin est en fait un dérivée du Backspin et n'est autre qu'un effet latéral dû à une trajectoire de balle très prononcé (draw ou fade). Cet effet encore plus dur à maitriser que le backspin permet de se rapprocher du trou en visant le centre du green et faire en sorte que la balle se rapproche vers la gauche ou la droite en fonction de l'emplacement du drapeau.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Golf et environnement.

C'est un enjeu qui prend de l'importance depuis les années 1990, parfois de manière volontaire (chartes…) et parfois sous la contrainte d'avancées de la législation environnementale ou des demandes du comité olympique[51] qui tend à intégrer des critères de soutenabilité des activités sportives, en France, notamment via « l'Agenda 21 du sport français[52] » qui décline “l’Agenda 21 du CIO” en l'adaptant au contexte français.

Les impacts environnementaux imputables à l'utilisation du sol pour la construction de terrains de golf concernent d'abord la consommation de ressources foncière (milieu naturel ou agricole en général) et les prélèvements sur la ressource en eau. Les impacts des intrants (engrais et pesticides) utilisés pour l'entretien sont également souvent évoqués. Certains golfs ont aussi contribué à détruire ou dégrader des zones humides ou des zones environnementalement importantes lors de leur construction.
L'industrie du golf évolue, et la législation aussi. Par exemple, le Diazinon, pesticide très utilisé sur les terrains de golf et sur les sites de production de gazon, a été interdit aux États-Unis, par l'Agence de protection environnementale des États-Unis en raison de son impact létal sur les populations d'oiseaux. Certains golfs ont contribué à préserver des sites naturels face à l'avancée de la périurbanisation ou augmenté le potentiel paysager de sites banalisés mais d'autres ont été associés à des programmes immobiliers.

En France[modifier | modifier le code]

Le 2 mars 2006, la Fédération Française de Golf (qui a créé en son sein une Commission Environnement, présidée par Jérôme Paris[53]) a signé avec le ministère chargé de l'Écologie une « Charte sur l’eau ». Cette charte engage les gestionnaires de golf à diminuer de 30 % leur consommation d'eau en 3 ans, par exemple en irriguant moins, de nuit, avec récupération d'eaux pluviales et avec des arroseurs plus judicieusement répartis et en choisissant une végétation moins exigeante en eau.

En 2005, sur les 550 golf métropolitains (ou 530 selon la Ffgolf[54]), 10 % utilisaient de l'eau potable du réseau pour leurs besoins. 60 % de ces besoins correspondaient à l'arrosage des « fairways », et le reste essentiellement pour les « greens », (plus vulnérables au manque d'eau). 53 % des golfs métropolitains disposaient de sources propres d'eau (étangs, cours d'eau..) et 20 % de ces derniers disposaient d'un forage leur permettant de directement exploiter des eaux souterraines alors que 19 % utilisaient des lacs ou retenues, et 14 % un pompage en rivière[55]. En 2010, après échéance de la charte précédente en 2009, les parties ont prolongé pour 5 ans leur souhait d'avancées volontaires sur la gestion de l'eau et l'application du Plan Écophyto 2018 décidé suite au Grenelle de l'Environnement de 2007, au travers d'une nouvelle charte[56], ajoutant notamment des objectifs de réduction (de 50 %) des pesticides, d'utilisation d'eaux usées (dans le cadre de la législation[57]), et permettant l'intégration du Golf dans les « Sports de nature »[58]. Dans le même temps, la fédération française voudrait créer 100 nouvelles petites structures golfiques en 10 ans, avec l'aide du Centre National pour le développement du sport qui propose des aides publiques sans contreparties via une convention relative aux projets d'équipements golfiques 2010-2013[59], dans le cadre du schéma directeur territorial golfique fait par la fédération[60].

De 2007 à 2009 plusieurs inventaire d'algues, plante et animaux ont été fait sur le Golf National, mené par le Museum National d'Histoire Naturelle, montre qu'un golf peut contribuer à la protection de la biodiversité.

Les grands champions[modifier | modifier le code]

Les hommes[modifier | modifier le code]

Willie Park, Sr. ceignant la ceinture de champion, prix de l'Open britannique de 1860 à 1870.

Dès la deuxième partie du XIXe siècle, de grands champions, essentiellement écossais, ont marqué le golf de leur empreinte. Deux dynasties prennent forme avec, d'une part, les "Morris" : Old Tom Morris, rejoint ensuite par son fils Young Tom Morris qui tous deux remportent l'Open britannique à sept ans d'intervalle et, d'autre part, les "Park" : Willie Park Senior (premier vainqueur de l'Open britannique en 1860), accompagné de son frère Mungo Park (vainqueur de l'Open britannique en 1867) et de son fils Willie Park, Jr. (vainqueur du tournoi en 1887 et 1889), un autre Écossais les concurrence en la personne de Jamie Anderson (Open britannique de 1877 à 1879). L'Open britannique constitue à cette époque le plus prestigieux tournoi de golf. Une troisième dynastie sévit entre les années 1840 et 1860, donc avant la création de ce tournoi : les "Dunn", avec les frères jumeaux Willie et Jamie Dunn.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le golf commence seulement à percer aux États-Unis. En 1895, l'US Open est créé et met en valeur un Américain (d'origine écossaise) : Willie Anderson (vainqueur de l'US Open à quatre reprises : 1901, 1903, 1904 et 1905). Mais c'est le Royaume-Uni qui voit naître les plus grands champions et offre le plus haut niveau, avec en tête d'affiche l'Écossais James Braid (cinq Open britanniques entre 1901 et 1910) et les Anglais Harry Vardon et John Henry Taylor. Ces trois golfeurs ont formé ce qu'on appelle le Grand Triumvirat, il ne s'agit en fait que du premier triumvirat d'une longue série qui marque l'histoire du golf. Outre ces trois champions, il convient de mentionner l'Écossais Alexander Herd, vainqueur de l'Open britannique en 1902.

Avant la Grande Guerre, les Américains deviennent de plus en plus performants et prennent peu à peu l'ascendant sur les Britanniques, ce qui est confirmé par les premières victoires américaines de John McDermott (1911) et de Francis Ouimet (1913) à l'US Open. Après la Première Guerre mondiale, la tendance s'affirme et la prépondérance des Américains se fait sentir : à leur tête Jock Hutchison, Walter Hagen et Gene Sarazen qui s'imposèrent à l'Open britannique dans les années 1920 et 1930. À partir de cette époque, les Américains assoient leur prépondérance sur le monde du golf, symbolisée en 1930 par le grand chelem réalisé à l'âge de 28 ans par Bobby Jones qui prend aussitôt sa retraite sportive pour construire le parcours d'Augusta (aujourd'hui devenu un tournoi du grand chelem).

Avant la Seconde Guerre mondiale, un nouveau triumvirat se met en place avec trois Américains nés la même année (1912) : Ben Hogan, Byron Nelson et Sam Snead. À eux trois, ils totalisent 21 titres de grand chelem et règnent sur le golf jusque dans les années 1950. Après deux triumvirats, l'un britannique, l'autre américain, le troisième triumvirat a mis aux prises deux Américains (Arnold Palmer et Jack Nicklaus) et un Sud-Africain Gary Player. Ces trois golfeurs totalisent 34 titres de grand chelems et dominent littéralement le golf des années 1960 et 1970.

La fin des années 1970 et le début des années 1980 voient alors l'arrivée de golfeurs à travers le monde, mis en lumière par les victoires de l'Espagnol Severiano Ballesteros, de l'Australien Greg Norman ou de l'Allemand Bernhard Langer. Cependant, les Américains restent présents par l'intermédiaire de Tom Watson et Larry Nelson. Cette mondialisation se poursuit au cours des années 1980 et 1990 avec l'Anglais Nick Faldo, l'Espagnol José Maria Olazábal, l'Écossais Sandy Lyle, le Sud-Africain Ernie Els, le Zimbabwéen Nick Price et les Américains Payne Stewart et Fred Couples.

Les années 2000 sont marquées par l'arrivée d'un grand champion américain Tiger Woods qui est le seul joueur de l'histoire à avoir remporté les quatre tournois majeurs contemporains à la suite (mais pas la même année, ce qui le prive du grand chelem). Il compte pour l'instant 14 titres de grand chelem à 35 ans seulement. Les rares adversaires capables de lui disputer son leadership sont le Fidjien Vijay Singh, l'Américain Phil Mickelson ou, plus récemment, le Nord-Irlandais Rory McIlroy.

Un World Golf Hall of Fame, ouvert en 1974, comportait à l’origine 13 membres. Il s’agissait au départ d’un projet local, mais la PGA of America en reprit la gestion en 1983 et en acquit la pleine propriété en 1986. Il recense tous les golfeurs ayant marqué leur sport.

Les femmes[modifier | modifier le code]

La reconnaissance du golf féminin a été nettement plus tardive que chez leurs homologues masculins. Ce n'est que vers la fin du XIXe siècle que les premiers tournois se mettent en place symbolisé par le championnat international de Grande-Bretagne en 1893, la première championne marquante est l'Anglaise Cecilia Leitch qui établit le record du nombre de victoires aux championnat amateur de Grande-Bretagne avec quatre victoires (1914, 1920, 1921 et 1926), c'est finalement aux États-Unis que le golf féminin se développe avec l'arrivée de Glenna Vare après la Première Guerre mondiale. Cependant l'équivalent féminin de Bobby Jones était selon les consciences de l'époque l'Anglaise Joyce Wethered.

Après la Seconde Guerre mondiale, le golf féminin voit la création du premier tournoi proette (professionnel féminin) : l'Open américain en 1946. C'est l'Américaine Patty Berg qui inaugure le palmarès de ce tournoi (également membre fondatrice de la LPGA) qui est ensuite dominé par les Américaines Mildred Babe Zaharias, Mickey Wright ou Louise Suggs. Trente ans plus tard l'US Open, l'équivalent européen est créé en 1976 : l'Open britannique. Les années 1960, 1970 et 1980 sont dominées par les Américaines Kathy Whitworth, Nancy Lopez ou JoAnne Carner et laissent peu de place aux étrangères (la Japonaise Hisako Higuchi par exemple).

Les années 1990 bouleversent complètement le monde du golf féminin avec l'explosion de nations émergentes : le Japon symbolisé par Ayako Okamoto, la Corée du Sud avec Se Ri Pak, la Suède avec Annika Sörenstam, l'Australie avec Karrie Webb ou plus récemment le Mexique avec Lorena Ochoa.

Un Hall of Fame of Women's Golf fut créée en 1951 par la LPGA et recense toutes les golfeuses ayant marqué leur sport.

Malgré tout, le Golf féminin continue de manquer de visibilité, pas un seul tournoi de premier plan ne voit les hommes et les femmes alterner les départs. Les sponsors boudent encore les joueuses et les dotations des tournois sont très loin de celles des hommes, environ 5 fois moins [61].

Golf professionnel[modifier | modifier le code]

Circuits de golf[modifier | modifier le code]

La majorité des golfeurs professionnels s'affrontent au cours des compétitions locales. Parmi eux, une petite élite ont la possibilité de disputer des « tournois pro » dans des circuits internationaux. Il existe environ une vingtaine de circuits de golf professionnels organisée par une association de golfeurs professionnels (PGA) ou une organisation indépendante, celle-ci est responsable du calendrier, de trouver les sponsors et de contrôler le circuit. Chaque circuit possède ses "membres" qui s'affrontent sur plusieurs tournois du circuit, ainsi que de non-membres invités d'un autre circuit.

Chez les hommes, le circuit le plus attractif au monde est le PGA Tour, en raison des gains à chaque tournoi, on trouve ensuite l'European Tour qui séduit également de nombreux grands joueurs et se classe deuxième au niveau du prestige. Certains golfeurs participent à ces deux circuits. Il existe également d'autres circuits dans le monde : Asian Tour, Japan Golf Tour, PGA Tour of Australasia ou Sunshine Tour. Chez les femmes, il existe six principaux circuits, basés soit sur un continent ou une région du monde, le plus prestigieux est le LPGA Tour qui se déroule en Amérique du Nord.

Tournois majeurs masculins[modifier | modifier le code]

Le calendrier masculin est dominé par les quatre tournois qui composent le Grand Chelem depuis 1960 et la participation d'Arnold Palmer à l'Open britannique : Le Masters (avril), l'Open américain (juin), l'Open britannique (juillet) et le Championnat de la PGA (août). Ainsi trois des quatre grands tournois se disputent aux États-Unis. Avant l'inclusion de l'Open britannique, les Américains considéraient que le Western Open était ce quatrième tournoi qui composait le grand chelem.

Le Masters est le seul tournoi des quatre à se dérouler chaque année sur le même parcours à Augusta à l'Augusta National Golf Club. L'Open britannique quant à lui se dispute toujours sur un link (parcours au bord de mer) et environ tous les cinq ans a lieu à l'Old Course de Saint Andrews. Les deux autres tournois ont lieu chaque année sur un parcours différent aux États-Unis. Ces quatre tournois sont intégrés dans les trois circuits les plus réguliers et les mieux dotés : la PGA Tour, le Tour européen PGA et le Japan Golf Tour. Un classement par circuit est établi chaque année. Ces tournois déterminent du prestige des golfeurs, le record de victoires en tournois de grand chelem appartient à Jack Nicklaus avec 18 titres.

Tous les deux ans, le calendrier est marqué par un tournoi mettant en duel deux équipes : la Ryder Cup entre les golfeurs européens et américains ; et la Presidents Cup entre les golfeurs américains et le reste du monde (excepté les Européens).

L'Open de France qui se déroule tous les ans depuis 1906 est le plus ancien et le plus important tournoi d'Europe continentale. Il se déroule au début du mois de juillet sur le Golf National en région parisienne.

Enfin il existe des dizaines d'autres tournois plus ou moins prestigieux à travers le monde. Aux États-Unis, le Players Championship est considéré par beaucoup comme le cinquième tournoi du grand chelem et se tient deux semaines avant le Masters. Enfin les trois World Golf Championships sont également très prisés par les golfeurs et sont reconnus par les trois grands circuits, il comprend le championnat du monde de match-play, le WGC-CA Championship et le WGC-Bridgestone Invitational.

Tournois majeurs féminins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tournois majeurs de la LPGA.

Chez les femmes, la situation est plus récente, cependant depuis 2013 et après huit formules différentes, les cinq tournois par la Ladies professional golf association (LPGA) qui composent le grand chelem sont : le championnat Kraft Nabisco (mars-avril), le championnat LPGA (juin), l'Open américain (juin-juillet), l'Open britannique (juillet-août) et The Evian Championship (septembre). Avant l'introduction de l'Open britannique, c'était l'Open canadien (également appelé Classique du Maurier) qui composait ce grand chelem, mais ce dernier constitue toujours l'un des rendez-vous prisés des golfeuses. Ainsi comme chez les hommes, trois des quatre tournois majeurs se disputent aux États-Unis et un au Royaume-Uni.

La LPGA Tour en Amérique du Nord reste le circuit le plus prépondérant sur le golf féminin, celui-ci est organisé par la LPGA, ce circuit constitue le plus haut niveau du golf féminin, et contrairement aux hommes où de nombreux Européens ou autres restent sur le Tour Européen, la plupart des championnes de golf quelle que soit l'origine rejoignent ce circuit. En Europe, la Ladies European Tour (LET) ne reconnaît pas dans son calendrier les tournois de la LPGA, à l'exception seulement de deux évènements : l'Open britannique et l'Evian Masters, devenu The Evian Championship en 2013 où il officiellement reconnu comme le cinquième tournoi du chelem par la LPGA Tour, la LET considère l'Open Australien, l'ANZ Ladies Masters, l'Evian Masters et l'Open britannique comme les tournois majeurs. Ensuite il y a la LPGA of Japan Tour qui dispose de son côté de ses trois tournois majeurs : Open japonais, le championnat JLPGA et le JLPGA Tour Championship. Enfin trois autres circuits existent : la LPGA of Korea Tour (concernant la Corée du Sud), la Ladies Asian Golf Tour (concernant l'Asie à l'exception du Japon et de la Corée du Sud) et l'ALPG Tour (basé en Australie).

Enfin comme chez les masculins, il existe depuis 1990 un tournoi qui a lieu tous les deux ans et met en duel les Européens et les Américains : la Solheim Cup.

Les Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Golf aux Jeux olympiques.

Le golf est reconnu par le Comité international olympique comme sport olympique mais après deux Jeux, ceux de 1900 et ceux de 1904, celui-ci n'est plus programmé depuis aux Jeux olympiques. Cependant, des discussions restent toujours en suspens pour sa réintégration aux Jeux olympiques mais si tel est le cas, cela n'interviendra pas avant 2016[62], les principaux points de désaccord concernent le fait d'autoriser les professionnels (c'est-à-dire les meilleurs golfeurs actuels) ou de restreindre aux amateurs ; un autre point de désaccord concerne le calendrier professionnel qui est déjà surchargé et la place qui sera accordée aux Jeux olympiques par rapport aux autres tournois (ce débat intervient généralement pour chaque Jeux)[63].

Le 13 août 2009 à l'issue d'une réunion de la commission exécutive du CIO à Berlin[64], le golf, accompagné du rugby à VII, ont été désignés parmi sept sports par la commission exécutive du CIO pour être officiellement candidats au programme des Jeux olympiques de 2016. Le 9 octobre 2009, lors de la 121e session du CIO à Copenhague, le golf a été admis suite à un vote de ses membres, par 66 voix pour et 27 voix contre[64].

Médecine et dopage[modifier | modifier le code]

Le golf est un sport d'endurance et requiert une importante énergie notamment au niveau de la concentration. Bien qu'au début des années 2000, les responsables de la PGA écartent l'hypothèse du dopage dans le monde du golf professionnel, le golfeur Craig Parry révèle en 2001 que la prise de bêta-bloquants était effective chez certains golfeurs pour améliorer la concentration[65], ce que démentent dans un premier temps les associations qui refusent cependant d'obliger les golfeurs de se soumettre à des contrôles anti-dopage pour « l'honneur et l'intégrité » du golf, même s'ils autorisent la liberté du golfeur de faire des contrôles de son plein gré[66]. Le vainqueur de l'Open Britannique en 1994, Nick Price, a toujours reconnu prendre des bêtabloquants pour raison médicale[67]. Ce n'est qu'à partir de 2006 sur l'insistance des pouvoirs politiques que les associations décident de prendre ce sujet avec plus de considération, en effet la PGA of America souhaite mettre en place des contrôles anti-dopage ainsi qu'une réglementation après avoir listé six mois auparavant les produits interdits et transmis cette liste aux golfeurs, puis mettre en pratique ces contrôles pour la première fois à l'occasion des championnats du monde amateurs par équipes fin 2006 en Afrique du Sud[68]. Par ailleurs en juillet 2007, une déclaration de l'ancien grand champion Gary Player dénonce le dopage dans le golf - « Je sais qu'il y a des golfeurs qui se dopent, que ce soit avec des hormones de croissance, de la créatine ou des stéroïdes. [...] Sur le circuit mondial, je dirais qu'il y a une dizaine de gars qui prennent quelque chose. Peut-être que je me trompe et qu'il y en a beaucoup plus »[69]. Dans le même temps, la LPGA annonce qu'elle procèdera à des contrôles à partir de 2008[70]. En août 2007, le Comité national olympique italien annonce le premier cas de dopage d'un golfeur après le contrôle positif d'Alessandro Pissilli à la finastéride (produit luttant contre la calvitie mais classé comme diurétiques et produits masquants selon l'Agence mondiale antidopage)[71]. Enfin en 2008, les circuits européens et américains décident de mettre en place ces contrôles à partir de juillet (à l'exception de l'Open britannique en raison de la participation de golfeurs d'autres continents, ces contrôles ont donc lieu à partir de 2009 pendant ce tournoi)[72].

Golf et médias[modifier | modifier le code]

Le golf est l'un des rares sports à disposer d'une chaîne de télévision uniquement destinée à celle-ci depuis 1995[73] : The Golf Channel, diffusée en Amérique du Nord, en Asie, et depuis peu en Europe via Free. La chaîne couvre tous les grands tournois, une version britannique a vu le jour mais a cessé d'émettre en décembre 2007 et la retransmission en Grande-Bretagne est tenue par les chaînes Sky Sports or Setanta Golf et BBC Sport. En France, la couverture télévisuelle est assurée en alternance par les chaînes Canal+ et Eurosport jusqu'en juillet 2012 ou fut créé la première chaine de golf française : golf +[74].

Au début du XXe siècle, la presse écrite parraine de nombreux tournois. Aujourd'hui, elle est très présente dans le monde du golf notamment en Amérique du Nord et en Europe où plusieurs magazines s'y sont spécialisés : Golf Digest, Golf Magazine, Golf World, Links Magazine, Travel + Leisure Golf ou Golf European. Depuis février 2013, une nouvelle chaîne du groupe Canal sera spécialisé dans le golf avec un suivi de tous les tournois.

Dérivés sportifs du golf[modifier | modifier le code]

Parcours de minigolf.

Autour du golf se sont multipliés de nombreux jeux dérivés à ce sport. Le plus populaire d'entre eux est le minigolf qui se joue sur des pistes d'environ un mètre de large et de 3 à 15 mètres de long avec des obstacles, créée en 1867 à Saint-Andrews il était destiné aux femmes pour s'essayer au golf, à l'époque le parcours n'était autorisé qu'aux hommes[75]. Cependant la forme actuelle du minigolf date des années 1910 et 1920 aux États-Unis avec des greens artificiels.

Il existe aussi d'autres variantes du golf tels que :

  • Le golf urbain (dès 1741) où l'on joue au golf en ville, il est possible en cas de risque d'utiliser des balles moins dangereuses que les balles de golf normales.
  • Le Pitch and Putt (créé en 1929) dont le parcours a 9 trous de 70 mètres chacun, 2 par 2 (un pitch et un putt).
  • Le speed golf (créé en 1979) où l'on combine la course à pied et le golf, le but étant de faire le moins de coups possible en un temps minime.
  • Le swin golf (créé en 1982) qui se joue avec un seul club à trois faces et une balle molle plus grande, sur des terrains rustiques.
  • Le disc golf qui se joue avec des frisbees de petite taille et consiste à amener le disque par lancers successifs dans une sorte de panier métallique.
  • Le beach golf (créé en 1999), qui se joue sur les plages à l'aide d'une balle faite de polyuréthane expansé. Les pare-soleils, les chaises-longues et les nageurs deviennent les obstacles naturels du parcours de jeu.
  • Le Codeball (créé en 1927), qui combine golf et football.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • L'astronaute Alan B. Shepard a tapé en 1971 quelques coups sur la Lune avec le fer 6 et les trois balles qu'il avait emportées dans la capsule de la mission spatiale Apollo 14. Avec le lancer de javelot de Mitchell, également astronaute d'Apollo 14, le golf a ainsi rejoint le rang des sports extra-terrestres[76].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Jozi whizz kid has golfing success right down to a tee , 2003, busrep.co.za.
  2. Page 213 sur 269 du Rapport à la 117e session du CIO, par la Commission du programme olympique (24 mai 2005) (Rapport en lingne 269 pages)
  3. Site officiel du CIO
  4. a, b, c et d Lafaurie 1988, p. 28
  5. gentlemen only ladies forbidden
  6. (fr) Alphabet radio, crd.uba.be.
  7. Wojciech Liponski (s.d.), L'encyclopédie des sports, Poznan, Atena, 2003 (éd. fra., Paris, Grund et UNESCO, 2005), p. 256.
  8. (en) www.aafla.org
  9. Lafaurie 1988, p. 14-15
  10. (fr) Découvrez les origines du golf, france-green.com.
  11. Lafaurie 1988, p. 17
  12. Lafaurie 1988, p. 18
  13. Guillain 2013
  14. (en) Bruntsfield Links, Edinburgh, scottishgolfhistory.net
  15. (en) The Honourable Company of Edinburgh Golfers, scottishgolfhistory.net.
  16. (fr) Règles de jeu : match play, actugolf.com.
  17. (en) Articles & Laws in Playing at Golf., ruleshistory.com.
  18. (en) Royal & Ancient Golf Club of St Andrews, scottishgolfhistory.net
  19. a et b Lafaurie 1988, p. 39-41
  20. Lafaurie 1988, p. 41-53
  21. (fr) Pau golf-club de Billère, la création, sur webetab.ac-bordeaux.fr
  22. Guillain 2013, Le second club français voit le jour à Biarritz en 1888
  23. Link : parcours construit en bord de mer.
  24. Lafaurie 1988, p. 55-65
  25. Lafaurie 1988, p. 129-132
  26. a et b Page d'accueil de la Fédération internationale IGF
  27. (en) PGA of America History, pga.com, consulté le 20 mai 2008.
  28. Lafaurie 1988, p. 200-202
  29. Lafaurie 1988, p. 249
  30. (en) Golf in Europe, visiteurope.com.
  31. « La Thaïlande séduit un nombre croissant de golfeurs » (consulté le 18 janvier 2011)
  32. « COMMUNIQUE DE PRESSE Le golf et le rugby font leur entrée au programme olympique de 2016 » (consulté le 9 octobre 2009)
  33. (en) Association européenne de golf, « EGA Handicap System 2007-2010 » (consulté le 9 septembre 2011) : « Art. 17.2 9-Holes Scores: At the discretion of the National Association, rounds over 9 holes may be re-garded as Qualifying Rounds and, consequently, the scores may be recorded as Qualifying Scores. », p. 28
  34. (en) « Origin of Golf Words and Terms », sur scottishgolfhistory.org (consulté le 7 juin 2014)
  35. a, b et c « formules de jeu », sur golftechnic.com (consulté le 7 juin 2014)
  36. Lafaurie 1988, p. 41-48
  37. Lafaurie 1988, p. 48-49
  38. (en) Who invented the golf tee?, www33.brinkster.com
  39. Lafaurie 1988, p. 49-50
  40. a et b Lafaurie 1988, p. 50
  41. (en) Men’s Golf Shoes – A History, thesportshq.com
  42. Lafaurie 1988, p. 51-52
  43. (en) History of Golf & Golf Equipment, inventors.about.com.
  44. "L'équipement comprend un chariot (ou voiturette) de golf, motorisé ou non.", FFG, Règles de Golf 2012-2015, p. 31
  45. Le putting sur golfattitude.com
  46. * Drapeau : Québec Québec: « Terminologie du golf - lexique », Office québécois de la langue française,‎ mars 2005 (consulté le 30/08/2011) l>(PDF)
  47. (fr) La position de la balle sur golftechnic.com
  48. (fr) Les trajectoires de balles sur golfocean.com
  49. (fr) Quels sont les éléments mesurés sur eu.callawaygolf.com
  50. (fr) Le backspin (ou effet rétro) sur astucesdegolf.com
  51. Page 213 sur 269 du Rapport à la 117e session du CIO, par la Commission du programme olympique (24 mai 2005) (Rapport en lingne 269 pages)
  52. Comité National Olympique et Sportif Français, Agenda 21 du sport français, 1re édition - avril 2005 - ISBN 2-9524033-0-9, pdf, 38 pages
  53. Commissions de la Ffgolf, consulté 2011/05/14
  54. Ffgolf ; Page intitulée , consultée 2011/05/14
  55. Ffgolf.org, Golf et environnement, Gestion de l'eau
  56. Nouvelle Charte Nationale (2010-2015) Golf et Environnement
  57. Arrêté du 2 août 2010 relatif à l’utilisation d’eaux issues du traitement d’épuration
  58. Ffgolf, Communiqué sur la nouvelle charte "Golf et Environnement"
  59. Convention relative aux projets d'équipements golfiques, 2010/2013
  60. Schéma directeur territorial
  61. En 2012, le Golf féminin accuse encore beaucoup de retard MyEasyGolf, 10 mai 2012
  62. (en) 2012 Olympic Games Will Not Include Golf, internationalgolffederation.org, 25 juillet 2005.
  63. (en) 2008 Olympic golf debate still ongoing, golftoday.co.uk.
  64. a et b Site officiel du CNOSF
  65. (fr) Le golf échappe-t-il au dopage ?, www.sport.fr, 7 janvier 2001, consulté le 21 mai 2008.
  66. (fr) C'est connu, le dopage ne touche que les autres, www.sport.fr, 6 novembre 2003, consulté le 21 mai 2008.
  67. (fr) Golf Européen, no 428, janvier-février 2008, Dossier spécial Dopage, Jean-François Bessey et Richard Green.
  68. (fr) Golf - Dopage - Premiers contrôles en octobre, www.lequipe.fr, 17 juillet 2006, consulté le 21 mai 2008.
  69. (fr) Golf: Gary Player dénonce le dopage, fr.sports.yahoo.com, Reuters, 17 juillet 2007
  70. (fr) Vers la mise en place de contrôles, www.sport.fr, 21 juin 2007, consulté le 21 mai 2008.
  71. (fr) Golf - Dopage - Un Italien contrôlé positif, www.lequipe.fr, 1er août 2007, consulté le 21 mai 2008.
  72. (fr) Pas de contrôle antidopage', www.sport.fr, 29 avril 2008, consulté le 21 mai 2008.
  73. (en) History of The Golf Channel , thegolfchannel.com, consulté le 23 mai 2008.
  74. (fr), Golf & TV, Golf Magazine no 218 - mars 2008, p. 77-83
  75. (en) Simply Putt: Mini-golf is an Art Form, ocf.berkeley.edu.
  76. (en) 1971: Man plays golf on the Moon, news.bbc.co.uk.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de référence de base, utilisés pour la rédaction de cet article sont indiqués par la présence du symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article. Se référer aux articles thématiques traitant des différents aspects du jeu pour avoir des bibliographies plus complètes.

les ouvrages traitant des généralités sont :

Les ouvrages traitant de la terminologie sont :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 juin 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.