Meyzieu

From Wikipédia
Jump to: navigation, search
Meyzieu
L'hôtel de ville de Meyzieu.
L'hôtel de ville de Meyzieu.
Blason de Meyzieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Meyzieu
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Michel Forissier
2014-2020
Code postal 69330
Code commune 69282
Démographie
Gentilé Majolans[1]
Population
municipale
31 090 hab. (2011)
Densité 1 351 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 00″ N 5° 00′ 13″ E / 45.766677777778, 5.003647222222245° 46′ 00″ Nord 5° 00′ 13″ Est / 45.766677777778, 5.0036472222222  
Altitude Min. 167 m – Max. 250 m
Superficie 23,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Meyzieu

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Meyzieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meyzieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meyzieu
Liens
Site web mairie-meyzieu.fr

Meyzieu est une commune française située en banlieue-Est de Lyon dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Majolans.

Avec une zone industrielle de 210 hectares et la réalisation de nombreux programmes d’habitations, la commune connaît un développement démographique et économique accompagné notamment par la construction de nombreux équipements publics.

À 20 minutes de Lyon, Meyzieu se situe au carrefour des départements du Rhône, de l'Isère et de l'Ain, la commune est accessible par de nombreux modes de transports, dont le tramway T3 et la ligne Rhônexpress qui relie la gare de Lyon-Part-Dieu à l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry en passant par Meyzieu depuis août 2010.

Géographie[edit | edit source]

Localisation[edit | edit source]

La station de Meyzieu Z.I., desservie à la fois par le tramway urbain et le service Rhônexpress

Meyzieu est une commune du département du Rhône, en Région Rhône-Alpes. Elle est située à l’Est de l’agglomération lyonnaise, à 20 minutes de Lyon (16 km) et à 10 minutes de l’Aéroport Lyon-Saint-Exupéry.

La commune dépendait du département de l’Isère jusqu’au 29 décembre 1967, époque où elle fut rattachée au département du Rhône. Meyzieu devient membre de la Communauté urbaine du Grand Lyon en 1969.

Communes Limitrophes[edit | edit source]

Communes limitrophes de Meyzieu
Miribel Saint-Maurice-de-Beynost Thil
Décines-Charpieu Meyzieu Jonage
Chassieu Genas Pusignan

Géologie et relief[edit | edit source]

Hydrographie[edit | edit source]

La partie nord de Meyzieu, proche du Rhône, est traversée par des bras du fleuve dénommés Vieux Rhône et par le canal de Jonage qui alimente le réservoir du Grand-Large de 160  ha. La ville est édifiée au sud du canal de Jonage, sur une plaine alluviale et face aux Monts du Lyonnais et du plateau de la Dombes.

Climat[edit | edit source]

Relevé météorologique mensuel de Lyon-Satolas (8 km de Meyzieu)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −0,2 0,7 3,4 5,8 10,2 13,4 15,5 15,2 12 8,7 3,5 0,9
Température maximale moyenne (°C) 6,2 8,3 12,9 16,1 20,8 24,4 27,4 26,9 22,6 17,4 10,6 6,9
Précipitations (mm) 52,4 43,4 59,9 68,1 90,1 79,1 62,6 68,3 86,3 98,7 83 65,2
Source : - Banque de données meteorologic.net
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,2
−0,2
52,4
 
 
 
8,3
0,7
43,4
 
 
 
12,9
3,4
59,9
 
 
 
16,1
5,8
68,1
 
 
 
20,8
10,2
90,1
 
 
 
24,4
13,4
79,1
 
 
 
27,4
15,5
62,6
 
 
 
26,9
15,2
68,3
 
 
 
22,6
12
86,3
 
 
 
17,4
8,7
98,7
 
 
 
10,6
3,5
83
 
 
 
6,9
0,9
65,2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[edit | edit source]

Station Meyzieu Z.I., avec une rame blanche du tramway T3 et une rame rouge de Rhônexpress

La commune est desservie par la Rocade Est de Lyon et l'ancienne Route nationale 517.

Après avoir été desservie, au début du XXe siècle par la ligne 16 de l'ancien tramway de Lyon et le Chemin de fer de l'Est de Lyon (CFEL), elle l'est à nouveau, depuis 2006, par la ligne de tramway Tramway de Lyon Ligne T3, qui emprunte le tracé de l'ancienne ligne du CFEL . Depuis août 2010, la commune est reliée directement à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry avec la ligne Rhônexpress.

La ville de Meyzieu est également desservie par plusieurs lignes de bus : les lignes 67, 85 et 95.

Urbanisme[edit | edit source]

Morphologie urbaine[edit | edit source]

Logement[edit | edit source]

Projets d'aménagements[edit | edit source]

Toponymie[edit | edit source]

La commune s'est appelée Mezieu, Mezieux, Meizieu, Meizieux, Meysieu, Meyzieux, dérivant du gaulois Masius[2]. Elle est officiellement dénommée depuis 1965 Meyzieu.

Histoire[edit | edit source]

Meyzieu n’est resté très longtemps qu’un modeste bourg épargné par les vicissitudes de l’histoire. Ce n’est qu’à partir du milieu du XXe siècle que la ville s’impose comme la porte nord-est de l’agglomération lyonnaise[3].

À la source du village : un château[edit | edit source]

L’origine de Meyzieu remonte au village de Bardieu situé en pays de Velin, autour d’une source celte bienfaisante et prétexte d’implantations gallo-romaines et médiévales. Au XIe siècle, l’un des premiers seigneurs féodaux élève un château sur une motte près de Bardieu et demande aux sires de Chandieu d’en assurer la protection. Les habitants s’installent donc au pied de cet édifice, qui leur assure un refuge, et une église paroissiale est construite. C’est alors un nouveau village qui se forme et qui correspond aux fondations du Meyzieu d’aujourd’hui.

Au XIVe siècle, le château de Meyzieu entre en royaume de France après l’acquisition du Dauphiné en 1349 et le traité de Paris en 1355. À partir de 1374, le village est inféodé successivement à de nouveaux seigneurs. Parmi eux, Pierre de Tardes, écuyer de Louis XII, accueille François Ier chez lui en 1536. Henri II séjourne également à Meyzieu en 1548. De nombreux propriétaires se succèdent ensuite au gré des héritages ou des ventes.

Meyzieu au XVIIIe : un village agricole qui devient chef-lieu de canton[edit | edit source]

Au XVIIIe siècle, Meyzieu est un village rural, où l’on cultive le "blé noir" (c’est-à-dire le sarrasin), l’avoine, le seigle, le chanvre pour les cordages, et où l’on plante des mûriers pour les vers à soie. Le dernier seigneur de Meyzieu, Louis de Leusse s’illustre par ailleurs avec la culture de la pomme de terre au quartier du Mathiolan, bien avant les initiatives de Parmentier. Mais après le 14 juillet 1789, la "Grande peur" se déclenche en Dauphiné. Le château de Pusignan flambe le 28 juillet et des pillards commencent à saccager celui de Meyzieu avant d’être mis en fuite.

En 1790, Vincent Quinon devient le premier maire de Meyzieu. Il installe sa mairie en location, à l’angle de la rue Louis Saulnier et de la rue de la République. C’est à la cure qu’il tient ensuite ses réunions municipales. Meyzieu devient ainsi une commune du département de l’Isère et chef-lieu de canton. Une mairie représentative de sa promotion administrative est alors construite sur l’actuelle place du Général de Gaulle.

En 1793, le propriétaire du château de l’époque, le marquis de Leusse est guillotiné à Lyon malgré ses initiatives philanthropiques dans la commune. Le château est alors vendu en bien national. Quelques acquéreurs se succèdent, dont les frères Vachon, avant que Madame la marquise Le Clerc de la Verpillère n’hérite du domaine.

La révolution industrielle[edit | edit source]

Plan des années 1840 montrant Meyzieu.
La rue de la Gare au début du XXe siècle
La rue de la Gare au début du XXe siècle
Tramway de la ligne 16 de l'ancien tramway de Lyon à Meyzieu, avant la Première Guerre mondiale
Tramway de la ligne 16 de l'ancien tramway de Lyon, sur la Place de l'ancienne mairie, avant la Première Guerre mondiale

À la fin du XVIIIe siècle, la ville s’ouvre aux relations commerciales grâce à la construction du premier Pont Morand qui permet d’ouvrir la route aux relations avec la cité de la soie.

Le développement de la commune se poursuit au XIXe siècle, grâce au Chemin de fer de l'Est de Lyon inauguré en 1881, à la construction du canal de Jonage en 1895, puis au tramway en 1910. En 1893, le Fort de Meyzieu est construit sur le site de la source de Bardieu, dans le cadre de la construction de la deuxième ceinture fortifiée de Lyon. Toutefois, jusque dans les années 1920/1930, l’activité dominante de la commune reste agricole, avant que l’Est lyonnais ne s’industrialise avec la chimie notamment.

Le château, devenu maison de retraite, voit quant à lui sa dernière tour s’effondrer le 27 février 1950, un jour de grand vent. Du fait des nombreuses transformations effectuées au cours des siècles, il est aujourd’hui méconnaissable.

Le boom démographique et le rattachement au département du Rhône[edit | edit source]

Jusqu’en 1950, la population majolane oscille autour de 2 200 habitants avant de prendre son essor dans les années 1960 et 1970. De grands ensembles urbains comme Les Plantées sont alors construits sur la commune pour accueillir les rapatriés d’Afrique du Nord. La délocalisation des industries lyonnaises en quête d’espace sert de moteur à une urbanisation accélérée et le paysage s’organise autour des grandes zones d’activités. Mais à la différence de villes comme Bron ou Vaulx-en-Velin, l’expansion démographique se traduit davantage à Meyzieu par le développement de l’habitat individuel que collectif[réf. nécessaire]. L’agglomération lyonnaise, à cheval sur trois départements (l’Isère, le Rhône et l'Ain), devient difficile à gérer. À plusieurs reprises, des cantons limitrophes du Rhône sont donc rattachés au département rhodanien. C’est le cas de Meyzieu, le 29 décembre 1967. En 1969, la ville devient membre de la communauté urbaine de Lyon. Avec l’explosion de l’habitat pavillonnaire, Meyzieu attire alors de nouvelles couches sociales, à la recherche d’un mode de vie plus convivial et passe de 19 505 habitants en 1975 à 29 097 en 2006.

Meyzieu au XXIe siècle : une ville dynamique et attractive[edit | edit source]

La ville s’impose aujourd’hui comme un pôle important de l’agglomération lyonnaise. Du fait de son développement démographique et économique, de nombreux équipements publics ont vu le jour pour répondre à la demande des nouveaux habitants. En décembre 2006, l’arrivée du tramway T3 contribue à l’évolution de la ville en permettant de joindre directement la gare de La Part-Dieu en 26 minutes. Depuis août 2010, ce développement se poursuit avec la mise en service du tramway Rhônexpress, qui relie la ville à l’aéroport Saint-Exupéry en moins de 15 minutes.

Enfin, côté loisirs, le Grand Large, vaste déversoir de 150 hectares du canal de Jonage, et le centre aquatique "Les Vagues" sont devenus des éléments essentiels du paysage local qui motivent les activités sportives des Majolans et des limitrophes.

Politique et administration[edit | edit source]

Tendances politiques et résultats[edit | edit source]

Administration municipale[edit | edit source]

Liste des maires[edit | edit source]

Article détaillé : liste des maires de Meyzieu.

Quatre maires se sont succédé depuis 1965 :

Liste des maires successifs depuis 1965
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1977 Jean Courjon    
1977 1997 Jean Poperen PS  
1997 2001 Michel Tribet PS  
2001 2008 Michel Forissier DVD  
2008 2014 Michel Forissier UMP  

Instances judiciaires et administratives[edit | edit source]

La ville dispose d'une antenne de justice, proposant des renseignements aux citoyens sur la justice.

Un établissement pénitentiaire pour mineurs ayant une capacité de 60 places [4] a ouvert le 9 mars 2007[4], inauguré par Pascal Clément[4].

Politique environnementale[edit | edit source]

Jumelages[edit | edit source]

Population et société[edit | edit source]

Démographie[edit | edit source]

En 2011, la commune comptait 31 090 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
910 1 045 1 006 1 121 1 155 1 301 1 353 1 460 1 433
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 456 1 525 1 504 1 580 1 566 1 436 1 540 1 519 1 995
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 597 1 482 1 523 1 641 1 807 2 215 2 209 2 021 2 333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 483 10 012 19 435 26 776 28 077 28 009 28 738 31 090 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[edit | edit source]

Meyzieu est située dans l'académie de Lyon. À la rentrée 2009-2010, 3 078 élèves étaient scolarisés dans les groupes scolaire Calabres, Grand Large, Carreau, Cassin, Condorcet, Ferry, Pagnol, Prévert, ainsi que dans une école privée, le Sacré-Cœur. Meyzieu accueille également trois collèges : Les Servizières, Olivier-de-Serres et Évariste-Galois.

Manifestations culturelles et festivités[edit | edit source]

  • Diverses manifestations sont proposées toute l'année par les associations culturelles locales, en partenariat avec la Ville : Panorama du cinéma européen, festival Cour et Jardin (théâtre), Festimaj (films d'écoles)…
  • Les 8, 9 et 10 mars 2013 aura lieu la première édition d'un festival des littératures de l'imaginaire organisé par la médiathèque et nommé Les Oniriques.

Santé[edit | edit source]

  • EPODE : Meyzieu et neuf autres villes pilotes situées dans différentes régions ont mis en œuvre en 2004 le programme EPODE (« Ensemble, Prévenons l’Obésité des Enfants »). Elles ont été rejointes depuis par d’autres communes, mais Meyzieu reste encore aujourd’hui l’unique ville partenaire en Rhône-Alpes.
  • Il était une fois des familles : initiée en 2003, cette animation de prévention-santé est proposée gratuitement par la Ville à tous les Majolans lors d’une soirée composée d’une première partie théâtrale, avec des saynètes d’improvisation de la compagnie « Les Désaxés Théâtre » sur une thématique définie, et d’une seconde partie qui ouvre la discussion avec une psychologue du Centre Jean-Bergeret. Parmi les sujets déjà abordés : « Être père, être mère ; quelle aventure ? ! », « Frère, sœur, la place de chacun », « Savoir dire oui, savoir dire non », « Blogs, sms, MP3, PSP, .com, TV… Parlons-en ! », « Les séparations », « Le langage »…

Sports[edit | edit source]

La commune développe un cadre propice avec la pratique des sports, notamment la proximité du Grand Large, plan d’eau de 160 hectares qui attire les amateurs de voile, les pêcheurs et les sportifs.

De nombreux équipements sportifs permettent ainsi au public de pratiquer des activités très variées :

  • Le centre aquatique « Les Vagues » est un équipement proposant diverses activités (espace ludique, hammam, sauna, espace de remise en forme, fosse de plongée).
  • La base de voile du Grand Large : de mars à octobre, le SIVOM y propose diverses activités nautiques comme le catamaran, la planche à voile, le canoë, le kayak, l’aviron, l’optimist… Des moniteurs, diplômés d’État, vous encadrent, que vous soyez débutants ou initiés.
  • Le Parc des Servizières est un espace sportif de plus de 11 hectares, situé au centre-ville. Il est réservé aux activités des associations sportives et aux pratiques encadrées et accueille régulièrement diverses compétitions et manifestations, il contient aussi un stade qui a une tribune qui peut contenir jusqu'à 600 personnes, ce stade est conçue pour le club de l'U.S Meyzieu, qui est en CFA, ce stade pourrait bientôt être rénové pour accueillir 1500 places.

Diverses manifestations sportives sont par ailleurs proposées tout au long de l'année (Foulées majolanes, InterVTT, Fête du vélo, Fête du nautisme…).

La commune accueille par ailleurs de nombreux clubs de sport, dont le vélo griffon, un des plus anciens clubs français de cyclisme, et l'Entente Villefranche-Meyzieu-Cluny évoluant au plus haut niveau français de basket en fauteuil roulant et participant aux coupes d'Europe.

Médias[edit | edit source]

En 2014, la commune de Meyzieu a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@ », pour la troisième année consécutive[9].

Cultes[edit | edit source]

Économie[edit | edit source]

Revenus de la population et fiscalité[edit | edit source]

Emploi[edit | edit source]

Partenaire du Pôle Emploi - service public de l’emploi, Meyzieu Emploi est un service municipal complémentaire qui accompagne dans leurs démarches tous les demandeurs d'emploi domiciliés dans la commune.

Entreprises et commerces[edit | edit source]

Créée en 1961 à l’Est de la commune, la zone industrielle de Meyzieu-Jonage de 210 ha séduit de grands groupes industriels grâce notamment à une situation géographique idéale. Ayant atteint depuis quelques années une capacité d’implantation maximale, le Grand Lyon a lancé un vaste projet d’extension de la ZI, avec la création du Parc industriel des Gaulnes. Ce nouvel espace économique permet d’augmenter la superficie d’implantation de 113 hectares, et intègre la création de nouvelles voiries et de modes de déplacements doux, le respect de normes environnementales pour les nouvelles constructions et la réalisation d’espaces paysagers agréables. Avec cette extension, la zone industrielle de Meyzieu-Jonage est devenu l’un des pôles économiques les plus importants de l’agglomération lyonnaise.


Culture locale et patrimoine[edit | edit source]

Lieux et monuments[edit | edit source]

  • Réservoir du Grand-Large, qui constitue un atout considérable pour l'environnement et la qualité de la vie.
  • Fort de Meyzieu, entouré d'un parc
  • Église Saint-Sébastien
  • Ancienne chapelle du château féodal

Espaces verts/fleurissement[edit | edit source]

Meyzieu dispose d'un cadre de vie agréable :

  • De nombreux espaces verts sont accessibles au public, dont le Parc République, un espace de détente de 2,7 hectares situé au cœur de la ville
  • Le Grand Large, un plan d’eau de 160 hectares situé à Meyzieu, ouvert à la navigation de loisir.
  • Le grand parc de Miribel-Jonage, situé à 10 minutes environ de Meyzieu, propose de nombreuses activités dans un cadre naturel préservé : circuits pédestres et VTT, plages, golf, tennis, découverte de la faune et de la flore…

En 2014, la commune de Meyzieu bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[10]. Les nombreux espaces verts entretenus par la Ville et les actions menées en faveur du développement durable ont permis à la Ville d'obtenir une seconde fleur au concours national des villes fleuries, à l'automne 2009.

Patrimoine culturel[edit | edit source]

Meyzieu propose une offre culturelle riche et variée pour tous les publics :

  • Avec la saison culturelle annuelle, des spectacles éclectiques et de qualité se produisent à L'Espace Jean Poperen, une salle spacieuse et confortable pouvant accueillir jusqu'à 1 200 spectateurs.
  • La médiathèque, lieu culturel majolan par excellence, propose une programmation pour tous les publics et la jeunesse.
  • Le conservatoire de musique et d'art dramatique de Meyzieu propose tout au long de l'année de nombreux concerts de qualité ouvert à tous, notamment à l'occasion de la fête de la musique et du Printemps musical qui donne lieu pendant une semaine à plusieurs concerts, de professionnels ou des élèves.
  • Le cinéma "Ciné Meyzieu" permet de profiter des derniers films sortis et du cinéma d'art et d'essai dans trois salles confortables et bien équipées

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

Héraldique, logotype et devise[edit | edit source]

Armes de Meyzieu

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

de gueules au lion à la queue léopardée d'or armé et lampassé d'azur, au chef aussi d'or chargé d'un dauphin d'azur crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules, accosté de deux croisettes de Malte soudées d'argent

Le lion de la ville de Meyzieu évoque les sires de Chandieu du Castrum Candiaco.

Pour approfondir[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[edit | edit source]

Liens externes[edit | edit source]

Voir la catégorie : Meyzieu.

Notes et références[edit | edit source]

Notes[edit | edit source]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Ces lieux sont : le stade des Servizières, l'espace Jean Poperen, l'Hôtel de ville, la médiathèque et le centre aquatique

Références[edit | edit source]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. André Devaux, Les noms de lieux dans la région lyonnaise aux époques celtique et gallo-romaine, Lyon,‎ 1898, 48 p. (lire en ligne), p. 34.
  3. www.meyzieu.fr (consulté le 29/01/2012)
  4. a, b et c « Inauguration de la prison pour mineurs », sur Le Monde.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. Cap Meyzieu (journal de la ville), no 96 (janvier 2011) page 13
  8. « Défibrillateur, un geste qui sauve »,‎ 2011 (consulté le 16 février 2011)
  9. « Les Villes Internet 2014 », sur le site officiel de l’association « Ville Internet » (consulté le 20 juillet 2014).
  10. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  11. M. Francou, « Le Président Chenevaz, sa famille et Stendhal », Bulletin de l'Académie Delphinale,‎ février 1971, p. 41-52
    fiche sur le site de l'Assemblée nationale