Zygmunt Gorazdowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Zygmunt Goradowski
Image illustrative de l'article Zygmunt Gorazdowski
Statue d'Gorazdowski a Sanok
Prêtre - Fondateur
Naissance 1er novembre 1845
Sanok
Décès 1er janvier 1920  (à 75 ans)
Lviv
Nationalité Flag of Poland.svg Polonais
Béatification 26 juin 2001 Lviv
par Jean-Paul II
Canonisation 23 octobre 2005 Rome
par Benoît XVI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 1er janvier

Zygmunt Gorazdowski, 1er novembre 1845 - 1er janvier 1920, a été prêtre et a fondé de nombreuses institutions caritatives, comme les Sœurs de la Miséricorde de Saint Joseph. Il a été qualifié d'authentique perle du clergé latin de Lviv.

Vie et sacerdoce[modifier | modifier le code]

Zygmunt naquit à Sanok, le 1er novembre 1845 dans une famille profondément chrétienne.

Atteint dès l’enfance d’une grave maladie pulmonaire, il entreprit toutefois des études de droit. Mais, ressentant une impérieuse vocation sacerdotale, il interrompit ses études et entra au grand séminaire de Lviv.

Ordonné prêtre en 1871, son sens inné de la charité le poussa à se consacrer en priorité à tous les pauvres dans tous les lieux où il fut nommé. Il célébra sa Première Messe à l’église des sœurs bénédictines de Przemyśl le 30 juillet 1871 et exerça ensuite son apostolat à Tartakov, et à Wojnilow. C’est là qu’il soigna avec dévouement les malades atteints du choléra.

Enfin, il sera nommé à Lviv où il finira sa vie. L’évêque de cette ville était alors Mgr Josef Bilczewski. Ils seront canonisés tous les deux le même jour.

Zygmunt Gorazdowski mourut le 1er janvier 1920.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Très préoccupé par la catéchèse et l’éducation à la foi de la jeunesse, il rédigea de nombreux ouvrages :

  • 1875 : Catéchisme de la Sainte Église catholique pour le peuple
  • 1876 :
    • Conseils et recommandations à l’intention des jeunes filles et
    • Conseils et recommandations pour toute une vie. Souvenir pour les jeunes hommes ayant terminé l’école
  • 1877 :
    • Images pour les enfants en souvenir de leur première Communion
    • Correspondances concernant les catéchismes
    • Catéchisme de la Sainte Église catholique adapté aux besoins des trois premières classes des écoles populaires
  • 1886 : Principes et prescriptions de bonne éducation
  • 1893 : De la situation des pauvres à Lwow et à Vienne

Fondations[modifier | modifier le code]

Partout on disait de lui qu'il était un œil pour l’aveugle, une jambe pour le malade, il était qualifié de « Père des gueux » et de « Père des Pauvres ». Ses nombreuses fondations et ses participations actives à toute forme d'aide aux autres en témoignent.

  • 1879 : il devient secrétaire de l'association Bonus Pastor, pour les prêtres
  • 1882 : création de la Maison du travail à Lviv
  • 1884 :
    • Avec l'aide des Sœurs tertiaires franciscaines, il fonda la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph, qui, encore aujourd'hui, s'occupent d'instituts d'éducation et d'assistance aux malades et aux pauvres en Pologne, en Allemagne, en France, en Afrique et en Amérique du Sud.
    • Fondation de l'institut de Saint Joseph pour les incurables et les convalescents à Lviv.
  • 1886 : Création d'un Internat pour les étudiants du Séminaire d'Instituteurs de Lviv dont il sera le directeur.
  • 1892 : Création de l' Institut l'Enfant Jésus.
  • 1903 :
    • Création d'une école catholique polono-allemande à Lviv
    • Fondation de la Compagnie des femmes travailleuses pour les couturières.
  • Il a aussi été :
    • Cofondateur de l'Union des Compagnies Catholiques de Bienfaisance de Lviv, dans laquelle il était coprésident.
  • Membre actif du Comité de la IIe Assemblée Catholique de la même ville.

Citation[modifier | modifier le code]

Du Pape Jean-Paul II lors de l'homélie prononcée à Lviv pour la béatification de Zygmunt Gorazdowski :

« ... Sa charité extraordinaire le conduisit à se consacrer inlassablement aux pauvres, en dépit de ses conditions de santé précaires. La figure du jeune prêtre qui, au mépris du grave danger de contagion, se prodiguait parmi les malades de Wojnilow et recomposait personnellement les corps des victimes du choléra, est demeurée dans la mémoire des contemporains comme un témoignage vivant de l’amour miséricordieux du Sauveur. »

Béatification - canonisation[modifier | modifier le code]

Églises de Lviv où exerça Zygmunt Gorazdowski[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Osservatore Romano : 2001 n.27 p.6-7 - 2005 n.43 p.1-3.24
  • Documentation Catholique : 2001 n.15 p.741-744