Zubayda bint Jafar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Zubayda bint Ja`far ben al-Mansûr (???-832)[1] est la petite fille du calife Al-Mansour, et une cousine de Hârûn ar-Rachîd. Elle épousa celui-ci en 781.

Elle influença son époux pour que son fils Al-Amîn soit nommé héritier bien que né quelque temps après son demi-frère Al-Ma'mun qui était le fils d'une esclave perse. Hârûn ar-Rachîd lui donna gain de cause en 802.

Elle fit faire des travaux pour assurer l'approvisionnement en eau des pèlerins de La Mecque et l'aménagement de la route entre l'Irak et La Mecque. Cette route prit le nom de Darb Zubayda[2]. Elle a soutenu les écrivains, les poètes et les médecins, même chrétiens. Elle venait à l'aide des pauvres, des étudiants et des religieux. Elle est morte en 841, longtemps après son époux.

D'après les sources ismaéliennes, elle aurait été convertie à l'ismaélisme et le pratiquait de façon secrète selon la doctrine dite de la dissimulation. Elle aurait reçu l'enseignement de l'imam de Mohammed ben Ismâ`îl qui lui a expliqué les doctrines ésotériques[3]. Elle avertissait Mohammed ben Ismâ`îl des mesures prises par Hârûn ar-Rachîd contre les ismaéliens. Il semble qu'elle cessa son activité clandestine à la mort de Mohammed ben Ismâ`îl (813).

Mythe populaire[modifier | modifier le code]

Son mari et elle sont des personnages des Mille et une nuits. On dit que son palais bruissait comme une ruche car une centaine de jeunes filles y apprenaient le Coran. Dans certaines traductions, elle est connue sous le nom de Zobéide

Notes[modifier | modifier le code]

  1. arabe : zubayda bint jaʿfar ben al-mansūr, زبيدة بنت جعفر بن المنصور
  2. arabe : darb zubayda, درب زبيدة, la route de Zubayda
  3. arabe : bāṭinīya, باطنية, ésotérisme

Sources[modifier | modifier le code]