Zones de West

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En physiologie respiratoire, les zones de West, sont des localisations du poumon suivant le rapport ventilation/perfusion[1].

Cette répartition divise en 3 zones le poumon en fonction de la relation entre :

  • la pression artérielle pulmonaire (Pa),
  • la pression alvéolaire (PA),
  • la pression veineuse pulmonaire (Pv).

En effet, les échanges gazeux alvéolo-capillaires (entre alvéole pulmonaire et capillaire sanguin) nécessitent une adéquation entre la ventilation et la perfusion. Cependant il existe des différences régionales dans les rapports ventilation-perfusion. En position debout, la pression intrapleurale est moins négative à la base qu’au sommet en raison du poids du poumon. Du fait du poids de la colonne de sang, les pressions vasculaires vont augmenter du sommet à la base du poumon.

Les différences de rapport, entre les pressions artérielles pulmonaires, alvéolaires et veineuses sur la hauteur du poumon définissent ces zones de West :

  • Zone I  : PA > Pa > Pv.

Cette zone ne participe pas aux échanges gazeux, le sang ne circule pas dans l’alvéole, il y a donc une absence de débit dans le lit capillaire pulmonaire. Le capillaire va être collabé. Cette zone n’existe pas chez un sujet sain, ou dans certain cas au repos, espace que l’on appelle un espace mort alvéolaire et anatomique. Toutefois cette zone intervient dans des cas pathologique tel l'hypovolémie, l'hypoxémie, etc. Pression intravasculaire diminue implique une augmentation de la PA.

  • Zone II  : Pa > PA > Pv.

Secteur intermédiaire, le débit est faible ou intermittent. Les vaisseaux sont semi fermés, ils s’ouvrent ou se ferme en fonction de la pression grâce à la compliance des vaisseaux pulmonaires. Différence entre la Pa – PA (collapsus partiel) La condition de la zone II : sommet (apex) des poumons en position debout/assise.

  • Zone III  : Pa > Pv > PA.

À l’inverse de la zone 1, le sang circule dans l’alvéole du fait de la gravité, le débit est maximal et continu. Les pressions sont comparables à la grande circulation. Donc la pression motrice (qui permet à ces capillaires d’être perfusées) = Pa – Pv est cela quelle que soit la PA car Pv > PA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. B. West, C. T. Dollery, A. Naimark, « Distribution of blood flow in isolated lung; relation to vascular and alveolar pressures », Journal of Applied Physiology, vol. 19, no 4,‎ 7 janvier 1964, p. 713-724 (ISSN 8750-7587, 1522-1601, PMID 14195584, lire en ligne)