Zipang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Zipang

ジパング
(Jipangu)
Type Seinen
Genre Histoire, politique, science fiction, guerre
Manga
Auteur Kaiji Kawaguchi
Éditeur Drapeau du Japon Kōdansha
Drapeau de la France Kana
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Morning
Sortie initiale 2000novembre 2009
Volumes 43
Anime japonais
Réalisateur
Studio d’animation Studio Deen
Chaîne Drapeau du Japon Tokyo Broadcasting System
1re diffusion 7 octobre 200431 mars 2005
Épisodes 26

Zipang (ジパング, Jipangu?) est un manga de Kaiji Kawaguchi dont l'histoire de départ est fortement inspirée du film Nimitz, retour vers l'enfer. Il a été prépublié dans le magazine Weekly Morning de l'éditeur Kōdansha entre 2000 et 2009, et a été compilé en un total de 43 tomes. La version française est éditée par Kana.

La série a reçu le prix du manga de son éditeur Kōdansha en 2002 dans la catégorie Général (seinen)[1].

Résumé de l'histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, le DDG-182 Mirai, un destroyer ultra-perfectionné de la force maritime d'autodéfense japonaise, se dirige vers l'Amérique du Sud afin d'y rejoindre une force internationale chargée de protéger des populations menacées par une guerre civile. En chemin, le bateau se retrouve pris dans une dépression climatique aux conséquences étranges ; à la suite de celle-ci, le Mirai et son équipage voyagent dans le temps pour se retrouver le 4 juin 1942, à la veille de la bataille de Midway. Une fois leur surprise passée, les hommes du Mirai se demandent comment réintégrer leur époque, et prennent rapidement conscience qu'il leur faudra être très vigilant afin de ne pas altérer le cours de l'Histoire. Toutefois, dans la continuité de la bataille de Midway, le second du navire Yosuke Kadomatsu porte secours à un officier Japonais de la marine impériale japonaise, Takumi Kusaka, piégé dans un hydravion en train de sombrer, qu'il ne peut se résoudre à laisser mourir. Les hommes du Mirai découvriront rapidement que Kusaka s'avère être un homme d'une redoutable intelligence ; ce dernier prend connaissance du futur qui attend le Japon et décide de tout mettre en œuvre pour changer le cours de l'Histoire et créer un Japon idéalisé : Zipang. Kadomatsu, assumant sa responsabilité dans les conséquences de son geste, n'aura alors de cesse de poursuivre Kusaka pour tenter de l'arrêter.

Le genre[modifier | modifier le code]

Plusieurs trames sont entremêlées à travers Zipang. L'auteur nous présente des considérations à la fois réalistes, avec des reconstitutions richement détaillées de contextes géopolitiques et de batailles historiques, mais aussi fictives puisque basées sur l'analyse d'un voyage sans retour dans le passé et ses conséquences à la fois matérielles et psychologiques. Kawaguchi souligne constamment la différence de mentalités entre le Japon de 1942 et celui d'aujourd'hui, et construit par la volonté de Kusaka une uchronie dans laquelle le destin du monde se joue en fait bien loin des champs de bataille.

L'auteur présente deux types de scènes de bataille : celles historiques dont il lui aurait été impossible de se dispenser, et celles propres à la présence du Mirai qui permettent de noyer les protagonistes de l'histoire sous un flot continu d'interrogations, et dont chaque action apporte une réponse irréversible. Ainsi, malgré son incontestable supériorité technologique, le Mirai est rapidement mis en difficulté par son refus d'intégrer un conflit dans lequel il est perçu comme un ennemi bien malgré lui, y compris par des militaires japonais pour lesquels la présence incongrue d'un tel navire ne peut être perçue que comme une menace supplémentaire aux intérêts d'un Japon expansionniste et totalitaire. On comprend aisément que la description des scènes de guerre n'est pas une fin en soi pour Kawaguchi ; ces scènes sont donc rares et utilisées comme catalyseurs pour confronter et mettre à mal les idéaux des hommes du futur, souvent pris de vitesse dans l'action, qui finiront par s'opposer sur la façon d'utiliser leur savoir et leur puissance.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Outre les personnages créés par Kawaguchi, on retrouve une grande quantité de personnages historiques dans Zipang, la plupart jouant un rôle indirect ou épisodique, à l'exception d'Isoroku Yamamoto, l'un des personnages secondaires les plus présents du manga jusqu'à sa mort.

Les membres du Mirai[modifier | modifier le code]

Yosuke Kadomatsu
Capitaine en second du Mirai, Kadomatsu est sans doute le personnage victime des sentiments les plus contradictoires. Désirant faire preuve de prudence avant tout dans l'impact que chaque action peut avoir sur le futur, il n'hésite cependant pas à aller porter secours à Kusaka. Kadomatsu s'oppose constamment à la logique guerrière des militaires japonais qu'il croise, et n'accepte pour seuls changements dans l'Histoire que ceux qui permettent d'épargner des vies ; toutefois, contrairement à Kusaka, il n'arrive pas à percevoir à long terme les conséquences de ses actes, ce qui l'empêche d'agir sur l'évolution globale des conflits. Après la blessure du Capitaine Umezu, Kadomatsu prend les commandes du Mirai. On peut également le qualifier de personnage 'fantôme', l'effet papillon causé par la présence du Mirai ayant entrainé la disparition précoce de son père, renversé enfant par une voiture de la Marine.
Masayuki Kikuchi
Officier d'artillerie, il a intégré l'équipage du Mirai à la sortie de l'académie maritime japonaise où il a fait ses classes avec ses amis Yosuke Kadomatsu et Oguri Kouhei. Au début de la série, Kikuchi est sans doute le plus fervent défenseur de l'idée selon laquelle le Mirai doit éviter à tout prix d'introduire le moindre changement dans l'Histoire, même si cela implique de laisser mourir des milliers d'hommes auxquels le Mirai aurait pu apporter assistance. Néanmoins, pendant la bataille avec le porte-avions de l'US Navy USS Wasp (CV-7), Kikuchi comprend que ses efforts sont vains, la présence du Mirai ayant déjà changé le passé de façon irréversible. Il devient un partisan de l'affrontement avec l'armée américaine lorsqu'il ne fait plus aucun doute aux hommes du Mirai que celle-ci ne peut se permettre que le Mirai ne continue à subsister à cette époque.
Kouhei Oguri
Officier de navigation du Mirai, c'est le plus discret du groupe des trois amis. À l'opposé de Kikuchi, c'est un personnage impulsif qui ne réfléchit pas toujours aux conséquences de ses actes, et que l'on sent contrairement aux autres personnages parfois dépassé par sa responsabilité. Lorsque les événements provoquent la division des hommes du Mirai, il reste fidèle à Kadomatsu.
Saburo Umezu
Capitaine du Mirai, Umezu est un commandant sage et réfléchi qui a pour priorité la sécurité de ses hommes. Dans un premier temps, il essaie de faire en sorte que la présence du Mirai altère le moins possible l'Histoire, mais rapidement il rejoint la philosophie de Kadomatsu qui se donne pour but de sauver le plus de vies possibles en essayant d'accélérer la fin de la guerre. Il sera blessé lors de l'opération visant à retirer les troupes Japonaises des Îles Aléoutiennes, et laissera le commandement du Mirai à Kadomatsu.
Mamoru Satake
Premier lieutenant et pilote de l'Umidori, Satake partage l'incompréhension de ses compagnons sur les raisons de sa présence en plein cœur de l'enfer du Pacifique. À la suite d'une imprudence lors d'une mission de reconnaissance, il provoque le décès de Mori, le premier homme du Mirai à mourir (40 ans avant sa naissance !). Ce incident provoquera un grave choc chez Satake, qui prendra sur lui-même, et ce aux limites de la folie.
Sachiko Momoi
Premier lieutenant et médecin à bord du Mirai, où elle est la seule femme à bord. Elle a pour seule priorité l'aide médicale aux blessés et joue un rôle assez neutre dans l'évolution des membres du Mirai.

Les autres protagonistes[modifier | modifier le code]

Takumi Kusaka
Capitaine de corvette et officier des communications, Kusaka allait mourir lors de la bataille de Midway lorsque Kadomatsu l'a sauvé de la noyade. Kusaka est sans doute le plus brillant des personnages de Zipang. Une fois instruit du futur dont viennent les hommes du Mirai, il théorise chaque possibilité d'altérer la destinée qu'il refuse pour le Japon. Il analyse la situation géopolitique en Asie avec une acuité redoutable qui lui permet de compter constamment plusieurs temps d'avance sur les hommes du Mirai, condamnés à subir son initiative sur plusieurs fronts.
Kazuma Tsuda
Officier de communications, il manifeste une grande admiration pour Kusaka. C'est un homme d'honneur, ébranlé par la découverte du Mirai et ce qu'elle implique, qui est tout proche de se donner le seppuku lorsque le Mirai s'oppose militairement au Yamato. Kusaka réussit à le convaincre de participer à son plan géopolitique visant à changer l'Histoire en lui demandant de partir en Allemagne afin d'y éliminer Hitler. Même dans les pires moments, Kazuma restera fidèle à Kusaka, et ce, au péril de sa vie.
Eiichirô Taki
Capitaine de corvette, il fait ses classes avec Kusaka. Il représente dans un premier temps la branche militaire Japonaise souhaitant la disparition du Mirai. Il provoque le conflit entre le Mirai et le porte-avions Wasp. Par la suite, il revient à bord du Mirai pour assister à l'opération de retraite des îles Aléoutiennes ; il portera secours au Capitaine Umezu lorsque ce dernier sera blessé. Taki est un homme ambitieux qui manifeste une grande méfiance à l'égard de Kusaka.

Anime[modifier | modifier le code]

Une série animée en 26 épisodes retraçant les 6 premiers tomes de la série a été diffusée au Japon entre octobre 2004 et mars 2005[1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]