Zillisheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zillisheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Zillisheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Mulhouse-Sud
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération (M2A)
Président : Jean-Marie Bockel
Maire
Mandat
Joseph Goester (UMP)
2014-2020
Code postal 68720
Code commune 68384
Démographie
Gentilé Zillisheimois
Population
municipale
2 636 hab. (2011)
Densité 321 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 46″ N 7° 17′ 47″ E / 47.6961111111, 7.2963888888947° 41′ 46″ Nord 7° 17′ 47″ Est / 47.6961111111, 7.29638888889  
Altitude Min. 247 m – Max. 404 m
Superficie 8,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Zillisheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Zillisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Zillisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Zillisheim

Zillisheim est une commune française de la couronne sud de la région mulhousienne située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace. La commune est membre de Mulhouse Alsace Agglomération.

Ses habitants sont appelés les Zillisheimois et les Zillisheimoises. Le nom de la commune en alémanique se dit Zilese(a).

Géographie[modifier | modifier le code]

Zillisheim se trouve à environ 7 kilomètres au sud de Mulhouse sur la route départementale 432 menant à Altkirch.Très grossièrement décrit, deux secteurs physiques organisent le ban communal : à l'ouest une partie plane avec la vallée de l'Ill et à l'est les collines du Sundgau. Les habitants sont appelés les Zillisheimois. La commune est située à 255 mètres d'altitude et est voisine des communes de Brunstatt, Hochstatt, Frœningen, Flaxlanden et Illfurth. Le village fait partie de l'arrondissement et du canton de Mulhouse. La commune fait également partie de la cinquième circonscription du Haut-Rhin[1],[2]. L'image générale de la commune est marquée encore par la vie agricole avec champs, forêts et vergers. Pourtant, très peu d'habitants sont encore actifs dans le secteur primaire. La vie économique locale repose principalement sur de petites entreprises avec peu d'emplois. La très grande majorité des Zillisheimois travaille hors de la commune, essentiellement à Mulhouse et son agglomération. Zillisheim est donc avant tout une commune à dominante résidentielle typique de la périurbanisation autour des centres urbains[3].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit « La rousse », situé au sommet de la montée du « galgen », n'est matérialisé aujourd'hui plus que par les ruines d'une habitation du XVIIIe siècle. Le nom de ce lieu-dit fut donné par les habitants du village car l'habitation était occupée par la fille d'un paysan mort piétiné par une de ses vaches. Vivant seule au milieu des bois et cultivant sa propre nourriture, les habitants de la commune nourrirent bien vite des soupçons sur des pratiques occultes de cette femme. Ces rumeurs sur d'éventuels pouvoirs magiques ont traversé les générations. Aujourd'hui encore, le lieu est réputé hanté. Certains prétendent avoir entendu la voix d'une vieille femme après avoir senti une odeur nauséabonde très prononcée.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le Muhlbah petit canal qui alimentait autrefois le moulin de Zillisheim aujourd'hui désaffecté en eau étant donné que ce moulin fabriquait lui-même son énergie électrique. Le Muhlbach sort du canal du Rhône au Rhin en amont et se jette dans l'Ill en aval du vieux moulin. Actuellement, le Muhlbach fait le bonheur des pêcheurs

  • Canal du Rhône au Rhin

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hochstatt Didenheim Brunstatt Rose des vents
Frœningen N Flaxlanden
O    Zillisheim    E
S
Illfurth Luemschwiller Steinbrunn-le-Haut

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Zillisheim est un village très ancien, peut-être l'un des plus vieux de la région du Sundgau. Une hache de pierre a été trouvée au lieu-dit de Hüttenbühl et un cimetière mérovingien. Presque à la limite de la commune, à Illfurth sur la colline du Britzgyberg, se trouvait un oppidum celtique occupé du VIIIe au Ve siècle av. J.-C.[4]. Une voie romaine traversait également le village preuve d'une forte activité humaine dans la région. Le village est cité en 792 sous le nom de Zullineshaim et faisait partie des biens des ducs d'Alsace. Le village passe ensuite sous l'administration du couvent de Masevaux. Un carticulaire de l'abbaye de Lucelle du XIVe siècle mentionne l'appartenance d'une cour colongère qui fut jadis très renommée[5] à Zillisheim. Vers le XIIIe siècle, Zillisheim passera aux mains des seigneurs d'Altkirch, puis par les comte de Ferrette alliés de la Maison des Habsbourg jusqu'au Traité de Westphalie le 24 octobre 1648. Zillisheim subit l'assaut des Routiers de 1365 à 1375 qui étaient des bandes indisciplinés de mercenaires, appelés aussi Grandes Compagnies. Ils vivaient de vols et rapines et n'hésitaient pas à tuer ceux qui les gênaient sur leurs passages. À la suite de ces déboires, le village est fortifié dès le XVe siècle. Mais ce mur fortifié sera peu efficace face aux troubles entre les Mulhousiens et les Habsbourg au XVe siècle. En 1439, ce sont les Armagnacs qui attaqueront le village, puis en 1444 les mercenaires du Dauphin. Lors de la guerre des Six Deniers, le château et le village seront incendiés et les habitants vont se réfugier à Mulhouse, pendant la guerre de Trente Ans.

Les châteaux de Zillisheim[modifier | modifier le code]

Ce château construit en 1293[6] puis fut incendié par les Mulhousiens en 1452, en même temps que le village pendant la guerre suscitée par Conrad Kieffer de Bendorf. Un autre château appelé Biss ou Beiss cité depuis 1367, se trouvait également à Zillisheim. Il appartenait à la famille noble des Besenwald. Par la suite fut édifié à l'emplacement de ce château un moulin appelé le Bissmühle. Plus tard Jean-Adam de Ferrette construisit à Zillisheim un palais ayant autant de fenêtres qu'il y a de jours dans l'année. Naturellement il n'existe plus aucun vestige de ce palais de nos jours.Près du canal on conserve encore le nom de Schlossgarten (le jardin du château). Ce palais a appartenu en dernier aux Klinglin. Un autre château fut édifié entre Zillisheim et Illfurth qui se trouvait sur la motte de Küppele.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Zillisheim

Les armes de Zillisheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à la lettre majuscule T de sable. »[7]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1995 Jean Diemunsch    
1995 en cours Joseph Goester UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 636 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
930 855 941 1 018 1 176 1 267 1 270 1 331 1 318
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 236 1 316 1 318 1 525 1 268 1 604 1 646 1 360 1 367
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 362 1 587 1 654 1 190 1 486 1 621 1 904 1 643 1 754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 435 1 758 1 951 1 936 1 919 2 356 2 503 2 544 2 660
2011 - - - - - - - -
2 636 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Collège épiscopal de Zillisheim.
L'église Saint-Laurent.
Mémorial aux victimes de guerre de Zillisheim.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Zillisheim a un collège privé d'enseignement secondaire, le collège épiscopal de Zillisheim. Il a été créé en 1887.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent de style néogothique est construit en 1864 conformément au plan établi par le curé Meyer et l'architecte Jean-Baptiste Schacre. L'église est inaugurée puis bénie en 1867. Il existe un clocher-porche, une nef à trois vaisseaux, un transept à absides et un chœur à cinq pans. Pendant la Première Guerre mondiale, l'église subira des dégradations. Après la guerre, l'église sera entièrement restaurée.

Chapelle (1869)[modifier | modifier le code]

Cimetière juif[modifier | modifier le code]

La communauté juive ne pouvant s'installer à Bâle et à Mulhouse cherchera au Moyen Âge à s'établir dans les villages du Sundgau. En 1784, Zillisheim compte 332 habitants appartenant à cette communauté. À partir de 1808, année où les juifs figurent dans les registres de l'état civil, la communauté juive ne compte plus que 189 individus. Au fur et à mesure, le nombre de juifs dans la commune va en diminuant. Il existe dans le village un cimetière juif rappelant la présence de cette communauté dans la région. Les tombes les plus récentes datent de 1954 et 1972.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moulin de Byss[modifier | modifier le code]

Le grand canon de Zillisheim[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une pièce d'artillerie allemande dite Max le long (Langer Max) qui était capable de tirer des obus jusqu'à 47,5 kilomètres. Le canon a été installé en 1915 en même temps qu'une voie de chemin de fer partant de la gare de Flaxlanden et aboutissant à la plate-forme. La pièce d'artillerie possédait un calibre de 38 centimètres et un tube long de 17,1 mètres permettant de tirer des obus de 750 kg jusqu'à Belfort. Mais ce n'est finalement qu'à partir de février 1916 que l'installation sera opérationnelle. Le 8 février 1916 la population de Zillisheim est évacuée. Les officiels allemands se rendent sur place pour faire un essai. Le Kronprinz Guillaume de Prusse lui-même est présent. La batterie de Zillisheim va entrer en action dans le cadre d'une diversion imaginée par l'état-major allemand visant à laisser croire à une offensive contre Belfort et détourner l'attention de Verdun, où le Kronprinz assure le commandement de la 5e armée.

Le premier obus est tiré dans un fracas assourdissant sur Belfort vers 12 h 20. Mais il tombe dans un champ à Pérouse et rate ainsi la ville. Plusieurs tirs, une quarantaine en tout, seront envoyés à intervalles réguliers du 8 février jusqu'au 10 octobre 1916. L'endroit était truffé de galeries et de chambres encore visibles de nos jours, permettant de loger les troupes, de stocker les munitions et de permettre aux hommes de vivre avec un minimum de confort.

Gare de Zillisheim[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zillisheim, Éditions du Carré Blanc, Strasbourg

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :