Zhuang (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zhuang.
Zhuang
Parlée en Chine
Région Guangxi
Nombre de locuteurs 10 millions (1992)
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 za
ISO 639-2 zha
ISO 639-3 zha
IETF za

Le zhuang (chinois simplifié : 壮语 ; chinois traditionnel : 壯語 ; pinyin : Zhuàngyǔ) est la langue du peuple Zhuang et est langue officielle au Guangxi, une région autonome du sud de la Chine. C'est la langue non-chinoise la plus parlée en République populaire de Chine. Elle appartient au groupe dit tai de la branche « kam-tai » de la famille des langues tai-kadai. Cette langue recule rapidement au profit du chinois, avec l'assimilation des Zhuang par les Han.

Le zhuang avait autrefois une écriture basée sur les caractères chinois, mais utilise maintenant l'alphabet latin. La langue des Buyei en est très proche et forme avec le zhuang un continuum linguistique à travers la frontière du Guizhou.

Les linguistes distinguent un zhuang méridional, qui appartient à un sous-groupe dit « tai central », d'un zhuang septentrional qui appartient à un sous-groupe dit « tai septentrional ».

La standardisation du zhuang est basée sur le dialecte du district de Wuming. La langue zhuang est une langue tonale qui possède six tons dans les syllabes ouvertes.

Les dialectes du sud[modifier | modifier le code]

de-jing (Teching), yongnan (Yungnan), le yan-guang (Yenkuang) et le wen-ma (Wenma), zuojiang (Tsochiang).

Romanisation[modifier | modifier le code]

Deux romanisations ont été établies pour la langue zhuang, l'une (applée alphabet mixte) en 1957, incluant de nombreux caractères spécifiques, l'autre en 1986. Cette seconde incorpore un jeu de caractères proche du code ASCII. Avant 1957, le zhuang était généralement transcrit avec des sinogrammes zhuang, une écriture proche du Chữ nôm vietnamien.

À titre d'exemple, l'expression République populaire de Chine en différentes écritures :

  • Cuŋƅvaƨ Yinƨminƨ Guŋhoƨgoƨ (romanisation zhuang 1957)
  • Cunghvaz Yinzminz Gunghozgoz (romanisation zhuang 1986)
  • 中华人民共和国 (chinois simplifié)
  • Zhōnghuá Rénmín Gònghéguó (romanisation pinyin du mandarin)

Il est à noter que cette expression "République populaire de Chine" figure sur les billets de banque chinois toujours en 2013, retranscrite en six systèmes d'écriture: d'abord, au recto, en sinogrammes simplifiés, ensuite au verso apparaît une curieuse série de graphies différentes: en grandes capitales latines la retranscription romanisée du mandarin (pinyin); puis en caractères plus petits s'alignent quatre systèmes d'écriture d'une grande variété formelle: d'abord les lettres verticales de l'antique écriture mongole, puis le tibétain, écriture sacrée du bouddhisme himalayen, en dessous les lettres de l'alphabet arabo-persan correspondant à la minorité ouïghoure du Xinjiang chinois, ancien Turkestan oriental, annexé par la Chine communiste en 1949, tout comme le Tibet. Enfin une série bizarre de lettres latines qui correspondent à la retranscription romanisée de la langue zhuang, minorité ethnique de la Province du Guangxi, limitrophe du Vietnam qui utilise aussi un système d'écriture romanisé. Il est à noter que le pinyin zhuang créé en 1957 avec des S à l'envers et des lettres évoquant le cyrillique, modifié en 1986, n'est guère utilisé au Guangxi: de création très récente et concurrencé par les sinogrammes, il ne sert guère que dans les administrations. C'est la même chose pour le mongol ancien que les autorités tentèrent de ressusciter en 1991 dans la Province autonome de Mongolie Intérieure sans grand succès, la majorité de la population est han et utilise les sinogrammes. Le mongol écrit n'est guère utilisé au quotidien, il se réduit à une écriture officielle, de traduction ou de communication informelle, un peu comme le latin au Vatican... Donc pour conclure sur les billets chinois: les sinogrammes cohabitent avec les quatre écritures des minorités ethniques de cinq Régions autonomes: Pour les lettres arabes: Région autonome du Xinjiang (minorité musulmane ouïghoure turcophone), Région autonome du Ningxia (minorité musulmane hui fortement sinisée), Pour l'alphabet tibétain: Région autonome du Tibet (minorité tibétaine bouddhiste) Pour l'alphabet mongol ancien: La Région autonome de Mongolie Intérieure Pour le pinyin zhuang:

Région autonome du Guangxi (minorité zhuang dont le dialecte est en déclin face au Mandarin) Donc on constate que, sur les billets chinois, deux écritures, l'arabe et le tibétain liées à deux religions importantes, l'islam du Coran et bouddhisme Tantrique du Dalaï Lama, utilisées dans des provinces excentrées où éclatent régulièrement des troubles politiques, sont mises sur le même plan que deux écritures inusitées, artificielles, qu'elles soient ressuscitées ou de création récente, et en tout cas non associées à une quelconque religion ou à des velléités sécessionnistes. Deux écritures vivantes sont priées de cohabiter avec deux écritures mortes. On voit que la cohabitation hétéroclite de ces écritures revêt en filigrane une forte dimension politique: mettre au pas les minorités rebelles, en les rabaissant au niveau d'entités administratives formelles, le paravent politiquement correct de la colonisation han des marches de l'Empire. Le but ultime étant de suggérer un avenir folklorique vidé de sens aux réalités ouïghoure et tibétaine en voie d'assimilation.

Exemple de texte[modifier | modifier le code]

Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Ancienne romanisation (1957) Nouvelle romanisation (1986) Français
Bouч bouч ma dəŋƨ laзƃɯn couƅ miƨ cɯyouƨ, cinƅyenƨ cəuƽ genƨli bouчbouч Biŋƨdəŋз. Gyoeŋƽ vunƨ miƨ liзsiŋ cəuƽ lieŋƨsim, ɯŋdaŋ daiƅ gyoengƽ de lumз beiчnueŋч ityieŋƅ. Boux boux ma daengz lajmbwn couh miz cwyouz, cinhyenz caeuq genzli bouxboux Bingzdaengj. Gyoengq vunz miz lijsing caeuq liengzsim, wngdang daih gyoengq de lumj beixnuengx ityiengh. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
Logogramme
Universal Declaration of Human Rights Zhuang Sawndip.png

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]