Zhang Xuan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail: Apprêts de la soie par les dames de la cour, d'après Zhang Xuan.

Zhang Xuan ou Chang Hsüan ou Tchang Siuan, peintre chinois du VIIIe siècle, originaire de Changan, province du Shaanxi. Sa date de naissance et celle de son décès ne sont pas connues. On sait cependant que sa période d'activité qui se situe de 714 à 742, est évaluée par la datation de ses œuvres et de documents s'y rapportant.

Introduction à la peinture de personnages[modifier | modifier le code]

Biographie artistique[modifier | modifier le code]

Zhang Xuan est l'un des plus célèbres peintres à la mode pendant l'ère Kaiyuan au VIIIe siècle, particulièrement apprécié pour ses peintures de femmes élégantes et de jeunes nobles à cheval ou dans les jardins palatiaux. Il se place sur le même plan que Zhou Fang, spécialiste lui aussi de portraits des dames du palais et actif dans la même période que Zhang. Assez conservateurs par rapport au grand Wu Daozi leur contemporain, ils s'en tiennent toujours au contour mince et aux pigments minéraux très vifs[1].

Apprêts de la soie par les dames de la cour copie d'après Zhang Xuan.
Dame Guoguo partant faire une promenade à cheval d'après Zhang Xuan.

Les artistes sous les Tang[modifier | modifier le code]

Le règne de l'empereur Minghuang (712-756) est généralement considéré comme la période la plus brillante de toute l'histoire chinoise. Comme Zhang Xuan, beaucoup de ses contemporains vivent au même moment dans l'entourage de l'empereur, grand protecteur des arts. On peut citer entre beaucoup d'autres, les poètes Wang Wei (699-759), Li Bai (Li Bo : 701-762) et Du Fu (712-770) – les peintres Wu Daozi (en activité v. 710-760), Zhang Xuan (en activité 714-742) et Han Gan (v. 720 v. 780) – les calligraphes Yan Zhenqing (709-785), Zhang Xu (en activité 714-742) et Huaisu (725-785) et, sans omettre un cas très particulier dans ce régime impérial, Lu Hong (actif 713-741), un taoïste reclus sur le mont Song, près de Luoyang[2].

Style de mode sous les Tang[modifier | modifier le code]

L'image de la beauté idéale, aux formes pleines, se répand d'un bout à l'autre du pays et même au-delà des frontières – des peintures sur soie représentant ce type de femme se retrouvent au Japon aussi bien qu'en Asie centrale. Cet essor explique l'apparition de Zhang Xuan et Zhou Fang, deux maîtres du genre. À travers eux, l'image de la dame de cour devient un thème reconnu du grand art. L'aîné des deux, Zhang Xuan, est peu connu sous les Tang. Zhang Yanyuan le décrit en une seule phrase : « Zhang Xuan aime à peindre les femmes et les enfants ». Zhu Jingxuan laisse sur lui une note plus longue, mais il le range au deuxième échelon d'un système hiérarchique à trois niveaux[n 1],[3].

Zhang Xuan devient incontournable dans les études ultérieures sur la peinture Tang, en majeure partie à cause de l'existence de deux célèbres copies de ses œuvres, toutes deux attribuées à l'illustre artiste Song, l'empereur Huizong. La double paternité de ces rouleaux pose le problème de savoir dans quelle mesure nous pouvons les utiliser pour témoigner de l'art de Zhang Xuan. Selon James Cahill, ils sont au mieux des ré-interprétations Song d'œuvres de Zhang Xuan. Leur composition doit se conformer à celle des originaux, mais le style pictural – le coloriage opaque, les images sans relief et tout particulièrement la netteté méticuleuse des détails ornementaux – reflète le goût caractéristique de l'Académie de peinture de Huizong. L'une des peinture représente Dame Guoguo – une sœur cadette de Yang Guifei, pas moins célèbre pour sa beauté et sa dissipation – faisant une excursion à cheval, au printemps[n 2],[3].

L'autre est centrée sur un aspect totalement différent de la vie du gynécée[n 3]impérial. Trois groupes de dames de la cour sont occupées à préparer de la soie fraîchement tissée, mais il ne faut pas confondre ces activités avec la véritable production de la soie ou avec le travail quotidien des tisserands ordinaires[3].

Récipient en bronze hu, et dessin de l'ornementation Anonyme. fig. 10.
Boite laquée, tombe 2 de Baoshan Anonyme. fig. 9

Dans l'ancienne cour de Chine, le tissage de la soie est principalement une activité rituelle ; les dames du palais sont chargées des cérémonies annuelles de ramassage des feuilles de mûrier et de préparation du fil de soie. La représentation de ces activités est une tradition dont on retrouve des traces au VIe siècle ou Ve siècle avant notre ère (cf. fig. 10)[n 4]. Ces scènes, sujets de décoration d'objets en bronze, de reliefs sur pierre et de peintures sur rouleau, servent à définir le statut et le rôle symboliques des dames de cour. Dans la composition, les deux œuvres suivent des modèles différents. La peinture de l'excursion de dame Guoguo relève apparemment de la tradition jadis honorée de la peinture de cavaliers et procession de chars[4]. (cf. figs. 9[n 5], 25, 31).

Elle rappelle en particulier une grande scène de chasse de la tombe de Li Xian qui, de la même façon, commence par quelques cavaliers marchand en tête d'une vaste équipée royale. De son côté, Apprêts de la soie par les dames de la cour perpétue la tradition des Exhortations de la préceptrice de la cour aux dames du palais, où les personnages forment des unités spatiales autonomes à l'intérieur de la peinture (cf. fig. 39). Durant des siècles, les spectateurs sont confondus par la composition hautement sophistiquée d'Apprêts de la soie par les dames de la cour. En ouvrant le rouleau, on découvre quatre femmes entourant un récipient rectangulaire, « telle un séquence de quatre phases lunaires »[n 6]. Leurs gestes et mouvements subtils s'équilibrent mutuellement ; leur station debout et les pilons dans leurs mains accentuent la verticalité[4].

Au contraire, la seconde scène montre des personnages assis sur le sol. Avec une dame qui coud et une autre qui tisse, l'image clé est à présent celle des délicats fils de soie et non des lourds mortiers. Le troisième et dernier tableau se fait l'écho de la première scène. À nouveau, il contient quatre femmes debout, disposées comme les quatre phases de la lune. Mais celles-ci tendent un rouleau de soie blanche ; la tension du rouleau de soie à l'horizontale devient le point de focalisation. La peinture est ainsi une composition tripartite typique, comme le sont les œuvres de Zhou Fang, le disciple de Zhang Xuan[4].

Sur la relation entre Zhang Xuan et Zhou Fang, Zhang Yanyuan écrit de manière explicite : « Au début, Zhou Fang imite la peinture de Zhang Xuan, mais après, il devient quelque peu différent. Il atteint la perfection dans le style, consacrant tout son art à représenter des gens riches et prestigieux, évitant toute réminiscence de vie villageoise rustique. Bien qu'il classe les deux peintres dans le même genre, cet exposé révèle leurs positions historiques différentes : Zhang Xuan vit à une époque où l'imagerie des dames de la cour reste encore à styliser, Zhou Fang à une époque où les personnages atteignent le summum de la stylisation. On peut par conséquent comprendre pourquoi Zhang Xuan reste plutôt dans l'ombre, alors que Zhou Fang est placé au-dessus de tous les maîtres Tang (y compris Yan Liben, Li Sixun et d'autres), à l'exception de Wu Daozi[5].

Dames de la cour portant des coiffures fleuries attribuée à Zhou Fang.

Les copies ultérieures des œuvres de Zhou Fang n'étayent guère ce verdict flatteur, ainsi qu'on peut le voir avec une peinture intitulée Dames de la cour portant des coiffures fleuries (Zanhua shinü tu), identifiée avec assez de certitude comme une œuvre authentique de la dynastie des Tang – de Zhou Fang lui-même ou de l'un de ses disciples – pour nous permettre d'entrevoir le stupéfiant niveau d'accomplissement du portrait féminin à la dynastie des Tang[5].

Favorites et nobles dames[modifier | modifier le code]

Le nom de Han Gan reste rattaché à la peinture des chevaux. Celui de Zhang Xuan l'est à celle des nobles dames. Il arrive que Han peint des portrait et Zhang des chevaux de selle quand il représente la dame Guoguo sortant à cheval avec deux de ses sœurs. Les vêtements de soie ornés de dessins bleu et vert sur fond blanc, or sur fond vert, sont somptueux. Les chevaux sont magnifiques. La dame Guoguo est l'une des sœurs de Yang Yuhuan, la très célèbre favorite. Elle mène avec ses cousins, Yang Guozhong en particulier, une vie dissolue[6].

Zhang Xuan excelle à l'esquisse, il donne vie aux scènes qu'il figure par quelques touches posées ici et là. Il illustre avec vérité la vie de Cour dans le cadre enchanteur des pavillons et des terrasses, des arbres, des fleurs et des oiseaux. La profondeur de sa pensée, l'attention qu'il apporte dans l'observation se révèle dans toutes ses compositions[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 14, éditions Gründ,‎ janvier 1999, 13440 p. (ISBN 2700030249), p. 879
  • Yang Xin, Richard M. Barnhart, Nie Chongzheng, James Cahill, Lang Shaojun, Wu Hung (trad. Nadine Perront), Trois mille ans de peinture chinoise, Éditions Philippe Picquier,‎ 1997, 4 02 p., p. 58, 59, 75, 76, 77, 122.
  • James Cahill (trad. Yves Rivière), La peinture chinoise - Les trésors de l'Asie, éditions Albert Skira,‎ 1960, 212 p., p. 19, 20, 21, 45, 144
  • Nicole Vandier-Nicolas, Peinture chinoise et tradition lettrée, Éditions du Seuil,‎ 1983, 259 p. (ISBN 2020064405), p. 66, 68

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes
  1. Zhang, sur Zhang Xuan : LDMHJ, 9.295-296 ; Acker, vol. 2, I, p. 248, Zhu, sur Zhang Xuan : TCMHL, 29 ; Soper, « T'ang ch'ao ming hua lu », op.cit., 222-223
  2. Il existe une autre version de la peinture, en dehors de la copie de Huizong, au Musée national du palais impérial, à Taipei. Elle s'intitule Les Beautés (Liren xing), titre emprunté à l'un des célèbres poèmes de Du Fu, ce qui indique que non seulement dame Guoguo mais aussi les autres sœurs de Yang sont représentées. Aucune preuve n'étaye l'opinion traditionnelle selon laquelle ce rouleau aurait été copié par Li Gonglin d'après l'original de Zhang Xuan. De par son étroite ressemblance stylistique avec Apprêts de la soie par les dames de la cour, tant dans le style des personnages que dans la technique du dessin et la combinaison des couleurs, il est probablement lui aussi un produit de l'Académie de peinture de Huizong, du début du XIIe siècle
  3. Le gynécée (du grec ancien γυναικεῖον/gynaikeîon) est l'appartement des femmes dans les maisons grecques et romaines : employé ici pour la similitude des appartements impériaux pour femmes
  4. Ce style de composition caractérise l'ornementation de nombreux bronzes, qui deviennent à la mode parmi l'aristocratie des Zhou orientaux vers le Ve siècle avant notre ère. Les personnages sont ciselés, moulés ou incrustés. Ceux montrés à la figure 10 sont engagés dans diverses activités, réparties selon des registres parallèles, qui représentent probablement certains rituels – ils tirent des flèches au cours d'une bataille, cueillent des feuilles de mûrier pour nourrir les vers à soie, offrent des sacrifices, chassent des animaux et des oiseaux, se battent sur la terre ferme et l'eau. L'impression de mouvement rythmique des personnages augmente lorsqu'on laisse glisser son regard sur toute la surface ronde, en suivant la ligne de fuite. La plupart des peintures de Zhou orientaux sont le produit d'un travail collectif. Un texte du IVe ou IIIe siècle avant notre ère, « Examen de l'artisanat » Kaogong ji), note que l'élaboration d'une peinture comprend au moins cinq étapes, depuis le tracé de l'ébauche jusqu'à l'application de la couleur, dans lesquelles interviennent des artisans spécialisés dans des domaines différents. Bien que spécialisation soit sans doute d'usage dans les ateliers, quelques peintres individuels apparaissent aussi, et sont appréciés pour leur esprit indépendant. Ce phénomène est suggéré par une histoire tirée des écrits du philosophe taoïste Zhuangzi
  5. Forme d'art sous les dynasties Zhou orientaux, des Qin et des Han. L'exemple le plus prestigieux est cette boite laquée peinte provenant de la tombe 2 de Baoshan, à Jingmen, dans la province du Hubei. Son décor intègre à la fois des éléments géométriques et figuratifs. Sur le côté vertical du couvercle, une série de figures humaines très vivantes forme un motif spatial complexe, différent de tout ce qui a été tenté jusqu'alors. Les personnages sont montrés de profil ou de dos ; ceux de dos sont généralement situés plus près du spectateur, soit sur un char, pour protéger leur maître, soit au premier plan, pour regarder passer le maître devant eux. Dans les deux cas, l'étagement des images, les variations de taille et la séparation des différents plans créent une forte impression de profondeur. Cinq arbres divisent avec grâce la composition, de 87,4 cm de long et seulement 5,2 cm de haut ; ces cinq sections illustrent vraisemblablement les étapes d'un récit contenu. Un groupe de deux arbres semblent indiquer le début et la fin de l'histoire illustrée. En la lisant de droite à gauche (comme c'est l'usage dans l'art chinois), on découvre un fonctionnaire en robe blanche se promenant dans un char tiré par des chevaux. Les chevaux accélèrent l'allure et les serviteurs courent devant ; puis le char ralentit et le fonctionnaire est accueilli par un personnage agenouillé. Pendant ce temps, un fonctionnaire vêtu d'une robe sombre s'avance à sa rencontre. Dans la scène finale, le fonctionnaire descend de son char et rencontre son hôte mais, pour une raison quelconque, il porte maintenant une robe sombre alors que l'hôte en porte une blanche. Cette œuvre témoigne de progrès remarquables, tant dans la conception de l'espace que dans la représentation du temps. Tout comme les peintures postérieures sur rouleau portatif, elle doit être regardée section par section, dans un ordre successif. (...)
  6. Rudolf Arnheim, Art and Visual Perception (Berkeley : University of California Press, 1974), 129-130
Références