Zeuxis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Zeuxis ou Zeuxippos est un peintre grec d'Héraclée qui vécut de -464 à -398. Contemporain d'Apollodore, le « peintre des ombres », qui disait de lui, qu'« il gardait pour lui l'art qu'il avait ravi aux autres ». D'après la légende, il est mort de rire en faisant le portrait d'une vieille dame.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Victor Mottez, Zeuxis choisissant ses modèles (1858), musée Condé

Son œuvre, totalement disparue, est cependant abondamment citée par les Anciens qui le considéraient comme l'un des plus grands peintres de l'Antiquité. Son art, caractérisé par le jeu des couleurs et par les contrastes d'ombre et de lumière, donnait l'illusion de l'espace.

Parmi ses œuvres les plus citées, il peignit :

  • Un Éros couronné de rose et un Paon, pour Archélaos, roi de Macédoine.
  • Une Hélène à sa toilette, pour les habitants de Crotone.
  • Un Héraclès enfant qui étouffe les serpents en présence d'Amphitryon et de sa mère Alcmène tout effrayée.
  • La Famille du Centaure.
  • Un Enfant aux raisins, dont la grappe de raisin était peinte, de façon tellement véridique, tellement réaliste que, selon la légende, les oiseaux venaient la picorer. Cependant il déclara : « J'ai mieux peint les raisins que l'enfant; car si j'eusse aussi bien réussi pour celui-ci, l'oiseau aurait dû avoir peur ».
  • Une Pénélope dans laquelle respire la chasteté.
  • Un athlète dont il fut si content, qu'il écrivit au bas ce vers devenu célèbre : « On en médira plus facilement qu'on ne l'imitera ».
  • Un magnifique Jupiter sur le trône, entouré des dieux.
  • Un tableau destiné au temple de Junon Lacinienne à Crotone, pour lequel il examina les jeunes filles de la cité, nues, et en choisit cinq, pour peindre d'après elles ce que chacune avait de plus beau.

À partir de son œuvre, l'esthétique du trompe-l'œil prévaut dans la peinture grecque, inspirant entre autres chefs-d'œuvre la mosaïque dite asarotos oïkos de Sosos de Pergame, connue grâce à une copie, et fut sans doute à l'origine des effets de perspective qu'on retrouve ensuite dans la peinture pompéienne, figurant des loggias ouvertes sur des jardins, des portes entrebâillées où se profilent de fines silhouettes, des éléments d'architecture (colonnes, corniches, frontons) représentés en saillie dans la salle et « sortant » du mur.

Il eut pour contemporains et pour émules Timanthès, Androcyde, Eupompe et Parrhasios. Lors d'un combat d'artiste avec Parrhasios, il peint des raisins avec tant de vérité, que des oiseaux vinrent les becqueter, cependant l'autre apporta un rideau si naturellement représenté, que Zeuxis, tout fier de la sentence des oiseaux, demanda qu'on tirât enfin le rideau pour faire voir le tableau. Reconnaissant son illusion, il s'avoua vaincu avec une franche modestie, étant donné que lui n'avait trompé que des oiseaux, et que Parrhasios avait trompé l'homme qu'il était.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]