Zazie dans le métro (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zazie (homonymie).

Zazie dans le métro

Réalisation Louis Malle
Scénario Louis Malle
Jean-Paul Rappeneau
Acteurs principaux
Sociétés de production Consortium Pathé
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie burlesque
Sortie 1960
Durée 89 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Zazie dans le métro est une comédie burlesque française de Louis Malle tournée et sortie en 1960, d'après le roman éponyme de Raymond Queneau paru l'année précédente.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Zazie, une gamine de dix ans aux manières délurées et au langage vulgaire, arrive de province, impatiente de découvrir le métro parisien. Son oncle Gabriel l'attend à la gare et, à sa grande déception, la jette directement dans un taxi conduit par son ami Charles et la dépose au café Turandot. Là, elle fait la connaissance de Mado P'tits Pieds, une servante au grand cœur, de sa tante Albertine, ménagère modèle, et d'autres figures truculentes. Zazie s'échappe pour enfin se promener en métro, mais quand elle se rend compte qu'il est fermé pour cause de grève, elle se met à pleurer. Chacun va désormais vaquer à ses propres occupations. L'oncle se travestit en danseuse espagnole dans un café-concert, Charles déclare sa flamme à Mado pendant que Zazie découvre le marché aux puces en compagnie de Pédro-Surplus, qui se métamorphosera en agent Trouscaillon, puis en Aroun-Arachide. Après deux jours de folie parisienne, Zazie emprunte enfin le métro pour se rendre à la gare et repartir. Mais Zazie, endormie dans les bras de sa tante, n'a toujours pas vu le métro… Elle déclare à sa mère qu'elle a vieilli.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Sorti le 28 octobre 1960, le film eut peu de succès, auprès du public comme auprès des critiques. Toutefois lors de la première du film quelques artistes comme François Truffaut, Eugène Ionesco ou Charlie Chaplin ont immédiatement exprimé leur enthousiasme, ainsi que Queneau lui-même qui déclarera[1] : « En même temps que je reconnais Zazie dans le métro en tant que livre, je vois dans le film une œuvre originale dont l’auteur se nomme Louis Malle, une œuvre insolite et à la poésie à laquelle je suis moi-même pris. »

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Dans le Paris de 1960, Louis Malle nous montre l'église Saint-Vincent-de-Paul, désignée comme la Sainte-Chapelle, la place Franz-Liszt (10e arrondissement), la gare de l'Est, un bistrot, le marché aux puces de Saint-Ouen, le pont de Bir-Hakeim, la galerie Vivienne et le passage du Grand-Cerf (2e arrondissement), les quais de la Seine, un cabaret de Pigalle (tourné en studio) et bien sûr la tour Eiffel.

Différences entre le roman et le film[modifier | modifier le code]

  • Dans le roman la femme de Gabriel s'appelle Marceline tandis que dans l'adaptation de Louis Malle, on l'appelle Albertine, hommage à l'héroïne de Marcel Proust.
  • Dans le roman Zazie dans le métro, Raymond Queneau joue sur les mots et critique la tradition littéraire, alors que le film est burlesque et parodie la tradition cinématographique.
  • Dans le film, le personnage de Zazie est plus jeune de 4 ans que dans l'œuvre originale. En effet, chez Queneau, la virginité de Zazie suscite l'inquiétude de sa mère. En la rajeunissant de la sorte, Louis Malle tente d'éviter le côté Lolita qui aurait accentué l'aspect pervers (notamment lors de la course poursuite avec Pedro Surplus).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le film de la semaine : « Zazie dans le métro » de Louis Malle, article du 26 novembre 2012 sur universcinebelgique.wordpress.com. Consulté le 30 avril 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]