Zampogna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zampogna
Image illustrative de l'article Zampogna
Joueur de Zampogna,
Dominique Papety (1815 -1849), Musée d'Orsay

Variantes modernes Zampogna a chiave, zampogna a paro, zampogna zoppa
Variantes historiques Utricularium, surdulina, sordinella
Classification Instrument à vent
Famille Cornemuse écossaise et irlandaise, musette française, piva (it) italienne
Instruments voisins Cornemuse, baghèt (it), müsa (it), piva emiliana (it), caramuncia, cialamella ou cornetto, zampoña
Tessiture ???
Œuvres principales Tarentelles, pastorales, accompagnement du chant
Instrumentistes célèbres Néron, Ferdinando Scopacasa (it)

La zampogna (pluriel zampogne) est un antique instrument de musique de la famille des cornemuses dont l'usage est encore répandu en Italie. Le terme désigne tout autant une cornemuse particulière qu'une famille de cornemuses ayant indifféremment une anche simple ou double. Son nom dérive probablement du grec symphonia (symphonie) qui désigne étymologiquement des sons émis simultanément. Sa polyphonie continue s'entend en Italie centrale, méridionale, en Calabre et en Sicile.

Origine[modifier | modifier le code]

La zampogna est considérée comme le résultat, dans l'Antiquité classique, de la transformation de la syrinx ou flûte du dieu Pan et est probablement la descendante de l'aulos grec. Son origine ancienne semble similaire à celle de la clarinette multiple launeddas. En latin, elle est nommée utricularium et est jouée par l'empereur romain Néron. Entre le Moyen Âge et l'époque moderne, elle se diversifie en différentes typologies territoriales parmi lesquelles la cornemuse écossaise et irlandaise à insufflation indirecte (émission d'air dans une cavité, une outre de peau en l'occurrence), la musette française et la piva (it) italienne. Sa fonction est de scander les moments essentiels de l'année agricole selon l'archaïque calendrier des saisons. On la protège du mauvais œil par des amulettes tels que nœuds, boucles et rubans rouges à la signification apotropaïque. Son répertoire est constitué de tarentelles, pastorales et accompagnement du chant[1],[2]

Facture[modifier | modifier le code]

Elle mesure environ 120 cm de long et a la particularité d'avoir deux tuyaux coniques de jeu mélodique (chanter) et entre un et quatre tuyaux de bourdon (note fixe), le tout étant raccordé à un morceau de bois avant d'être accolé à un sac en peau servant de réservoir d'air. Le sac (outre) est réalisé en peau de chèvre, de chevreau ou de brebis (utricolo) tannée (on peut la trouver remplacée aujourd'hui remplacée par une chambre à air en caoutchouc), dans laquelle le joueur (suonatore) souffle de l'air à travers un insufflateur (cannetta ou soffietto) qui met en vibration les anches, traditionnellement réalisées en roseaux, fixées sur les deux tuyaux mélodiques, celui de droite jouant la mélodie, celui de gauche l'accompagnement, et sur les bourdons dits basso et scantillo.

Elle existe sous plusieurs formes :

  • zampogna a chiave (à clef) : l'un des tuyaux de jeu (de longueurs inégales) possède des clefs et les anches sont doubles ; une version moderne se nomme zampogna a chiave modificata.
  • zampogna a paro (par paire) : tous ses tuyaux (mélodiques et bourdons) sont de même longueur et elle a indifféremment des anches simples ou doubles.
  • zampogna zoppa : à tuyaux inégaux, anches doubles et un ou deux bourdons.
  • surdulina : à deux ou trois bourdons et anches simples.
Zampogna au repos

Les zampogne du sud du Latium (Ciociaria, vallée de Comino (en)), de Molise (Scapoli, Castelnuovo al Volturno et San Polo Matese), de la Basilicata et de Sicile (Syracuse Agrigente Palerme) sont constituées d'anches doubles, tandis que dans la surdulina typique de la Basilicate et du nord de la Calabre (surtout des villages d'origine Arbëresh) et dans la ciaramella de la région de Catanzara et la ciaramèddha de Reggio de Calabre, Agrigente, Catane et Messine, on utilise une anche simple ou les cannizzole (roseaux entiers à très petite section).

Il existe une grande variété dans la longueur des différents types de zampogne. Alors qu'en Italie méridionale, l'unité de mesure utilisée pour indiquer la longueur de la zampogna est le palmo, en Italie centrale la mesure (et par conséquent la tonalité) de l'instrument est indiquée, de manière insolite, par un numéro (par exemple : 25) correspondant à la longueur en centimètres du fût de la chalemie correspondante.

Jeu[modifier | modifier le code]

Zampogna romana alla serrese durant la fête de San Rocco à Pazzano (RC).
Duo de zampogna et pipita en Calabre.

Malgré son suréquipement, le son est doux et mélodieux. Elle se joue en solo ou en duo avec un tamburello, un organetto ou un hautbois, ou en trio ou encore en bandas. La vocation pastorale des suonatori (sonneurs) s'est peu à peu estompée au profit de l'accompagnement des danses et des fêtes de Noël. On la retrouve au sein de l'office religieux où elle accompagne la voix.

Ferdinando Scopacasa (1918-1986) dit u Capu zona, fut l'un des plus fameux joueurs de zampogna (ciarameglia) de l'intérieur de la province de Reggio de Calabre, resté célèbre pour ses prestations dans le sanctuaire de la madonne de Polsi (it)[3]. Deux représentants des familles historiques de joueurs et facteurs de zampogne calabraises, Pasquale Raffa de Cernatali di San Giorgio Morgeto et Bruno Tassone de Spadola, petite localité des Serre Vibonesi, étaient actifs jusqu'en 2013[4].

De nombreux événements et festivals sont dédiés à l'instrument :

Types par région[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses variantes locales de la cornemuse en Italie : baghèt (it), müsa (it), piva emiliana (it), caramuncia, ciaramelle ou cornetto. Le terme de zampoña s'applique également à une cornemuse de Malte, mais aussi à une cornemuse pastorale d'Espagne que l'on trouve encore dans les îles Baléares. La zampogna elle-même se décline sous plusieurs formes et appellations comme la surdulina ou sordellina.

Abruzzes, Latium et Molise[modifier | modifier le code]

La zampogna a chiave et la zampogna zoppa sont des zampogne à anche double avec quatre tuyaux, deux bourdons sans trou, un long et un court, et deux tuyaux de mélodie, la dritta et la manca[5]. Elle peut être accompagnée par la ciaramella (aux dimensions variables de 21 a 32 cm)[5].

  • Zampogna a chiave molisana-laziale[6] (Molise, Latium et Abruzzes) : les tuyaux de mélodie sont accordés à l'octave.
  • Zampogna zoppa molisana-laziale (Molise, Latium et Abruzzes)[7] : les tuyaux de mélodie sont accordés à la tierce.
  • Ciaramelle di Amatrice (Latium)

Campanie et Basilicate[modifier | modifier le code]

Pouilles[modifier | modifier le code]

Calabre[modifier | modifier le code]

La zampogna, appelée aussi en dialecte calabrais Ciarameddha ou Ciarammeddhra ou Ciaramida est utilisée pour jouer des motifs pastoraux, des sonate a ballu (it), des fanfarre ou des canti ad aria[9]. Elle se décline en six versions principales et trois variantes mineures dans l'aire calabraise :

  • Zampogna « a moderna » répandue dans la région de l'Aspromonte grec (it).
  • Zampogna a paru répandue dans la province de Reggio de Calabre[10] et dans celle de Messine.
  • Zampogna a chiave delle Serre[11] originaire de la région des Serre Calabresi (it)[12], née au XIXe sècle et répandue dans la province de Vibo Valentia, dans une grande parte de la province de Catanzaro, dans la partie septentrionale de la province de Reggio de Calabre et dans une petite région autour de Rogliano dans la province de Cosenza. Elle existe dans deux modèles princpaux : romani et menzetti. Elle a cinq tuyaux nommés : destra, manca, cardìu (le plus petit, en italien : cardellino (it)), terza ou masculu et enfin trumbuni pour les notes basses et pour donner la tonique de la gamme. Elle possède une clé pour pouvoir accéder à une note impossible à atteindre avec le doigt[13].
  • Zampogna nostrale ou conflentana répandue dans la région du Reventino (it) et de la pré-Sila catanzaraise.
  • Surdulina[14] répandue dans les provinces de Catanzaro, Cosenza et Crotone, et caractéristique en particulier des communautés albanaises.
  • Zampogna a chiave calabro-lucana répandue dans toute la région du Pollino (it). C'était à l'origine un instrument soliste. Aujourd'hui, avec les innovations du zampognaro Lanza et les contacts plus fréquents avec les autres régions de la Calabre, elle est aussi jouée avec la ciaramella[15],[16].

Il existe encore d'autres typologies de zampogne, moins répandues : la Stifette et les Cornette, dans la région de Mesoraca, en province de Crotone et les Terzaroli, dans l'are de diffusion de la Zampogna a chiave delle Serre[17].

Sicile[modifier | modifier le code]

  • Zampogna a chiave di Monreale (Sicile)
  • Zampogna a paru siciliana[18]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Poché, Dictionnaire des musiques et danses traditionnelles de la Méditerranée, Paris, Fayard, 2005, 430 p. (ISBN 9782213620961)[19]
  • Jean-Noël Passal, L'Esprit de la chèvre, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2005, 281 p. (ISBN 9782844783806)[20]
  • Hubert Boone, Cornemuses européennes, Musée des instruments de musique, Bruxelles, Mardaga, 2001, 24 p. (ISBN 9782870097861)[21]
  • (it) Chiara Cravero, Zampogne in Aspromonte. Parentele di suoni in una comunità di musicisti (Archivio tradizioni musicali), Squilibri Editore, 2006, 160 p. (ISBN 978-88-88325-07-1)
  • (it) Danilo Gatto, Suonare la Tradizione. Manuale di musica popolare calabrese. Con 3 CD Audio, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore, 2007, p. 70-80
  • (it) Roberta Tucci, Calabria i strumenti. Zampogna e doppio flauto, Nardò, Besa, 2009, 136 p. (ISBN 978-88-497-0718-2)
  • (it) Roberta Tucci, I suoni della campagna romana: per una ricostruzione del paesaggio sonoro di un territorio del Lazio, Rubbettino Editore, 2003, 282 p. (ISBN 9788849806144)[22]
  • (it) Antonello Ricci, Andreas Fridolin, Weis Bentzon, I suoni e lo sguardo: etnografia visiva e musica popolare nell'Italia centrale e meridionale, FrancoAngeli, 2007, 207 p. (ISBN 9788846487629)[23]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Histoire de la zampogna (lire en ligne)
  2. (it) La zampogna molisane (lire en ligne)
  3. (it)Appunti di musica calabrese, Luigi Castelvetere, Benestare, 2009
  4. (it) « Le note mancanti del natale. Addio a Pasquale Raffa e Leonardo Tassone », Associazione culturale Il Brigante, 21 décembre 2013 (lire en ligne)
  5. a et b Ciociaria, la valle della zampogna (écouter en ligne)
  6. (it) Censimento suonatori Lazio (lire en ligne)
  7. (it) Natale a Scapoli, patria delle zampogne (lire en ligne)
  8. (it) Zampogna in Campania (lire en ligne)
  9. Gatto, 2007, p. 70
  10. (it) Sentieri del suono a Cittanova (lire en ligne)
  11. Pastorale con zampogna a chiave a Cinquefrondi (écouter en ligne)
  12. (it) Festival internazionale della Zampogna (lire en ligne)
  13. Lezione-concerto presso l'Associazione musicale culturale limbadese - parte II (écouter en ligne)
  14. Tarantella con zampogna surdulina (écouter en ligne)
  15. La zampogna e lo sc'kantillo, Il cammino della musica (écouter en ligne)
  16. Pastorale del Pollino (écouter en ligne)
  17. Gatto, 2007, p. 78-80
  18. Accordatura della zampogna a paru siciliana (écouter en ligne)
  19. Poché, 2005, notice BnF n° 40035337
  20. Passal, 2005, notice BnF n° 40051163 (lire des extraits en ligne notamment la p. 203 où sont présentées les procédés de préparation de l'outre
  21. Boone, 2001, notice BnF n° 38842211 (lire des extraits en ligne)
  22. (it) Tucci, 2003 (lire des extraits en ligne)
  23. Ricci, 2007 (lire des extraits en ligne)