Zénon (tribun)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Saint Zénon le tribun martyr de l'armée romaine située en l'église de la paroisse catholique de Saint Zénon du Lac-Humqui (Québec) Canada


Zénon saint du christianisme, vivait au troisième siècle après Jésus-Christ dans la ville de Rome en Italie. Il exerçait la fonction de tribun dans l'armée romaine du bas empire. Il mourut martyr entre l'an 298 et 304 de notre ère(selon les sources)[1],[2], lors des persécutions chrétiennes. Il est honoré le 9 juillet, jour de sa mort d'après l'hagiographie catholique.

Histoire de Saint Zénon le tribun et du lieu de son repos[modifier | modifier le code]

Église Santa Maria Scala Coeli

Le massacre de Saint Zénon et de ses compagnons ordonné par Dioclétien et Maximien Hercule le 9 juillet 298 vint encore ajouter aux souvenirs qui consacraient les Trois Fontaines, lieu du martyr de l'apôtre Saint Paul deux siècles plus tôt. Les deux empereurs voulant exterminer le christianisme au sein de leurs armées, firent rechercher dans toutes les légions les soldats accusés d'être chrétiens et qui refuseraient de renier Jésus-Christ. Il s'en trouva dix mille deux cent trois ayant à leur tête Zénon leur tribun (capitaine). Ils furent condamnés à construire les thermes (bains) que l'empereur avait résolu de bâtir pour le peuple et pour lui-même. Quand ces travaux gigantesques, dont les débris forment aujourd'hui plusieurs monuments de la Rome chrétienne furent achevés, craignant dit un historien que le grand nombre de condamnés favorisés par l'oisiveté et le repos ne les portât à tramer quelque complot contre la paix publique, l'empereur les fit conduire chargés de chaînes aux Eaux Salviennes et là on les massacra tous jusqu'au dernier. Cette horrible boucherie émut la piété des fidèles de Rome, on recueillit ces précieux restes auprès d'une fontaine qui portait dès lors comme aujourd'hui, le nom de Goutte qui coule toujours «Gutta jugiler manans» et on bâtit au-dessus une église(image à droite) dédiée à la Très Sainte Vierge Marie (Santa Maria scala coeli)[3]. Tombée en ruines une première fois, elle fut restaurée au XVIe siècle comme nous le dirons plus loin.

Les catacombes de Saint Zénon[modifier | modifier le code]

C'est près de l'unique autel dédié aujourd'hui à Saint Bernard[4] que se trouvent les douze degrés par lesquels on descend dans les catacombes de Saint Zénon et de ses soldats martyrs. Un autel dédié à Saint Zénon et à Saint Paul[5] se trouve en cet endroit. Autrefois dit une vieille tradition, un souterrain partait de là et allait se continuant jusqu'à la basilique de Saint Paul hors les murs[6]. Au jour de la fête de Saint Anastase[7], les moines de Saint Paul passant par ces catacombes se rendaient processionnellement à l'église du Saint titulaire. De leur côté, les religieux de Saint Vincent et de Saint Anastase[8] allaient par la même voie à Saint Paul à l'occasion de la station du quatrième mercredi du Carême qui se célébrait dans la basilique. Aujourd'hui la communication souterraine est détruite et quelques savants doutent qu'elle ait jamais existé. Mais ce qui reste, c'est le caveau[9] dans lequel l'apôtre Paul[10] passa les derniers moments de sa vie, avant son supplice.

Une inscription gravée sur le mur rappelle le nom de Zénon et le nombre de ses compagnons. On peut lire sur la porte de la crypte où ils reposent[11] : ««hic requjescunt corpora s martyris zenonis triruni et sociorum militum decem millium ducentorum trium. Ici reposent les corps du saint martyr Zénon tribun et de dix mille deux cents trois soldats ses compagnons»».

Église Santa Maria Scala Coeli[modifier | modifier le code]

La partie supérieure de cette église est de forme octogonale et terminée par une coupole. Vignole en a fait les dessins en 1582 par ordre du Alexandre Farnèse (cardinal), alors abbé commendataire. On voit[12] dans l'abside de la chapelle dédiée à saint Bernard une mosaïque du florentin François Zucca, qui est regardée comme la première du genre moderne. L'église a pris le nom d'Échelle du Ciel (Santa Maria scala coeli) à la suite d'une vision de saint Bernard, qui célébrant un jour la messe pour les morts, dans l'antique église bâtie en cet endroit, fut ravi en extase et vit une échelle s'élevant de la terre aux cieux, par laquelle les anges conduisaient les âmes délivrées du purgatoire à la suite du saint sacrifice. Le tableau de l'autel représente[13]. Un autre tableau de cette église représente le mystère de l'Annonciation. Cette église possède trois autels, le premier dédié à Marie sous le vocable de l'Annonciade en face de la porte d'entrée, le second aux saints martyrs Zénon et ses compagnons à droite en entrant, le troisième à saint Bernard avec sa mosaïque.

Sans doute saint Bernard a rendu cette église célèbre par sa vision, mais cette église est une des plus anciennes du monde dédiées à la Marie (mère de Jésus), car elle le fut dès la dernière année du IIIe siècle. Elle a été construite à l'occasion du massacre de la légion de saint Zénon et de ses compagnons.

Martyr de Saint Paul apôtre[modifier | modifier le code]

Rappelons que St-Paul fut martyrisé [réf. nécessaire] au Eaux Salviennes (Aquae Salvae), près de cette église et que selon la légende lors de sa décapitation, sa tête rebondit trois fois et trois sources d'eaux de températures différentes naquirent, d'où le nom des trois fontaines et sur chaque sources sont maintenant érigés trois autels dans l'église voisine de St-Paul des trois fontaines[14] faisant partie de l'Abbaye_de_Tre_Fontane.

Autres Saint Zénon peuplant l'histoire[modifier | modifier le code]

TABLE HAGIOGRAPHIQUE.

Pages 590-591

  • S. Zénon, Zeno, martyr en Égypte (époque indéterminée). 15 janvier.
  • S. Zénon, martyr à Ostie, en Italie, vers l'an 269. 18 janvier.
  • S. Zénon, le Courrier, religieux à Antioche, honoré chez les Grecs. 10 février.
  • S. Zénon, martyr romain, honoré à Bologne, en Italie. 14 février.
  • S. Zenon, martyr à Rome (à une époque indéterminée). 14 février.
  • S. Zénon, martyr à Antioche (à une époque indéterminée). 15 février.
  • S. Zénon, martyr en Afrique (à une époque indéterminée). 23 février.
  • S. Zénon, martyr en Asie (à une époque indéterminée). 23 février.
  • S. Zénon, martyr (en un temps et en un lieu indéterminés). 5 avril.
  • S. Zénon, martyr en Afrique, sous l'empereur Dèce. l0 avril.
  • S. Zénon, évêque de Vérone et martyr, sous Gallien IV, 350. 12 avril. (8 décembre.)
  • S. Zénon, martyr dans l'ile de Corcyre, vers l'an 100. 28 avril.
  • S. Zénon, martyr à Axiopolis, en Bulgarie (époque indéterminée). 9 mai.
  • S. Zénon, diacre, honoré à Bayeux, dans les Gaules. 16 mai.
  • S. Zénon, confesseur, honoré chez les Grecs. 12 juin.
  • S. Zénon, anachorète en Égypte et confesseur. 19 juin.
  • S. Zénon, martyr à Philadelphie, en Arabie. 23 juin.
  • S. Zénon, martyr à Rome, aux Eaux-Salviennes, au III° siècle. 9 juillet.
  • S. Zénon, martyr à Tomes, en Mésie (époque indéterminée). 9 juillet.
  • S. Zénon, martyr à Trieste, en Illyrie, au III° siècle. 13 juillet.
  • S. Zénon, martyr à Alexandrie (époque incertaine). 13 et 18 juillet.
  • S. Zénon, honoré au diocèse de Nevers, diacre. 21 août.
  • S. Zénon, martyr à Nicomédie, sous l'empereur Maximien. 22 août.
  • S. Zénon, martyr à Nicomédie, sous l'empereur Dioclétien, vers 303. 2 septembre.
  • S. Zénon, martyr à Nicomédie (à une époque indéterminée). 3 septembre.
  • S. Zénon, martyr à Mélitine, en Arménie, sous l'empereur Dioclétien. 5 septembre.
  • S. Zénon, martyr à Gaza, en Palestine, sous l'empereur Julien. 8 septembre.
  • S. Zénon, Zenas, Zeno, évêque de Diospolis, disciple de Notre-Seigneur. 27 septembre.
  • S. Zénon, Zeno, évêque de Bénévent, en Italie, et confesseur. 17 octobre.
  • S. Zénon, soldat, martyr en Égypte. 20 décembre.
  • S. Zénon, soldat, martyr à Alexandrie, en 249. 20 décembre.
  • S. Zénon, soldat, martyr à Nicomédie, sons l'empereur Dioclétien, en 303. 22 décembre.
  • S. Zénon, Zeno, évêque de Majuma, en Palestine, et confesseur. 26 décembre.

Extrait de : Les petits Bollandistes : vies des saints, Tomes XVII, d'après les Bollandistes par Mgr Paul Guérin, vies des saints de l'ancien et du nouveau testament, Paris, 1870 - 17 volumes. Gallica.bnf.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Texte grandement inspiré et puisé dans un livre ancien datant de 1882 de l'auteur dom Gabriel abbé d'Aiguebelle ayant pour titre : L'abbaye des Trois-Fontaines située aux Eaux-Salviennes, près de Rome. Publié par l'imprimerie P.B. Desmoulins
  2. Saint Zénon est aussi mentionné à la page 660 du Dictionnaire d'hagiographie mise à jour à l'aide des travaux les plus récents par Dom Baudot O.s.b. édition de 1925. Dont voici la mention : ZÉNON, etc. (S"), mm. (M. R. 9 juill.).m* s. Les chrétiens massacrés aux Eaux Salviennes à Rome auraient dépassé le nombre de dix mille. Il s'agit sans doute des victimes obligées de peiner à la construction des bains de Dioclétien et qui furent mises à mort par ordre de cet empereur. Zénon était peut-être leur chef. Ce fut plus probablement en 304 et non en 298. Bibl. Dict. Pet., 11, 1321.gallica.bnf.fr
  3. Santa Maria scala coeli
  4. Biographie de Saint Bernard de Clairveaux
  5. Autel dédié à Saint Zénon et à Saint Paul
  6. Basilique de Saint Paul hors les murs
  7. Jour de la fête de Saint Anastase
  8. Biographie de Saint Vincent et de Saint Anastase
  9. Caveau ultime de Saint Paul
  10. Information sur l'apôtre Saint Paul
  11. Crypte où reposent Saint Zénon et ses compagnons martyrs
  12. Abside de l'église Description de l'image : Personnage représentés sur cette mosaïque : le pape Clément VIII, saint Anastase, saint Bernard, la Sainte Vierge Marie et l'enfant, saint Zénon, saint Laurent et le cardinal Alexandre Farnèse.
  13. Vidéo de l’abbaye des trois fontaines La visite de Santa Maria Scala Coeli va de 1 min 35 s à 3 min 10 s.
  14. Église San Paolo alle Tre Fontane

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Photographies en lien avec Saint Zénon[modifier | modifier le code]