Zénobe de Florence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zénobie de Florence)
Aller à : navigation, rechercher
Saint Zénobe
Image illustrative de l'article Zénobe de Florence
Sa statue sur le portail central du Duomo
Premier évêque de Florence
Naissance 337
Florence
Décès 417  (à 80 ans)
Florence
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Vénéré à Santa Maria del Fiore Florence
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 25 mai
Attributs Représenté dans ses vêtements épiscopaux, ressuscitant un enfant ou un homme, avec un arbre en fleur.
Saint patron Florence
Le Baptême de Zénobe et son ordination en tant qu'évêque.
Le Dernier Miracle et la mort de saint Zénobe, par Sandro Botticelli.

Saint Zénobe dit aussi San Zanobi, Zenobius ou San Zenobio (337417) est vénéré comme premier évêque de Florence. Sa fête est le 25 mai.

Vie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille noble de Florence, Zénobe a été élevé par des parents non chrétiens. Il fut rapidement influencé par l'évêque Théodore, qui le baptisa, et réussit, après avoir vaincu une forte opposition, à convertir ses parents au christianisme.

Zénobe embrassa la vie religieuse et fut nommé archidiacre. Ses mérites, et ses qualités de prêcheur arrivèrent aux oreilles de saint Ambroise. C'est à la demande de ce dernier que le pape Damase Ier le fit venir à Rome, et lui confia plusieurs missions importantes, entre autres une ambassade à Constantinople.

À la mort du pape Damase Ier, il retourna dans sa ville natale où il reprit sa vie apostolique. À la mort de l'évêque en titre, Zénobe, à la grande joie des habitants, fut nommé pour lui succéder. Il évangélisa Florence et les environs et lutta contre l'arianisme.

Il mourut en 417, mais la date est incertaine. Le 25 mai, jour présumé de sa mort, sa demeure, près du Ponte Vecchio, est décorée de fleurs tous les ans.

Sa dépouille mortelle fut d'abord enterrée dans la basilique San Lorenzo (qui avait été consacrée par saint Ambroise en 393), et fut ensuite transférée à la cathédrale Santa Maria del Fiore.

Là, dans l'abside, se trouve l'autel de saint Zénobe. Son cercueil en argent, datant de 1440, chef-d'œuvre de Lorenzo Ghiberti, contient une urne avec ses reliques. Sur la façade, on peut voir la représentation d'un de ses miracles, la résurrection d'un enfant. Au-dessus du cercueil, se trouve le tableau de Giovanni Balducci représentant la Cène. Il y avait aussi un panneau de mosaïque réalisé au XVIe siècle par Monte del Fora di Giovanni qui se trouve actuellement dans un musée de Florence.

Miracles[modifier | modifier le code]

De nombreux miracles ont été attribués à saint Zénobe, notamment plusieurs résurrections.

Une légende raconte qu'un enfant fut écrasé par un chariot avec lequel il jouait. Sa mère, veuve, apporta l'enfant à saint Zénobe. Celui-ci pria longuement, et rendit l'enfant vivant à sa mère.¸

On a aussi raconté qu'au cours du cortège de son enterrement vers la cathédrale, son corps effleura un vieil orme qui reprit vie au contact du saint. Une colonne sur le côté Nord du Baptistère célèbre cet événement.

Saint Zénobe dans l'art[modifier | modifier le code]

Saint Zénobe est souvent peint avec un enfant mort dans ses bras, ou avec un orme en fleurs, en référence aux miracles qui lui sont attribués.

Sandro Botticelli a décrit la vie et l'œuvre de Zénobe sur quatre tableaux, se passant après le premier épisode de sa vie où il refuse l'épouse que lui destinaient ses parents et où quitte la maison familiale. Les quatre autres scènes représentées décrivent son baptême, et son ordination sacerdotale, ses miracles et sa mort.

Domenico Ghirlandaio en 1482 a peint, sur un mur du Palazzo Vecchio à Florence une fresque représentant l'apothéose de saint Zénobe.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) George Ferguson, Signs and Symbols in Christian Art (New York: Oxford University Press, 1961), 147.

Liens externes[modifier | modifier le code]