Zéaralénone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zéaralénone
Zéaralénone
Identification
Nom IUPAC [S-(E)]-3,4,5,6,9,10-hexahydro-14,16-dihydroxy-3-méthyl-1H-2-benzoxacyclotétradecine-1,7(8H)-dione
Synonymes * Mycotoxin F2
  • ZEA
  • Zenone
No CAS 17924-92-4
No EINECS 241-864-0
PubChem 6433708
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H22O5  [Isomères]
Masse molaire[1] 318,3643 ± 0,0174 g/mol
C 67,91 %, H 6,97 %, O 25,13 %,
Propriétés physiques
fusion 164,5 °C[2]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Corrosif
C



Écotoxicologie
DL50 >16 000 mg·kg-1 rat oral[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le zéaralénone est une mycotoxine émises par certaines espèces de champignons du sol, les fusariums, qui peuvent coloniser certains végétaux (notamment les graminées) en y produisant une maladie, la fusariose.

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Le zéaralénone est un leurre hormonal, perturbateur endocrinien, qui « mime » les œstrogènes et peut poser chez les animaux nourris avec du fusarié des problèmes de reproduction (allant jusqu'à l'infertilité et l'avortement spontané, notamment chez le porc)[3].

Le comité scientifique pour les aliments humains (CSAH) a établi une dose journalière admissible (DJA) de 0,2 μg·kgpc-1 [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b http://chem.sis.nlm.nih.gov/chemidplus/direct.jsp?result=advanced&regno=017924924
  3. Page du Gvt. de l'Ontario sur la fusariose
  4. http://galateepro.agriculture.gouv.fr/docs/gal/g501.doc

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]