Yvré-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Évêque.
Yvré-l'Évêque
Le Pont Roman
Le Pont Roman
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Canton Le Mans-Est-Campagne
Intercommunalité Le Mans Métropole Communauté Urbaine
Maire
Mandat
Dominique Aubin
2014-2020
Code postal 72530
Code commune 72386
Démographie
Gentilé Yvréen
Population
municipale
4 336 hab. (2011)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 54″ N 0° 16′ 02″ E / 48.015, 0.26722222222248° 00′ 54″ Nord 0° 16′ 02″ Est / 48.015, 0.267222222222  
Altitude Min. 44 m – Max. 118 m
Superficie 27,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Yvré-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Yvré-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yvré-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yvré-l'Évêque
Liens
Site web www.ville-yvreleveque.fr

Yvré-l'Évêque est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 4 336 habitants[Note 1] (les Yvréens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Yvré est situé à l’entrée est de l'agglomération mancelle sur les bords de l'Huisne.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La ville est reliée au Mans par la ligne 23 des bus du réseau Setram qui l'amène directement à la place des Comtes du Maine et dépose les usagers à une rue de la station tramway de la République. Une autre ligne est spécialement disponible pour desservir les lycées Montesquieu et Bellevue. Les arrêts dans la ville d'Yvré sont au nombre de dix : Le Luard, Cimetière, Guy Bouriat, George-Sand, Perche, Maine, Pivoine, Narcisse, Pasteur, Yvré-Terminus.

La rocade du Mans est à 5 minutes en voiture du centre d'Yvré, ce qui permet d'atteindre rapidement la majeure partie de l'agglomération mancelle.

La route historique de Paris à Nantes (route nationale 23) via Le Mans passe au bord de la cité. L'autoroute A28 et la déviation Sud-Est qui passent sur la commune (échangeurs) offrent un accès direct aux grands axes routiers nationaux de communication.

La ville est desservie par le service de transport de la SETRAM par la ligne de bus  25 

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Le Polucan
  • Parence
  • Béner
  • Les Logis de l'Huisne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Yvré-l'Évêque[1]
Sargé-lès-le-Mans Savigné-l'Évêque Saint-Corneille,
Fatines
Sargé-lès-le-Mans Yvré-l'Évêque[1] Champagné
Le Mans Changé Changé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Eviriaco est attesté en 802[2]. Le nom d'Yvré viendrait d'Evracius ou Yvriacus, du nom du propriétaire d'une villa (grand domaine) de l'époque gallo-romaine[réf. nécessaire]. Les évêques du Mans y possédaient une habitation, d'où le surnom[3].

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Yvré-sur-l'Huisne[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie des chemins de fer de l'Ouest met en service sur la commune une station, dédiée uniquement au service voyageurs, dénommée « Auvours » le 1er juin 1854[5] lors de l'ouverture du service voyageurs de sa ligne de l'Ouest jusqu'au Mans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Yvré-l'Évêque Blason Écartelé en sautoir : au 1er de gueules à la crosse d'or issante, au 2e d'azur à la fleur de lis d'or, au 3e d'argent au lion de sable, au 4e de sinople à la fasce ondée d'argent chargée d'un pont isolé de six arches de sable[réf. nécessaire].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1981 mars 2001 Jacques Terroire PS Professeur d'histoire-géographie
mars 2001 mars 2014 Jean-Luc Fontaine PS Cadre assurances en disponibilité
mars 2014[6] en cours Dominique Aubin SE Retraitée du commerce
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres dont le maire et sept adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 336 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 009 1 922 2 132 2 214 2 239 2 213 2 090 2 192 2 265
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 506 2 552 2 563 2 305 2 334 2 269 2 205 2 269 2 252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 222 2 140 2 134 2 145 2 105 2 151 2 230 2 460 2 697
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 718 2 666 2 597 3 306 3 682 4 230 4 383 4 406 4 336
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain.

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[13].

Yvré-l'Evêque Centre

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[14].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 6 : Sar-Yvr, Le Mans, Bondu,‎ 1842 (lire en ligne), p. 620
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Site Gallica, Département de la Sarthe : rapport du préfet et procès-verbal des délibérations du conseil général, Le Mans, 1854 lire en ligne (consulté le 2 mars 2011).
  6. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre,‎ 28 mars 2014 (consulté le 29 mars 2014).
  7. « Yvré-l'Evêque (72530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 mai 2014)
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. « Ancienne abbaye de l'Epau », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Œuvres mobilières à Yvré-l'Évêque », base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Croix dite de Boëssé », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 19 septembre 2012)
  14. Site de l'IGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :