Antoine Yvon Villarceau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yvon Villarceau)
Aller à : navigation, rechercher

Antoine François Joseph Yvon Villarceau (Vendôme 15 janvier 1813 – Paris 23 décembre 1883) est un ingénieur, astronome et mathématicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en musique, il découvre les sciences lors d'une expédition en Égypte. Il est recruté par François Arago en 1846 à l'Observatoire de Paris en qualité d'astronome puis il est nommé en 1855 membre du Bureau des Longitudes et élu en 1867 membre de l'Académie des Sciences. Villarceau a constitué une collection d’instruments d’astronomie géodésique[1] lors des opérations de vérification de la méridienne de France de Delambre et Méchain, réalisées entre 1861 et 1866. Entre 1869 et 1875, le Bureau des longitudes a envisagé d’obtenir un terrain au Luxembourg, afin d’y placer cette collection, c'est finalement au Parc de Montsouris que cela pourra se faire, sous l'impulsion de l'Amiral Ernest Mouchez et de Villarceau.

Il était né Antoine Yvon ; il adjoignit plus tard Villarceau à son patronyme, du nom d'une terre qu'il avait légué à la ville de Vendôme[2]. Il utilisait son nom sans trait d'union entre Yvon et Villarceau[3].

Travaux[modifier | modifier le code]

En mathématiques
  • Il a caractérisé les cercles de Villarceau dans le tore : les deux cercles (outre les deux triviaux) obtenus en sectionnant un tore selon un plan diagonal qui passe par le centre du tore.
En astronomie

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sur l'établissement des arches de pont, envisagé au point de vue de la plus grande stabilité (Imprimerie Impériale, 1853).
  • Mécanique Céleste. Expose des Méthodes de Wronski et Composantes des Forces Perturbatrices suivant les Axes Mobiles (Gauthier-Villars, 1881).
  • Programme des observations astronomiques qui devront être effectuées dans toutes les stations, d'après une décision prise par la commission du passage de Vénus, dans la séance du 16 mai 1874. M. Yvon Villarceau rapporteur
  • Détermination des longitudes, latitudes et azimuts terrestres au moyen des observations faites au cercle méridien n0 2 de Rigaud, Annales de l’Observatoire impérial de Paris, t. IX, « Mémoires », Paris : Gauthier-Villars, 1868, A.1-A.130

Postérité[modifier | modifier le code]

Une rue Yvon-Villarceau est située dans le 16e arrondissement de Paris[5] dans le quartier de Chaillot qui accueille quelques rues où ont été groupés des noms d'astronomes[6].

Lien Interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Boistel : "L’observatoire de la marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 - Une école pratique d’astronomie au service des marins et des explorateurs" (Éditions Édite, 2010) p. 67-68
  2. Tangente no 153, J/A 2013.
  3. Autorité BnF, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb15354788j/PUBLIC
  4. E. Mouchez, « Note sur les variations des chronomètres observées pendant la campagne de La Capricieuse », Nouvelles Annales de la marine et des colonies, 1855b (avril et mai), t. XIII, p. 230-254.
  5. http://www.v2asp.paris.fr/v2/nomenclature_voies/Voieactu/9987.nom.htm
  6. http://lecielenquestions.over-blog.net/article-le-xvieme-arrondissement-de-paris-et-les-illustres-astronomes-83243172.html