Yves Desrosiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desrosiers.

Yves Desrosiers

Nom de naissance Yves Desrosiers
Activité principale Auteur-compositeur-interprète-producteur-musicien
Années actives Depuis 1984
Labels Audiogram
Site officiel www.yvesdesrosiers.com

Yves Desrosiers est un multi-instrumentiste (guitare slide, basse fretless, banjo, mandoline, piano, orgue, accordéon, Lap-steel, harmonium, percussions, guitare...), chanteur, auteur, compositeur, producteur et arrangeur Montréalais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Desrosiers s'initie à l'âge de 7 ans au piano, au solfège et à la guitare.

En 1984, Yves fait ses premiers pas en tant que musicien au sein d'un groupe fondé avec Marc Déry (ex-membre de Zébulon).

À la fin de la décennie, il fait brièvement partie du groupe Les Taches où il fait la connaissance du batteur François Lalonde. Les deux musiciens quittent peu de temps après le groupe pour rejoindre La Sale Affaire de Jean Leloup, de 1989 à 1993, avec qui ils parcourent le Québec et jouent en Europe.

Avec Leloup, Desrosiers participe à l'écriture d'un pan significatif de la petite histoire de la musique pop québécoise, collaborant sur plusieurs titres de l'album-phare de 1991, L’Amour est sans pitié. Il participe à la création du célèbre succès «1990» qui confèrera à Leloup et la Sale Affaire une certaine popularité en Europe.

Parallèlement, il fonde le groupe Quart de Rouge avec deux membres du groupe Les Colocs, Mononc' Serge et Patrick Esposito Di Napoli. Le trio fait des reprises de chansons françaises des années 1940, 1950 et 1960 allant de la variété légère à la chanson à texte[réf. nécessaire], toujours sur le mode festif. Au décès de Patrick, les deux autres continuent quelques mois sous le nom des Blaireaux.

Il travaille ensuite avec le duo Gogh Van Go et participe à la tournée Opium de Daniel Bélanger.

Au milieu des années 1990, Yves découvre une jeune chanteuse américano-mexicaine de 18 ans, de passage à Montréal… Lhasa de Sela. Ils montent ensemble un « tour de chant », d'abord composé de chansons jazz des années 1930 et de complaintes mexicaines, intégrant graduellement leurs compositions, imprégnées du patrimoine mondial et d'une sonorité unique, exclusive à leur amalgame. De 1993 à 1996, leurs spectacles dans les petits bars du Plateau Mont-Royal séduisent un public grandissant et alimentent une rumeur des plus positives au sein de la communauté musicale montréalaise. Audiogram ayant décidé de s'impliquer dans un projet d'album, Desrosiers revêt à la fois ses habits de musicien et de réalisateur pour enregistrer La Llorona avec Lhasa.

Complété en 1997 avec un budget minimal, ce premier disque propose une signature sonore distinctive et connaît un succès hors de toutes présomptions (les ventes se chiffrent aujourd'hui à 500 000 exemplaires). La tournée qui s'ensuit sillonne l'Amérique du Nord et l'Europe pendant deux ans.

Entre les tournées, Yves compose la bande originale du film Le Cœur au poing (1998) de Charles Binamé (Cité-Amérique) et la musique pour trois documentaires.

En 1999 commence l'aventure Volodia, un premier véritable projet solo qui est consacré à l'œuvre du poète et chanteur russe Vladimir Vissotsky. Au terme de trois ans de recherches et d'adaptations réalisées avec l'aide de la traductrice Annie-Pénélope Dussault et de l'auteure-compositeur-interprète franco-brésilienne Bïa, l'album est lancé en août 2002. Yves Desrosiers y transcende l'œuvre de Vissotsky avec ses arrangements très singuliers et une voix qu'il découvre par la même occasion… Après avoir reçu les éloges du public et de la critique, Volodia est mis en nomination à l'ADISQ 2003 dans la catégorie « Album de l'année - Folk contemporain ».

Possédant un univers musical qui lui est propre, Yves Desrosiers est aussi un inventeur et technologue accompli, de ceux pour qui la recherche sonore est une source inépuisable d'inspiration. Apprécié pour son approche distinctive, il est appelé à signer la réalisation d'albums tels Hungry Ghosts de Fredric Gary Comeau, Balagane de Jesczce Raz et Kanasuta de Richard Desjardins.

Fin 2005, le musicien compose la trame sonore du film St-Martyrs-Des-Damnés du réalisateur Robin Aubert. Fidèles à l'esprit du film, les musiques parues sur le CD éponyme installent des ambiances sombres et inquiétantes, bien servies par la maîtrise des effets sonores et le jeu de guitare étoffé de leur auteur.

À l'automne 2007, Yves Desrosiers est de retour avec son premier album de compositions originales. Disque longuement mûri, Chansons indociles marque une nouvelle étape pour le chanteur et musicien qui distille l'ensemble de ses influences pour signer son œuvre la plus personnelle. Desrosiers tient en effet les rôles de chanteur, musicien, compositeur, auteur, arrangeur et réalisateur sur ce projet enregistré presque en totalité dans son studio. En plus de trois textes signés de sa plume, on y retrouve plusieurs chansons écrites par Robin Aubert avec lequel il poursuit la collaboration entamée avec St-Martyr-Des-Damnés et une contribution de Bïa.

Avec Chansons indociles, Yves Desrosiers s'affirme encore davantage comme une figure incontournable de la chanson au Québec.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Volodia consacré à l'œuvre du poète et chanteur russe Vladimir Vissotsky.
  • 2005 : Saints-Martyrs-des-Damnés bande son du film de Robin Aubert.
  • 2007 : Chansons Indociles il y tient les rôles de chanteur, musicien, compositeur, auteur, arrangeur et réalisateur sur ce projet enregistré presque en totalité dans son studio.
  • 2013 : Bordel de tête

Participations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]