Yves Battistini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yves Battistini, né le 18 septembre 1922 à Hasselt en Belgique, mort à Sartène le 2 décembre 2009, est un helléniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Battistini suit des études de lettres classiques à Nice puis à Paris. Réfractaire au STO, il vit dans la clandestinité du 1er juillet 1943 au 20 août 1944.

Sa rencontre avec René Char, en octobre 1945 à Paris, marque « le début en amitié d’une longue conversation souveraine » avec la philosophie grecque et la poésie. Son chemin croise ceux d’André Breton, Paul Éluard, Albert Camus, Clovis Trouille, Francis Bott, Max Ernst, Victor Brauner, Christian Dotremont, Noël Arnaud, Maurice Blanchard, Serge Venturini[1]… Il participe au mouvement des groupes Le Surréalisme Révolutionnaire et La Révolution la Nuit (1946 – 1948), publiant notamment des tracts, manifestes, affiches, textes et expositions. Il a consacré sa vie à traduire des auteurs grecs anciens.

Professeur agrégé (par promotion interne) de lettres classiques au lycée Georges Clemenceau de Sartène de 1949 à 1979, il devient inspecteur pédagogique régional, toujours en Corse, de 1979 à 1984.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de l'exposition Surréalisme, Bruxelles, 1946.
  • Revue : L'Éternelle Revue (Paul Éluard, Louis Parrot) no 5 et 6, Paris, 1945.
  • Revue : Les Deux Sœurs (Christian Dotremont), Bruxelles, 1946 – 1947.
  • Revue : La Révolution la Nuit, Paris, 1945 – 1946.
  • Revue : Les Quatre Vents (Henri Parisot), no 7 (Le Langage surréaliste) et 9, Paris, 1946 – 1947.
  • Revue : Les miroirs profonds, Pierre à feu (Jacques Kober), Paris, décembre 1947.
  • Revue : Rixes, Paris, 1950.
  • Revue : Blok, Brno, 1947.
  • Revue : Botteghe Oscure, XXII, Rome, 1958.

Approches et études dans des numéros spéciaux consacrés à René Char[modifier | modifier le code]

  • Courrier du Centre International d'Études poétiques, no 8, Bruxelles, 1956.
  • L'Arc, René Char, no 22, Aix-en-Provence, 1963.
  • Liberté, Hommage à René Char, no 58, Montréal, 1968.
  • L'Herne, René Char, Paris, 1970.
  • C.R.I.N., 22, Université de Groningue, Lectures de René Char, 1990.
  • René Char, Faire du chemin avec, Avignon, Palais des papes, 1990, repris par Gallimard, 1992.
  • René Char, Dans l'atelier du poète, Quarto, Gallimard, édition établie par Marie-Claude Char, Paris, 1996.

Livres publiés[modifier | modifier le code]

  • À la droite de l'oiseau, page de garde par René Char, Fontaine, « L'Âge d'or », Paris, 1947.
  • Apulée, Le Fantôme de plein midi, traduit du latin, Fontaine, « L'Âge d'or », Paris, 1947.
  • Héraclite d'Éphèse, avant-propos de René Char, eau-forte de Georges Braque pour les 15 exemplaires numérotés sur papier Rives B. F. K., traduit du grec ancien avec introduction et notes, Cahiers d'art, Paris, 1948.
  • L'Eau chimérique, P.A.B., Alès, 1959.
  • Trois contemporains, Héraclite, Parménide, Empédocle, N.R.F., « Les Essais », LXXVIII, 1955, repris dans la collection « Idées », no 158, sous le titre : Trois présocratiques, 1968.
  • Trois présocratiques, précédé de Héraclite d'Éphèse par René Char, traduction revue et corrigée, N.R.F., « Tel », no 136, 1988.
  • En collaboration avec Olivier Battistini, maître de conférences en histoire grecque à l'Université de Corse, Les Présocratiques, Nathan, « Les Intégrales de Philo », no 20, Paris, 1990.
  • Sapphô, tome I, Le Cycle des Amies, éd. bilingue (texte grec et trad.) chez Michel Chandeigne, Paris, 1991.
  • Lyra Erotica, Imprimerie nationale, « La Salamandre », 1992.
  • La Séduction, NiL éditions, « Le Cabinet de curiosités », 1994.
  • Sapphô, tome II, La Cité et les Dieux, éd. bilingue (texte grec et trad.) chez Michel Chandeigne, Paris, 1994.
  • Sapphô, la dixième des Muses, Hachette, « Coup double », 1995.
  • Empédocle, légende et œuvre, Imprimerie nationale, « La Salamandre », Paris, 1996.
  • Poétesses grecques, Sapphô, Corinne, Anytè, Imprimerie nationale, « La Salamandre », Paris, 1998.

Et aussi…[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui lui dédia son livre Le sens de la terre, suivi de L'effeuillée, Aphrodite en trente variations, Éditions Didro, collection Caractères Mobiles, Paris 2004, (ISBN 2-910726-64-9)

Articles[modifier | modifier le code]