Yvecrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvecrique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Doudeville
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Caux-Fleur de Lin
Maire
Mandat
Dominique Lachèvres
2014-2020
Code postal 76560
Code commune 76757
Démographie
Gentilé Yvecriquais
Population
municipale
664 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 17″ N 0° 48′ 40″ E / 49.6881, 0.8111 ()49° 41′ 17″ Nord 0° 48′ 40″ Est / 49.6881, 0.8111 ()  
Altitude Min. 129 m – Max. 167 m
Superficie 5,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Yvecrique

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Yvecrique

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yvecrique

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yvecrique

Yvecrique est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Yvecrique a pour habitants les Yvecriquais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du pays de Caux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du norrois kirkja « église » précédé du nom de personne d'origine germanique Ivo qui eut une grande diffusion en Normandie. L'explication « l'église de Saint Yves » n'est pas justifiée, en effet ce toponyme date probablement du Xe siècle (première mention au XIIe siècle, Ivecriche)[1], alors qu'Yves de Chartres vivait au XIe siècle.

Le nom d'Yves / Yvon se retrouve fréquemment en Normandie comme dans Yvetot, Yvetot-Bocage, Boisyvon, La Chapelle-Yvon, etc.

Le norrois kirkja se retrouve dans La Crique, les Criquebeuf, Criquetot-sur-Ouville et Carquebut de Normandie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Dominique Lachevres    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 664 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
950 733 749 758 831 840 800 800 796
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780 781 759 728 678 569 536 521 447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
398 400 403 316 310 292 286 308 276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
233 220 195 448 649 635 653 664 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Aubin[modifier | modifier le code]

Elle fut entièrement reconstruite en 1770, grâce à la générosité du Sieur d'Acquigny, seigneur du lieu. Le curé Thibault confia la reconstruction à son frère qui, en 1776 construira également l'église de Grémonville.

Cette église abrite depuis ce jour le corps entier de saint Placide et sa fiole de sang, sous le maître autel, Saint Placide extrait du fameux cimetière de Saint Calixte de Rome le 16 août 1682.

La Cloche[modifier | modifier le code]

L'Abbé Cochet cite dans "Les églises de l'arrondissement d'Yvetot" édité à Paris en 1852 : À l'intérieur du clocher, une vieille cloche portant l’effigie de François Ier avec cette inscription "Je fus faicte pour servir en ceste église-ci, l'an mille cinq cens vingt".

Refondue et bénite en 1900, elle porte ces inscriptions :

1ère face : L'an mil cinq cens et vingt, je fus faicte pour servir en ceste église. L'an mil neuf cents, Monseigneur Fuzet, archevêque de Rouen, Messieurs Brainville, curé d'Yvecrique, Briard, Maire d'Yvecrique, Fabriciens : Eugène Hébert, président de la fabrique, Messieurs Brainville Lenge-Lherondel, trésorier et Eugène Lefèbvre, Courayer. J'ai été refaite par souscription grâce à la générosité des paroissiensA. Havard à Villedieu, Hubert Roy à Sainte Austreberthe.

2ème face : J'ai été bénite par Messire Thomas Lemonnier, Vicaire général et nommée : Antoinette Marie Juliette Georgette par Monsieur Antoine Briard, Maire et Madame Georges Turpin, née Juliette Fauvel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 167
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :