Yuliya Efimova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Efimova.
Yuliya Efimova Swimming pictogram white.png
Julia Efimova in Budapest.jpg
Informations
Nages Brasse
Nationalité Drapeau : Russie Russe
Naissance 3 avril 1992 (22 ans)
Lieu Grozny
Club Volgodonsk Swim Club
Records
Grand bassin 50 m br. : 29 s 52 (RN)
100 m br. : min 5 s 02 (RN)
200 m br. : min 19 s 41 (RN)
Petit bassin 50 m br. : 28 s 71 (RM)
100 m br.: min 2 s 96 (RN)
200 m br. : min 14 s 39 (RM)
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 1
Ch. du monde grand bassin 3 4 1
Ch. du monde petit bassin 0 0 1
Ch. d'Europe grand bassin 3 2 0
Ch. d'Europe petit bassin 3 0 0
Distinctions
• 3 titres mondiaux
• 6 titres européens

Yuliya Efimova (en russe : Юлия Андреевна Ефимова et en français : Ioulia Andreïevna Iefimova), née le 3 avril 1992 à Grozny en Russie, est une nageuse russe, spécialiste de la brasse. Après un contrôle positif à la DHEA, sa carrière et son palmarès sont suspendus en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Efimova vit à Taganrog et s'y entraîne dans le Volgodonsk Swim Club sous la direction d'Irina Vyatchanina. Elle est considérée comme un grand espoir de la natation russe en brasse.

Elle a fait ses premiers pas sur la scène internationale aux championnats d'Europe en petit bassin en 2007 à Debrecen, où elle s'adjuge toutes les distances en brasse. Sur 100 m et 200 m, elle bat le record d'Europe en petit bassin, devenant la première femme sous les 1 min 5 s.

Quelques mois plus tard, aux championnats d'Europe de natation de 2008 à Eindhoven, elle triomphe sur 200 m brasse et devient vice-championne d'Europe sur 50 m brasse. Elle déçoit par contre sur 100 m brasse en manquant la qualification pour la finale.

En avril 2008, aux championnats du monde en petit bassin à Manchester, elle remporte la médaille de bronze sur 200 m brasse derrière la Sud-Africaine Suzaan van Biljon et l'Australienne Sally Foster.

Aux Jeux olympiques d'été de 2008, elle termine au pied du podium du 100 m brasse, échouant à 9 centièmes de Mirna Jukić, et 5e sur 200 m brasse.

Yuliya Efimova connaît sa première consécration au niveau mondiale, aux Championnats du monde 2009 organisés à Rome, en remportant l'or sur 50 m brasse, devant Rebecca Soni, en établissant un nouveau record du monde en 30 s 09, battu quelques jours plus tard par Jessica Hardy en 29 s 80. Dans un nouveau duel face à Rebecca Soni sur 100 m brasse, elle devra se contenter de la médaille d'argent.

Aux Championnats du monde 2011 à Shanghai, elle prendra deux nouvelles médailles d'argent sur 50 m et 200 m brasse.

Lors des Jeux olympiques de 2012 à Londres, après une dévevante 7e place sur 100 m brasse, le 2 août, elle va décrocher sa première médaille olympique, en prenant le bronze sur 200 m brasse derrière Rebecca Soni et Satomi Suzuki.

En 2013, aux Championnats du monde organisés à Barcelone, Efimova établit un nouveau record national sur 100 m brasse en min 5 s 02, mais ne prend que la médaille d'argent, derrière la Lituanienne Rūta Meilutytė, seulement âgée de 16 ans.
Sur 200 m brasse, en demi-finale elle établit également un nouveau record national en min 19 s 85. La Danoise Rikke Møller Pedersen venant de battre dans l'autre demi-finale, le record du monde de la distance en min 19 s 11. Le lendemain, en finale, la Danoise ne parvient pas à réitérer la même performance, alors qu'Efimova établit un nouveau record de Russie en min 19 s 41 et remporte la médaille d'or[1].
Sur 50 m brasse, lors des séries du matin, elle réalise un nouveau record du monde en 29 s 78 battant le record détenu par l'Américaine Jessica Hardy en 29 s 80[2]. En demi-finale, elle voit Rūta Meilutytė battre ce record de trois dixièmes pour porter le meilleur temps à 29 s 48. En finale elle s'impose en 29 s 52 et devient la première femme à réaliser le doublé 50/200 m brasse. Elle remporte le 3e titre mondial de sa carrière.
Sa moisson de médailles n'est pas terminée, car une heure plus tard, elle fait partie du relais 4 × 100 mètres 4 nages. Au terme de son relais elle permet à son équipe d'occuper la 2e place, finalement l'équipe de Russie prend la médaille de bronze. Efimova quitte donc Barcelone avec quatre médailles, deux en or sur 50 et 200 m brasse, une en argent sur le 100 m brasse puis une en bronze au sein du relais 4 × 100 mètres 4 nages.

Le 10 novembre 2013, lors d'une épreuve de Coupe du monde à Tokyo, Efimova bat le record du monde en petit bassin sur 50 m brasse, avec un temps de 28 s 71[3]. En décembre, aux Championnats d'Europe en petit bassin, elle remporte quatre médailles d'or, dont une sur 200 m brasse, où elle établit un nouveau record du monde avec un temps de min 14 s 39[4].

Le 17 janvier 2014, le journal russe Vedomosti annonce que Yuliya Efimova, a été contrôlée positive à la DHEA, un stéroïde. Le test a été réalisé en octobre 2013. Elle a avoué avoir pris des compléments alimentaires[5]. Le 24 janvier, la FINA révèle que la nageuse est suspendue à titre provisoire à compter du 21 janvier[6]. La Fédération internationale de natation la suspend 16 mois à partir du 31 octobre 2013, ce qui fait que Efimova perd les deux records du monde ainsi que les 5 médailles européennes obtenues entre ce contrôle et la suspension[7].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Grand bassin

Petit bassin

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Grand bassin

Petit bassin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Efimova sacrée devant Pedersen », sur www.eurosport.fr (consulté le 2 août 2013)
  2. « RM pour Efimova », sur www.lequipe.fr (consulté le 3 août 2013)
  3. « Petit bassin : Efimova bat le record du monde du 50 m brasse à Tokyo », sur www.liberation.fr (consulté le 12 novembre 2013)
  4. « Record du monde pour Efimova », sur www.lequipe.fr (consulté le 13 décembre 2013)
  5. « Efimova contrôlée positive », sur www.lequipe.fr (consulté le 17 janvier 2014)
  6. « Efimova suspendue », sur www.lequipe.fr (consulté le 24 janvier 2014)
  7. a et b « Efimova suspendue 16 mois », sur lequipe.fr,‎ 13 mai 2014

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :