Yu Dafu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yu Dafu

Description de l'image  Yudafu.jpg.
Activités écrivain
Naissance 1896
Fuyang (Zhejiang)
Décès 1945
Sumatra
Langue d'écriture chinois
Genres nouvelle

Yu Dafu (en chinois 郁達夫), né en décembre 1896 à Fuyang (Zhejiang), mort en 1945 à Sumatra, est un écrivain chinois.

Ses nouvelles ont été novatrices (Noyade (沈淪) a fait scandale en son temps) au travers des sujets abordés, notamment la difficulté de l'existence, traitée d'un point de vue autobiographique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yu Dafu et sa seconde femme, Wang Yingxia

Yu Dafu entre en 1910 à l'école de Yuying, gérée par des missionnaires américains, dont il est expulsé en raison de sa participation au mouvement estudiantin. Il part étudier en 1914 au Japon. Il entre en 1918 à la faculté d'économie de l'Université impériale de Tōkyō, dont il sort diplômé en 1922. De 1921 à 1923, il enseigne l'anglais à l'école politico-juridique de Anqing (Anhui). Il est l'un des fondateurs, en juillet 1921, du cercle Création (創造社). La même année paraît son premier recueil, Le Naufrage. Entre 1923 et 1929, il enseigne dans différents établissements d'enseignement supérieur, tout en poursuivant ses activités littéraires et politiques. Il fonde en 1927 la revue politique les Masses, devient en 1928 rédacteur en chef de la revue La Littérature et l'Art populaires. En 1930 il est l'un des fondateurs de l'Alliance du mouvement de lutte pour la liberté et participe à la Ligue des écrivains de gauche fondée par Lu Xun et d'autres intellectuels. En 1938, il devient rédacteur du quotidien Continent étoilé et de l'hebdomadaire Informations des Chinois d'outre-mer, publication appelant à la résistance contre le Japon. Il poursuit ses activités de résistance contre le Japon, en 1941 à Singapour, en 1942 à Sumatra, où il est assassiné le 17 septembre 1945, après la capitulation du Japon, par la police japonaise.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Naufrage (1921)
  • Les Glycines et les Cuscutes (1923)
  • Œuvres complètes : Cendre glacée (tome 1), Les Os des poules (tome 2), Le Passé (tome 3) et Journal (1927)
  • Œuvres complètes (tomes 4 et 5) et La Brebis égarée (nouvelle) (1928)
  • Œuvres complètes : Les Fougères (tome 6) (1930)
  • Une femme sans volonté (1932)
  • Les Traces de mes pas (1934)
  • La Fuite (1935)

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Fleurs d'osmanthe tardives. Nouvelles, Littérature chinoise, coll. « Panda », Beijing, 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :