Youcef Nadarkhani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Youcef Nadarkhani (né en 1977) est un pasteur protestant chrétien iranien qui a été condamné à mort à Téhéran. Les rapports initiaux, qui comprennent un dossier de 2010 de la Cour suprême iranienne, ont déclaré que la condamnation est fondée sur le crime d'apostasie, puisqu'il a renoncé à sa foi islamique. Les représentants du gouvernement ont insisté par la suite sur le fait que la peine était essentiellement fondée sur des allégations d'actes criminels effectués avec violence, en particulier le viol et l'extorsion de fonds[1],[2],[3]. Le gouvernement iranien a offert de le gracier s'il acceptait de renier sa foi chrétienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nadarkhani est originaire de Rasht, province du Gilan. Il est pasteur au service d'un réseau d’églises chrétiennes pratiquant à domicile et membre de l’Église évangélique d’Iran[4],[5],[6],[7]. Il est marié à Fatemah Pasindedih, et ils ont deux fils, âgés de 9 et de 7 ans[Quand ?].

Première arrestation[modifier | modifier le code]

Nadarkhani a été emprisonné une première fois en décembre 2006, sur l'accusation d'apostasie et d'évangélisation des musulmans. Il a été libéré deux semaines plus tard, sans avoir été inculpé[7].

En 2009, Nadarkhani a appris qu’un changement récent dans la politique éducative iranienne forçait tous les élèves, y compris ses propres enfants, à lire le Coran. Après avoir entendu parler de ce changement, il s'est rendu à l'école et a protesté, en se fondant sur le fait que la Constitution iranienne garantit à chacun la liberté de pratiquer sa religion. Sa protestation a été signalée à la police, qui l'a arrêté et envoyé devant un tribunal le 12 octobre 2009, sous l'accusation d'avoir protesté[8],[7].

Condamnation à mort[modifier | modifier le code]

Par la suite les accusations ont été changées en celles d'apostasie et d'évangélisation, les mêmes accusations qui avaient auparavant provoqué son arrestation en 2006[8],[7]. Les 21 et 22 septembre 2010, il a comparu devant la onzième Chambre de la cour d'assises de la province de Gilan et a été condamné à mort pour apostasie[9]. Son avocat, Nasser Sarbaz, a protesté contre les nombreuses irrégularités de procédure commises lors du procès de Nadarkhani[7],[10],[11].

Après la condamnation, Nadarkhani a été transféré dans une prison pour prisonniers politiques, et on lui a refusé tout contact avec sa famille et son avocat. La publication officielle écrite du verdict contre Nadarkhani a été retardée par les responsables de la sécurité iranienne. Des chrétiens pensent que ce retard dans l'exécution de la peine est dû à une tentative de la police secrète d'Iran pour le forcer à abjurer le christianisme[12].

Le 13 novembre 2010, le verdict du procès des 21 et 22 septembre a finalement été livré par écrit, indiquant que Nadarkhani serait exécuté par pendaison. Après appel de la sentence, la 3ème chambre de la Cour suprême de Qom a confirmé la condamnation à mort[13]. En juillet 2011 l'avocat de M. Nadarkhani, M. Mohammad Ali Dadkhah, un éminent défenseur des droits de l'homme en Iran, a reçu le verdict écrit de la Cour suprême de l'Iran, daté du 12 Juin 2011, confirmant la condamnation à mort. Dans sa décision la Cour suprême demande au tribunal de Rasht, qui a prononcé la sentence de mort de réexaminer certains vices de procédure dans l'affaire, mais donne finalement aux juges locaux le pouvoir de décider s’il faut libérer, exécuter ou rejuger M. Nadarkhani en octobre. Le dernier verdict écrit comprend une disposition permettant une annulation si M. Nadarkhani abjurait sa foi[14]. Il est actuellement détenu dans une prison de sécurité à Lakan, en Iran, qui se trouve juste au sud de Rasht, sa ville natale[15].

La Cour suprême iranienne a annulé ce verdict en juillet 2011 et renvoyé l'affaire devant le tribunal de Rasht, dans la province de Gilan. Son deuxième procès a eu lieu en septembre 2011, mais le verdict n'a pas été rendu public. Plusieurs pays occidentaux, craignent, en avril 2012, son exécution prochaine[16].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 2010, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (United States Commission on International Religious Freedom) a demandé au président Barack Obama de faire pression sur l'Iran pour la libération de Nadarkhani. Si l'exécution était réalisée, Nadarkhani serait le premier chrétien exécuté pour des raisons religieuses en Iran depuis plus de 20 ans[8],[17]. La Maison-Blanche a publié une déclaration condamnant l'exécution le 29 septembre 2011[18],[19].

Le 28 septembre 2011, le secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth, William Hague, a publié une déclaration condamnant cette exécution imminente, en déclarant : « Je déplore que la nouvelle que le pasteur Youcef Nadarkhani, un des chefs de l'Église en Iran, pourrait être exécuté incessamment après avoir refusé un ordre venant de la Cour suprême d'Iran d'abjurer sa foi. C'est une preuve du refus continu du régime iranien de se conformer à ses obligations constitutionnelles et internationales et de respecter la liberté religieuse. Je rends hommage au courage dont fait preuve le pasteur Nadarkhani qui n'a rien à se reprocher et demande aux autorités iraniennes de casser la sentence[15]. »

Nouvelles accusations[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 2011, les médias officiels iraniens ont publié un rapport affirmant que Nadarkhani avait été condamné à la peine de mort pour viol et extorsion de fonds, et non pour apostasie et refus de renoncer à sa religion, comme son avocat, les associations de défense des droits de l'homme et les médias occidentaux l'avaient annoncé.

Ces commentaires faisaient partie d'une tentative des médias iraniens de répondre aux rapports selon lesquels Nadarkhani était menacé d'exécution pour avoir refusé d'abjurer sa foi chrétienne. Jordan Sekulow, directeur exécutif de l'American Center for Law and Justice (ACLJ) a déclaré: « Nous essayons de savoir exactement si ce sont les médias contrôlés par l'État qui ont imaginé cette nouvelle. Il n'y avait aucune mention d'une accusation autre que l'apostasie dans les documents du jugement[20]. »

Selon une décision de la Cour suprême iranienne, traduite en anglais par la Confédération des étudiants iraniens, Nadarkhani a été condamné à la pendaison pour « avoir renié l'islam » et « converti des musulmans au christianisme ». La décision affirme également qu'il a également participé au culte chrétien en tenant des services religieux à domicile et qu'il s'est baptisé lui-même[21] ainsi que d'autres, brisant ouvertement la loi islamique. On ne trouve dans le verdict aucune accusation de viol ou d'extorsion de fonds.

Libération[modifier | modifier le code]

Youcef Nadarkhani a été remis en liberté le 8 septembre 2012[22]. Il a remercié les personnes qui ont milité pour sa libération.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adelle M. Banks, « Iranian Pastor Youcef Nadarkhani's potential execution rallies U.S. Christians », The Washington Post,‎ 28 sept. 2011 (lire en ligne) — Religious freedom advocates rallied Wednesday (Sept. 28) around an Iranian pastor who is facing execution because he has refused to recant his Christian faith in the overwhelmingly Muslim country
  2. (en) Parisa Hafezi, « Iran court likely to revoke pastor's death sentence-lawyer », Los Angeles Times, Reuters,‎ 3 oct. 2011 (lire en ligne) — Yousof Nadarkhani, 33, was arrested and sentenced to death in Iran's northern city of Rasht in 2009. An appeals court upheld his sentence last year after he refused to reconvert to Islam, his lawyer Mohammad Ali Dadkhah told Reuters
  3. (en) Dan Merica, « Iranian pastor faces death for rape, not apostasy - report », CNN,‎ 1er octobre 2011
  4. (en) « William Hague urges Iran to spare life of pastor facing execution », The Telegraph,‎ 29 sept. 2011 (lire en ligne) — Youcef Nadarkhani, 34, a member of the Protestant evangelical Church of Iran, was arrested in 2009 for apostasy and he was sentenced to death last year
  5. (en) Keith Fournier, « Iran: Pastor Youcef Nadarkhani Sentenced to Death for Refusing to Convert to Islam », Catholic Online,‎ 2011-10-03 (lire en ligne) :

    « Today we bring to the attention of the global readership of Catholic Online the plight of a Protestant Christian pastor in Iran, Pastor Youce Nadarkhani. This brave Christian man was sentenced to death because he refuses to convert to Islam. »

  6. (en) John Simpson, « Britain, U.S. Call on Iran to Halt Execution of Christian Pastor », Bloomberg Businessweek,‎ 2011-09-29 (lire en ligne) :

    « The U.K. and the U.S. urged Iran to overturn a death sentence imposed on an Iranian Christian pastor for apostasy. »

  7. a, b, c, d et e « Full Story of Youcef Nadarkhani », International Christian Concern,‎ 1 novembre 2010 (consulté le 3 octobre 2011) : « Because Youcef's faith remained strong, they decided to arrest his wife in order to place more pressure on him. On June 18th, 2010 Fatemah Pasindedih was arrested, charged with apostasy and placed in prison in Lakan. »
  8. a, b et c (en) Ethan Cole, « Obama Admin Urged to Defend Iranian Pastor Facing Execution », The Christian Post,‎ 2010-10-31 (lire en ligne) :

    « The Obama administration should press Iran to release Youcef Nadarkhani, who has been jailed for over one year, expressed the U.S. Commission on International Religious Freedom in a statement Friday. »

  9. (en) Joe Sterling, « In Iran, a Christian pastor faces death sentence », CNN,‎ 7 décembre 2010 (consulté le 3 octobre 2011) : « On September 22, Iran's 11th Circuit Criminal Court of Appeals for the Gilan Province upheld the death sentence and conviction of Nadarkhani for apostasy. »
  10. « Temporary Delay To Execution of Brother Youcef Nadarkhani », Present Truth Ministries (consulté le 5 novembre 2010)
  11. « Iranian Pastor Faces Death for Thought Crime », Christian Telegraph (consulté le 5 novembre 2010)
  12. « Temporary Delay of Execution to Brother Youcef Nadarkhani », FarsiNet.com (consulté le 5 novembre 2010)
  13. « Death Sentence Delivered », Present Truth Ministries (consulté le 19 novembre 2010)
  14. (en) « Iran: Written Verdict Confirms Nadarkhani Death Sentence », Christian Solidarity Worldwide,‎ 13 juillet 2011 (consulté le 3 octobre 2011) : « Since the original verdict was based on fatwas by Ayatollahs Khomeini, the 'father' of Iran’s revolution in 1979, Khamenei, the Supreme Leader of Iran, and Makarem Shirazi, currently the most influential religious leader in Iran, the Supreme Court may have been reluctant to overturn the verdict for fear of inviting controversy, despite the fact that there is no death sentence for apostasy in the Iranian penal code. »
  15. a et b (en) « Execution of Iranian Pastor Temporarily Delayed », Christian Broadcasting Network,‎ 26 octobre 2010 (consulté le 3 octobre 2011) : « Nadarkhani is being kept in a security prison in Lakan, Iran, which is just south of his hometown of Rasht. His wife was also sentenced to life in prison. »
  16. « Nouvel autodafé du pasteur Terry Jones en Floride », sur Le Monde,‎ 30 avril 2012 (consulté le 30 avril 2012)
  17. « USCIRF Urges Obama Administration to Demand Release of Pastor Facing Execution in Iran for Apostasy », USCIRF (consulté le 5 novembre 2010)
  18. (en) Jay Carney, « Statement by the Press Secretary on Conviction of Pastor Youcef Nadarkhani », whitehouse.gov,‎ 29 septembre 2011 (consulté le 30 septembre 2011)
  19. (en) Dan Merica, « U.S. condemns Iranian pastor's conviction », CNN,‎ 29 septembre 2011 (consulté le 3 octobre 2011) : « After four days of an appeals trial for apostasy, Nadarkhani refused to recant his beliefs, the commission said. »
  20. (en) « State Media Reports Iranian Pastor Facing Execution for Rape, Not Religion », FoxNews.com,‎ 1er octobre 2011
  21. Dans la foi chrétienne, quelles que soient les confessions, on ne se baptise jamais soi-même, mais on reçoit le baptême d'un autre chrétien, en général un clerc.
  22. (en) Pastor Youcef Nadarkhani Released in Iran, Continental News, 9 Sept. 2012