Yoshizawa Shōten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yoshizawa Shōten (吉沢商店?) est une société de production cinématographique japonaise et importatrice de films, active au cours des premières années de l'histoire du cinéma au Japon.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine acteur du marché de la lanterne magique, Yoshizawa achète une caméra de cinématographe à un visiteur italien de passage et commence à projeter des films en 1897[1]. Gérée par Ken'ichi Kawaura, avec un bureau à Londres, la Yoshizawa devient bientôt la plus prospère et stable des premières sociétés cinématographiques. Elle est la première à fabriquer du matériel cinématographique national en 1900[2] et à ouvrir la première salle permanente de cinéma au Japon, le Denkikan, dans l'arrondissement d'Asakusa à Tokyo en 1903[3].

Quand la guerre russo-japonaise éclate en 1904, la Yoshizawa Shōten envoie une équipe d'opérateurs à la suite des troupes japonaises. L'intérêt public suscité par cet événement médiatique permet au studio de construire davantage de salles autour d'Asakusa[4] et de construire le premier studio de cinéma du Japon dans l'arrondissement de Meguro à Tokyo en 1908[5]. La société est même suffisamment bénéficiaire pour imprimer son propre magazine, Katsudō shashinkai, et construit en 1910 un parc d'attraction à Asakusa nommé d'après le Luna Park de Coney Island. Mais lorsque plusieurs incendies criminels entraînent la destruction de plusieurs salles et du Luna Park d'Asakusa en 1911, les considérations financières décident Yoshizawa à prendre part à la fusion avec la Yokota Shōkai, la M. Pathe et la Fukuhōdō pour former la Nikkatsu en 1912[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) Jun'ichirō Tanaka, Nihon eiga hattatsushi, vol. 1, Chūō Kōron,‎ 1975, p. 48–51
  2. Tanaka, pp.  103-104.
  3. Tanaka, pp.  109-111.
  4. a et b (en) Isolde Standish, A New History of Japanese Cinema, Londres, Continuum,‎ 2005 (ISBN 0-8264-1709-4), p. 18–19
  5. Tanaka, pp. 130-131.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]