Yokoi Yayū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yokoi Yayū est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Yokoi, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Yokoi Yayū

Yokoi Yayū (横井 也有?) (né le 24 octobre 1702, mort le 15 juillet 1783) est un samouraï japonais surtout connu pour ses haibun, un lettré de l'école de Kokugaku et un poète haikai. Né avec le nom Yokoi Tokitsura (横井 時般?), il prend plus tard le pseudonyme « Tatsunojō ». Sa famille descend peut-être de Hōjō Tokiyuki.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yayū est né à Nagoya, fils ainé de Yokoi Tokitsura (時衡?) qui sert le domaine d'Owari. Il hérite du patrimoine de la maison Yokoi à vingt-six ans et occupe d’importantes fonctions au domaine d'Owari. Il est par exemple yōnin (gérant des affaires générales), ōbangashira (chef de la garde) et jisha-Bugyō (gérant des affaires religieuses). Il se retire en 1754 à l'âge de 53 ans pour des raisons de santé. Yayū se rend à Maezu (前津?) (maintenant à Naka-ku (Nagoya)), et vit dans l'ermitage de Chiutei (知雨亭?). C'est un compositeur de haibun prolifique et respecté, de poèmes en chinois classique, de poèmes du genre waka et de poèmes satiriques japonais. Il est par ailleurs adepte de la cérémonie de thé japonaise.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Yayū excelle aussi en arts martiaux japonais, étudie le confucianisme et apprend le haikai auprès de Mutō Hajaku (武藤巴雀) et Ōta Hajō (太田巴静) lesquels sont élèves de Kagami Shikō (各務支考), un important disciple de Matsuo Bashō. Nagai Kafū 永井荷風 qualifie les haibun de Yayū de modèles de prose japonaise.

  • Uzuragoromo (鶉衣) : Une anthologie de haibun, partiellement traduits dans les Monumenta Nipponica, vol. 34, no 3, automne 1979, par Lawrence Rogers.
  • Rayō Shū, Tetsu Shū (蘿葉集), (垤集) : Anthologie de haiku.
  • More Oke (漏桶) : Anthologie de renku
  • Kankensō (管見草) : Essai sur le haikai
  • Rain Hen (蘿隠編) : Prose et poésie en chinois classique
  • Gyō-Gyō-Shi (行々子) : Une anthologie de poèmes satiriques japonais

Sources[modifier | modifier le code]

  • (ja) Zoku Kinsei Kijinden (続近世畸人伝) par Ban Kōkei (伴蒿蹊)
  • (ja) Haika Kijin-Dan (俳家奇人談) par Takenouchi Gengen-ichi (竹内玄玄一)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]