Yiron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yiron
(he) יראון
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District nord
Région historique Galilée
Démographie
Population 443 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 33° 04′ 37″ N 35° 27′ 18″ E / 33.076997, 35.454933° 04′ 37″ Nord 35° 27′ 18″ Est / 33.076997, 35.4549  
Altitude 686 m
Divers
Date de création 20 mai 1949
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Yiron

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte topographique d'Israël
City locator 14.svg
Yiron
Liens
Site web http://www.yiron.org.il/

Yiron est un kibboutz du nord d'Israël, établi dans la vallée de Kadesh, près de la frontière entre Israël et le Liban.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le kibboutz est implanté sur le plateau basaltique de Ramat Yiron, qui recouvre une couche de calcaire. Cette configuration provoque la formation de nombreuses sources permanentes[1]. Le plateau est situé à environ 650 m d’altitude, et domine les vallées d’un escarpement d’environ 200 m de haut[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le plateau est occupé de façon ancienne par les humains : plusieurs sites acheuléens et chalcolithiques ont été découverts sur le plateau même ou ses abords[1].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1947, le village arabe de Saliha est détruit par la Haganah. Les soldats israéliens de la Brigade Yiftah du Palmach, ont massacré 70 à 80 personnes, puis ont fondé le kibboutz Yiron le 20 mai 1949[réf. nécessaire] avec des membres des mouvements de jeunesse Habonim Dror et Hechalutz. Il fait partie d’une série de villages établis pour défendre la frontière, et est occupé par d’anciens membres des forces armées, afin de protéger les frontières du jeune État d’Israël contre un retour éventuel des Palestiniens ou une attaque des pays arabes. Son nom est tiré de celui d’un village biblique de la tribu de Naftali (Livre de Josué 19:38), qui se trouvait dans la région.

Aujourd’hui encore, Yiron reste un site stratégique : le kibboutz a ainsi accueilli une trentaine de volontaires internationaux lors de la guerre du Liban de 2006[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Le kibboutz cultive la vigne et produit un vin casher depuis 1997. Ses autres activités sont la fruticulture, une serre-pépinière d’arbres, des ateliers d’industrie légère, et le tourisme

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Ada Feinberg-Sireni, enseignante et députée à la Knesset de 1969 à 1973, fait partie des fondateurs du kibboutz et y habite toujours.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Milla -Y. Ohel, « Origine et répartition du silex et des industries sur le plateau de Yiron (Israël) », Bulletin de la Société préhistorique française, 1983, tome 80, no 6. p. 179-183.
  2. Ohel, op. cit., p. 181
  3. Colin Brunel, « Journalisme en tenue de camouflage », Acrimed, publié le 20 décembre 2010