Yeoman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la localité américaine, voir Yeoman (Indiana).
Un yeoman à la Tour de Londres.

Un yeoman est, dans l'Angleterre médiévale, un paysan propriétaire de la terre qu'il cultive.

Étymologiquement, le mot yoman viendrait du Moyen anglais : yoman, yeman, issu lui-même de vieil anglais : *gēaman désignant un « villageois ». On rapproche ce terme avec celui du vieux frison gāman qui signifie également « villageois », moyen allemand goymann désignant un « arbitre ». Il est composé des mots : , gēa (proche de allemand moderne gau) désignant un « district », une « région », et mann pour « homme »[1].

Pendant la guerre de Cent Ans, ces Yeomen (alleutiers) alimentent les effectifs des compagnies d'archers (ou francs-archers) armés du grand arc gallois qui contribuent tant aux victoires anglaises.

Durant la guerre des Deux-Roses (1455 - 1487), ils formèrent après la Bataille de Bosworth, en 1485, le corps des hallebardiers qui vit la victoire de Henri Tudor (futur Henri VII), représentant la Maison de Lancastre, sur son rival Richard III de la Maison d’York. Sous le nom de Yeomen Warders, ils furent dès lors chargés par le vainqueur d’assurer la surveillance de la Tour de Londres.

Ils forment l'élite villageoise et leur nombre baisse au XVIIe siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert K. Barnhart, ed., Chambers Dictionary of Etymology, s.v. “yeoman” (Edinburgh: Chambers, [2008], c1988), 1253.

Sur les autres projets Wikimedia :