Yelp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yelp (site internet))
Aller à : navigation, rechercher

Yelp

Description de l'image  Yelp logo.svg.
Création octobre 2004
Fondateurs Jeremy Stoppelman et Russel Simmons
Personnages clés Jeremy Stoppelman (CEO), Russel Simmons (CTO)
Forme juridique Société par actions
Slogan Real People. Real Reviews.
Siège social Drapeau des États-Unis San Francisco, Californie (États-Unis)
Direction Jeremy Stoppelman
Activité Web 2.0
Produits réseautage social, recherche de services et fournisseurs locaux, publication de critiques
Effectif 1214 en 2012
Site web www.yelp.com
www.yelp.fr

Yelp est une entreprise américaine qui édite le site internet Yelp.com, qui offre des services de réseautage social, de recherche de services et fournisseurs locaux, ainsi que de publication de critiques. En juin 2008, plus de 10,6 millions de personnes ont consulté le site web[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Après une tentative avortée en tant que service de recommandations via des courriels[2], Yelp a lancé son site web dans le marché de San Francisco en octobre 2004[3] sous la direction de ses fondateurs Jeremy Stoppelman et Russel Simmons, anciens informaticiens de PayPal[4]. La société a reçu 6 millions USD comme fonds de démarrage de deux firmes de capital-risque, Mission Street et Bessemer Venture Partners. Des fonds additionnels de 10 millions USD furent injectés par Benchmark Capital, une autre firme de capital de risque en 2006[5] et un autre montant de 15 millions USD fut injecté par une quatrième firme, DAG Ventures, en 2008[6].

Yelp a pris de l'expansion sur la côte Est américaine en ouvrant un bureau à Manhattan[7] au début de 2008 et en introduisant une version de son site pour les internautes canadiens en 2008.

En 2008, le site web de Yelp recevait autant de visites que son prédécesseur et plus proche rival, Citysearch, mais croît plus vite depuis[8]. La société devrait générer des profits en 2009[9].

Depuis Mars 2012, Yelp est côté au NYSE, dont 107 M$ de levée pour une valorisation de 898 M$[10].

En 2012, Yelp rachète son concurrent européen Qype pour 50 millions de dollars, Qype est implanté dans 13 pays et a 15 millions de visiteurs uniques[11].

Le 24 octobre 2012, Yelp annonçait une perte nette de 2 millions de dollars sur le troisième trimestre, pour un chiffre d'affaires d'environ 36,4 millions de dollars[11].

Description[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Comme plusieurs sites web publiant des critiques, Yelp a été critiqué pour la subjectivité des avis négatifs ou positifs publiés, ces avis étant de plus sous le couvert de l'anonymat et pouvant dater de plusieurs années. D'autres critiques portent sur le fait que les coordonnées des entreprises ne sont pas mises à jour et qu'elles constituent une source d'erreur pour les consommateurs. Certains avis sont en outre fabriqués de toutes pièces [12] soit pour valoriser une activité, soit pour noyer un avis négatif, honnête ou pas, mais toujours préjudiciable. Quelques propriétaires d'entreprises ont affiché sur le devant de leur commerce « No Yelpers »en signe de protestation[13]. Yelp défend ses pratiques et affirme qu'il ne censurera pas les commentaires laissés par ses usagers, mais il peut effacer des commentaires élogieux qui semblent « faux »[14].

Yelp aurait fâché des usagers en effaçant des critiques négatives de sociétés qui seraient des sponsors de Yelp. Pour cette raison, des propriétaires d'entreprises croient que l'ordre d'apparition des critiques est contrôlé dans le but de les inciter à acheter de la publicité de Yelp[15],[16]. Yelp rejette ces accusations et croit qu'il y a confusion à propos de ses services.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « yelp.com (rank 88) - Web Site Audience Profiles from Quantcast », Quantcast,‎ juillet 2008 (consulté le 2008-08-19)
  2. (en) O'Brien Jeffrey M., « Business paradigm shifts and free tequila shots », Fortune et CNN Money.com,‎ 2007-07-10 (lire en ligne)
  3. (en) Andrew Orlowski, « Yelp! A viral recommendation system you can't resist? », The Register,‎ 2004-10-13 (lire en ligne)
  4. (en) Jefferson Graham, « 'Yelpers' review local businesses », USA Today,‎ 2007-06-12 (lire en ligne)
  5. (en) « City guide Yelp raises $10M in second round », San Francisco Business Times,‎ 2006-10-05 (lire en ligne)
  6. (en) « Yelp yanks another $15 million », CNET News.com,‎ 2008-02-27 (lire en ligne)
  7. (en) Megan McCarthy, « A Mighty Yelp! Review Site Gets $15M », CondéNet, Inc,‎ 27 février 2008 (lire en ligne)
  8. (en) Donald G. McNeil, « Eat and Tell », The New York Times,‎ 2008-11-04 (lire en ligne)
  9. (en) « Restaurants Learn to Yelp », San Francisco Business Times,‎ 2008-06-27 (lire en ligne)
  10. http://www.geoinweb.com/2012/10/26/rachat-de-yelp-par-qype-partie-1-les-faits/
  11. a et b http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202346566793-le-guide-local-yelp-achete-son-rival-qype-503999.php
  12. [PDF] (en) Michael Luca et Georgios Zervas, « Fake It Till You Make It : Reputation, Competition, and Yelp Review Fraud », Harvard Business School Working Papers,‎ 17 septembre 2013 (lire en ligne)
  13. (en) Stefanie Olsen, « No dogs, Yelpers allowed », CNet News,‎ 2007-08-41 (lire en ligne)
  14. (en) Jeanette Pavini, « Business Owners 'Yelp' About Internet Ratings Site », CBS 5,‎ 2008-08-05 (lire en ligne)
  15. (en) Cade Metz, « Yelp 'pay to play' pitch makes shops scream for help », The Register,‎ 2008-08-13 (lire en ligne)
  16. (en) Jeanette Pavini, « Business Owners 'Yelp' About Internet Ratings Site », CBS 5,‎ 2008-08-05 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]