Yedisan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du Yedisan publiée à Vienne vers 1790
Le Yedisan dans l'Ukraine actuelle.


Le Yedisan (en allemand Jedisan, en roumain Edisan) est une région historique de l'actuelle Ukraine, correspondant à la partie nord-est de l'Oblast d'Odessa et de l'actuelle Moldavie, correspondant à la partie sud de la Transnistrie. Limité au sud par la Mer Noire, à l'ouest par le Dniestr et à l'est par le Boug méridional, le Yedisan était contigu au nord à la Podolie.

Nom[modifier | modifier le code]

Mentionné dans les sources médiévales sous le nom de Dykra, la région tire son nom de Yedisan des Tatars "Nogay" vivant dans cette zone depuis 1224. Leur capitale était la citadelle d' Özi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement habitée par les Scythes, la région, couverte de steppes, est successivement envahie par les Huns, les Ostrogoths, les Slaves, les Bulgares, les Petchénègues et les Coumans, avant qu'en 1224 les Tatars de la Horde d'or y établissent leur domination. Ils sont combattus par le Grand Duché de Lituanie qui, en 1412, atteint la Mer Noire, mais pour être bientôt refoulé en Podolie par les Ottomans, alliés des Tatars entre-temps islamisés. Les Turcs incluent le Yedisan dans le Pachalik de Silistra (avec la Dobrogée et la Bessarabie) et élèvent les forteresses de Khadjibey (Odessa) et d'Özi (Otchakov) à partir desquelles ils s'emparent de la Podolie de 1672 à 1699, et qui servent de bases de repli aux Tatars après leurs expéditions de pillage en Pologne, Russie ou Moldavie.

Contre eux, les Polonais et les Russes établissent, au nord, des Cosaques Zaporogues; sous la Tsarine Catherine II, la Russie contrattaque et, après les guerres russo-turques de 1768-1774 et de 1787-1792, se fait céder le Yédisan par le traité de Iaşi (1792).

Les Tatars sont alors déportés vers l'Asie centrale (une partie d'entre eux se réfugient dans le Boudjak et en Dobrogée, restées ottomanes) et les Tzars repeuplent la région avec des colons russes, ukrainiens, mais aussi Bulgares, Moldaves et allemands, qui viennent rejoindre les Cosaques déjà établis à la place des Tatars. Le duc de Richelieu, un Français, est chargé de bâtir un port et une nouvelle capitale, qui prendra le nom d'une colonie grecque de la Mer Noire, Odessa (l'antique Odessos est l'actuelle Varna en Bulgarie). Le Yedisan intègre alors la goubernia de Kherson, et le nom cesse d'être usité.